Aloisiae Sigaeae, Toletanae, Satyra sotadica de arcanis amoris et Veneris/Source/French  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search
Image:Hogarth Dashwood.jpg
Portrait of Francis Dashwood, 15th Baron le Despencer by William Hogarth from the late 1750s, parodying Renaissance images of Francis of Assisi. The bible has been replaced by a copy of the erotic novel Elegantiae Latini sermonis, and the profile of Dashwood's friend Lord Sandwich peers from the halo.

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

Aloisiae Sigaeae, Toletanae, Satyra sotadica de arcanis amoris et Veneris is a 17th century work of erotic fiction written in Latin by Nicolas Chorier, first published in c.1659. It was translated in French as Académie des dames ou le meursius francais in 1680.

Contents

Full text of "Satyre sotadique de Luisa Sigea sur les arcanes de l'amour et de Vénus en sept dialogues"

LES MAITRES DE L'AMOUR


li'Œuvt*e


de


Nicolas Cljorier


SATYRE SOTADIQUE DE LUISA SIGEA

sur les Arcanes de l'Amour et de Vénus

EJS SEPT DIALOGUES :

Li'Esearmouehe — Tiùbadieon — Anatomie — lie Duel

Voluptés — Amours — peseennins


INTRODUCTION ET NOTES


B. DE VILLENEUVE


Ouvrage orné d'une Gravure hors texte


PARIS BIBLIOTHÈQUE DES CURIEUX

4, RUE DE FURSTENBERG, 4




ZW/04J*32 W° ?


Digitized by the Internet Archive

in 2010 with funding from

University of Ottawa


http://www.archive.org/details/satyresotadiquedOOchor


L'ŒUVRE DE flICOIiAS CHORIER


// a été lire de cet ourruge

10 exemplaires sur Japon Impérial

(1 à 10)

25 exemplaires sur papier d'Arcbes

,(li à 35)

Droits de reproduction réservés pour tous pays, y compris la Suède, la Norvège et le Danemark.




Frontispice de la Satyra Sotadica

(ÉdiliOD .Mort, I7.">7).


LES MAITRES DE L'AMOUR

Li'CEuVPe

de

Nicolas Cljorier


SATYRE SOTADIQUE DE LUISA SIGEA

sur les Arcanes de l'Amour et de Vénus

EN SEPT DIALOGUES :

Ii'Eseapmoache — Ttùbadieon — Anatomie — Lie Duel Voluptés — Amours — peseennins


INTRODUCTION ET NOTES

PAH

B. DE VILLENEUVE


Ouvrage orné d'une Gravure hors texte


PARIS BIBLIOTHÈQUE DES CURIEUX

4, RUE DE FURSTENBERG, 4


IJ^THODUCTIOH


Au seuil de cette courte étude, il nous paraît curieux de consigner une constatation, déconcertante sans doute pour les champions de la morale publique, pour ceux qui s'ingénient à classer les esprits et pour lesquels le mot seul d'erotique esl prétexte à nausées. Nous n'avons cependant pas, de parti pris, la prétention de scandaliser ces esprits méthodiquement pudiques, non plus que celle de fronder de respectables convictions. Mais n'est-il pas permis de se féliciter, sans arrière-pensée, que deux des œuvres littéraires les plus franchement erotiques aient été composées, l'une, la Satyre sotadique d'Aloisia Sigea, par un savant jurisconsulte, Nicolas Chorier; l'autre, le De fiyuris Veneris, par un philosophe érudit, Friedrich Karl Forberg, conservateur, en 1807, de la bibliothèque auîique de Cobourg.

Ce dernier ouvrage, dont Isidore Liseuxa pu présenter la traduction sous le titre de Manuel d'érotoloyie clas-


2 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

sique, est l'étude la plus complète des formes physiques et antiphysiques de la volupté charnelle à travers les textes classiques anciens et modernes. Écrit pour ceux qui se refusent à l'ignorance ténébreuse aussi bien qu'à l'étalage impudique, pour ceux qui pensent qu'en matière d'érotisme le mieux est encore de savoir beaucoup et de savoir juste, le De Jïguris Veneris sera toujours consulté avec fruit par les lettrés et les philosophes curieux de documents précis.

Quant à la Satyre d'Aloisia Sigea, dont nous rééditons la traduction, c'est une œuvre d'imagination, mais pleine de documents sur les mœurs intimes des anciens et des modernes, et aussi, nous le verrons et nous y insisterons, empreinte d'une philosophie sexuelle très clairvoyante et très pratique, émaillée de maximes d'une morale sage, non point sans doute à la façon de graves stoïciens, mais telles que le bon La Fontaine ne les eût pas toutes désavouées.

L'auteur, authentifié depuis longtemps en dépit de toutes les protestations, Nicolas Chorier, naquit à Vienne, dans le Dauphiné, en i6o9. Fils d'un procureur au bail- liage de Vienne, il fut élevé par les jésuites, qui, on le sait, se sont acquis une solide réputation dans les études classiques. Chorier fut un élève remarquable : il était parvenu à une rare maîtrise dans les langues anciennes, et particulièrement en latin. Ses humanités terminées, il va suivre les cours de droit à l'Université de Valence, est reçu docteur en droit en i639 et se fait inscrire sur le tableau de l'ordre des avocats à la Cour des aides de


INTRODUCTION 6

Vienne. Ses débuts au barreau furent brillants; mais le goût des belles-lettres l'emportait chez lui sur la passion de la chicane, et le latiniste de marque brûlait d'essayer ses forces. En 1640, il publiait eu latin un Éloge des quatre archevêques de Vienne du nom de Villars; six ans plus tard, en latin encore, le Portrait du magistrat et. de l'avocat, et en 1G48 la Philosophie de l'honnête homme. Mais tous ces opuscules ne valurent à leur auteur aucune renommée.

Nicolas Chorier trouve bientôt sa voie en se livrant tout entier à l'étude des annales du Dauphiné, pour les- quelles il rassemblait consciencieusement ses matériaux dans les archives publiques et particulières. En i654, il lance le prospectus de son Histoire du Dauphiné, et en iG58 il prélude à la publication de ce grand ouvrage en donnant ses Piecherches sur les antiquités de la ville de Vienne, recueil très précieux aujourd'hui encore en ce qu'il conserve le souvenir de monuments disparus.

En 16G1 parait le premier volume de l'Histoire du Dauphiné, accueilli par d'enthousiastes éloges : le P. Gratte, jésuite, le P. Trillard lui dédièrent des odes, des sonnets d'une poésie quelque peu fade ou même ridicule, mais qui témoigne de la faveur dont jouit l'ouvrage dans le monde des savants. Au reste, les États du Dauphiné votèrent à Chorier, lors de la publication de l'Histoire, un don de cinq cents louis, que le Parlement, il est vrai, refusa d'ordonnancer, mais qui n'en reste pas moins comme un nouveau témoignage d'estime.

Quelque temps après, Chorier reçoit la charge d'avocat


4 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

de la ville de Grenoble, car il avait dû quitter Vienne en 1608, la Cour des aides ayant été supprimée. Son nou- veau titre lui valut le désagrément d'être impliqué dans un procès en concussion intenté aux consuls de Gre- noble et dont il sortit victorieux après cinq longues années de lutte.

En 1666, Chorier fut nommé procureur du roi près la commission établie en Dauphiné pour la recherche des usurpateurs de titres de noblesse. Ses études spéciales le désignaient tout particulièrement pour des fonctions aussi délicates et qui exigeaient, avec une certaine indé- pendance d'esprit, des connaissances généalogiques très approfondies.

Le second volume de Y Histoire du Dauphiné ne fut publié que onze ans après le premier, en i(*>72. Dans l'in- tervalle, Chorier avait livré au public Y Histoire généalo- gique de la Maison de Sassenage, sans grand intérêt, et l'État politique de la province du Dauphiné-, ouvrage dans lequel se trouvent des recherches curieuses sur les origines des évêchés, des établissements publics et <!es institutions de la province.

La nomenclature des publications historiques, juri- diques ou généalogiques de Chorier n'ajouterait pas grand'chose à notre étude et sortirait d'ailleurs de notre cadre. Chorier nous est connu d'ores et déjà comme his- torien, comme juriste; nous savons qu'il fut, à ces divers titres, très apprécié de ses contemporains et que ses œuvres sont restées pour la postérité comme une source de documents uniques.


INTRODUCTION


Mais ce n'est pas là tout Chorier : il ne fut pas absorbé par ces arides et ingrates études au point de laisser étouffer en lui toute imagination . Ce n'est pas impuné- ment qu'on nourrit son esprit des littératures anciennes : l'empreinte en est ineffaçable.

« L'amour des lettres, dit Chorier lui-même dans ses Mémoires, ne cessa de m'inonder et de me baigner de sa volupté céleste... Je vouai mon plus fervent amour et mon attention la plus diligente aux muses latines et françaises (i). » Et parmi les auteurs anciens, Chorier déclare apprécier particulièrement et lire fréquemment à ses amis Perse, « ce poète si obscur, dans les Satires duquel, comme au fond d'une ténébreuse caverne, on découvrira, sans regretter sa peine, des perles de sagesse et de doctrine du plus haut prix ». {Mémoires, III, 2.)

A fréquenter intellectuellement de pareils esprits, Chorier devait éprouver le désir de les imiter. Son inspi- ration fut discrète, ou du moins se manifesta tardive- ment en public. Ce n'est, en effet, qu'en 1G80 qu'il publia


(1) Mémoires, I, 2. — Les Mémoires de Nicolas Chorier ne paru- rent pas de son vivant. Ils furent publiés pour la première fois, dans leur texte latin, en 1840, dans le Bulletin de la Société de sta- tistique du département de l'Isère, sous le titre choisi par Chorier lui-même : Nicolai Chorerii Viennensis J. C. Aduersariorum de vita et rébus suis libri III (Carnet de notes de N. Chorier, de Vienne, sur sa vie et ses actes, trois livres). Une traduction fut publiée par F. Crozet, à Grenoble, en 1868. Texte et traduction ont paru dans la Curiosité littéraire et bibliographique de Liseux, 3° et 4 e séries, 1882 et i883.


'*» L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIEK

le recueil de ses poésies latines, sous le titre Nicolai Chorerii Viennensis Carminum liber imus, Gratiano- poli, iG3o. Mais ce recueil, d'apparence modeste, fut une révélation pour un grand nombre de sceptiques. Il con- tenait deux poèmes : Poemation de laudibas Aloisiae, et Tiiberoîiis Genethliacon, dont nous publions plus loin la traduction, et qui se trouvaient également dans un livre imprimé clandestinement deux ans auparavant sous le titre Aloysiae Sigeae Toletanae Satyra sotadica de arcanis amoris et Veneris. Aloisia hispanice scripsit. Latinitate donavit Joannes Meursius.

Cet ouvrage avait été imprimé pour la première fois, vers 1609, à Lyon sans doute, sous le même titre, mais sans l'adjonction des deux poèmes dont nous venons de parler. Il avait fait sensation. En un latin « d'une élégance soignée et précise sans pédantisme », ainsi que dit Forberg, l'auteur dressait un tableau complet des inventions et des secrets de l'amour physique, quelques- uns aussi de l'amour antiphysique, sans épargner aucun détail, sans reculer devant les termes propres qui d'ail- leurs, dans la langue de Juvénal, bravent l'honnêteté.

Le dix-septième siècle, malgré toute sa façade bril- lante, sa morgue hautaine, connut bien, vers la même époque, un roman obscène, Le Rut ou La Pudeur éteinte, de Corneille Blessebois; mais c'était là de l'érotisme sans prétention et sans valeur littéraires, présenté dans une langue heurtée, brutale ou quintessenciée, faisant servir l'obscénité à une besogne de rancune, de vengeance per- sonnelle, dont nous connaissons mal les motifs.


INTRODUCTION 7

La Satyre sotadique, au contraire, était une œuvre de maître, n'hésitons pas à dire, après d'autres plus auto- risés, un chef-d'œuvre. «J'estime, a écrit Octave Uzanne, que ces admirables Dialogue de Luisa Sigea n'ont rien de ce que le sens du mot pornographique, interprété à la moderne, semble désigner. Tous les vrais lettrés seront de mon avis, j'en ai l'assurance, car on ne trou- verait ni au dix-neuvième siècle ni à cette époque une œuvre de si hautaine allure et de si mâle style que celle de < ihorier (i). »

Dès l'apparition du livre, présenté comme l'ouvrage de l'Espagnole Luisa Sigea traduit en latin par Jean Meursius, les curieux s'informent.

Luisa Sigea, née à Tolède vers i53o, était fille de Jacques Sigée, Français d'origine, homme très lettré, d'après les témoignages contemporains. De bonne heure, Luisa fit de rapides progrès dans les lettres et les langues anciennes : elle savait le grec, le latin, l'hébreu, le syriaque, l'arabe, le castillan, le français et l'italien. A l'appel de Jean III, roi de Portugal, qui avait entendu parler de Jacques Sygée et de ses filles (Angela, la sœur de Luisa, était savante et artiste), la famille partit pour Lisbonne. Le père fut nommé précepteur du duc de Bragance et de ses frères ; Luisa, à peine âgée de treize ans, fut chargée d'élever et d'instruire la sœur du roi, l'Infante Marie, fille du feu roi don Manuel et d'Éléonore d'Autriche, sœur de Charles-Quint.

(i) Le Livre, 10 juillet 1882, p. 439.


8 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Après un séjour de treize ans à la cour de Lisbonne, Sygée se retira avec sa famille à Torres Novas, où Luisa épousa, en 1007, Francisco de Cuevas, d'une famille noble mais pauvre de Burgos. Dans cette dernière ville, Luisa vit la reine de Hongrie, sœur de Charles-Quint, qui habitait alors Yalladolid. Celle-ci la mit au nombre des dames de sa maison et donna à Francisco de Cuevas la charge de secrétaire de ses commandements. Mais la reine mourait la même année, ne laissant au jeune ménage qu'une modique pension.

Luisa mourut elle-même à Burgos, à l'âge de trente ans. Juan de Merlo, écrivant ses louanges, mettait en titre :

LOISIAE SlGAEAE, TOLETANAE, SaECULI Sui MlNERVAE

De son vivant, Luisa Sigea avait été en correspondance littéraire avec les hommes les plus érudits. Elle avait écrit un Dialogus de dijjerentia vitae rusticae et urba- nae qui n'a jamais été publié. Le seul écrit d'elle qui ait été conservé est une description, en vers latins, des jar- dins de Synlra, palais des rois de Portugal, situé près de Lisbonne : il parut en 10G6. En i546, elle avait adressé au pape Paul III une épitre en cinq langues : hébreu, syriaque, grec, latin, arabe. Paul III lui répondit, le 5 janvier 1Ô47, en louant sa vertu et sa piété non moins que son savoir (1).

Quant à Meursius (Jean II), fds de Jean i cr , célèbre antiquaire hollandais, il fut, lui aussi, un érudit précoce.

(1) Voir P. Allut. Aloysia Sigea et Nicolas Chorier. Lyon, 1862.


INTRODUCTION U

Né à Leyde en i6i3, il mourut à quarante ans, c'est-à- dire en i653, quelques années avant l'apparition de la Satyre sotadique. On a de lui des dissertations d'ordres différents : Majestas veneta : De tibiis veterum, que Gronovius a inséré dans le tome VIII du Thésaurus anti- quitatum graecarum ; Obseruationes politico-miscella- neae ; Arboretum sacrum, sive de arborum consecra- tione, réimprimé à la suite du poème des Jardins, de Rapin ; De Coronis liber sinyularis.

Ni l'un ni l'autre de ces modestes érudits n'avait pu composer un pareil livre que la Satyre sotadique, un pareil « monument d'impudicité », disaient en substance de graves personnages. L'un et l'autre étaient, en effet, complètement étrangers à cette composition. La person- nalité véritable de l'auteur ne larda pas à être soup- çonnée, et les soupçons s'étaient confirmés pour beau- coup, même avant la publication des poésies de Chorier.

L'avocat gratianopolitain ne pouvait pas ne pas pré- voir les conséquences de cette publication. Il ne pouvait pas davantage s'avouer ouvertement l'auteur de cette satire, on en comprend aisément les motifs ; et cepen- dant il devait lui sembler pénible de renoncer à la paternité d'une œuvre qu'il savait remarquable. Il a tout fait, en somme pour que sa paternité fût évidente; mais, pour satisfaire aux exigences de sa situation sociale et mondaine, il a fait le geste de la protestation.

Dans l'épître dédicatoire de ses poésies latines, il manie, à ce sujet, l'ironie de main de maître :

« Je composai, dit-il, le Tuberonis Genethliacon alors


10 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

que j'étais à Paris, irrité, exaspéré contre certain fourbe, du nombre des personnages les plus haut placés. L'hor- rible perfidie de cet hypocrite stimulait mon indignation ; je me laissai donc aller un peu trop librement, par la licence des expressions, à une satire violente et insul- tante, ce qui, d'ailleurs, convient le mieux à la satire. Sur la prière d'un ami, d'après le témoignage de De Thou, je louai une jeune fille, à l'occasion d'une satire écrite par elle et qui, certes, à cette époque, ne m'était pas encore venue entre les mains. J'eus confiance en l'ami qui me l'avait recommandée, moi qui tiens pour certain qu'on ne doit rien refuser à l'amitié, si cette amitié est véritable. J'ai appris qu'il y a deux ans l'un et l'autre de ces deux poèmes avaient été publiés : j'eusse mieux aimé les condamner à une nuit éternelle. Que pouvait-il, en effet, m'arriver de plus désagréable que de voir l'un d'eux appelé à la défense d'une cause que je ne voudrais pas défendre, si je ne tiens compte de l'honnêteté, et je la priserai toujours par-dessous tout? Quant à l'autre, j'ai honte, tout libre qu'il est, qu'on le lise en cet endroit, où les gens modestes et graves refu- seront, par pudeur, de l'absoudre, non autrement que s'ils étaient invités et appelés aux Jeux Floraux. C'est pourquoi mon intention était de renier et d'anéantir, si je le pouvais, ces malheureux fruits de ma muse; malheureux, non par ma faute, mais par celle d'autrui. Je considérerais comme un profit celte perte, que je voudrais avoir faite. L'amour paternel fut plus fort. Je préférai laisser à ces innocents la vie que je leur avais


INTRODUCTION II

donnée. Mais j'ai châtié, expurgé le Genethliacon, de façon qu'il n'ait plus rien d'offensant et qu'il ne puisse me susciter aucune haine (i). »

Quelque vingt ans plus tôt, au moment de la première édition de la Satyre, Chorier avait déjà dû se disculper en haut lieu. Il conte lui-même sa démarche, non sans constater, avec un légitime orgueil, que cette accusation reposait sur sa connaissance approfondie de la langue latine. Un de ses amis, l'abbé de Saint-Firmin, était accusé d'avoir chanté des couplets assez gaillards, entre deux vins; Chorier se fit son défenseur officieux. 11 écrit, à ce propos, dans ses Mémoires, à la date de 1680 : •

« Je m'attirai la haine de Le Camus (l'évêque de Grenoble, Etienne Le Camus). Vingt ans auparavant, la satire de Luisa Sigea, écrite en latin, d'un style élégan l et fleuri, avait vu le jour. Lorsque tout d'abord elle tomba entre les mains des hommes, comme nul n'igno- rait que je fusse savant en latin, je ne sais quels lettrés me soupçonnèrent perfidement et injurieusement d'être l'auteur de cette satyre. Aux yeux de Le Camus, qui veut du mal à tout le monde, sans aucun égard pour les mé- rites, un soupçon qui n'a pas la moindre importance tient d'ordinaire lieu de preuve complète. Il s'étonnait, disait- il, qu'un pareil livre eût pu être publié impunément ; il


(1) Nicolai Chorerii Viennensis Carminum liber unus. Gratia- nopoli, 1680. La traduction de Taberonis Genethliacon (Horoscope de Tuberon) que nous publions, d'après l'édition de Liseux, est celle de la pièce complète parue dans les premières éditions.


12 L ŒUVRE DE NICOLAS CIIORIER

me désignait tout haut, afin d'exciter contre moi la malveillance. Pour persuader à d'Herbigny cette impos- ture, aussi éloignée de la vérité que les ténèbres le sont de la lumière, il remuait ciel et terre. Je fus trouver d'Herbigny (i), non pour m'excuser, mais pour repousser l'accusation. Tandis que je lui parle avec la liberté d'un honnête homme et d'un innocent, il m'échappe de dire que ceux qui m'accusaient avec tant de fausseté en avaient menti impudemment ; je ne croyais pas le cho- quer en m'exprimant de la sorte. Mais, indigné de ce que je ne tiens pas compte de son rang, il s'emporte et ne se contente pas de vociférer, il se met en rage contre moi avec d'autant plus de fureur que je m'effor- çais plus soigneusement d'expliquer le mot. Que faire? Je me retirai de sa présence. Georges Matelon, de Vienne, supérieur des capucins de Grenoble, me rapporta du caractère de ces deux personnages beaucoup de traits qui adoucirent mon chagrin. Je me consolai par le témoignage de ma conscience ; ne me sentant coupable d'aucune faute, je n'avais à pâlir d'aucune (2). »


La préface de la première édition de la Satyre sota- dique avertissait prudemment — à moins que ce ne fût


(1) Henri Lambert d'Herbigny avait été nommé en 1G79 à Grenoble, en remplacement de François Du Gué, l'illustre protecteur de Chorier.

(2) Mémoires, III, 3.


INTRODUCTION l3

humoristiquement — le lecteur que l'original de Luisa Sygea était perdu et que seul le commentaire de Meur- sius subsistait. Cette édition comprenait six dialogues. Le bruit fait autour de ce livre, les malédictions stu- péfaites des gens de bien n'effrayèrent cependant pas l'auteur outre mesure ; car en 1678 paraissait une deuxième édition « emendacior et auctior », à laquelle s'ajoutait un septième dialogue, Fescennini, dont le manuscrit, affirmait le titre, venait d'être retrouvé. Mais pour déconcerter davantage encore les devineurs d'énigmes, l'éminent latiniste transportait la scène d'Ita- lie en Espagne, sans autre explication.

Dans les six premiers dialogues, deux jeunes Ita- liennes, Tullia et Octavia, content et exécutent les mille et une variations classiques des voluptés charnelles ; mariées à deux Italiens, Gaviceo et Callias, elles s'initient mutuellement aux douleurs légères et aux joies intenses du lit conjugal. Dans le septième dialogue, Caviceo et Callias sont Espagnols ; Octavia parle des lubricités de Gonzalve de Cordoue, comme d'un compatriote ; les expériences voluptueuses s'exécutent sous le ciel espa- gnol. Évidemment, l'auteur présumé, Luisa Sigea, Espa- gnole elle-même, pouvait parler en meilleure connais- sance de cause de l'Espagne ; mais alors pourquoi les précédents dialogues n 'étaient-ils pas modifiés? Pourquoi même cette pensée de situer l'action en Espagne n'était- elle pas venue à l'auteur avant la publication de la pre- mière édition ? Et encore pourquoi ce septième dialogue est-il présenté avec de nombreuses lacunes ? Est-ce


l4 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

calcul, manque de temps ou surprise ? Mystère ! Mais, à tout bien considérer, il semble que chaque manœuvre soit, à dessein, maladroitement exécutée, comme pour infirmer l'attribution de la Satyre à Luisa Sigea, pour confirmer en même temps la paternité de Chorier.


Cette question d'attribution avait été suffisamment obscurcie par Chorier lui-même pour susciter un débat sans fin. Ainsi en fut-il. La Monnoye, Lancelot, de l'Aca- démie des Belles-Lettres, l'abbé d'Artigiiy discutèrent à perte de vue sur des probabilités, des possibilités. Au cours de leur débat, un nom fut prononcé, celui de Jean Westrène, jurisconsulte hollandais, présenté comme l'auteur de la Satyre. La conclusion de leurs critiques bibliographiques semble être que Nicolas Chorier est l'auteur de cet ouvrage, que Nicolas, libraire de Gre- noble, donna la première édition, et que la seconde parut à Genève, avec addition d'un septième dialogue. Cette édition était surchargée de fautes d'impression, parce qu'elle n'avait pas été faite sous les yeux de l'auteur. La traduction française fut l'œuvre de Nicolas, fils du libraire. Un monsieur M. (Du Mey), avocat géné- ral au Parlement de Grenoble, avait fait les frais de ces éditions, la situation financière de Chorier ne lui per- mettant pas d'y faire face.

Le débat fut repris plus tard par Charles Nodier. Ayant à rédig-er, en i839, le catalogue de la bibliothèque


INTRODUCTION 10

Pixérécourt, dans lequel VAloisia est attribué à Chorier, il écrit qu'il ne croit pas à la paternité de l'avocat dau- phinois, dans les écrits duquel on ne trouverait, à son avis, ni verve, ni élégance, qualités distinctives de la latinité néologique et maniérée du faux Meursius. Il attribue VAloisia « à un militaire hollandais, fort habile philologue et fort mauvais sujet » : c'est Jean Westrène qu'il traite aussi légèrement.

Un autre bibliophile de marque, Octave Delepierre, attribuait la Satyre sotadique à l'Orléanais Philippe Gar- nier, sous le prétexte que l'édition princeps portait le titre de Philippi Garneri gemmulae gallicae linguae latine, italice, germanice adornatae. Sans doute, Dele- pierre avait eu dans les mains un exemplaire dont la page de titre avait été changée, afin de permettre au possesseur d'en faire la lecture sans danger, même en public. Ainsi le régent Philippe d'Orléans avait fait relier les œuvres de Rabelais sous la couverture d'un livre d'heures.

Enfin, Isidore Liseux, l'érudit chercheur, affirme, dans l'Avertissement de son édition latine-française de 1882, que la première édition fut imprimée à Lyon, non à Gre- noble, en i657-i658. Chorier était encore à Vienne ; il ne vint à Grenoble qu'à la fin de i659. D'autre part, Du Mey n'entra en relations avec Chorier qu'à Grenoble en 1660; il ne fut nommé avocat général au parlement de Gre- noble qu'en 1677.

Quant à l'argument qui présente les ressources de Chorier comme insuffisantes, il nous suffit, pour y


iG L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

répondre, de nous reporter à la partie de ses Mémoires qui a Irait à la fin de iG59 : « Je gagnais chaque année, dit-il, à peu près neuf cents louis d'or (cinquante ou soixante mille francs de notre monnaie) d'honoraires, moi qui n'avais ni la voix ni la plume vénales. »

Jusqu'à preuves nouvelles du contraire, le débat se trouve clos par les affirmations de Liseux.


Au reste, de son aveu même, Chorier a fait des excur- sions hors de la littérature pudique : il a écrit des œuvres licencieuses en prose latine, entre autres « deux satires, l'une Ménippée, l'autre Sotadique » (Mémoires, I, 2), dont il ne reparlera plus au cours de son carnet de notes. Il semble qu'il ait invité les chercheurs, les esprits vraiment curieux et capables d'efforts, à lire entre les lignes de ses œuvres, pour deviner en lui l'auteur de YAloisia.

Il déclare aussi, comme en passant, qu'il a écrit la biographie de quatre-vingt-quinze personnages, tant hommes que femmes, d'une certaine célébrité. « J'ai exposé sincèrement leurs origines, leurs mœurs, leurs actions, leurs écrits ; je n'ai rien ajouté à la vérité, je n'en ai rien retranché ; j'ai rapporté franchement les choses telles qu'elles étaient. Cet ouvrage porte le titre d'Ane, dotes. Je ne le ferai pas imprimer, je ne le mettrai


INTRODUCTION 17

pas non plus en circulation; je ne veux même pas le communiquer, de mon vivant, à mes plus intimes amis. » {Mémoires, III, i).

Pourquoi nous ferait-il cette confidence s'il ne nous invitait pas à en déduire des conséquences? En réalité, Chorier a fait, dans la Satyre sotadique, une galerie de tableaux vivants, animés du souffle de son inspiration philosophique. Cette hypothèse a trouvé un affirma- teur.

« M. Rochas, écrit Desnoireterres, nous a dit avoir eu entre les mains un exemplaire de YAloysia où se trou- vait une clef de tous les acteurs de ces licencieux dia- logues, d'une main visiblement contemporaine. D'après cette clef, M Ue Serment serait l'héroïne de l'aventure racontée par Octavie dans le septième dialogue. C'est une aventure où un jouvenceau appelé Robert est pré- senté sous des habits de jeune fille. »

Cette demoiselle Serment, Anastasie de son prénom, était une jolie Dauphinoise, femme d'esprit, fort libre dans ses manières, qui à Paris eut pour admirateurs Corneille, Quinault, Maucroix, etc. Elle écrivait élégam- ment en latin et avait fait un voyage en Italie, d'où elle avait rapporté les goûts que Tullia manifeste à Octavia dans le dialogue intitulé Tribadicon. De retour en son pays, elle vint évidemment à résipiscence, car ce fut pour cacher une grossesse clandestine qu'elle s'enfuit à Paris. Un huitain acrostiche latin, conservé dans un des recueils manuscrits de la Bibliothèque de Grenoble, nous édifie assez bien à ce sujet ; elle y est appelée


i8 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Nazis, abréviation d'Anastasie, et l'acrostiche repro- duit A. Serment :

Artem Lesboum cur non, Phaebeia Nazis,

Servasti, didicit quam tibi Parthenope? Eheu ! luctator valida te cuspide fixit;

Rimapatet, crescens viscera tendit omis! Maerentes Isarae linquis satiata puellas,

Et mox Lutetiae clam genitura fugïs. Nostri vive memor, Musarumdulcis alumna;

Te Lucina regat, Diva potens uteri !

« Que n'as-tu conservé, Phébéenne Anastasie, les pra- tiques lesbiennes que t'avait apprises Parthenope? Hélas! le jouteur t'a percée de son rigide javelot, ta fente bâille, un fardeau croissant gonfle ton ventre! Rassasiée d'elles, tu quittes les fdles éplorées de l'Isère! Tu fuis à Lutèce, pour y accoucher bientôt. Souviens-toi de nous, fdle chérie des Muses; Lucine te protège, la puissante déesse des couches (i)! »

On a sans doute exagéré. Il est peu probable qu'Octa- via soit précisément M lle Serment, non plus que Tullia, Rangoni, Callias, Caviceo soient modelés sur des per- sonnages contemporains de Chorier. Mais, comme tout véritable écrivain, l'auteur de la Satyre a rassemblé des faits dont il a été le témoin, des conversations libres aux- quelles il a pris part, des tableaux qu'on lui a dépeints, et prenant ici et là des traits distincts; il les a fondus en une œuvre qui est bien sienne, tout en étant un tableau de mœurs pris sur le vif.

(i) G. Desnoiretcrres, Les Cours galantes, P. i803, t. III. p. i35.


INTRODUCTION l0

Nous sommes dans le champ des hypothèses; mais combien vraisemblable est celle que nous émetttons et qui expliquerait mieux encore l'indignation scandalisée des « honnêtes gens », dont peut-être quelques-uns se reconnaissaient en scène.

Car l'indignation fut grande, si grande que, longtemps après sa mort, un biographe de Chorier, documenté dans le Dauphiné même, constate que la Satyre d'Aloisia Si/gea lui valut l'exécration de tous les gens de bien, et qu'il vécut une vieillesse triste, dans l'amertume de la déconsidération publique (i).

C'est là, par bonheur, une légende que cherchèrent à accréditer les gens dits de bien. Nous sommes loin de la vérité. La Satyre a été publiée pour la première fois vers i659; Chorier ne mourut qu'en i692, âgé de quatre- vingt-trois ans. Or pendant ces trente-deux années, loin d'avoir été tenu à l'écart, Chorier fut honoré de l'amitié et de l'estime des hommes les plus considérables de sa province, voire même de la France : Du Gué de Bagnols, intendant de Lyon; François de La Chaise, qui devint confesseur du roi; Louis Moreri, l'auteur du Diction- naire historique, qui prenait ses conseils et le priait de faire en quelques vers une inscription destinée à être gravée autour de son portrait; Joseph Gallien, préfet des Jésuites de la province de Lyon; Salvaing de Bois- sieu, premier président de la Chambre des comptes du


(i) Voir Colomb de Batines et Jules Olivier, Mélanges biogra- phiques et bibliographiques, t. ï, pp. i-5o.


20 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

Dauphiné. Ce fut sans doute grâce au patronage de ce magistrat, qui avait rempli plusieurs missions diploma- tiques en Italie, que Chorier obtint, en 1678, le titre de comte palatin de l'Église romaine.

Il suffit de lire les Mémoires de Chorier pour se con- vaincre qu'il fut en relations avec tous les écrivains du grand siècle, et on en trouverait difficilement un seul, des plus humbles aux plus célèbres, dont il ne fasse mention, avec lequel il n'ait été personnellement en rap- port.

En 1672, Nicolas Chorier est appelé à Paris pour sol- liciter l'évocation devant d'autres juges de l'accusation intentée aux consuls de Grenoble et à lui-même par Gallien de Chabons, procureur du roi au parlement de Grenoble, pour malversation. A. cette occasion, il eut commerce avec des personnages élevés en dignités ou illustres par leurs écrits. Le cardinal de Bouillon lui fit une très flatteuse réception et lui offrit aide et assistance, si besoin était, dans ses affaires personnelles.

On étudiait à ce moment le projet de rendre à certains hospices et hôpitaux, auxquels il avait été donné une autre destination, l'ancienne destination pieuse dont ils s'étaient écartés. Les religieuses de Saint-Antoine, dont la maison mère était en Dauphiné, et qui s'éloignaienl beaucoup de la règle primitive, étaient surtout visées. Antoine Ferrier, un des confesseurs du roi, voulut en conférer avec Chorier et approuva son avis.

Chorier fut aussi invité par Lamoignon, premier pré- sident du parlement, à assister à une réunion d'hommes


INTRODUCTION 21

instruits qui se tenait dans sa maison, et qu'on appelait l'Académie. Il y entendit Boileau dire quelques mots louchant l'origine de la poésie.

Chorier reçut aussi le meilleur accueil de Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, employé à Saint-Germain en qualité de modérateur et d'arbitre pour former et gouverner la jeunessse du Dauphin. 11 assiste même à une leçon donnée au Dauphin par Bossuet, évêque de Condom. Chorier entretenait aussi commerce avec Antoine Vion d'Héronval, François Bouchet et Jean Le Laboureur, éminents généalogistes. Chez l'un d'eux il rencontra l'abbé Michel de Marolles, qu'il eut ensuite pour grand ami. Il connut aussi Charles Dufresne du Cange, latiniste et helléniste érudit; il n'eut qu'à se louer de l'affabilité, de la courtoisie, de la politesse de Fouquet, et il mettait au premier rang- de ses amis Ménestrier et Joseph Charonier, tous deux de la Société de Jésus.

En 1674, Chorier écrit un abrégé de son Histoire du Dauphiné et le fait offrir au Dauphin par Antoine Brunel de Saint-Maurice. « Ce prince accepta le présent avec bienveillance, car je le lui avais dédié; Montausier et Bossuet, évêque de Condom, me remercièrent au nom du prince. »

En 1678, les académiciens d'Arles élisent Chorier membre de leur compagnie ; et à partir de 1681, l'auteur de l'Histoire du Dauphiné est admis dans la familiarité du premier président Nicolas Prunier de Saint-André. Or la deuxième édition de la Satyre avait paru vers 1678,


22 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

avec un grand scandale, à cause de la publication des deux poèmes de Chorier.


Non, Chorier ne fut pas honni des 'gens d'esprit pour avoir écrit la Satyre d'Aloisia Sigea. Tous y admirèrent d'abord, comme Forberg le fit, en 1824, dans les Apo- phoreta de son édition de V Hermaphrodites de Panor- mita, « la finesse et la grâce des plaisanteries, les étin- celles d'érudition latine jetant çà et là des feux éclatants, l'abondance et la facilité du discours où reluisent, comme des perles, des expressions et des pensées originales et brillantes, exhalant une bonne odeur d'archaïsme, enfin cet art suprême de varier merveilleusement un sujet limité ».

Ils se délectaient aussi, comme nous-mème, des maximes de philosophie pratique dont l'ouvrage est assaisonné avec un sens parfait de la mesure et un bon sens remarquable. Lisez bien attentivement ces pages, non pas comme un écolier en maraude, mais comme un esprit prévenu doit le faire : à chaque pas vous trouverez des perles de sagesse, la plupart du temps dans la bouche de cette dévergondée de Tullia. « Tout le bonheur d'une femme mariée, dit-elle, dépend de son mari. » El en- core : « Chaque mari est le législateur de sa femme; à chacun ses habitudes et ses caprices. Celle-là se crée une existence heureuse qui met son plus grand soin à


INTRODUCTION 23

adopter pour elle-même les habitudes de sou mari. L'honnête femme est celle qui cherche son plaisir dans le plaisir de son mari. »

Et aussi : « Le mariage est, pour notre sexe, le souve- rain bien, car tout amour est funeste et honteux si l'hymen ne le sanctifie, et en dehors de l'amour il n'est point de vie heureuse. Mais nous sommes toutes, nous les femmes mariées, les ouvrières de notre bonheur. »

Et cependant ce n'est pas la morale des yeux fermés, de l'aveugle foi : les personnages de Chorier savent ce que vaut l'aune de l'amour. La mère d'Octavia dit à sa fille : « Dans peu de jours, tu dois être unie à Caviceo, ma fille ; mais tiens-toi pour assurée que si auparavant il veut prendre de toi une jouissance complète, ou bien il s'en ira pour toujours, ou bien, s'il préfère être félicité de sa constance, il te tiendra en profond mépris. »

Et Tullia confirme son amie dans cette pensée : « L'homme à qui il arrive de jouir pleinement du corps désiré, la chose une fois faite, hait le plus souvent celle qui auparavant le faisait consumer d'un fol amour. » Et elle insiste sur celte idée qui, plus que toute autre, doit retenir les jeunes filles dans la vertu : « Avant d'avoir joui de nous, les hommes nous aiment pour notre beauté, nos agréments, notre jeunesse ; plus tard, après que par la vue, le toucher, la libre possession de notre corps, ils ont assouvi leur passion, ils ne nous aiment que s'ils nous estiment. »

Finement clairvoyante, Tullia connaît bien les hommes. Elle instruit son amie des brutalités nécessaires du pre-


•l!\ L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mier contact conjugal, et Octaviase promet de supporter toutes les souffrances sans une larme, sans un cri, d'un cœur ferme. « Garde-t'en bien, lui répond Tullia. Ton mari regarderait cela d'un mauvais œil, si tu montrais tant d'insensibilité : ton silence tournerait à ta bonté. C'est pour le mari un complément de satisfaction, et pas le plus médiocre, que la vierge crie et pleure, lorsqu'il la force. » L'héroïsme est parfois une vertu dangereuse.

Elle sait aussi, cette philosophe dévergondée, que la façade, les apparences sont la sauvegarde la plus sûre ; que tout être habile et prudent peut se livrer aux plai- sirs sous les dehors de la vertu ; elle connaît la comédie de la vie : « Le monde entier joue la comédie. Au spec- tacle, nous louons, nous condamnons, tant que se joue la pièce, ce que les acteurs font devant nous, ce qu'ils disent au jour de la rampe ; mais, de ce qui se fait ou de ce qui se dit derrière la scène, le rideau baissé, nous ne soufflons mot. Dans le commerce de la vie ordinaire, on expose de même à la critique 2e qui se fait sous les yeux de tout le monde, mais non ce qui se trame et se pratique sous le voile. Oh ! si nous voyions à l'œil nu, alors qu'ils sont livrés à eux-mêmes et aux passions dont les a doués la Nature, ces grands de la terre et ces je ne sais quels orgueilleux qui simulent l'abattement et, par une feinte sévérité de mœurs, veulent se frayer le chemin du ciel. Oh ! si nous les voyions ! »

Mais elle aime la vie avec ardeur : elle en aime toutes les manifestations, les douleurs comme les joies. « Nous vivons, dit-elle, pour aimer et être aimées ; celle qui ne


INTRODUCTION 20

veut ni être aimée ni aimer est déjà enseveli dans la tombe, déjà elle sent mauvais, en proie à l'infection et à la pourriture. » Et, dédaigneusement, elle ajoute : « Les stoïciens boivent, mangent, font l'amour, et ils nient être du nombre des vivants. »

Mais ne déflorons pas davantage une œuvre que les lecteurs savoureront beaucoup mieux dans son ensemble.

Celte œuvre, nous la présentons aussi complète que possible. Nous avons dû résumer ou supprimer quel- ques tableaux trop vifs, aux couleurs trop crues. Le lecteur y suppléera aisément par un minime effort d'ima- gination... ou de mémoire, si tel est son bon plaisir. Au reste, avouons-le, ils ont beaucoup plus de saveur en latin que dans notre malheureuse langue déformée, émasculée par la pudeur formaliste d'une morale sotte- ment continente.

B. de V.


fiOTES BlBLilOG^APHlQUES


Aloisiae Sigeae Toletanae Satyra sotadica de Arcanis Amoris et Veneris : Aloisia hispanice scripsit ; latini-

TATE DONAVIT JOANES MeURSIUS. V. C. Sine nota, pet.

in-12 de 6 feuillets préliminaires, a^5 pages; errata, fi pages non chiffrées. Pars altéra, 3 feuillets prélimi- naires, m pages.

D'après Isidore Liscux (Note de l'édition complète franco-latine, pages lxxi et suiv.), la première édition originale porte le titre exact ci-dessus ; elle fut donnée par Chorier, vers i65g. Liseux, qui en possédait un exemplaire, affirme que l'édition est d'origine fran- çaise et croit qu'elle fut imprimée à Lyon. Les caractères typo- graphiques sont identiquement les mêmes que ceux des Recherches du sieur Chorier sur les antiquités de la ville de Vienne... A Lyon, et se vendent à Vienne, chez Claude Baudrand, i658, pet. in-12.

Aloisiae Sigeae Toletanae Satyra sotadica de Arcanis Amoris et Veneris : Aloisia hispanice scripsit ; latini-

TATE DONAVIT JûANNES MeURSIUS. V. C. S. I. II. il., 3 part.

en i vol. in-12.

(Bibl. Nation. Enfer, 257.) Sur la page de titre de cet exemplaire, il est écrit à la main : « Estienne Rover, éditeur. Nicolas Chorier est auteur de ce livre. Il est mort en 1C92, âgé de quatre-vingt-trois ans. C'est luy qui a aussy composé l'Histoire du Dauphiné, etc. La première édition de cette satyre fut imprimée in-8, à Paris, dans l'hôtel de Coudé ; presque tous les exemplaires furent saisis et brûlés. » Le Catalogue de la Bibliothèque du roi, classe des belles- lettres, t. II, p. 71, attribue, en effet, la première édition à Etienne Roger. (Voir Colomb de Batines, ouvrage cité.)


28 l'œuvre de nicolas chomer

Aloisiae Sigeae Toletanae Satyra sotadiga de Arganis Amoris et Veneris. Editio nova, emendacior et auctior. Accessit colloqiiium antchac non editum, Fescennini. Ex Ms. recens reperto. Amstelodami, 1678, 3 part, en i vol. in-12.

Cette édition comprend le Poemation de laudibus Aloisiae, le Tuberonis Genei/iliacon, et une longue épitre, Surnmo viro Aloisia ex Elysiis hortis (Bibl. Nation. Enfer, 258).

Joannis Meursii (seu potius Nie. Chorerii Viennen- sis) Elegantiae latim sermonis. S. I. n. d., 2 part, en

1 vol. in-12.

(Bibl. Nation. Enfer, 209.) Publiée en Hollande, vers 1G80. Le titre est, dès lors, modifié, sans doute pour détourner l'attention. Cette édi- tion et les suivantes vont s'augmenter de morceaux n'ayant aucun rapport avec le sujet : Remedium medendi ardorem libidinis ma- lierurn ; La Putlana errante ; Le Pornodidascalus ; Oratio Helio- (jabali ad meretrices.

Joannis Meursii Elegantiae latini sermonis, seu Aloi- sia Sigaea Toletana, De Arcanis Amoris et Veneris, adjunctis fragmentis quibiisdam eroticis. Lugd. Bata- vorum, ex typis Ehevirianis 1 Paris, Grange), 1767,

2 tomes en 1 vol. in-8, Jîg.

(Bibl. Nation. Enfer, 2G8.) C'est l'édition de Pierre Moet, alors attacbé au duc de la Vrillière, depuis bibliothécaire particulier de Louis XV, mort à Versailles en 180G. Cette édili.jn parut plus vraisemblable- ment en 1707. L'avertissement de cette édition disait : « Ces dia- logues ont un goût de terroir gaulois ; par maintes fissures, ils evhalent l'esprit gaulois, la sensualité des régions qu'arrose la Seine. »

Joannis Meursii Elegantiae latini sermonis, seu Aloi- sia sigaea Toletana, De Arcanis Amoris et Veneris, adjunctis fragmentis quibusdam eroticis. Editio accu- ratior, mendis innumeris purgata. Birminghamiae, ex typis nonnullius, 1770, 2 vol. in-12, Jîg.

(Bibl. Nation. Enfer, 2GJ-2GG.)


NOTES BIBLIOGRAPHIQUES 2<J

JOAXXIS MEURSII ELEGANTIAE LATINI SERMONIS, SEU ALOI- SIA SIGAEA TOLETAXA, De ArGANIS ÂMORIS ET VeXERIS,

adjunctis fragmentis quibusdam eroticis. Lugd. Bâta- vorum, ex tgpis EUevirianis, ij/4, 2 part, en 1 vol. in-8, fig.

(Bibl. Nation. Enfer, 2fig.) C'est l'édition donnée par Meunier de Querlon. Il est dit, dans l'avertissement, que onze éditions ont paru avant celle-ci. Meunier de Querlon ajoute que ce livre fut réimprimé plus tard sous les auspices d'un prince français, « père des lettres et élève de Mars », mais que, pour des raisons sur lesquelles il ne s'explique pas, et aussi par la volonté du prince, l'édition fut détruite avant de voir le jour. Il s'agit sans doute de Louis François, prince de Conti, qui mourut en 177G.

Aloisiae Sigeae Toletanae satyra sotadica De Arcanis Amoris et Vexeris : Aloisia hispanice scripsit ; latini- late donavit Joannes Meursius. Rêvera auctore Nicolao Chorier. Parisiis, cura et studio Isidori Liseu.r, editoris, rue Bonaparte, n" 2J. 188J, in-8.

C'est l'édition donnée par Liseux, conforme à l'original de la pre- mière édition, dont l'éditeur possédait un exemplaire. Elle comprend en outre une Notice sur Nicolas Chorier, un Monitam lectori ; De Aloisia Sigaea Tolelana Juannis Yasaei Testimonium ; Summo Viro Aloisia ex Elysiis hortis. S. D., et en appendice, les deux poèmes de Cliorier.

L'Académie des Dames (trad. du latin de Nicolas Cho- rier, par Nicolas). Venise, P. Arrelin (Grenoble, 1680?) in-8, //g. libres.

(Bibl. Nation. Enfer, 277.) De cette édition, comme de la suivante, l'abbé Lang-let-Dufresnoy a écrit : « C'est dommage que l'on n'ait point exprimé avec toute la délicatesse du latin tous les mystères secrets de l'amour qui sont répandus dans cet ouvrage. » [Biblio- thèque des romans, Amst., 1734, t. II, p. 3ig.) Langlet-Dufresnoy ajoute qu'il a vu des éditions où il y avait des figures au nombre de trente-six « qui sont un peu sages pour les imaginations déré- glées; car pour les autres cela ne fait aucune impression ».


3<> l'œuvre de nicolas chomer

L'Académie des Dames ou Les sept entretiens galants d'Alosia. A Cologne, chez Ignace Le Bas, i6gi s in-12.

(Bibl. Nation. Enfer, 271.)

LEMEURSIUS FRANÇOIS OU ENTRETIENS GALANS d'AlOYSIA.

Orné de figures. A Cythère, I/82. 2 vol. in-i8,fïg. libres.

(Bibl. Nation. Enfer, 280-281.)

Nouvelle Traduction di: Meursius, connu sous le nom d'Aloisia ou de l'Académie des Dames, revue, corrigée et augmentée de près de moitié, par la restitution de tout ce qui en avait été tronqué dans toutes les éditions qui ont paru jusqu'à présent: et aussi délicatement rendue qu'elle l'avait mal été dans toutes les précédentes pur- gée des termes obscènes dont elles fourmillaient, sans cependant avoir énervé en rien la force des pensées. Le tout orné de quantité de jolies figures en taille-douce sur des desseins (sic) nouveaux. A Cythère, dans l'Imprime- rie de la Volupté, /77J. 2 vol. in-12, fig.

(Bibl. Nation. Enfer, 272-273.)

Le Meursius François ou l'Académie des Dames. Orné de figures. A Cythère, 1882 (pour I/82). 3 part, en 1 vol. i n-16.

(Bibl. Nation. Enfer, 278.)

Le même. A Londres, i83o, 3 tomes en 1 vol. in-12, fig.

Tous ces ouvrages ne sont pas des traductions, mais des sortes d'adaptations remplies de platitudes. C'est, comme l'a si bien dit Liseux, « VAloisîa mise à la portée des cuisinières ».

Les Dialogues de Luisa Sigea ou Satire sotadique de

Nicolas Ghorier, prétendue écrite en espagnol par Luisa


NOTES BIBLIOGRAPHIQUES 3l

Sigea, et traduite en latin par Jean Meursius. Edition mixte franco-latine (par Alcide Bonneau). Paris, Isidore Liseux, 1881. 4 vol. in-16, frontisp. gravé.

(Bibl. Nation. Enfer, 28.) C'est la première traduction conscien- cieuse et savante de la Satyre sotadique. Les passages trop crus sont laisses en latin.

Les Dialogues de Litsa Sigea sur les arcanes de l'Amour et de Vénus ou Satire sotadique de Nicolas Chorier, prétendue écrite en espagnol par Luisa Sigea et traduite en latin par Jean Meursius. Texte latin revu sur les premières éditions et traduction littérale, la seule complète, par le traducteur des Dialogues de Pietro Aretino (Alcide Bonneau). Paris, impr. à cent exem- plaires pour Isidore Liseux et ses amis. 1882. 4 vol. in-8~

[Bibl. Nation. Enfer, G7.)


Avis au Lecteur


eu


Il y a cent trente ans que vivait Luisa Sigea, Espa- gnole, native de Tolède. Remarquable par son esprit, son érudition, sa beauté, elle brilla de toutes les vertus qu'on estime chez la plupart des femmes et qui convien- nent surtout à celles qui sont honnêtes. Mais elle ne faisait point consister la vertu dans un abject et stupide abaissement du caractère, dans les sordides soins du ménage, dans la vile occupation des frivolités : s'ap- pliquer aux études libérales, s'acquérir par ses écrits une renommée éternelle, tendre vers la sagesse la plus haute et non poursuivre de grandes richesses, voilà ce qu'elle estimait, ce qu'elle proclamait être bien préfé- rable, quoique la plupart des femmes, par indolence, s'en soucient peu et que nombre d'hommes, par sotte et lourde bêtise, n'aient pour tout cela que du mépris. Comme elle aimait le vrai, elle invectivait librement les dépravées; ce qu'elle ressentait, elle le disait tout haut, et elle exerçait du haut de la chaise curule une sorte de censure dont toutes se méfiaient, vers laquelle elles tour- naient toutes leurs regards. Elle se montrait particuliè- rement animée contre les débordements des femmes,

(i) Placé en tète de la première édition.


34 L'ŒUVRE DE XICOLAS chorier

leurs dissolutions honteuses, et s'efforçait de les amen- der, en les faisant du moins rougir. Elle ne pouvait sup- porter, disait-elle, que des femmes brillantes par leur beauté, recommandables par leur noblesse, mises comme hors d'elles-mêmes par l'espoir ou l'assouvissement d'une courte jouissance, se donnassent elles-mêmes en jouet. Elle ajoutait que si pour la Vertu c'est chose hon- nête et glorieuse de se présenter nue aux yeux des mor- tels, c'est chose honteuse pour les Vices. Celles qui vivaient à la façon des courtisanes, elle voulut pour cette maison les tirer des repaires où elles se cachaient et les produire dans leur nudité sur la scène de la vie humaine, afin de montrer par leur exemple que ce n'est pas impunément que manquent à l'honneur des femmes d'un grand nom, de mine altière, issues de haute race. Celles, en effet, qu'elle appelle Tullia, Octavia, Sempro- nia, Victoria, furent les épouses ou les filles de ducs, de marquis, de comtes ; elle n'a rien narré d'elles qui n'ait vraiment eu lieu; et comme elle était on ne peut plus ennemie du mensonge et de toute espèce de dissimula- tion, elle s'est servie du style le plus libre, le seul qui pût convenir. Elle donna le nom de Satyre sotadique à son œuvre, composée de sept dialogues, et la dédia à Eleonora Margarita, femme du marquis Rodrigo, son amie d'enfance, sur l'ordre pressant de laquelle elle l'avait entreprise et achevée en un seul mois, suivant les propres termes d'une lettre qu'elle lui adressa. De Sotadès, je n'ai rien à dire : personne n'ignore qu'il fut un auteur licencieux et qu'il composa des ouvrages erotiques (i).

(i) Sotadès de Maronée, surnommé le Cinédologuc (dans la i indi- cation, le cinède est le partenaire passif), se distingua dans les ouvrages licencieux, au point que tous les ouvrages remarquables par une excessive impudeur ont garde l'épithète de sotadiques (voir Forberg, De flguris Yencris, préface).


AVIS AU LECTEUR 35

Mais on ne doit pas s'étonner qu'une femme se soit appliquée à traiter de semblables matières : Eléphantis, une jeune fdle, et quelques autres encore, se rendirent célèbres par des compositions du même genre. Au sur- plus, les femmes sont plus aptes à peindre ces sortes de tableaux, pour peu qu'elles soient d'une intelligente et spirituelle lubricité; ne sont-elles pas elles-mêmes le terrain des voluptés, le champ où naissent, florissent, prospèrent et, pour le dire en un mot, prennent leur orient et leur couchant les séduisantes jouissances et les plus délicieux plaisirs? Peut-être ne fut-elle pas si ferme qu'elle se refusât à laisser amollir son âme par le senti- ment de la volupté et à goûter les joies de la vie; une partie des aventures qu'elle raconte sont les siennes propres, je pense, et ce doivent être les meilleures. Elle écrivit en espagnol ; le savant Jean Meursius, une des plus pures lumières de l'Académie de Leyde, en Hol- lande, alors adolescent et à peine sorti de la jeunesse, traduisit l'ouvrage en latin ; sans doute y ajouta-t-il cer- taines choses que je croirais difficilement venues à l'idée de Luisa. Mais le livre de Luisa est perdu; le travail manuscrit de Meursius, ou, si l'on veut, son commen- taire, m'est seul parvenu : je n'oserais rien affirmer. Quoi qu'il en soit, ces dialogues ne sont l'œuvre ni d'un esprit stérile, ni d'une érudition indigente; ils ne causent nul ennui au lecteur et n'irritent aucunement la bile du vrai sage. Nous produisons au jour les cinq premiers (i) qui, par un heureux hasard, sont tombés entre nos


(i) La première édition contenait néanmoins six dialogues et non cinq, ainsi que semblerait l'annoncer ce passage. Le sixième se trouva prêt, sans doute, au moment de la mise en vente, et on l'ajouta aux cinq premiers; il porte d'ailleurs une pagination sépa- rée. Le septième ne parut que beaucoup plus tard (vers 1678). (Note Liseux.)


36 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mains : il eût été honteux d'en priver notre âge, ami des lettres, et c'eût été bien dur pour les studieux amateurs de la haute philosophie. Les deux qu'il nous reste à édi- ter surpassent, dit-on, de beaucoup les autres, par leur perfection et leur ingénieuse lasciveté : le sixième ne se contente pas de décrire, il place les tableaux sous les yeux ; le septième récrée merveilleusement par une variété de récits et d'anecdotes qui se rattachent au sujet; il repaît l'esprit comme d'un mets assaisonné de sel attique et dont on ne peut jamais se rassasier. Avant qu'il soit long-temps, ils tomberont, grâce à moi, dans le domaine public : qui ne supporterait malaisément et péniblement d'être privé de si piquants, de si plaisants et même si utiles préceptes de bonne vie, pour insensible et engourdi qu'il soit? L'orateur Tullius peut recomman- der les bonnes mœurs; le philosophe Platon en tenir école : les mimes Publius Syrus et Laberius y exhorte- ront bien mieux. Celui-là frappe et émeut l'esprit qui sait mêler l'utile à l'agréable, et le verbeux orateur, le philosophe décharné, sont fort éloignés de ce mérite. Un habile médecin augmente la force des remèdes, en écar- tant d'eux la répugnance et le dégoût, lorsqu'il les fait prendre dans des sucreries; telle était la pensée de Luisa : il lui semblait qu'elle remporterait tous les suf- frages, elle qui, si ing-énieusement, si plaisamment, avait su mêler l'utile et l'agréable. Adieu.


(On trouve à. la fin du Manuscrit de Meurslus une poésie à la louange de Lulsa : je n'oserais dire qu'il n'y manque rien.


Poésie à la louange de Luisa

Par Dan. H*" B"* (i).


Dirai-je ton génie on tes mœurs ? ô vierge de Tolède, unique gloire! L'âge des aïeux n'en vante pas de sem- blable. Les cimes du Parnasse te voudraient pour dixième Muse ; dans leurs bras t'appelleraient les Muses : le joyeux Apollon irait vers toi, ravi, et de toi seule, parmi les Héroïnes, l'amoureuse Écho ferait résonner les bois ombreux. Audacieuse, tu as pu inspirer ce courage à la Pudeur virginale et l'habituer, timide, à une guerre en règle. Au nom de Vénus ne s'est pas enfuie la Pudeur : intrépide, elle harcèle l'ennemi qui l'insulte de ses paroles et la menace de ses rigueurs. Charmée des grâces d'une œuvre si élégante, Dioné s'abuse et, dans son vain espoir, attend des louanges nouvelles : « Allez rapides, allez, dit-elle, Amours, mais d'un coup d'aile gagnez les plaines que le Tage arrose d'or épars ; vers ses rives verdoyantes, entourez de vos jeux folâtres la jeune fille et, circonspects, écrivez les louanges de la cruelle. Nos

(i) Ces initiales désignent Daniel Hcinsius, Batave.


38 l'œuvre DE NICOLAS CHOMER

traits pourront incendier même des âmes de bronze, lancés par cette main; et la Vertu recevra des chaînes et suivra nos chars en captive. toi qui, embaumée, surgis dans un florissant royaume, je te salue, don immortel d'une tendre jeune fille ! »

Minerve courroucée ne supporta pas ces accents; sou- riante, elle rumine de nouvelles colères : « Coquine, dit- elle, c'est bien la guerre, coquine de Vénus; rejette ces vains espoirs ; qu'une fallacieuse erreur ne te déçoive. En doutes-tu ? C'est bien la guerre : contre toi, impure, osa ourdir ces ruses une pure vierge, d'une chasteté intacte; elle te menace de l'épée, te serre de près, te poursuit victorieuse, toi en rut, jusqu'en tes repaires, et, terrible guerrière, resplendit de dépouilles opimes. Ingé- nieuse, elle te combat sous tes enseignes : comment eût- elle mieux écarté les esprits des vices honteux et de toi- même, gouffre aveugle des vices? Saine, elle étale aux yeux les ardeurs de la passion malsaine, les forfaits dégoûtants de pus infect, et les ordures des étables d'Augias, des cloaques débordés, et les fureurs que tu oses exercer dans la nuit scélérate. »

Vénus gémit et pousse des soupirs haletants : « Depuis, dit-elle, que nous virent, nues, sous l'Ida, les Dryades accourues, et que, cràce à l'arbitre choisi, j'ai triomphé, seule, j'eus à supporter toutes les colères de la cruelle Pallas. Pourquoi, sans égard à la justice, me poursuis-tu de haines iniques? Quelle est ma faute, si je surpasse en beauté toutes les Déesses ? Continue pourtant, Pallas. Ce que tu gagneras par cette entreprise, vois-le toi-même. Mais tu oses, frivole, lancer de vaines menaces? Tu espères pouvoir anéantir mon royaume et troubler mes joyeux triomphes? Tu n'en feras rien. » Doucement sou- rit la farouche Pallas : « Non, dit-elle, une vierge à l'éclatante vertu le fera bien. Ce siècle te renversera et,


POÉSIE A LA LOUANGE DE LUISA 39'

vengeur, te mettra en deuil. Ces honneurs que tu désho- nores, Cypris, ruffiane et putain, elle te les enlèvera malgré ton assurance. Tu t'enfuiras, éplorée,. sous le Tartare. »

Salut, nouvelle étoile qui te lèves au ciel ibérien ! Tel le Délien surgit des Indes Orientales, telle s'élève Luisa de l'occidentale Ibérie. Avec le jour, il répand à travers l'espace les ris et les chants; pour toi, Flore exhale les odeurs suaves, et les nouveaux astres du ciel, astre nou- veau, t'admirent. L'amour de la gloire te place parmi les constellations brillantes et te porte aux sublimes cita^ délies du vrai. non pas héroïne, mais vraiment noble héros ! En dépit de la Nature, tu as semblé dépouiller ton sexe ; t'élevant bien au-dessus de lui, tu revêts le courage et les soucis virils, et généreuse tu t'oublies et t'abandonnes toi-même. Que tu sois une Divinité heureu- sement envoyée des régions supérieures et issue de la céleste progéniture de Phœbus, qui le niera? Salut, nou- velle étoile qui te lèves au ciel ibérien l


Horoscope de Tubero 1


(i)


Choque, Muse joyeuse, tes rauques cymbales, exhale de ta poitrine en feu de rauques mélodies; que g-eais et grenouilles luttent avec toi qui chantes, et que ni celles- ci ni ceux-là ne surpassent tes aigres sons. Revêts comi- quement le masque et excite le rire : il faut chanter Tubero. Qu'attends-tu? Commence.

Comme sa mère accouchait, lasse du fardeau : « Lucine- Junon, prête-moi, secourable, bonne assistance! » s'écria- t-elle. Sur le blême visage de Féplorée cracha Junon, se détournant ; elle ricana et s'enfuit. Laverna vient : « Ce sera mon affaire », dit-elle en riant, et elle lave ses mains dans le Styx. Elle sert de sag-e-femme et reçoit le faix, tombant de la mère. A l'enfant qui vagit elle applique les premiers baisers, ivre de joie et d'espoir préconçu. Arrive Cotytto, de toutes parts en rut; arrive le fds de Maïa, habile à parler, expert à ourdir des ruses et d'obscures fourberies ; et de-ci de-là voltigent de vagues fantômes : la Dissimulation, la Fraude, la Moque- rie, l'Espoir, le Parjure. La friponne Laverna se caresse


(i) Ce Tubero, c'est sans doute (Liseux dit certainement) Lamoi- g-non, maître des requêtes, qui fut le rapporteur du procès des consuls de Grenoble au parlement de Paris. C'était un homme hypo- crite, doucereux, impitoyablement cruel. Chorier lui avait voué une haine vigoureuse.


HOROSCOPE DE TUBERO 4l

les fesses dodues de tapes légères ; elle grogne et s'ap- plaudit. « Oh ! triomphe ! » crie-t-elle, et, sautant, elle jette des éclats de rire. « cher enfant, mon honneur, ma gloire, dit-elle, que ne te présagerais-je? De plus fourbe, nul âge n'en produira. Soit qu'à tramer la perte de gens sans méfiance, soit qu'à répandre les calomnies tu appliques ton esprit avide, nul ne t'enlèvera la palme, ô tète laurée d'une noble mentule ! Que te cèdent les Sinons et les futiles Phrynonides, que te cèdent Ulysse aussi et le rusé Sysiphe, tu seras pour moi le fort où, au besoin, j'irai prendre mes traits, les fraudes, et tes mérites, les ruses. Mais, adroite, je n'accorderai à nul de paraître de mœurs plus honnêtes. Trompe : ainsi tu le peux sûrement. Compose ton visage ; les mœurs, cela importe moins. Qui donc ira vers toi à travers tes Sym- plegades? Le crédule se vante de te connaître à fond. Est-il sage ? Il n'est pas sage. L'anneau de Gyyès n'ensei- gnait pas les voies obliques autant qu'à toi te l'enseigne l'amour des ténèbres. Ce que tu es, nul ne le saura, ô poupon, digne des embrassements de Laverna ! Prati- quant assidu des autels, habitué des temples, tu y seras en spectateur, et aussi en spectacle. Mais en dedans tu auras pour dieux la furieuse ambition, et la pâle Envie, et la Rage de la vengeance cuisant tes moelles, et la puante Faim de l'or. Que les niais pratiquent ce qui sied, et toi ce qui t'agrée, jeune homme au nez morveux, vieillard pour les ruses. Que ne te souhaiterais-je pas? Que ne te présagerais-je? Tu me surpasseras moi-même, Protée, par mes propres artifices, entre tous les coquins, Héros unique. Qu'en ton sein réside ma divinité, que moi-même, Laverna, je me cherche en toi et veuille qu'on m'y cherche. »

Ici elle éternua; l'enfant peta : ainsi accepta-t-il l'au- gure.


!\-l L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Cotytto rit el, de ses mains' délicates, applaudit. Son brillant visage fleurit d'une vive beauté, ses yeux fripons exciteraient la lasciveté, même sommeillante, même engourdie par l'âge. Elle a les seins nus, nus aussi les bras et nues les cuisses taillées dans un marbre vivant, dans de la neige vivante. Mais où se cache, timidement blottie au bas du ventre, l'honnêteté du sexe, un voile de soie protège mal la partie en feu ; tu j'userais un nuaire transparent. Le désir libertin l'aiguillonne; éperdue, avec rage elle fatigue ses membres asiles de rapides mouvements; piquée du taon occulte, spontanément elle coule, fondue en eau, et d'une blanche liqueur souille ses cuisses. « Joli enfant, dit-elle, ô comble de ma joie,, comble de ma gloire et de mon espoir certain ! Initié, lu assisteras, bandant, à mes mystères. Tu y présideras, brûlant d'un violent priapisme. Tu feras et subiras rude- ment, à toi seul, de rudes choses, cinède et pédicon de beaucoup le plus déterminé. Tu m'auras libérale, par mes lascivetés ! Moi aussi. Nulle salacité de la brûlante Vénus, culetant et repoussant, ne brisera la tienne, qu'avec toi, par devant ou par derrière, elle engage la lutte. Il s'émerveillera, t'enviant les reins toujours dis- pos, toujours égaux à tes désirs et aux miens, celui qu'on adore à Lampsaque. Nul bouclier n'émoussera la pointe du javelot; un jour craindra les menaces dû cimeterre déirainé, Pyrrha, consumée de vieillesse., et tu n'épargneras pas la vieille. Tu t'élanceras en armes, «ronflant d'une feinte colère la mentule, et pas une beauté n'épuisera tes forces. Dans tes muscles fatigués renaîtra une vigueur nouvelle. N'épargne pas tes reins; moi-même, je redonnerai du souffle à ta veine épuisée, j'y verserai la douce liqueur. Et, par Hercule! tu ne les épargneras pas, si je te connais bien. Pour toi Vénus- revêtira d'étranges figures; enragée, elle ne se refusera


HOROSCOPE DE TUHF.IK) 43 :

pas à un enragé, elle ne refusera rien non plus à ton extravagante luxure. Tu suceras, tu irrumeras : je le verrai et j'applaudirai ; en retour, tu seras suce et tu seras irrumé. La volupté d'un plat, assaisonné de crime, s'accroît : dans tes transports la plus honteuse te sera d'aidant la plus douce. Mais comment dirai-je les turpi- tudes de ta main gauche (i) ? Comme elle jouera, la per- verse ! Comme vite de femme elle te tiendra lieu ! Comme à sec elle engagera la stérile bataille ! Mais tout cela dans l'ombre. D'une nuit obscure tu te couvriras, toi et tes fureurs; la perspicace Envie s'émoussera, trompée par tes habiles artifices. Homme adroit, teins de rou- geur ton front, d'une rougeur empruntée ; tu le teindras,, et je me réjouis de le voir si bien teint, et ta face rou- gissante te fera croire honnête, et l'imbécile plèbe prêtera foi à l'imposteur. Que ne te souhaiterais-je ? Que ne te présagerais-je ? »

Elle se tait ; l'enfant bande : ainsi accepte-t-il l'au- gure.

« Moi, je te prodiguerai à pleines mains tous mes tré- sors, espoir du Styx, ô cher enfant ! » ajoute, en brandis- sant la verge d'or, le Cyllénien. « Je répandrai sur tes- lèvres menteuses un doux poison ; on boira tes paroles ; la peste que tu renfermes touchera les cœurs, en pas- sant par les oreilles avides. Par l'inflexion de ta voix, comme le veut l'usage, tombant avec grâce, et tes am- bages merveilleux, tu feras qu'en parlant la sentence décidée en ton esprit personne ne la devine : mielleux de bouche, plein de fiel amer dans le cœur. Les Solons auront bien moins que toi enveloppé leur pensée d'un ténébreux silence. Tu seras le salut des méchants, mais


(i) Martial, IX, 42, dit à Ponticus qu'il a comme putain sa main, gauche. Voir Forberg, Defiguris Veneris, chap. iv.


44 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

recueil des bons ; à toi les ruines, les deuils, les meurtres, scélérat ! Habile à ourdir des ruses, avec quelle effron- terie, étant noir, tu paraîtras blanc ! Gomme de miel tu adouciras le poison ! Sous des roses éparses et sous la suave rosée des fleurs, comme tu cacheras l'aspic ! Par- dessus tout, tu seras travaillé du honteux amour de l'ar- gent, et les flots précieux et au loin célèbres du Tage n'apaiseront point ta soif. Ton guide moi-même, je te suggérerai de nouveaux artifices. Tu chemineras par les sentiers ténébreux, mais sûrs, du lucre déloyal, sous mes auspices, vers d'immenses richesses ; ce qui te plaira, ce grand Jupiter le fera tourner à ton profit ; à ses genoux, suppliant, tu tomberas servilement ; tu le flatteras, remplissant en bouffon le rôle de mime. Tu ne réputeras honteux rien de ce qui seulement rapporte du gain ; ta religion sera dans ta caisse, ton Dieu dans tes écus ; la stupide Fortune se ruera dans tes bras. Je serai l'entremetteur : rien qu'à ta vue elle sentira le prurit ; et tu ne manqueras pas toi-même, habile homme, de mêler le faux au vrai, la bouffonnerie au sérieux ; ainsi les perspicaces tomberont dans tes filets, même de leur plein gré, par mes prestiges. Tu auras en tci de quoi exciter mon approbation, mon émulation, sycophante, maquereau, pendard, gonflé de ruses! »

Ses onyles crochus démangent à l'enfant : ainsi accepte-t-il l'augure. Le neveu d'Atlas se réjouit ; Laverna hurle, chantonnant je ne sais quoi d'aigre ; la molle Catytto remue ses reins flexibles.


LA SATYRE SOTADIQUE DE LUISA SIGEA


PREMIER DIALOGUE


L'ESCARMOUCHE


TULLIA, OCTAVIA

Tullia. — Je suis enchantée, ma chère petite cousine, que ton mariage avec Caviceo soit enfin décidé ; car la nuit où il te rendra femme par ses embrassements, cette nuit-là, sois-en bien sûre, te fera goûter le suprême plaisir, si du moins Vénus t'est aussi favorable que le mérite ta céleste beauté.

Octavia. — Ma mère m'a dit ce matin que dans trois jours j'épouserais Caviceo. Déjà l'on prépare tout à la maison : le lit, la chambre à coucher, et le reste. Mais tout cela me cause moins de joie que de peur : j'ignore, en effet, quel peut être ce plaisir dont tu parles, ma chère petite cousine, et je n'en ai aucune idée.

Tullia. — A ton âge, et si délicate (car tu entres à peine dans ta quinzième année), il n'y a rien d'étonnant à ce que tu ne saches pas ce que moi-même j'ignorais lors de mon mariage, bien que je fusse plus âgée que tu ne l'es. Je ne savais rien de ces délices que me vantait


4G L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Pomponiaavec tant de feu, elle qui les connaissait depuis trois ans.

Octayia. — Vraiment, tu n'en savais rien ? voilà qui m'étonne fort. (Laisse-moi parler avec un peu de liberté dans ces derniers jours de pleine liberté que je goûte.) Car à défaut de la pratique, que tu n'avais sûrement pas, ta grande érudition tout au moins avait dû te découvrir •ces secrets. Bien des fois j'ai entendu des gens te porter aux nues et dire que tu es tellement versée dans les lettres latines et grecques et dans presque tous les arts libéraux qu'il ne te reste guère plus rien à apprendre.

Tullia. - C'est à mon père qu'en revient l'honneur si, avec le même soin que la plupart des autres fdles mettent à s'acquérir la réputation d'être belles et gracieuses, j'ai préféré, moi, conquérir le renom de fille instruite. Et l'on prétend (car on aime mieux flatter que dire la vérité) qu'il n'a pas tout à fait perdu sa peine.

Octavia. — On dit aussi, lorsqu'on ne veut pas flatter, que rarement la chasteté et les bonnes mœurs sont res- tées l'apanage de celles de notre sexe qui ont passé pour érudites et qui ont recherché la gloire.

Tullia. — On accuserait mes mœurs, à moi que l'on déclare savante?

Octavia. — Eh ! non : si quelque chose t'a valu l'ad- miration de tous, c'est justement que tes bonnes mœurs, que ta chasteté n'ait en rien souffert de ton érudition : tu nous as fait voir un merle blanc. Mais pourquoi les Muses, qu'on dit vierges, passent-elles pour ennemies de l'honneur des vierges ? Elles qui, de leur feu, nous embrasent pareillement, hommes et femmes, et nous excitent aux grandes et louables passions, pourquoi dit-on qu'elles corrompent nos âmes? Sans doute parce que les hommes, avec une sorte de malignité arrogante


l'escarmouche 47

et niaise, sont jaloux de ces biens dont ils s'enorgueil- lissent et nous rendent victimes de leur envie. Les venins et les poisons, les hommes ne les fuient pas moins que nous (sexe faible, comme ils nous appellent), parce que le même virus qui peut nous ôter la vie le peut aussi à eux. Si la science est pour nous un poison, une peste, ainsi qu'ils prétendent, comment se peut-il que, pour être utile aux hommes (car ils ne nient pas qu'elle leur soit utile), une chose si mauvaise change tout à coup de nature? Si par son essence même la science est pour nous comme une source de tous maux et de tous désastres, comment à cette même source boiront-ils, eux, du nectar et des eaux vives de gloire immortelle, quand nous autres, malheureuses infortunées, nous y buvons quelque chose comme les eaux du Styx, des eaux sulfureuses qui nous excitent aux débauches où ils nous entraînent par leur empire ou nous induisent par leur exemple ? C'est ainsi, je m'en souviens, que tu par- lais ces jours derniers dans une conversation avec mon cher Caviceo. Assurément, il est beau à toi d'avoir jus- qu'à présent conservé pure ta réputation d'honnête femme, avec cette beauté qui enflamme jusqu'aux plus froids, avec cette érudition qui te rend maîtresse des cœurs insensibles à la beauté.

Tullia. — Toi qui t'exprimes ainsi, toi qui sais que l'amour enflamme le cœur des hommes, ah ! ah ! tu n'es pas aussi ingénue que je le pensais.

Octavia. — Puis-je ignorer tout à fait ce que les yeux, le front, tout le visage enfin de Caviceo m'ont dit si sou- vent, même quand il se taisait ? Mais vraiment lorsque, il y a huit jours, il prit avec moi quelques libertés, j'admirais la fouuue qu'il mit dans ses baiser; et je ne me doutais qu'à demi de ce que signifiaient ces transports et cette ardeur.


48 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Tullia. — Ta mère était sortie? tu étais seule? tu ne craignais rien de lui?

Octavia. — Ma mère était sortie ; que pouvais-je craindre de lui ? Pour sûr, je ne craignais rien.

Tullia. — Il ne t'a rien demandé que des baisers?

Octavia. — Non, et même c'est malgré moi qu'il les a pris, en dardant sa langue enflammée entre mes lèvres, qu'il voulait ouvrir, le fou.

Tullia. — Qu'éprouvais-tu alors?

Octavia. — Je t'avouerai qu'une certaine chaleur, inconnue jusqu'alors, m'envahit ; le feu coulait dans tous mes membres. Il crut que je rougissais de pudeur ; il cessa un instant ses folies et arrêta sa main par trop active.

Tullia. — Continue.

Octavia. — Oh ! ces coquines de mains, je les ai en exécration, tant elles m'ont tourmentée, éreintée, mise en feu !

Tullia. — Joli !

Octavia. — Que te dirai-je? Il plonge sa main dans mon corsage, se saisit de mes seins, et tout en les pétris- sant de caresses, voilà que tout à coup il me jette sur le dos.

Tullia. — Tu rougis ; tu y as passé.

Octavia. — Sa main gauche appuyée sur ma poitrine (je raconte la chose comme elle est), il avait facilement raison de tous mes efforts. Il envoie alors sa main droite en excursion sous ma robe. Je n'ose pas, je n'ose pas dire.

Tullia. — Laisse-moi donc cette ridicule pudeur et imagine-toi que tu te racontes ce que tu me dis.

Octavia. — Ayant relevé ma robe jusqu'au-dessus des genoux, il caressait mes fesses. Oh ! si tu avais vu ces yeux brillants !


l'escarmouche 49

Tullia. — Étais-tu heureuse dans ce moment-là?

Octavia. — Sa main s'élève toujours plus haut ; elle atteint cet endroit qui, dit-on, nous distingue de l'autre sexe et d'où, depuis un an, tous les mois s'écoule pen- dant plusieurs jours une fontaine de sang - .

Tullia. — Courage, Gaviceo, ah ! ah ! ah !

Octavia. — Oh! le brigand d'homme! « Voilà, dit-il, qui bientôt me donnera la suprême jouissance. Laisse faire, ma petite Octavia. » Moi, à ces paroles, peu s'en fallut que je ne m'évanouisse.

Tullia. — Et lui, donc ?

Octavia. — Cet endroit dont je te parlais est pourvu d'une toute petite entrée, bien que cela puisse t'étonner.

Tullia. — Oui, mais combien chaude !

Octavia. — Il y enfonce le doigt, mais en éprouvant tant de difficulté que je ressentis une douleur cuisante, tandis que lui s'écrie : « Elle est vierge ! » Aussitôt, m'en- tr'ouvrant les cuisses violemment, bien que je m'y oppo- sasse de toutes mes forces, il se jette sur moi...

Tullia. — Tu t'arrêtes ? Il n'a rien introduit d'autre que son doigt...

Octavia. — Suis-je assez effrontée d'en dire si long?

Tullia. — Bah ! moi aussi, que tu estimes tant, j'y ai passé comme toi. Rien de plus entreprenant qu'un fiancé, que tout délai irrite, exaspère, jusqu'à ce qu'il ait cueilli la fleur de sa fiancée.

Octavia. — Je sentis bientôt entre les cuisses quelque chose de lourd, de dur et de chaud. Caviceo, d'un vio- lent effort, veut l'introduire en moi. Mais, rassemblant toutes mes forces, je me jette de côté et passant ma main gauche entre nous deux, je la porte sur le théâtre du combat.

Tullia. — Tu as pu, d'une seule main, détourner une telle catapulte ?

4


50 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

Octavia. — Oui. «Oh ! le méchant! disais-je, pourquoi me tourmenter ainsi ? Laisse-moi, si tu m'aimes ! Qu'ai-je donc fait pour mériter ce supplice ? » Et des larmes cou- laient de mes yeux; vraiment, j'étais si émue que je n'osais même pas ouvrir la bouche, ni pousser un cri pour appeler au secours.

Tullia. — Ainsi Caviceo ne put réussir à le trans- percer de son glaive ?

Octavia. — D'un coup de main j'ai détourné le coup ; mais, chose affreuse, voilà qu'aussitôt j'ai été inondée d'un liquide chaud, visqueux, au contact duquel ma main recula de crainte et d'horreur.

Tullia. — Ainsi il n'a pas été vainqueur, mais tu ne fus pas tout à fait victorieuse, car peu s'en est fallu qu'il n'ait remporté une vraie victoire.

Octavia. — Depuis ce jour, Caviceo me paraît plus aimable. Et je ne sais quel impuissant désir agite mon esprit. J'ignore ce que je veux, et je ne peux le dire. Tout ce que je sais, c'est que de tous les hommes Caviceo est celui qui me plaît le plus ; de lui seul j'attends le suprême bonheur, que je ne peux concevoir, ne sachant ce qu'il doit être. Je ne désire rien, et je désire pour- tant.

Tullia. — Heureusement, je suis là pour te servir d'Œdipe dans tes incertitudes. Ce que le précepteur et interprète d'amour, Ovide (i), a écrit de Biblis te convient à merveille :

« D'abord, elle ne comprend rien à ces feux et ne croit pas mal faire en prodiguant ses baisers... Elle ne se connaît pas encore et, sous son amour, ne ressent aucun désir, quoiqu'en dedans elle bouillonne... Tant qu'elle veille, elle n'ose abandonner son âme à


(ij Métamorphoses, liv. IX, v. 456 et suiv,


l'escarmouche 5r

d'obscènes espérances, mais plongée dans le tranquille sommeil, sou- vent elle voit l'objet aimé, elle se voit le corps enlacé à celui de son frère et rougit, quoique assoupie encore. Ce sommeil fuit ; long- temps silencieuse, elle évoque le songe qui a troublé son repos et, l'esprit incertain, s'écrie : « Malheureuse ! que me veulent ces illu- sions de la nuit'? Qu'elles ne se réalisent jamais ! Pourquoi fais-jc de tels rêves ? »

Le songe fait honte : on l'aime cependant ; et tandis que l'image du plaisir amuse l'esprit, les sens fondent en quelque sorte dans une extase suprême. Tu rougis ? Je t'y prends, et il me semble t'entendre me dire :

« Ah 1 pourvu qu'éveillée je ne tente rien de semblable, que le sommeil souvent m'apporte de pareils rêves ! Un rêve est sans témoins, mais non sans une illusion de volupté. O Vénus, et toi, fils aîné d'une si tendre mère, Cupidon, que de plaisirs j'ai eus ! Quelle volupté complète m'a envahie ! J'en suis retombée, pénétrée jusques aux moelles ! Que le souvenir en est doux ! Que le plaisir fut court 1 Que la nuit s'est promptement enfuie, jalouse de mon bonheur ! »

Octavia. — Je ne veux point le nier : jour et nuit, j'ai Gaviceo devant les yeux, et je ne vis que dans l'es- pérance d'une volupté indicible. Et plus d'une fois j'ai souhaité pour Caviceo une occasion semblable à celle de ce jour-là, que moi, pauvre innocente, j'ai tristement laissé perdre.

Tullia. — Que ferais-tu, alors ?

Octavia. — A toi de répondre. Je serais plus savante, et lui plus heureux. A peine m'étais-je rhabillée, voilà ma mère qui arrive.

Tullia. — Malheur à toi ! Je sais quelle femme elle est et combien elle est sévère.

Octavia. — Elle n'a cependant rien dit de désagréable à Caviceo, ni à moi. Elle nous a demandé, en souriant, quels propos nous avions ensemble, lequel de nous était le plus amoureux. « Car qui est le plus digne d'être aimé, je ne le demande pas, dit-elle : c'est toi, Caviceo,


52 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIKR

et je ne pense pas qu'Octavia dise le contraire. Je vou- drais pourtant, puisque l'hymen va bientôt vous unir, sous d'heureux auspices, je l'espère, que toi, Caviceo, tu aimes mon Octavia, la tienne aussi, non en raison de son mérite, qui est bien peu de chose, mais en raison de ton généreux caractère. Vous viviez l'un et l'autre, dans cette union des cœurs, de longues et heureuses années. »

Tullia. — Mais que se passa-t-il après le départ de Caviceo ?

Octavia. — Ma mère me demanda ce que signifiait ce qu'elle avait vu de ses propres yeux. Je voulus m'excu- ser : elle me pressa de dire la vérité. Je me plaignis qu'il m'avait presque fait violence ; que voulait-il, que cherchait-il, je ne savais ; mais je ne croyais pas avoir fauté. Elle insista, me demandant s'il avait violé l'inté- grité de mon corps ; je lui dis non. Là-dessus elle me dit de bien prendre garde à lui et me fait des menaces si je n'en tiens pas compte. <x Car enfin, ajouta-t-elle, dans peu de jours, tu dois lui être unie, ma fille ; mais tiens- loi pour assurée que si auparavant il peut prendre de toi une jouissance complète, ou bien il s'en ira pour toujours, ou bien, s'il préfère être félicité de sa con- stance, il te tiendra en protond mépris. De ces alterna- tives, l'une est aussi triste que l'autre, et loin qu'une fille bien née puisse s'y résigner tranquillement, elle aimerait mieux la mort même. » Depuis ce jour, manière veille sur moi avec une sollicitude inquiète, de façon que jamais Caviceo ne me trouve seule ; jamais non plus il n'a pu me parler seule.

Tullia. — Bien sûr ; l'homme à qui, dans la première jeunesse (et Caviceo est un jeune homme), il arrive de jouir pleinement du corps désiré, la chose une fois faite,


l'escarmouche 53

ce qui n'a pas échappé au Stagyrite (i), le plus souvent hait celle qui auparavant le faisait se consumer d'un fol amour. Je n'en loue pas moins ta franchise, Octavia, et j'agirai aussi franchement avec toi, n'en doute pas. Ta mère m'a demandé de te découvrir les secrets les plus mystérieux du lit nuptial et de Rapprendre ce que tu dois être avec ton mari, ce que ton mari sera aussi, touchant ces petites choses pour lesquelles s'enflamment si fort les hommes. Cette nuit, pour que je puisse t'endoctriner sur tout d'une langue plus libre, nous coucherons ensemble dans mon lit, dont je voudrais pouvoir dire qu'il aura été la plus douce lice de Vénus. Après, tu auras un meilleur coucheur que je n'aurai été bonne coucheuse.

Octavia. — Tu veux rire, Tullia ; cesse de parler ainsi, tu fais à mon amour pour toi une injure que le tien ne supporterait pas, si tu m'aimais du fond du cœur.


(i) Nom donné à Aristote, né à Stag-yre. Octavia nous a prévenus que Tullia était une savante.


DEUXIÈME DIALOGUE

TRIBADICON


OCTAVIA, TULLIA

Octayia. — Nous voici dans ton lit ; tu as bien souvent voulu m'y faire passer des nuits, non seulement près de toi, mais dans tes bras, lorsque Gallias, ton mari, était absent.

Tullia. — Et j'y ai passé bien des nuits blanches, à cause de l'amour que tu faisais circuler dans toutes mes veines, l'amour dont je me consumais et qui me brûlait comme un incendie.

Octavia. — Tu m'aimais? Ne m'aimes-tu donc plus?

Tullia. — Je t'aime, chère cousine, et misérablement je meurs.

Octavia. — Meurs-tu pour de vrai, toi dont, au prix de ma vie, je voudrais préserver les jours? Quelle est cette maladie mentale? car tout me met hors de doute que tu te portes bien corporellement.

Ti llia. — Comme tu aimes Caviceo, ainsi je t'aime.


56 L'ŒUVRE DE NICOLAS GHORIER

Octavia. — Parle clairement : que signifient ces mois couverts ?

Tullia. — Mais, d'abord, toi qui es si charmante, si belle, si tendre, laisse de côté toute ta pudeur.

Octavia. — Lorsque tu as voulu que je me mette toute nue dans ton lit (et je viens d'y consentir), telle que je m'y mettrai, m'as-tu dit, pour me donner à Caviceo, n'ai-je pas assez rejeté toute ma pudeur?

Tullia. — En effet, la reine de Lydie l'a autrefois déclaré : « J'ai ôté ma tunique et dépouillé en même temps toute pudeur. »

Octavia. — Sur tes conseils, j'ai triomphé de ma timi- dité ; à ton exemple, j'ai triomphé de moi-même.

Tullia. — Donne-moi un baiser, aimable enfant.

Octavia. — Pourquoi non? tant que tu voudras, et comme tu voudras.

Tullia. — Oh ! la divine forme de bouche ! oh ! quels yeux plus brillants que le jour ! Oh ! quelle beauté digne de Vénus !

Octavia. — Voilà que tu rejettes les couvertures. Je ne sais ce que je craindrais, et je le supplie de me le dire, si tu n'étais Tullia. Tu m'as toute nue, que veux-tu davantage ?

Tullia. — Oh ! Dieux ! comme je voudrais que vous me permissiez de remplir l'office de Caviceo !

Octavia. — Que signifie cela? Caviceo se saisira-t-il de mes seins comme tu le fais? Ne cessera-t-il de m'embras- ser ? Va-t-il aussi me mordre, comme tu le fais, les lèvres,. le cou, les seins?

Tullia. — Ce seront, mon petit cœur, les préludes du combat, les hors-d'œuvre du festin de Vénus.

Octavia. — Cesse ; ta main caresse tout mon corps, in vas toujours plus bas, jusqu'à mes cuisses. Oh ! oh !


TRIBADICON 07

Tullia, pourquoi me chatouiller ainsi, dis? Qu'as-tu donc à me regarder aussi fixement?

Tullia. — Je contemple avec une voluptueuse curio- sité ce champ de Vénus; il n'est pas large, il n'est point spacieux, mais il est plein des suprêmes délices ; ton insatiable Vénus y épuisera les forces de ton Mars.

Octavia. — Tu es folle, Tullia; si tu étais Caviceo, je ne serais pas en sûreté. Te voilà assise à côté de moi, et tu parcours des yeux mon corps tout entier, par devant et par derrière. Il n'est rien chez moi qui surpasse tes propres charmes; regarde-toi, si tu veux voir quelque chose qui soit digne de ton amour et de tes éloges.

Tullia. — Je ferais montre de sottise et non de modestie si je niais être douée de quelque beauté; je suis dans la fleur de l'âge, à peine viens-je d'achever ma vingt-sixième année, et je n'ai encore donné qu'un enfant à Callias. S'il est quelque volupté que tes sens puissent se procurer chez moi, jouis-en, Octavia ; je ne t'en empêche point.

Octavia. — Ni moi non plus; prends avec moi tout ce que tu pourras de plaisirs; je te l'accorde. Mais je sais que d'une vierge comme moi on ne peut tirer aucune volupté, et que je n'en puis prendre davantage de toi, quoique tu sois véritablement comme un merveilleux jardin, plein de toutes sortes de délices et d'agré- ments.

Tullia. — Non, c'est toi qui as un jardin, un jardin où Caviceo rassasiera de fruits bien savoureux sa libi- dineuse lasciveté.

Octavia. — Je n'ai aucun jardin que tu n'aies toi- même, et abondant en mêmes sortes de fruits. Qu'est-ce que tu appelles un jardin? Où est-il? Quels sont ses fruits?

Tullia. — Je devine ta malice; puisque tu m'objectes


58 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mon propre jardin, c'est que tu connais le tien tout autant que je connais le mien.

Octavia. — Peut-être appelles-tu de ce nom cet endroit sur lequel tu as placé ta main grande ouverte, que tes doigts agacent, que tu chatouilles du bout des ongles comme pour m'exciter?

Tullia. — C'est cela, chère cousine; tu n'en connais pas l'usage, ignorante; mais je saurai te l'apprendre.

Octavia. — Si je l'apprenais avant mes noces, je ne serais plus ni chaste, ni digne de ton amour, puisque je différerais tant de toi-même. Dis-moi seulement à quel usage il doit servir. Mais d'abord couche-toi dans le lit; à rester ainsi assise, comme tu le fais, tu nous crées de la fatigue à toutes deux.

Tullia. — Je vais te donner satisfaction. Maintenant, dresse les oreilles; car, certes, Caviceo sera d'autant plus amoureux que tu auras écouté plus attentivement ce discours. Vénus le veuille ! Acceptes-en l'augure, Octavia.

Octavia. — J'en accepte l'augure. Tu éclates de rire ? Ce qu'il y a de malice sous tes paroles, vraiment, je ne le vois pas.

Tullia. — Mais tu le sentiras très bien, ce que par cet augure je souhaite de délices à ton jardin.

Octavia. — Tu parles à une sourde.

Tullia. — Fasse Vénus que tu entendes et que tu com- prennes ! Ce petit jardin à toi, auquel je souhaite que jamais ne manquent les fruits de Vénus, ni au prin- temps, ni en hiver; c'est cet endroit, chère cousine, qui sous la proéminence du bas-ventre cache une toison, chez toi un léger duvet, on l'appelle le pubis. Ce duvet est l'indice d'une virginité bonne à prendre et mure pour Vénus, lorsque chez la jeune fille, après sa pre- mière apparition, il commence à fleurir. Cymba, navis, co/ic/ut. saltus, clitorium, porta, ostium, /tordis, inter-


TRIBADICON 59

femineum, lamwiam, virginal, vagina, facandrum, vomer, ager, su/eus, larva, annulas, tels sont les noms que lui donnent les Latins. De leur côté, les Grecs l'ap- pellent aîSoTov, UXxa, yjalpoç, É<r/apa. Julie, fille d'Auguste, disait être sûre de ne donner à Agrippa, son mari, que des enfants on ne peut plus semblables à leur père, d'autant que jamais elle ne recevait de passag-ers dans sa barque, que celle-ci ne fût déjà pleine. Eoy.<£pa signifie âtre et cheminée; yû^oq pourceau; oD-y. c'est la lettre ainsi nommée chez les Grecs ; mais la forme de cette lettre diffère beauconp de celle de notre jardin. Je veux, cousine, que, cette nuit écoulée, tu sortes de mes bras plus savante que si tu avais dormi sur le Parnasse; je veux que tu puisses faire l'amour en grec; tu as appris de Juvénal ce que c'est.

Octavia. — J'aimerais mieux être aussi docte que toi, chère cousine, que me rassasier de voluptés. Lorsque je te vois si jeune et si savante, je voudrais que tu fusses Caviceo. Avec quel plaisir je le livrerais tous les trésors de ma beauté !

Tullia. — Embrasse-moi, chère enfant, moi qui brûle d'amour pour toi. Partout où je puis, laisse courir mes yeux et mes caresses. Caviceo n'y perdra rien, ni toi non plus. Oh! quels vains efforts sont les miens! A quoi veux-je aboutir, malheureuse? Comme je t'aime éperdu- ment !

Octavia. — Assouvis tes désirs, cède à cette ivresse de tes sens. Ce que tu veux, je le veux de toutes mes forces.

Tullia. — Eh bien, donne-moi la possession de ton jardin, que j'en sois la maîtresse : une maîtresse impuis- sante, hélas ! car je n'ai ni clef pour en ouvrir la porte ni marteau pour y frapper, ni pied pour y pénétrer.

Octavia. — Je te l'accorde entièrement, moi qui suis


Go L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

toute à toi. Ai-je quoi que ce soit qui ne t'appartienne? Tu te précipites sur moi ; qu'est-ce que cela veut dire?

Tullia. — Ne te recule pas, je t'en supplie; sois bonne.

Octavia. — Voilà; tu es tout entière sur moi, ta bouche à ma bouche, ta poitrine bat contre la mienne, ton ventre est collé au mien, je veux t'enlacer comme tu m'enlaces.

Tullia. — Lève encore tes jambes, croise les cuisses par-dessus les miennes. Je te fais connaître une Vénus nouvelle, à toi qui es toute neuve. Comme tu obéis dili- gemment ! Que ne puis-je commander aussi bien que tu exécutes !

Octavia. — Ah! ah! ma chère Tullia, ma maîtresse, ma reine, comme tu es agitée ! Je voudrais que ces flam- beaux fussent éteints; cela me fait honte que la lumière soit témoin de ma soumission.

Tullia. — Fais donc attention à ce que tu fais. Agite- toi comme moi, remue les fesses comme je le fais moi- même; lève-les en l'air, le plus haut que tu pourras. Crains-tu que le souffle te manque?

Octavia. — Vraiment, tes secousses nerveuses me fati- guent, tu m'étouffes. De personne autre je ne supporterais une si furieuse démonstration.

Tullia. — Octavia, serre-toi bien fort contre moi. Je sens tout mon corps se fondre, brûler d'une flamme...

Octavia. — Ton jardin met le feu au mien; retire-toi donc !

Tullia. — Enfin, ma déesse, je t'ai servi de mari ; tu es ma femme.

Octavia. — Oh ! plût au Ciel que tu fusses mon mari ! Quelle épouse aimante tu aurais! Quel époux adoré je posséderais !

Tullia. — Est-ce qu'au fond de tes entrailles, les sens ont jamais éprouvé de volupté plus grande?


TRIBADIGON Gl

Octavia. — Mais, Vénus me pardonne ! je n'ai pas ressenti le moindre plaisir de ce que tu as fait. J'ai été un peu troublée quand je t'ai sentie transportée au plus haut point, et quelques étincelles de ta flamme sont tombées sur mes sens; elles m'ont plutôt avertie de l'in- cendie que réellement incendiée. Mais, dis-moi, Tullia, est-ce que celte passion que tu éprouves envahit aussi les autres femmes et les fait aimer et assaillir les jeunes filles ?

Tullia. — Toutes les aiment et les assaillent, à l'excep- tion de celles qui sont stupides et froides comme la pierre. Car qu'y a-t-il de plus charmant qu'une fraîche et pure jeune fille, comme tu l'es toi-même, fraîche et pure? Ainsi, avant d'être changée en garçon, Iphis brû- lait pour lanthe :

« Iphis aime et désespère de pouvoir jouir; cela même accroît ses feux : vierge, elle brûle pour une vierge, et retenant à peine ses pleurs : « Que puis-je attendre », dit-elle, « moi, qu'un amour inconnu, étrange, une Vénus monstrueuse tourmente ? S'ils vou- laient m'épargner, les dieux eussent dû me faire mourir, ou, s'ils ne voulaient point ma mort, m'infliger un amour conforme à la nature... Ni la dureté d'un père ne te repousse, ni ton amie ne se refuse à tes vœux, et pourtant tu n'en jouiras pas; quand tout te serait propice, tu ne peux être heureuse, quand dieux et hommes y travailleraient. Maintenant encore, aucun de mes vœux n'est resté vain, et tout ce qu'ils ont pu, les dieux complaisants me l'ont donné. Ce que je veux, le veulent et mon père et lanthe et mon beau-père futur, mais la nature s'y oppose, plus puissante qu'eux tous; seule elle est implacable; voici venue l'époque tant souhaitée, voici le jour nuptial, lanthe va être à moi ; non, cela ne sera point ; dans l'eau nous mourrons de soif! A ces noces, o matrimoniale Junon, ù Hymen, pourquoi venir? Qui de nous deux conduira l'amour? tous deux nous portons le voile (i)! »

Il faut te l'avouer, Octavia, nous sommes bien liber-'


(i) Ovide, Métamorph., liv. IX, v. 723 et suiv.


()2 L'ŒUVRE DF. NICOLAS CHORIER

Unes, la plupart, du moins. Sais-tu ce que dit la Quar- tilla de Pétrone ?

<■ Que .Timon me prenne en haine si je me souviens d'avoir jamais été pucelle ! Toute gamine, je me suis corrompue avec des entants de mon âge; plus tard, les années se succédant, je me suis livrée à de plus grands garçons, jusqu'à ce qu'enfin je fusse parve- nue à l'âge que j'ai m. »

Octavia. — Jusqu'ici, Tullia, et tu t'en es bien assu- rée, je suis restée chaste de corps et d'àme. Tu me quali- fies de sotte et de stupide ; mais, à présent, je me sens chatouillée d'envies lascives, de désirs amoureux. Le jour de mes noces approche, et j'en suis bien aise, car, je le présume, c'est seulement dans les bras des hommes, quand ils couchent avec nous, que nous pouvons goûter une vraie et solide volupté.

Tullia. — Tu as raison, et tu l'éprouveras la nuit pro- chaine ; que le régal de Lampsaque te rende heureuse ! Mais l'enflure du ventre, la grossesse, l'accouchement, suivent de près les ébats trop libres des hommes avec nous et « les assauts d'une mentule en feu (2) ». En dehors du mariage, cette ardeur amoureuse qui invite et pousse les jeunes filles au complet coït est empoisonnée de périls et d'infortunes; sous le couvert de l'hyménée, au con- traire, tout se passe librement et joyeusement. Ce voile dont les jeunes mariées s'enveloppent la tête sert aussi à cacher leurs coupables débauches; grâce à ce voile, elles se dérobent on ne peut mieux à l'œil vigilant des lois et du public. Par conséquent, Octavia, c'est par une autre voie que les vierges et ceux qui embrassent le céli- bat doivent chercher la volupté vers laquelle tu vois toutes les uénérations d'êtres animés, comme parle


(n Pétrone} Satyricon, eh. xxv.

{2) Horace, Satires, II, 7, v. "17.


TRIBADICON 6$

Lucrèce, portées avec une violence que rien ne peut calmer, si ce n'est la force même de Vénus. Rien d'éton- nant donc à ce qu'une vierge soit aimée d'une vierge, quand les plus illustres des héros ont jadis trouvé dans leur propre sexe de quoi alimenter leur luxure.

Octavia. — Mais toi, lu n'es pas vierge, tu as eu com- merce avec un homme; il t'est loisible de goûter la volupté tout entière. Comment se peut-il donc que lu m'aimes, que tu cherches le plaisir par cette voie où Vénus s'ingénie à tromper Vénus?

Tullia. — Ce fut d'abord ma chère Pomponia (car je ne veux rien te cacher de mes actions» qui, familière avec moi comme nous l'étions dès le berceau, se mit, il y a quelques années, à m'initier à ce jeu. Elle est pleine d'ingéniosité, Pomponia, mais aussi d'effronterie ; liber- tine comme pas une, mais prudente encore plus que pas une. Au commencement, j'abhorrais un goût pareil, puis- peu à peu m'habituai à ce que j'appelais un supplice. Pomponia me montrait l'exemple, ne se contentant pas de livrera mes caprices la jouissance de son corps, mais m'ordonnant de m'enhardir, douce courtisane vis-à-vis de moi, procureuse vis-à-vis d'elle-même. A la fin, quand, j'eus fait un long apprentissage de ces plaisirs, il arriva qu'à peine pouvais-je me passer d'elle. Mais depuis que de tes innombrables flèches tu m'as touchée au cœur, Octavia, je me suis mise à brûler pour toi d'un tel amour, j'en brûle encore si fort, qu'au prix de toi j'ai tout en haine, même mon cher Callias; je crois que toute la volupté réside dans tes embrassements. Ne va pas pour cela me juger pire que les autres; ce goût est répandu presque dans tout l'univers. Les Italiennes, les Espagnoles, les Françaises s'aiment volontiers entre elles, et si la honte ne les retenait pas, elles se jette- raient dans les bras les unes des autres, en rut. Cette-


04 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

pratique était surtout familière aux Lesbiennes; Sapho en a illustré le nom, bien mieux, elle l'a ennobli. Que de fois Andromède, Athys, Anacloria, Muais et Girino, ses mignonnes, ont fatigué ses flancs (n! Les Grecs appellent tribades les héroïnes en ce genre ; les Lalins leur donnent les noms de frictrices et subagitatrices. Pli i- lœnis, qui s'adonnait éperdument à ce plaisir, passe pour l'avoir inventé; par son exemple, car elle était une femme d'une grande renommée, elle répandit chez les femmes et chez les jeunes filles le goût d'une volupté inconnue jusqu'à elle (2). On les appela tribades, de ce qu'à tour de rôle elles foulent et se font fouler; fric- trices, du frottement du corps ; subagitatrices, de leurs violents mouvements des hanches. Que veux-tu de plus, ma chère Octavia? Faire et se laisser faire, c'est d'une femme qui n'est pas bête et dont le cœur bat vigoureu- sement dans la poitrine.

Octavia. — Par Hercule ! tu racontes de jolies choses, mais elles sont non moins absurdes que plaisantes.


(1) « Les écrivains anciens nous apprennent que cet étrange raffi- nement (le tribadisme) fut très familier aux femmes de Lesbos. Est-ce à cause de l'influence du climat, ou bien des qualités spé- ciales du sol et des sources, ou encore pour d'autres mottfs ? Il est difficile de le déterminer. Lucien dit, au cinquième Dialogue des Courtisanes : « On dit qu'il y a dans Lesbos des femmes qui ne veulent rien souffrir des hommes, mais jouissent elles-mêmes des femmes, comme si elles étaient des hommes. »

Voir Forberg, De figuris Yeneris, chap. vi ; voir aussi Lucien, Dia- logues des Courtisanes, v {Dissertations amoureuses de Lucien, pp. i3etsuiv. : Bibliothèque des Curieux, 1909).

(2) « Au nombre des tribades, dit Forberg-, il faut aussi compter Philénis, la même sans doute qui fit un traité des postures, si l'on en croit la tradition rapportée par Lucien, Les Amours, chap. xxviu : « Que nos gynécées se remplissent de Philénis, qui se déshonore « par des amours androgynes. »


TRIBADICON 65

Enfin, tu as été ce soir et tribade et frictrice et subagita- trice ; mais moi, comment m'appelles-tu?

Tullia. — Ma tendre, ma charmante, ma divine Cypris. Toutefois, je n'ai rien mis en usage qui eût pu faire le moindre tort à ton intégrité, qui m'eût aidée à fracturer cette petite porte-là, à cueillir la (leur de ta virginité.

Octavia. — Comment cela t'eût-il été possible?

Ti llia. — Les Milésiennes se fabriquaient en cuir des simulacres longs de huit pouces et gros à proportion. Aristophane nous apprend que les femmes de son temps avaient coutume de s'en servir (i). Aujourd'hui même encore, chez les Italiennes, les Espagnoles surtout, et même chez les Asiatiques de notre sexe, cet instrument tient la place d'honneur dans la toilette féminine; c'est le meuble le plus précieux ; il coûte fort cher.

Octavia. — Je ne comprends pas ce que c'est, ni à quoi cela peut servir.

Tullia. — Tu le comprendras plus tard; mais parlons d'autres choses.


(i) « Le nom de tribade, dit Forberg - , a pris de l'extension. On appelle, en effet, aussi de ce nom les femmes qui, à défaut d'une mentule véritable, trompent leur désir de jouissance avec le doigt ou bien un pénis en cuir. L'Allemagne, je l'ai entendu dire, a tout dernièrement retenti, au sujet de cet abus du doigt, de plaintes qui enfin, comme d'ordinaire, se sont apaisées. Quant au pénis de cuir, qu'on appelait olisbos, on conte qu'il fit autrefois les délices des femmes de Milet, qui l'ont en quelque sorte inventé; Aristo- phane, Lysistrata, vers 108-110 : a Depuis le jour où les Milésiens nous ont trahies, je n'ai même pas aperçu un olisbos en cuir de huit doigts de long qui eût pu nous servir d'auxiliaire. » Suidas définit le mot olisbos : « Membre viril en cuir dont usent les femmes de Milet, comme tribades et impudiques. Les veuves s'en servent aussi. »

(Forberg, De Jlguris Veneris, chap. vi.)


TROISIÈME DIALOGUE

ANATOMIE


OCTAVIA, TULLIA

Octavia. — Ah ! ah ! ah ! comme tu t'es jetée brusque- ment sur moi ! Oh ! si les dieux te changeaient en homme !

Tullia. — C'est ainsi que ton mari se jettera sur toi, la nuit de tes noces. Il assiégera ta bouche et tes seins rondelets de baisers, de sa poitrine il t'écrasera toute, et bien plus vigoureusement que je n'ai pu le faire, car il est plus fort et plus robuste que moi. Il donnera des secousses à faire craquer le lit où tu seras couchée et jusqu'au plancher de la chambre. La première nuit que Callias attaqua ma pudicité, il le faisait si furieusement de toute sa force musculaire que les craquements de mon lit étaient entendus de ceux qui, dans la chambre voisine, faisaient à mon intention la veillée de Vénus. Vois un peu comment j'ai été traitée dans ce combat, et pourtant j'en suis sortie victorieuse.

Octavia. — Qu'adviendra-t-il de moi si je rencontre


68 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

un si rude athlète? Car tu étais de quelques années plus âgée que je ne suis et plus formée de corps lorsque tu as été livrée aux mains de Callias. Je vois qu'il se prépare pour moi un cruel supplice.

Tullia. — Je ne te le nierai pas, Octavia; lu auras à supporter une dure fatigue ; si j'essayais de le nier, j'abuserais de ton ignorance. Les choses se passeront comme cela.

Octavia. — Renseigne-moi bien exactement sur tout ce qu'il m'importe de savoir. Quelle douleur éprouve- rai-je ? Est-elle bien vive, bien longue ? Je l'aimerais mieux vive et courte, que plus faible et de longue durée.

Tullia. — Oui, tu auras à souffrir ; mais en la première nuit seulement gît toute la souffrance en amour ; une fois endurée, elle est légère.

Octavia. — Je l'endurerai, certes, et courageusement, fermement, je l'espère. Que ferais-je d'ailleurs ? Mais, dis-moi, qu'aurai-je à souffrir?

Tullia. — Cette partie de notre corps dont nous avons déjà parlé, les Latins l'appellent vulva, cunnus, fica, potta. Vulva, c'est comme si l'on disait une valve ; cunnus rappelle l'idée du coin qu'on enfonce, parce qu'il faut déployer une grande vigueur dans les premiers assauts. On le dérive aussi du mot grec xuvos, comme pour dire que cette odeur qu'exhale la bouche du chien s'exhale- rait aussi de notre bouche d'en bas, ou bien encore du grec xdvvog, mot qui signifie barbe, les mauvais plai- sants prétendant que nous sommes barbues de ce côté-là et donnant le nom de barbe à la toison qui de toutes parts nous revêt le pubis. Mais cunnus vient plutôt de d-o tûu xowEiv, qui signifie avoir de l'intelligence ; tout comme mentula tire son nom de mens, ainsi cunnus tirerait le sien d'intellect. Assurément, de même que la mentule se gouverne par elle-même, comme si elle était


ANATOMIE Gq

douée d'une volonté propre et qu'elle n'obéit que fort peu à la volonté dont le siège est dans la tète, de même aussi l'autre organe agit, comprend par lui-même et sou- lève, contre les lois de la raison, des rébellions qui peuvent seules apaiser, non les facultés mentales, mais celles de la mentule. Nous autres femmes nous l'appelons d'un nom plus honnête, le pudendum, et quant aux lèvres qui en ferment l'entrée, j'ai lu chez un ancien grammairien qu'on les appelait landies. C'est là que de toutes ses forces Caviceo enfoncera sa lance énorme ; en ce moment, il te fera subir une cruelle torture, mais bientôt après te procurera des délices encore plus grandes.

Octavia. — Les délices puissent-elles bien vite, bien vite faire oublier la douleur !

Tullia. — Tu vois l'admirable structure de cette partie. D'abord elle fait saillie, grâce à cette proéminence que recouvre chez toi un léger duvet. Et ne va pas croire qu'elle soit cachée entre les cuisses comme étant honteuse : la honte n'a rien à voir ici; elle y est, au contraire, placée commodément pour l'usage auquel elle est destinée. Cette proéminence s'appelle le mont de Vénus, et qui une fois y a grimpé la préfère pour toujours au Par- nasse, à l'Olympe, aux plus saintes montagnes.

Octavia. — Plaise au Ciel que j'aie un grimpeur aussi enjoué que toi ! je n'aurais que faire d'envier au Par- nasse son Apollon et à l'Olympe son Jupiter.

Tullia. — Là se trouvent deux commissures, l'une sous l'autre, par lesquelles ce mont de Vénus s'entr'ouvre au plein et entier coït. La première a reçu le nom de grande ; l'autre est située plus en dedans. L'ampleur de la première est fort opportune pour l'accouchement ; nous sommes en effet, Octavia, des espèces d'officines où se fabrique le genre humain. Si elle était plus étroite,


70 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

lorsque le fœtus parvient à la lumière du jour, elle ne- pourrait être distendue sans une horrible souffrance ;. or il faut bien qu'elle soit distendue et dilatée. Les jeunes gens, quand ils ont pour la première fois la permission de fureter par là, s'imaginent que vierges et femmes sont aussi larges réellement qu'elles ont l'air de l'être par cette porte extérieure, et j'en ai vu qui reculaient d'horreur, les imbéciles ; mais la porte intérieure est plus étroite. Les lèvres qui forment les bords de la grande, je t'ai dit qu'on les appelait landies; en dedans de la petite, de la plus cachée, se trouvent les ailes, fort proéminentes chez moi. De plus, chez les vierges, comme tu l'es toi-même, se dressent, sous les ailes, quatre espèces de valvules. Elles ferment la route de l'utérus, cette route que, dans les premiers congrès, l'homme ne fraye pas à ses lascifs désirs sans beaucoup de peines et d'efforts redoublés.

Octavia. — J'en ai le pressentiment : c'est durant ces- efforts que se fait ressentir au plus haut degré la dou- leur dont tu me parlais.

Tullia. — Laisse-moi donc achever ma description. A leur point de jonction, ces quatre petites membranes se terminent en un canalicule ayant la forme d'un clou de girofle. Elles ne barrent pas transversalement, comme un rideau tiré, le chemin de l'utérus : elles se dressent et font saillie au-devant de l'huis extérieur du jardin ; cependant, elles s'entr'ouvrent un peu en haut, et par cette voie s'écoulent les excrétions que la nature expulse de notre corps. Mais j'ai oublié de te parler du clitoris. C'est un corps membraneux, situé tout au bas du pubis, et présentant en petit la forme d'un organe viril. Comme s'il était une verge, l'envie amoureuse le met en érection et il enflamme d'un si vif prurit les femmes d'un tempérament quelque peu ardent que, si on l'excite au. déduit en y portant la main, le plus souvent elles fondent en eau, sans attendre le bon cavalier. Moi-même, il m'est arrivé bien des fois de faire pleuvoir de mon jardin dans les mains lubriques de Callias une abondante rosée. C'est pour lui le prétexte d'une ample moisson de sarcasmes, un large champ ouvert à ses plaisanteries. Mais qu'y puis-je faire? 11 éclate de rire, je ris également; je lui reproche d'être trop vif, il me reproche d'être trop lascive ; nous nous renvoyons la balle et, pendant que nous nous querellons pour rire, il s'empare de moi pour tout de bon, me renverse, bon gré, mal gré, et cette rosée il me la restitue copieusement, pour que je n'aille pas me plaindre d'avoir rien perdu par sa faute.

Octavia. — Vous menez tous deux une vie heureuse et pleine de délices ; vous suffisez amplement l'un et l'autre à votre mutuelle félicité.

Tullia. — Enfin, l'intervalle qui s'étend de l'entrée au fond du jardin a reçu le nom de gaine ; c'est là que l'organe s'introduit, lorsque la femme reçoit le choc. Les médecins l'appellent tantôt col ou canal de l'utérus, tantôt sein de pudicité. Cette gaine entoure, étreint et serre le membre viril dès qu'il y pénètre et s'y insinue : elle est, Octavia, comme le conduit par lequel le genre humain est amené des obscures profondeurs du néant à la lumière du jour.

Octavia. — Tu sais si bien dépeindre, qu'il me semble moi-même voir tout ce qui se cache au fond de mes entrailles comme si c'était placé devant mes yeux.

Tullia. — Chez toi, chère cousine, cette commissure intérieure et le conduit qu'elle précède sont moins largement ouverts que chez moi. Allons, je brûle de revoir toutes ces belles choses ; ouvre les cuisses le plus que tu pourras sans t'incommoder.

Octavia. — Voici ; mais que me veux-tu donc, avec ces coquins d'yeux? Et que vois-tu là-dedans?

Tullia. — Tendre vierge ! je vois une fleur qui, de quiconque la verra, sera préférée à toutes les fleurs et à tous les parfums.

Octavia. — Ah ! Tullia, retiens, je t'en prie, ta main lascive, et retire ce maudit doigt. Tu me fais vraiment mal.

Tullia. — J'ai pitié de toi, conque précieuse, plus digne de voir naître Vénus que ne le fut jadis cette conque dont on dit qu'est sortie Vénus ! Il est né sous d'heureux auspices ce Caviceo, pour qui de cette conque naîtra une Vénus nouvelle !

Octavia. — Et pourtant, tu dis que tu me prends en pitié ?

Tullia. — Oui, car je te vois déjà déchirée de lamen- table façon.

Octavia. — Qu'en sera-t-il ? Qu'est-ce qui cause ta sur- prise ?

Tullia. — Comme ton jardin n'offre qu'une toute petite porte, une entrée bien difficile, je crains qu'il n'incombe à Caviceo un labeur qui, tout agréable qu'il soit, ne laisse pas de lui être d'abord moins doux que pénible. Tu as vu la catapulte avec laquelle il doit faire brèche dans ta redoute ?

Octavia. — Non, je ne l'ai pas vue ; mais, par Castor, j'ai senti qu'elle était telle que l'on dépeint la massue d'Hercule.

Tullia. — Ta mère m'a dit, en effet, qu'il était admira- blement étoffé, et elle s'en réjouit fort; elle pense qu'il n'y en a pas un, dans cette ville, qui le soit mieux que lui. A ses jactances, j'ai répondu que mon Callias n'était pas dépourvu d'avantages. « Ce n'est rien, m'a-t-elle répli- qué, en comparaison de Caviceo. » Elle plaignait ton sort et l'enviait en même temps; somme toute, elle t'esti- mait bien heureuse.


ANATOMIE 73

Octavia. — Hélas ! mon cœur défaille quand je pense aux calamités qui m'attendent, malheureuse !

Tullia. — Cependant, ne perds pas courage. Toi aussi, tu deviendras telle que je suis, et avant peu de mois, après que tu seras accouchée... Oui, telle tu seras, sois- en sûre.

Octavia. — Comment cela se fera-t-il ? Je veux le savoir.

Tullia. — L'homme, en développant toute son énergie, nous pénètre avec une telle ra^e qu'il souille, conta- mine, pollue tout ce qu'il touche.

Octavia. — Mais n'oublie pas ce que tu m'as promis.

Tullia. — Je comprends ce que tu me demandes ; me voici prête à te satisfaire. Cet organe si véritablement viril, si effréné, si insolent, celles qui aiment, celles qui en ont tàté en célèbrent les louanges sur tous les tons. Nulle n'en a tâté qui ne l'adore.

Octavia. — Je l'aimerai donc furieusement quand j'en aurai tâté.

Tullia. — Sûrement. Les latins le nomment veretrum, mentula, pénis, phallus, taurus, machœra, pessulus, peculium, vas, vasciilum, pomum, neruus, hasta, trabs, palus, muto, verpa, colei, scapus, caulis, virga, pilum, fascinum, cauda, mutinus, noctuinus, columna, appella- tions prises, les unes au sens propre, les autres au sens figuré. Les Grecs ont également un assez grand nombre de vocables ; ils le nomment çÀïL. xauXdç, fovijiïj, o-jpa, xpifof,

~ioi, axÛr), £p.6oXov, tïîjjJ.a, daptyÇ, xdizpoç, rJXoç, 7Uùkr[, pœjnr]., àvayzaïov,

En dehors de l'office de Vénus, le nerf de l'homme gît inerte ; mais pour cette besogne il se redresse, il se gonfle, il entre en fureur, il prend ces dimensions qui d'abord nous frappent d'une frayeur terrible; il cause


74 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

aux vierges une cuisante douleur, mais bientôt il leur procure une volupté suprême qui l'emporte de beaucoup sur la crainte et sur la douleur.

Octavia. — La volupté, je l'ignore ; la douleur, je vou- drais bien n'en rien savoir; je n'éprouve encore que la frayeur.

Tullia. — En dessous de l'organe et adhérente à sa base se trouve une poche ; on l'appelle scrotum ; elle est garnie et couverte d'une multitude de poils frisés, assez rudes. Cette poche renferme les témoins de la virilité ; ce sont aussi les complaisants témoins de l'amour que les hommes ont pour nous.

Octavia. — Je n'ai jamais vu ces témoins, je n'en ai jamais entendu parler. Dis-moi ce que c'est.

Tullia. — Ce sont deux petites boules, pas trop petites pourtant, pas tout à fait rondes et très dures ; plus elles sont dures, mieux elles valent pour le déduit. De ce qu'elles sont au nombre de deux, les Grecs les ont, pour ce motif, appelées didymes, et beaucoup de grands hommes ont porté ce nom (i). Il en a existé quelques-uns auxquels la Nature, dans sa magnificence, en a attribué une autre, de sorte qu'ils en avaient trois. De ce nombre fut Agathocles, tyran de Syracuse, surnommé à cause de cela Triorchis. Au même titre est bien connue chez nous la famille des Coleoni, dont est issu ce Bartholemeo Coleoni, fameux capitaine des guerres d'Italie. Dans cette famille, tous les mâles se présentent accompagnés de trois « témoins » aux duels de Vénus, de même qu'ils


(i) Ce fut le surnom de l'apôtre saint Thomas. Nous connaissons- aussi Arius Didyme, philosophe grec, maître d'Auguste ; Didyme,. grammairien et critique alexandrin ; saint Didyme, martyr, d'Alexan- drie ; Didyme, théologien et chef de l'école d'Alexandrie.


ANATOMIE 70»

se montrent pleins de courage sur les champs de Mars (1)- Heureuses leurs épouses ! Car c'est dans les sinuosités- des « témoins » que se trouve comme l'officine de cette rosée ambroisienne qui nous délecte si voluptueusement, qui guérit si merveilleusement les blessures faites par le membre viril lorsqu'il pénètre dans notre corps et les empêche de nous faire longtemps mal. A cette rosée je suis redevable de ma chère petite fille ; je lui suis rede- vable de toutes mes joies; le genre humain lui doit son existence. Dans notre langue, on la nomme semence et sperme, deux mots dont l'un est latin, l'autre grec d'ori- gine. Cette semence, en effet, jetée dans le sillon féminin, ne tarde pas à devenir un homme. De tous les animaux, c'est l'homme qui émet la plus copieuse quantité de semence; mais ceux chez qui trois ouvriers la fabriquent,, par exemple Fulvio, frère de mon amie Pomponia, inondent naturellement les femmes d'une pluie encore plus abondante que ceux qui n'en ont que deux.

Octavia. — Peut-être Caviceo en a-t-il trois, car il m'a déjà inondée d'une abondante rosée.

Tullia. — Il eût été honteux à un vigoureux garçon,, amoureux de ta beauté, chère cousine, honteux pour lui et pour toi-même, de venir te faire une libation les vases vides. Mais laisse-moi achever. Ce liquide écumeux, blanc, visqueux est porté, de l'endroit où il subit sa coction, à l'extrémité de la tête de l'organe, et de là il jaillit impétueusement jusqu'à une distance de trois pieds. Quand le déduit s'achève, après maintes violentes secousses, il est projeté avec tant de raideur jusqu'au fond de la matrice, qu'il n'est pas de femmes, à moins


(1) Voir L'œuvre du Divin Arétin, tome I, Introduction, p. 38 et note. (Bibliothèque des Curieux, 1909.)


7<) L'ŒUVRE DE NICOLAS CIIORIER

qu'elles ne soient d'un tempérament tout à fait engourdi, qui ne se sentent envahir et arroser de cette pluie brû- lante avec un indicible chatouillement de volupté. Les mots me manquent, Octavia, pour te dépeindre comme il faudrait cette jouissance ; tu te le diras à toi-même, dans quelques heures.

Octavia. — C'est donc de la tête de l'organe que cou- lent ces ruisseaux de lait? Vraiment, je ne nierai pas que Priape ait une tête, lui qui cessa de résider parmi les habitants de Lainpsaque parce qu'il était trop formida- blement outillé et sans doute aussi pour se rapprocher des déesses, comme tu me l'as conté. Mais j'ignorais que chez l'homme ce membre eût une tête ; oui, que les hommes eussent deux tètes, je n'en savais rien, sotte que je suis !

Tullia. — Et bien heureux, bien fortunés ceux qui auraient trois mentules ! Ils jouiraient de la gloire su- prême parmi les héros. L'extrémité du pénis, de forme oblongue, se nomme la tête, le balanus, le gland, et si tu venais à le presser entre le bout de tes doigts, bien loin de lui faire le moindre mal, tu lui causerais la plus agréable délectation. Quand tu brûleras, tourmentée du taon amoureux, par aucun autre plus court chemin tu n'amèneras Caviceo à satisfaire ta Vénus, fût-il livré aux préoccupations les plus éloignées de semblables désirs. Cette tête du Priape est coiffée d'un bonnet que l'on appelle prépuce ; presque jamais il ne l'ôte, à moins qu'il n'ait à le saluer et qu'il ne se présente, tète nue, à la cour de sa souveraine.

Octavia. — Tu es étonnante et je ne serai jamais ras- sasiée de t'entendre. Plaise au Ciel que Callias non plus ne soit jamais las quand il couche avec toi !

Tullia. — Mes yeux déjà se ferment de sommeil ; je ne puis du tout supporter les veilles prolongées, et tu ne


ANATOMIE 77

m'as dit ce que tu viens de me dire qu'après avoir fait une remarque : c'est que je poursuis à moitié endormie l'entretien que nous avons sur ces matières. •»►

Octavia. — N'aie pas sommeil, je t'en prie ; sois gen- tille pour qui te fait des risettes.

Tullia. — Par ta Vénus et par la mienne, par celle aussi de Caviceo ! tu as plus besoin de sommeil que moi ; la nuit prochaine, tu n'en goûteras pas un instant, au milieu des embrassements, des baisers, des étreintes, des branle-bas, des fureurs de Caviceo. Repose ton corps si tendre, si délicat ; prépare-toi résolument à ce combat que lu dois soutenir.

Octavia. — Je ferai comme tu veux, mais j'ai plus de souci de ta santé que de la mienne. Endors-toi, je ne dis plus un mot.

Tullia. — Donne-moi un baiser, ce sera mon viatique pour le sommeil.

Octavia. — Je te livre ma bouche, mes lèvres, tout mon corps ; toutes les jouissances que tu voudras de moi, prends-les, je t'appartiens.

Tlllia. — les baisers que m'envierait Jupiter ! les douces étreintes ! Permets que je m'endorme entre tes bras, ainsi que Mars s'endort avec sa Cypris. Quand je serai délivrée du sommeil, je reprendrai mon discours, et tout aussi consciencieusement que j'ai commencé j'achèverai ce qui me reste à te dire, ma douce enfant, ma reine.

Octavia. — Tu es plus bavarde qu'il ne convient main- tenant ; tais-toi et dors ; fais ce que tu as à faire.


QUATRIÈME DIALOGUE

LE DUEL


TULLIA, OCTAVIA

Tullia. — Je ne puis dire combien je me sens reposée par ce long 1 sommeil qui, sept heures de suite, a envahi mes membres ; et toi, Octavia ?

Octavia. — Moi, je ne dors plus depuis une heure, qu'un cauchemar horrible m'a réveillée en sursaut, tout effrayée et toute tremblante.

Tullia. — Raconte-moi ce cauchemar, si tu veux bien.

Octavia. — Il me semblait être avec Caviceo, ma chère Tullia, en train de nous promener sur la verdoyante rive du Pô, à l'ombre des branches de saule qui nous proté- geaient contre les ardeurs du soleil. Caviceo charmait mon âme et mes oreilles de ses tendres plaintes, que lui faisait pousser l'amour. Il me demanda un baiser, je refusai; il supplia, je lui cédai enfin et il le prit. Comme ensuite il me glissait une de ses mains dans mon corsage et m'entourait de son autre bras, grâce à toi, grâce à tes enseignements, à peine si je pus me débar-


80 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

rasser de son étreinte. Délivrée, je me mis à fuir; il nie poursuivit ; au moment où il allait nfatteindre, je me retourne et ô Tullia, quel prodige aperçois-je?

Tullia. — Des loups s'étaient-ils jetés sur Caviceo et dévoraient-ils les amours? S'était-il lui-même percé de son épée ?

Octavia. — Vraiment, oui ! Puisse-t-il plutôt me trans- percer de son poignard !

Tullia. — Aimable et spirituelle enfant!

Octavia. — Je le vois métamorphosé en une horrible bête, on ne peut plus semblable aux satyres que nous voyons peints sur les tableaux et bien dissemblable à lui-même. Tout son corps était hérissé de poils. Au haut de la tète se dressaient, de chaque côté du front, deux cornes de bouc ; le sommet se terminait en pointe aiguë ; mais les oreilles, le front, les yeux, le nez, tout le visage était bien celui de Caviceo. Il me menaçait d'un épieu deux fois plus gros que ne l'est celui du Priape sculpté sous les statues de Vénus; le reste du corps finissait en bouc. Il se ruait sur moi, voulait me prendre de force, appliquait sa bouche sur la mienne. Que te dirai-je de plus? Un spectacle si nouveau me frappa d'épouvante : ce que cela me présage de malheurs, tu peux me le dire, toi qui es si savante.

Tullia. — Oui, je le puis, chère cousine, et je te le dirai en temps et lieu ; mais pour le moment tu n'as pas besoin de le savoir.

Octavia. — Ne me laisse pas me torturer plus long- temps de curiosité, ma reine, mon mari, « si tu as eu de moi quelque douceur ».

Tullia. — A toi, tendre et florissante jeune fille, ce songe présage les fruits savoureux que tu recueilleras d'autres amours; mais à Caviceo il présage, sinon du malheur, du moins la profanation du lit conjugal.


LE DUEL 8r

Octavia. — Loin de moi pareille ignominie.

Tullia. — Les maris dont les femmes, sous l'influence d'une impudique Vénus, se livrent, par le libertinage, aux caprices des autres hommes, on les met, dans le public, au rang" des boucs et des cornards.

Octavia. — Je comprends ce que tu veux dire. Ainsi, je me plongerais dans une telle infamie? Je n'abandonne- rais pas à mon Caviceo, uniquement, la possession de mon corps? Mais j'aimerais mieux mourir que de me résoudre à un tel déshonneur !

Tullia. — Nous causerons de cela, chère enfant, dans un temps meilleur; lorsque tu auras perdu ta virginité, que Caviceo, durant de loues mois, t'aura, jour et nuit, fatiguée, broyée, moulue. Autres temps, je le sais, autres idées.

Octavia. — Il faut que tu aies bien changé de carac- tère et que tu ne sois plus du tout du même avis que lorsque tu épousas Callias, si tu as de moi une opinion semblable.

Tullia. — Qui te fera un opprobre d'avoir cédé à l'irrésistible nécessité, si les Destins te poussent à faire cette folie? Ils m'y ont poussée, moi aussi, et Minerve même n'y échapperait pas. Mais n'as-tu rien vu de plus en songe, concernant Caviceo?

Octavia. — Absolument rien. Tout à fait réveillée, pendant que tu étais plongée dans le plus profond som- meil, je me mis à rouler dans ma tête ce que tu m'avais dévoilé des secrets de l'amour.

Tullia. — Tout cela regarde Caviceo et non pas ta mère, qui t'a confiée à moi pour que je t'endoctrine. Plus tu sortiras instruite de mes bras pour passer dans ceux de Caviceo, plus délicieux seront les fruits qu'il recueil- lera de ton amour. Quels peuvent être ces fruits, c'est ce qui te reste à savoir, et il me reste à te dire quelle

6


82 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

volupté l'attend, cette nuit une fois écoulée. Tu sais déjà que Caviceo te pénétrera jusqu'à la septième côte.

Octavia. — Tu ris, Tnllia; comment cela serait-il possible? Tu veux te moquer de moi.

Tullia. — C'est comme cela, pourtant. Vos sexes seront si bien mêlés que, dans cette confusion, vos deux corps sembleront n'en faire plus qu'un seul. Mais comment cela s'opérera-t-il, c'est ce qui te regarde tout à fait.

Octavia. — Je veux le savoir, et je crains de l'ap- prendre; je voudrais être dans les bras de Caviceo et je redoute le moment où j'y serai.

Tullia. — D'abord, t'enlaçant de ses bras, comme de lourdes chaînes, de crainte que tu ne lui échappes, il t'étreindra très fort.

Octavia. — Parle-moi de Callias, petite sœur; dis-mot comment il s'y est pris lorsque tu lui fus donnée pour femme, car de Caviceo tu ne peux rien dire avec certi- tude.

Tullia. — Je veux te satisfaire, et il faudra que tu sois de marbre si, au jeu que joua Callias avec moi, lorsqu'il devint mon mari, tu ne devines pas celui que Caviceo doit jouer avec toi. Il y a longtemps de cela, mais aucun des incidents de cette voluptueuse nuit n'est sorti de ma mémoire.

Octavia. — Tout le monde est encore couché à la maison. Le soleil, œil de la Nature, père des jours, entr'ouvre à peine au-dessus du monde sa paupière appe- santie; les yeux des mortels nagent dans le calme du sommeil et la douceur du repos; partout rèene un pro- fond silence. Nous sommes en pleine sécurité, soit pour causer, soit pour nous divertir.

Tullia. — Tout à fait. Après que ma mère m'eût cou- chée dans le lit nuptial, elle me donna un baiser, ainsi qu'à Callias, voulut que Callias me donnât un baiser


LE DUEL 83

devant elle, couchée et couverte de rougeur comme j'étais, puis se retira, ferma la porte de notre chambre et emporta la clef dans la sienne, où se trouvaient nombre de nos parents, entre autres ma chère Pomponia.

Octavia. — Tu veux parler de celle qui était du même âge que toi, qui vivait dans ta familiarité la plus intime et que tu aimais plus que nulle autre de tes compagnes '?

Tullia. — Si tu connaissais la grâce, le charme, l'es- prit de cette femme, tu aimerais Pomponia autant que je l'aime. Quelques mois auparavant elle avait épousé Lucrezio, jeune homme accompli, doué d'autant de qua- lités aimables que de beauté corporelle. Elle m'avait on ne peut mieux instruite de tout sur ce chapitre, appris- ce que j'aurais à endurer lors des premiers assauts, ce qu'il me faudrait faire, ce qu'il me faudrait dire ; elle s'était ingéniée enfin à ce que je n'eusse rien à ignorer, même dans les plus menus détails, de tout ce qui con- cerne Vénus. Elle m'avait surtout fort exalté les plaisirs que nous y goûtons, plaisirs qui, par ma Junon ! dépassent de beaucoup tous les autres. Bref, ainsi pré- parée, dressée d'avance, j'attendais mon bon champion avec un courage égal au sien, quoique de force inégale, si toutefois la pudeur pouvait m'abandonner.

Octavia. — Mais pourquoi tous ces préliminaires?

Tullia. — Tu le verras. Contiens un tant soit peu cette ardeur que tu as de vouloir apprendre en même temps tout ce qu'il t'importe de savoir. Je te dirai tout, mais chaque chose en son lieu.

Dès que ma mère se fut éloignée et que C allias me vit confiée à lui seul sur ce champ de bataille de Vénus, il se dépouilla de ses vêtements en si grande hâte qu'il se trouva près de moi, au bord du lit, avant que je le crusse seulement déshabillé. La chambre était éclairée comme en plein midi, grâce à une quantité de bougies de cire


84 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

allumées çà et là. J'aperçus un corps bien proportionné, blanc, plein <le suc. 11 rejeta les draps dont je m'étais enveloppée dans le lit, car notre mariage avait lieu au commencement de juin, et me découvrit. Je cachais d'une main mes seins pour les soustraire à sa vue; mais il l'écarta et se mit à taquiner toutes les parties de mon corps. En même temps il m'accablait les yeux, la bouche, les joues, les épaules, les seins, d'une grêle de baisers, tout en s'assurant habilement de ma virginité.

Octavia. — Voyez la malice de l'homme !

Tullia. — Oh ! pour ce qui est de cela, pas un homme ne diffère d'un autre. Ils sont tous curieux comme pas un, tu le sais toi-même par Caviceo. Pardonnons-leur cette suspicion, quelle qu'elfe soit. Certes, la jeune fdle se sent comblée d'une grande joie lorsqu'elle voit que l'on trouve sa fleur intacte, et le mari se réjouit aussi beaucoup de la trouver telle; car, à te dire vrai, chère enfant, celles qui sont vraiment vierges, comme tu l'es, comme je l'étais moi-même, gardent de leur virginité la preuve la plus manifeste en cet endroit où la virginité réside. Cette fleur de pudicité, que les anciens appelaient hymen et eugium, certifie vierges celles chez qui elle se montre, et la jeune fille qui en est dépourvue au point qu'on ne puisse la rencontrer est assurément loin d'être pucelle; si elle n'a pas subi d'homme, sans aucun doute son libertinage y a suppléé; vierge, elle s'est dévirgini- sée elle-même; elle s'est déflorée toute seule.

Octavia. — Tu m'en as dit assez; je devine comment peut faire une vierge pour se prendre son pucelage.

Tullia. — J'aurai encore bien des choses à te dire là-dessus, mais quand il en sera temps. Lorsqu'il eut reconnu qu'il était le premier à passer par mon guichet, il s'élança dans le lit en m'embrassant et me sollicita, par les plus tendres propos, de me laisser aimer.


LE DUEL 85

Octavia. — Et toi, tu ne soufflais mot, tu étais de bois, tu étais de pierre, toi si gracieuse, si aimable, si enjouée?

Tullia. — Les soupirs qui s'échappaient de ma poi- trine oppressée me tenaient lieu de paroles ; je le repous- sais, je le ramenais, je me reculais, je me rapprochais, la honte éteignait mes désirs et les enflammait : « Ainsi concentrée, s'irrite et s'accroît la rage. » Callias s'aper- çut que malgré moi j'étais en feu. — « Allons, ma Tullia, dit-il, ne te refuse pas à mon bonheur; il ne dépend que de toi, il est en toi, complètement. Que crains-tu, disait-il, en exauçant mes prières pour me faire plaisir, puisque tu es toute à moi et que, bien mieux, tu souhaites de l'être? — Je veux sans doute être à toi, répliquai-je, mais je veux rester digne de ton estime. Quel est donc l'amour que tu as pour moi, toi qui disais m'aimer, si tu veux me salir? Cet amour ressemble bien plus à de la haine qu'à de l'amour. Aie pitié de moi; laisse-toi toucher par mes larmes. »

Tullia. — Tu pleurais vraiment?

Octavia. — Quelques petites larmettes me tombaient des yeux. — « Allons, dit-il, ma Tullia, si tu m'aimes, tu feras trêve pour cette nuit à cette importune réserve. Dorénavant tu ne seras jamais plus chaste qu'à l'heure où, dans ce lit conjugal qui est le nôtre, tu montreras n'avoir plus rien en toute ta personne qui s'oppose à ton devoir, à mon plaisir : car mon plaisir est tout ton devoir désor- mais. Que tu sois de glace pour tout le monde, je le veux, mais pour moi tu dois être plus aimante qu'un moineau. Ce que je te demande pleinement dans mon droit, j'en- tends donc que tu le fasses, et de bon cœur. »

Octavia. — Oh! j'ai peur pour toi; je frissonne en songeant à tes blessures.

Tullia. — Tu dis des bêtises, impertinente ; écoute


8G l'œuvre De nigolas chorier

sérieusement les choses sérieuses. C'est ton devoir si tu es sensée.

Octavia. — Ah ! ah ! ali !

Tullia. — Il ne me dit pas un mot de plus, mais il inséra sa jambe dans les miennes et de toute sa poitrine pressa la mienne. Puis il se livra à un assaut rapide et vain d'ailleurs, durant lequel j'éprouvai, je dois le dire, -une vive douleur.

Octavia. — As-tu pu te retenir et t'empêcher de crier?

Tullia. — J'ai jeté un cri, et même assez haut.

Octavia. — Mais quand tu vis que la besogne n'était pas plus tôt entamée que finie, as-tu crié tout de même?

Tullia. — J'étouffai à l'instant ma voix et aussitôt Callias tenta une nouvelle escarmouche, qui cette fois fut sanglante. Alors il se reposa un moment. — « Que je meure, ma chère Tullia, me disait-il, si je ne t'aime plus que mes yeux, plus que ma vie ! Rien de plus beau que toi parmi les mortels. Es-tu déesse ou femme? Gomme tes seins se confient d'une mignonne rondeur! comme ils sont durs, bien séparés par l'intervalle convenable! » En même temps, il les caressait de la main, leur appli- quait des baisers, les mordillait doucement... et mille autres agaceries qui m'enflammaient d'une ardeur in- connue. « Éloigne, lui disais-je, cette main incendiaire, cesse; pourquoi me tourmenter? » Mais il sautait de joie en m'entendant confesser mon ardeur. Il s'empara • de ma main gauche. — « J'allume en ton honneur cette torche de Vénus, me dit-il; l'incendie qu'elle a pro- voqué, elle l'éteindra. Courage, ma nymphe. C'est pour te faire femme que ta mère t'a laissée en mon pouvoir ; lorsqu'elle reviendra nous trouver, si je te rendais intacte, telle qu'elle t'a donnée à moi, elle accuserait son gendre d'être un lâche, elle me refuserait pour gendre, moi. qui n'aurais .pas su être ton mari. »


LE DUEL 87

Je me rendis à ses supplications. Et tout à coup je ressentis une douleur intolérable. — « Tu m'égorges, Callias ! » criai-je, vociférai-je d'une voix pitoyable. Ce n'étaient plus des cris, c'étaient des hurlements; une courte trêve me fut laissée. Et bientôt mon mari m'adres- sait de nouvelles prières : « Si tu m'aimais, chère Tullia, disait Gallias, tu ne me refuserais pas, à moi, malheu- reux, qui brûle d'amour pour toi, les véritables fruits de ton amour. — Je t'aime, répondais-je, je t'aime éper- dument, mais, infortunée, que veux-tu que je fasse? Je souffre trop. — Ignores-tu donc, ajouta-t-il, que tu m'appartiens, de plein et indubitable droit? Pourquoi m'empêches-lu de jouir librement de mon bien? Sied-il à une femme instruite dans les bonnes lettres comme tu l'es, ma chère épouse, mes délices, de remplir si négli- gemment son devoir? Or ton devoir est de ne point me chicaner les présents de Vénus. — Ah ! Callias, répliquai- je, si tu savais, tu aurais pitié de ta Tullia, si tu l'aimes. — Cette douleur est bienséante, elle t'honore, ajouta-t-il; plus elle le semblera vive, plus tu montreras ta pureté. Mais la souffrance ne sera pas de longue durée, tandis qu'elle durera toujours la jouissance qui ne tardera pas à lui succéder. Si tu m'avais laissé faire, peut-être eussé- je été père ! C'est un crime, crois-moi, un crime tel qu'il n'en est pas de plus abominable; tu viens d'assassiner toi-même tes enfants et les miens, avant qu'ils fussent nés, de leur arracher l'àme qu'ils n'avaient pas encore! Ton manque de courage est criminel et déshonorant. » A celte harangue : — « Je ne veux pas, mon cher époux, répondis-je, élever de controverse avec toi sur ce cha- pitre. Je m'avoue coupable, pardonne-moi; je t'obéirai mieux désormais, je supporterai d'un cœur ferme et •d'un corps immobile toutes les tortures, pour te faire plaisir. — En vérité, quelle est donc ta hardiesse, ma


88 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

mignonne, dit-il, de croire que tu pourrais t'exempter de ce que toutes les femmes, de n'importe quelle condi- tion, et souvent beaucoup plus jeunes que toi, suppor- tent patiemment tous les jours, quand elles se marient? Rien ne peut t'exonérer de ce tribut. Tu es fort savante es lettres grecques et latines, et tu te conduis comme si tu étais une sotte, une ignorante. » Je répondis en riant :

— « Déesse Pertunda ( i), viens à mon secours. Telle tu m'ordonneras d'être, pour servir à tes volontés, telle je serai, courageusement. Mais, hélas! je serai bientôt en sang, si la déesse Pertunda m'assiste. » Callias éclata si fort de rire que de la chambre voisine ma chère Pom- ponia l'entendit; mais calmant sa gaîté : — « Mainte- nant, dit-il, laisse-toi aimer; fais tout ce que je t'ordon- nerai si tu veux que je sois ton mari, tout ce que je te demanderai, tout ce dont je te prierai, si tu aimes mieux voir en moi un amant. » Je promis de tout faire.

Octavia. — Et tu as tenu ta promesse?

Tullia. — « Allons, du courage, reprit-il. Je braverais la mort pour toi, et tes résistances s'opposent à ma ten- dresse? Dans ce conflit, tu es toi-même témoin de mon amour; non seulement tu peux l'être, mais tu dois l'être.

— J'aimerais mieux, répondis-je, encourir la haine de Vénus que de te déplaire. » Il approche alors sa torche de la porte du lanuvium, ouvre une brèche de plus en plus grande et pénètre tout entier. Je crie, je hurle, des


(i) Une des divinités qui, chez les Romains, présidaient aux rela- tions conjugales. Virginensis aide à dénouer la ceinture de l'épouse; le dieu Subigus et la déesse Prema la couchent, la subjuguent et l'empêchent de se débattre sous les assauts impatients de l'époux ; Pertunda vient en aide au mari pour pénétrer la fosse vaginale. (Saint Augustin, Cité (le Dieu, VI, ;) ; Tertullien, Aux Nations, II, ii, Arnobe, Contre les Gentils, IV, u. )


LE DUEL 8(J

ruisseaux de larmes s'échappent de mes yeux. « Malheu- reuse ! disais-je, tu m'assassines ! — Tu es à moi mainte- nant, dit-il; de chaste vierge te voilà devenue non moins chaste épouse. Tu n'as plus rien à redouter; je me suis frayé la route par laquelle nous irons tous les deux au bonheur. »

La besogne achevée, il ne quitta pas le champ de bataille tout de suite : « Je veux me rembourser de mes frais, ma Tullia chérie, dit-il, maintenant que j'ai obtenu la reddition de ta citadelle. Je suivrai l'exemple des vainqueurs. — Que font donc les vainqueurs? deman- dai-je ; dis-le-moi, je t'en prie, mon cher Callias, puis- que tu m'as vaincue et que tu me tiens à ta discrétion. Garde-moi en servage, si tu as voulu faire une conquête; laisse-moi libre si tu t'es battu pour la gloire. — La citadelle que j'ai eu tant de peine à prendre, qui m'a coûté une si grande effusion de sang, je ne te la laisserai pas vacante si tôt que tu le crois. J'entends que tu saches bien que je suis le vainqueur et que ton domaine, tout démantelé, tout démoli qu'il est, recon- naisse ma loi. — Oui, sans doute, dis-je, il est démantelé et démoli misérablement, je suis en ruines. — Tu chan- geras bientôt de langage, ma Tullia, et tu avoueras qu'il n'est rien au monde de plus doux que les plaisirs de l'amour, mais fais-moi la grâce de prendre un peu de peine. Cela t'est possible mieux qu'à nulle autre, jeune, solide, florissante et robuste comme tu l'es. » Et bientôt tous les deux, confondus ensemble dans des secousses énergiques, nous semblions vouloir faire crouler la chambre ; le lit tremblait avec de tels craque- ments que l'on en percevait le vacarme à longue dis tance. « Mon âme, ma Vénus, murmurait Callias, que tu me rends heureux ! quel homme est plus fortuné que moi ? — Et moi je sens, disais-je »


"9o L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Ainsi nous expirâmes, les muscles comme dénoués, tous les deux à la même minute. Je crois que si Vénus en personne avait présidé comme arbitre au combat, elle n'aurait su à qui donner la palme. A peine commencions- nous à recouvrer le souffle que, dans cette course réci- proque, nous avait presque fait perdre notre longue application à la lutte, lorsque nous entendons mettre la clef à la serrure et la porte s'ouvrir. Ensemble, ma mère et Pomponia se précipitent dans la chambre, toutes radieuses, ferment la porte derrière elles et, pour que personne ne les suive, poussent le verrou.

Octavia. — Était-ce un verrou comme celui dont Cal- lias venait de barrer ta porte ? Hem ! hem ! hem ! Et ta mère et Pomponia ne s'étaient-elles pas, pour l'avoir, colletées l'une l'autre*? Hem ! hem ! hem !

Tullia. — Tu as le cœur de rire, toi qui sous peu d'heures sentiras ton huis barré par un verrou de deux livres pesant"?

Octavia. — « Oui, notre courage est à l'épreuve de la pique : il ne croit pas payer trop cher, de son sexe, l'amour qu'il ambitionne. » C'est toi-même qui as modifié de la sorte ces deux vers de Virgile. J'achèterai, certes, au prix de ce que j'ai de plus rare, l'amour de Caviceo et des délices pareilles aux tiennes. Poursuis le fil de ta narration.

Tullia. — Je ramène bien vite les draps, que tout d'abord Callias avait rejetés à nos pieds, et j'en couvre le corps de Callias ainsi que le mien, de peur que les yeux de ma mère ne fussent offensés de ce spectacle; je me préoccupais moins de Pomponia, qui me connaissait autant que je te connais toi-même. Ma mère se jeta en courant dans les bras de Callias : — « Mon fils, t'es-tu comporté vaillamment? Les vociférations de ma chère Tullia m'ont porté témoignage de ta victoire; je t'en


LE DUEL QI

félicite, toi et Tullia. Si tu n'avais pas gagné la bataille, Tullia aurait été veuve aussitôt que mariée. » Pendant ce temps, Pomponia, m'enlaçant dans ses bras, me cou- vrait de baisers et me baignait les joues de ses larmes. — « Comme il t'a cruellement traitée, le bourreau ! murmu- rait-elle à voix basse. En t'écoutant gémir de la sorte, chère sœur, je poursuivais de mes malédictions la rage effrénée de ce mauvais sujet. Mais comment cela va-t-il ? — Très bien, réponclis-je ; cependant c'est par un che- min bien malaisé que je suis enfin parvenue au plaisir que je souhaitais ; je ne suis arrivée aux pleines et su- prêmes jouissances de la vie qu'en passant presque par les angoisses de la mort. — Es-tu femme, maintenant? ajouta-t-elle. — Oui, répondis-je; et je m'étonne qu'on puisse acheter tant de bonheur à si bon marché. J'aime- rais mieux désormais me passer le jour de la lumière du soleil que de rester une seule nuit sans les plaisirs de Vénus. — Très bien, on ne peut mieux, répliqua-t-elle, et certainement, celle qui dans sa jeunesse ne sait pas user des dons de Vénus, toute vivante qu'elle est, ne jouit pas de la vie, je pense. » Puis elle se tourna du côté de Callias et lui appliqua un baiser, en l'appelant son Empe- reur, lui, sous les drapeaux duquel Vénus avait si rapi- dement triomphé d'une vierge si pure, si farouche, après avoir massacré tous les ennemis, Eueïum, Nymphes, Hymen. Tu sais que Pomponia est fort instruite. Ma mère présenta à boire à Callias du vin aromatisé, dans une coupe d'argent passablement grande : — « Cela te réchauf- fera l'estomac, mon fils, lui dit-elle ; mais si tu m'en crois, tu vas te reposer un peu. Tu as assez fait cette nuit, pour ta gloire, en passant au fil de l'épée la virgi- nité de ma Tullia. » A moi, elle me donna trois noix con- fites et me dit de les manger, en me soufflant à l'oreille que je devais tacher d'obtenir de mon mari la permission


92 L'ŒUVRE DK NICOLAS CHOMER

de dormir quelques heures; qu'il avait aussi besoin de sommeil et de repos, pour sa santé, après de tels exer- cices de palestre. Cela fait, toutes deux se retirèrent. Pomponia, en souhaitant la bonne nuit à Callias, lui dit de reprendre un nouveau courage, une nouvelle ardeur; à moi, d'avoir le cœur ferme à la besogne et une con- stance invincible. Pendant que ma mère et Pomponia par- laient, que ma mère remettait en ordre les draps et les couvertures, Callias parcourait de sa main tout le champ de bataille de Vénus. Ses forces instantanément revenues, il rappelle Pomponia, qui s'éloignait. — « Je veux, petite sœur, dit-il, que tu sois toi-même témoin de la cruauté dont j'use envers ma souveraine, ton amie de cœur, mau- vais sujet que je suis. » Devant elle il se livre à un nou- vel assaut conjugal. — « Ah ! ma chère Pomponia, m'é- criai-je, viens à mon aide, accours. » Mais aussitôt Pom- ponia et ma mère s'élancèrent hors de la chambre en éclatant de rire. Cette poste fut un peu plus longue que les autres. Enfin tous mes sens m'annoncèrent que rien ne pouvait causer de plus forte et de plus délicieuse jouissance. « Les dieux nous soient en aide ! s'écria Cal- lias; cette fois, sans aucun doute, ma chère âme, tu as conçu. Avoue-le, mon cœur, la jouissance que tu viens d'éprouver ne dépassait-elle pas toutes celles que tu as pu goûter dans ta vie? — Je l'avoue, répondis-je; mais ce qui m'a fait surtout éprouver une incroyable sensation de plaisir, c'était l'idée qu'elle venait de toi, et cette idée à elle seule me comblait de bonheur. » 11 me baisa ten- drement, puis : — « Repose-toi un peu, ma chère Tullia, dit-il, jusqu'à ce que je te convie à de nouvelles joutes. » Un doux assoupissement nous envahit, fatigués que nous étions, et nous tint immobiles, nous récréa trois heures de suite. Callias, à son réveil, m'appliqua je ne sais com- bien de baisers, sans pourtant réussir à me tirer de mon


LE DUEL 93

sommeil, tant j'étais profondément endormie. Il rejeta de nouveau les couvertures sur nos pieds et me contem- pla. Il s'extasiait de la perfection de mon corps (les bou- gies, en effet, n'étaient encore pas éteintes) et regardait en riant les dégâts causés dans les bordages de ma nacelle. Réveillée aussitôt, j'ouvris les yeux. — « Fort bien, dit- il, tu es en vie, ma chère femme; je craignais d'avoir affaire à une morte, comme on le raconte de Périandre, tyran de Corinthe (1). — Tu t'apercevras que je suis bien vivante, répondis-je. — Fais que je m'en aperçoive, répliqua-t-il en me baisant; jamais tu ne m'auras pro- curé de plus grand plaisir. »

Octavia. — Que fis-tu, pour qu'il s'aperçût que tu étais en vie? Je me doute à peu près de la chose.

Tullia. — Qu'était-ce donc, à ton avis?

Octavia. — Tu t'agitas à son côté et le plus fort qu'il te fut possible.

Tullia. — Tu l'as dit toi-même.

Octavia. — Cet assaut dura-t-il longtemps?

Tullia. — Si tu mesures à l'horloge, trois quarts d'heure, mais si tu songes aux délices, deux siècles.

Octavia. — De tels siècles de volupté puissent-ils m'échoir souvent !

Tullia. — C'est par des siècles pareils, sans doute, que toutes les générations des êtres vivants perpétuent avec tant de plaisir leur éternité. Accablée d'une si vio- lente agitation, je ne pus supporter plus longtemps la fatigue. « Je m'avoue vaincue, m'écriai-je; laisse-moi reprendre un peu haleine. — Quoi! tu te rends? tu déposes les armes, Tullia? me demanda-t-il. Oh ! la fai-


(1) Périandre, tyran de Corinthe, un des sept sages de la Grèce, tua sa femme à coups de pied.


94 L'ŒUVRE DE .NICOLAS CHORIER

néante ! Allons, reprends courage. — J'implore la paix, répliquai-je, ou tout au moins une trêve. Tu as plus aV force et plus de vigueur dans les membres, mais non plus de courage que moi, crois-le bien. » Comme j'ache- vais de parler, ramassant toutes ses forces, il reprend la lutte, et au bout d'un instant nous tombons épuisés dans les bras l'un de l'autre.

Octavia. — Et tu n'éprouvais plus aucune souffrance au siège de cette guerre intestinale ? Je t'interroge curieusement, car si je brûle du désir de Vénus, je suis bien tourmentée aussi. Je balance suspendue « entre la crainte et l'espérance... »

Tullia. — Finis, petite niaise ; la douleur n'est rien auprès du plaisir.

Octavia. — Je commence à t'en croire, il me semble. Que te fit encore Gallias, avant le lever du jour?

Tullia. — 11 fut enfin plongé deux heures durant dans le plus profond sommeil; pour moi, je ne pus dormir, quoique j'en eusse le plus grand désir. Les bougies brû- laient encore. 11 me vint l'idée d'ouvrir la fenêtre qui donnait sur le jardin; je me levai toute nue et je l'ouvris : Callias ne broncha pas. J'éteignis les flambeaux et je satisfis un besoin violent ; mais cette opération me causa une douleur si vive que je pouvais à peine l'endurer. Je laissai échapper une plainte et ma voix gémissante tira Callias de son sommeil ; il m'aperçut, mais ne bougea pas et continua de fixer les yeux sur moi sans que je crusse qu'il fût éveillé.

Octavia. — Ce que tu me dis est bien étrange.

Tullia. — ,Rien de plus naturel. La cuisson que j'éprouvais me faisait autant de mal que si tu lavais avec du sel fondu dans du vinaigre une blessure que tu te serais faite par le hasard avec un couteau. Callias tout d'un coup me surprit en m'adressant ces paroles :


LE DUEL 95

« Souffres-tu maintenant, maTullia? » Couverte de honte: « Je croyais que tu dormais, lui dis-je ; pardonne-moi, cher cœur, mon imprudence et mon impudence ; j'ai honte d'avoir offensé tes yeux de ce spectacle indécent. Quoi ! tu m'as vue en conversation avec ce pot de chambre? — Appelles-tu indécent, répliqua-t-il, ce qui, étant de toute nécessité, ne peut avoir en soi rien de honteux ? » Enfin je me remis au lit. Callias me reçut tout entière allongée entre ses bras. Aussitôt il me cou- vrit la bouche de baisers, et en même temps il m'appli- quait de petites tapes sur les fesses, tantôt d'une main, tantôt de l'autre. Il me demanda de l'exciter moi-même à de nouveaux combats: c'était un service à lui rendre, disait-il ; je ne refusai point. Et nous arrivâmes ainsi l'un par l'autre au comble de la volupté. Le grand jour venait au milieu de ces amusements, et ma mère avait promis de nous rendre visite dès le matin. Pendant que nous parlions de toutes sortes de choses, échangeant des baisers et frôlant nos corps l'un contre l'autre, la voix de ma mère qui s'approchait parvint à mes oreilles. — « Vienne qui voudra, dit Callias, personne n'empêchera que je jouisse de tes embrassements. J'ai résolu, ma volup?é, de courir sept postes; j'ai achevé six courses, reste la septième, qui me mènera à la pleine satiété. » Dès qu'il sentit que ma mère était tout près, il m'enjamba de nouveau, et au moment où l'on introduisait la clef dans la serrure : — « Moi aussi, s'écria-t-il, j'introduis ma clef dans ta serrure. » Ma mère, qui entrait juste en cet instant, entendit le lit trembler; par pudeur, j'exhalai des plaintes et de gros soupirs. — « Qu'est-ce que je vois, ma fille? dit-elle ; une nuit entière ne t'a pas suffi ? et à toi non plus, Callias, pour jouir de ma Tullia ? — Par- donnez-moi, ma mère, répondis-je; j'aimerais mieux la mort que de me laisser voir en pareille posture. — Je


90 L'ŒUVRE DK NICOLAS CHOMER

travaille au bonheur de ma Tullia, au milieu de ma Tullia même, répliqua Callias, sans perdre haleine. — Ma fille, il faut obéir à ton mari, dit alors ma mère; et surtout ne pas avoir honte de lui obéir en ce qui est la plus importante partie des fonctions d'une épouse. Je m'en vais, pour revenir tout à l'heure ; dans l'intervalle, prenez joyeusement plaisir l'un de l'autre. » Ma mère sortie, Callias me félicite de mon ardeur, admire ma souplesse. — « Ce dont je veux que lu me loues, lui dis- je, c'est de l'amour que j'ai pour toi ; je veux que tu me remercies d'être obéissante jusqu'à l'ignominie. Mais voici, mon Callias, voici que tout le sang 1 de mes veines s'échappe... de bonheur... »

Lorsque Callias eut un moment reposé entre mes bras ses membres fatigués, il se jeta hors du lit, appela ses valets, s'habilla ; puis, me donnant un baiser, me pria d'excuser son peu de vigueur ; il lui plaisait de parler ainsi : « Pardonne-moi, dit-il, car je n'ai couru qu'un bien petit nombre de milles dans ce stade délicieux. » Comme il achevait ces paroles, ma mère revint et avec elle, plus charmante que le soleil, apparut à mes regards ma chère Pomponia, seconde lumière de mes yeux. Chacune d'elles nous apportait une pleine tasse de con- sommé brouillé avec des jaunes d'oeufs. Ma mère offrit la sienne à Callias et Pomponia m'offrit l'autre, que je bus avec grand plaisir. Callias prétendait n'en avoir pas besoin : il but tout de même. Ma mère me commanda ensuite de prendre quelque repos. « Je le sais, dit-elle, lu as fait tant de chemin, cette nuit, que tu es en danger de tomber malade, si tu ne prends soin de ton corps si délicat. — Nous avons en tout fait sept lieues, inter- rompit Callias ; il est assez vraisemblable qu'elle soit fatiguée, car tout le long du chemin elle m'a porté en grande vitesse. — Nous causerons de cela plus tard, dit


LE DUEL 97

Pomponia ; en attendant, dors, Tullia, et rétablis par un bon sommeil tes forces épuisées dans ce travail noc- turne. »

Octavia. — Ton récit, petite sœur, m'a donné le tableau de loutce qui menace, je pense, mon réduit vir- ginal. Si le pressentiment ne me trompe, il me faudra en endurer de plus cruelles que toi ; mais, en revanche, j'aurai aussi de plus grandes jouissances.

Tullia. — Que Vénus te soit propice autant qu'à moi, petite sœur, c'est ce que je puis te souhaiter de mieux, pour ta félicité parfaite. Maintenant, sortons du lit, chère enfant ; demain tu en sortiras femme et toujours aussi belle que tu es aujourd'hui une belle vierge. Je crois que tu es assez bien préparée au combat qu'il te faudra combattre.

Octavia. — Oui, Vénus me soit en aide ! Bien mieux, je veux que l'on cite ma constance : sans une larme, sans un cri, d'un cœur ferme, je supporterai tout.

Tullia. — Garde-t'en bien, ma chérie; Caviceo regar- derait cela d'un mauvais œil, si tu montrais tant d'in- sensibilité ; ton silence tournerait à ta honte. C'est pour le mari un complément de satisfaction, et pas le plus médiocre, que la vierge crie et pleure, lorsqu'il la force ; les hommes prétendent que ces gémissements sont ceux de la virginité expirante, sous le fer qui l'égorgé. Les conséquences que l'on en tire, tu peux les supposer sans peine.

Octavia. — Tu fais bien de me prévenir.


CINQUIÈME DIALOGUE

VOLUPTÉS


TULLIA, OCTAVIA

Tullia. — Nulle journée n'eut pour moi plus de charmes que va en avoir cette nuit.

Octavia. — Nous allons pouvoir causer tout à notre aise. Laisse-moi t'embrasser, petite cousine, car en tes embrassements s'endorment tous mes désirs, toutes mes pensées.

Tullia. — Dans les tiens, je suppose, ne s'est pas endormi de la sorte Caviceo. Loin de là, l'excitation de tes charmes l'a certainement agité sans trêve.

Octavia. — Les délices que tu m'avais présagées, je les ai goûtées; je suis arrivée sans peine à cette jouissance qui est au-dessus de tout, qui met les mortels au rang des immortels.

Tullia. — La porte de notre chambre est bien fermée ; rien ne t'empêche plus de rassasier mes oreilles du régal qu'elles attendent depuis longtemps.


100 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Octavia. — Je te comprends, chère cousine ; tu veux me voir commencer le récit que j'ai promis de te l'aire.

Ti 1 lia. — Oui : que pourrait-il y avoir de plus doux pour moi que de participer ainsi aux plaisirs dont tu as été comblée? Le récit (pie tu vas me faire m'en procurera de semblables, en imagination, sans t'en oter une par- celle des tiennes.

Octavia. — Que ne puis-je de même infuser dans ton corps les flots de volupté qui, durant ces quinze derniers jours, ont mené ma nacelle au port du souve- rain bien ! C'est du fond du cœur que je parle.

Tullia. — Quel maître mât, quel mal énorme Caviceo dut arborer pour une semblable navigation ! Ta nacelle devait te paraître bien petite pour recevoir un mât de cette taille !

Octavia. — Tu plaisantes ; nous nous convenons très bien, Caviceo et moi. La citadelle qu'il m'a forcée a triomphé de son vainqueur même ; le voici mis en fuite, ses forces épuisées. Ma mère, le voyant déjà si efflanqué, lui a donné le conseil d'aller voir son oncle ; il a pris pour prétexte de son voyage un devoir à rem- plir ; mais à te parler vrai, chère cousine, la véritable cause, c'était l'épuisement de ses forces, et je ne m'y suis pas trompée. Cette absence, qui devait durer un mois, rétablira sa vigueur ; le conseil ne manque donc pas de prudence.

Tullia. — Qu'est-ce à dire? Si tendre, si délicate, tu n'es pas morte aux premières attaques de Caviceo ? Qu'entends-je? Si vite tu es devenue de cette force? Te voilà passée athlète. conque victorieuse, digne de la couronne de laurier !

Octavia. — Arrête, main libertine : tes lascifs attou- chements excitent à l'adultère une nouvelle mariée.

Tullia. — Laisse faire, petite sotte. Que crains-tu dans


VOLUPTES 10 I

mon lit, que ta présence remplit de passions et d'ardeurs sensuelles ? Ces bougies qui brûlent, je n'ai pas voulu les éteindre, dans l'intention de dévorer des yeux la fleur de ta beauté.

Octavia. — Mais les lois de l'amitié ne doivent-elles pas céder devant celles de l'amour conjugal ? Si je te permets maintenant les mêmes familiarités que jadis, n'infligerai-je pas un affront à Caviceo?

Tullia. — Ah ! ah ! ah ! qu'auras-tu désormais à me reprocher?

Octavia. — Que signifient ces éclats de rire?

Tullia. — Quel gouffre est devenu l'asile où se cachait ta virginité! Que me reprocheras-tu désormais?

Octavia. — Je n'ai rien, ma chère Tullia, que je veuille ou que je puisse te reprocher.

Tullia. — Écarte les cuisses.

Octavia. — J'obéis.

Tullia. — Quel changement d'une vierge à une femme ! Tu es toute déchirée, massacrée.

Octavia. — Cesse tes attouchements, tu m'excites trop. Veux-tu que ta main me fasse commettre un adul- tère, moi qui aimerais mieux mourir que de me souiller dans les bras d'un autre que mon mari?

Tullia. — Nous verrons cela plus tard. Pour le moment, je continue. Quel homme pourrait, auprès de toi, remplacer Caviceo? Tu es plus largement ouverte, non seulement que moi, mais qu'il ne convient de l'être à une femme, pour qu'elle puisse convenir à un homme ordinaire. Je suis vierge au prix de toi, moi qui depuis si longtemps subis les hommes, moi qui ai supporté tant d'assauts, moi dont la nacelle a charrié un enfant .au port de la vie. Je crains, petite cousine, que tu sois .désormais inutile aux hommes, pour le service de Vénus. Suppose un Pygrnée naviguant tout seul dans la galère


102 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

royale; voilà ce qu'il en sera chez toi pour lout autre que Caviceo.

Octavia. — Cela m'importe peu, pourvu que Gaviceo me trouve toujours propre à ses plaisirs et, comme tu disais l'autre jour, que son poignard convienne parfai- tement à ma i^aiiie. C'est pour lui, pour son usage parti- culier et non celui des autres, qu'il a creusé ce stade. Ce dont tu t'émerveilleras, c'est que, la dernière fois qu'il me fit l'amour, il se prétendait aussi étroitement com- primé que si je l'avais serré entre les doigts, et il disait qu'il allait expirer de plaisir.

Tullia. — Et toi, que disais-tu?

Octavia. — Moi, d'une grêle de baisers je l'excitais et de tout mon corps amoureux je l'aidais à parvenir à la volupté.

Tullia. — Mais tu commences par la queue le récit dont je suis curieuse ; je veux que tu le reprennes par la tète. Je sais que durant tous ces derniers jours tu as été très consciencieusement travaillée, si jamais ont pu l'être les mieux partagées d'entre les femmes. Rapporte- moi donc tout par le menu, dans les moindres détails, depuis l'heure où tu as été mariée jusqu'à ce jour, chère mignonne.

Octavia. — Je te satisferai complètement, et mon récit, en te chatouillant, te distillera dans l'âme par le tuyau de l'oreille les voluptés qu'Hymen a fait pleuvoir dans mon corps.

A peine venais-je de quitter ton lit que déjà les frères et sœurs, les parents et les alliés de mon cher Caviceo étaient rassemblés chez nous. T'en souvient-il? Dès que nous pénétrâmes dans la maison de mon père, Caviceo vint au-devant de nous, d'une mine joyeuse, et les yeux souriants, pleins d'éclairs, nous donna un baiser, à toi


VOLUPTÉS I03

comme à moi, puis se tournant vers moi, tout radieux : — « Te voici enfin, mou Aurore, dit-il, te voici, mon bon- « heur suprême. Ta mère m'a défendu d'aller vous « rejoindre : ces jolies fesses auraient payé pour toi (il « leur appliquait de la main de petites tapes), je t'aurais « châtiée de ta paresse. Tu sais que tu es mon Soleil ; « resplendis toujours pour moi, et je n'envierai pas son « Soleil au firmament. » Aussitôt, la foule des personnes qui venaient nous saluer nous entoura, le contrat de mariage fut signé ; toutes les cérémonies nuptiales accomplies, suivant l'usage et, comme on dit, selon les règles de droit, il ne restait plus, pour parachever les noces, qu'à immoler la victime.

Tullia. — Tu donnes le nom de victime à ta virginité, sans l'immolation de laquelle, immolation aussi douce et aussi agréable à l'un qu'à l'autre, le sacrement de mariage ne serait pas un sacrement.

Octavia. — Tout cela fini, Caviceo et moi nous fûmes laissés à la maison, le monde s'étant dispersé. Il com- mença par me demander d'être à lui. — « Je veux bien; répondis-je; maintenant je ne m'appartiens plus. » Il me couvrait les lèvres de baisers brûlants, il me pres- sait, il s'enflammait, il me mettait le feu aux entrailles ; j'étais tout entière à lui et je ne me possédais plus. Deux servantes restaient là : on me les avait données comme gardes du corps ; elles détournaient les yeux, ainsi qu'il convenait à d'honnêtes filles. — « Fais donc sortir ces servantes, mon âme, mon espérance, dit Caviceo ; en cet heureux jour de nos noces, qu'avons-nous besoin d'elles, toi et moi? — Dieu me préserve d'être si effron- tée, répondis-je, que penseriez-vous de moi ? Qu'en pen- seraient ma mère, toute la maison? » Il me ferma la bouche de baisers et je le sentis vibrer tout entier contre moi. Au même instant ma mère revint auprès de nous.


104 [/ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

— « Comment trouvez-vous votre petite femme ? lui demanda-t-elle; l'aimez-vous bien? — Je l'aime ardem- ment, éperdument, répliqua-t-il ; l'Amour en personne ne pourrait pas ajouter une étincelle à mon amour pour le rendre plus brûlant. Mais, par tous les Dieux et (ouïes les Déesses qui président el commandent aux noces, permettez-moi, ma mère, de montrer que je suis un homme ; pour que je sois, comme vous le voulez, le mari d'une si belle et si gracieuse épouse, laissez-moi user de ma virilité. — Ajoutez : et si délicate, reprit ma mère. Ayez quelque souci de sa tendre jeunesse ; qu'elle soit de forces bien inégales, dans le combat qui tout à l'heure va vous mettre l'un et l'autre aux prises, ayant à peine quinze ans, vous le pouvez, mon fils, aisément concevoir. — Mais prenez donc pitié de moi, ma mère ! s'écria Caviceo, impatienté de ces retards; je me sens consumé d'une fièvre intense que seule peut éteindre ma femme, au moyen de la potion conjugale. Laissez-moi la posséder ; si vous me le refusez, vous me déroberez mon bien ; soyez donc au moins libérale de ce qui est à moi. » Ma mère se prit à sourire : — « Vraiment, dit-elle, ces mouvements désordonnés de voire passion viennent hors de saison ; ce n'est pas de la vraie tendresse. Atten- dez jusqu'à la nuit : ce qui est différé n'en est que plus doux. Les fruits de l'amour deviennent plus savoureux, si l'on tarde à les cueillir, comme tous les autres fruits. Voyez, mon fds, combien sont intempestives vo's prières; je voudrais bien pouvoir vous permettre ce que vous me demandez, mais ni le moment, ni l'endroit n'est conve- nable. Je ne m'oppose pas à vos plaisirs, niais patientez jusqu'à la nuit. — Ah ! ma mère, répliqua Caviceo, ayez pitié de votre cendre ; Octavia, bien sûr, ne refuse pas de guérir la blessure qu'elle m'a faite au cœur. — Entends-tu? s'écria ma mère en se tournant vers moi;


VOLUPTES IOO

veux-tu guérir son mal ? Veux-tu lui servir de méde- cine? »

Tullia. — Et pourquoi pas? Tu es trop avisée pour avoir dit non.

Ocïavia. — Mon visage se couvrit de rougeur et cela tint lieu de réponse; je gardai le silence. « Tu ne dis rien, ma fdle, reprit-elle, est-ce que tu consens ? Éloigne- toi un peu, alors ; il est de ton intérêt que je fasse à ton mari quelques recommandations. Va un peu plus loin dans la chambre. » Je me reculai de deux ou trois pas, dressant les oreilles et tout entière à ce qu'ils allaient se dire, de peur d'en perdre un mot. Ma mère alors s'adressant à Caviceo : « Ce n'est, dit-elle, ni le temps ni l'endroit favorable pour consommer le mariage ; vous- même n'en disconviendrez point. Voici que bientôt vont arriver ceux de nos parents qui doivent s'asseoir au repas de noces ; d'ailleurs, pas un lit dans cette chambre. Néanmoins je vais vous confier Oclavia, mais sous la condition qu'actuellement elle ne se soumettra qu'une fois, une seule, à vos désirs : la nuit prochaine, vous jouirez de ses embrassements jusqu'à satiété. Pour le moment, je suis sûre que vous allez perdre votre temps et votre huile. Enfin, songez à l'âge de votre petite femme et épargnez-la ; un taureau, si j>tos qu'il soit, elle le supportera aisément, si vous faites en sorte de l'accoutu- mer peu à peu à la charge, et de ne pas la mettre en pièces de prime abord. L'adresse vous servira mieux que la force pour planter et greffer votre arbre dans son jar- din. » Elle disait tout cela en riant; puis elle m'appela, et il me sembla entendre hennir d'allégresse Caviceo. « Tu ne m'appartiens plus, ma fille, me dit-elle, tu es à ton mari ; il m'a demandé de le confier à lui quelques instants. Puisque l'Hymen t'a livrée pour la vie entière, ni toi ni moi ne pourrions refuser ; j'ai donc cédé à ses


[06 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

prières, qui, pour toi, soûl des ordres. Mais je veux que tu ne le laisses satisfaire qu'une seide fois son caprice; dès qu'il aura fini, dépêche-toi de te sauver; si tu restes plus long-temps, je me fâche, prends-y garde. » Je promis d'obéir. « Tu devras, ajouta-t-elle, le mettre dans les positions qu'il désirera, et surtout lais bien attention de ne rien laisser perdre de l'arrosoir marital. Veilles-y soi- gneusement, ma fille. » Cela dit, elle me donna un baiser ci me conduisit à Caviceo, puis nous enferma ensemble. « Je vais attendre dans la chambre voisine, Caviceo, dit- elle en s'éloignant, que vous ayez fait chez Octavia le petit tour de promenade qu'elle nous a permis. » Et elle partit, en poussant un éclat de rire, mais elle revint presque aussitôt : « J'oubliais précisément, dit-elle, ce qui importe le plus ! » Déjà Caviceo m'avait fait asseoir sur une banquette fixée au mur et avait placé deux chaises sous mes pieds bien écartés, et lui-même dégai- nait. Dès qu'elle nous aperçut : « Que l'amour est ingé- nieux ! dit ma mère; voilà certes une position commode pour Vénus. N'aie pas peur, ma fille. Tu ne t'en trou- veras que mieux, si tu sais tirer bon profit de ta peine. » J'étais descendue de la banquette et je me remettais décemment. « Je ne veux pas, nous dit ma mère, que nos convives devinent ce qu'on aura pu te faire ce matin. » Elle m'enleva une robe, me laissant seulement ma che- mise pour me couvrir par devant et par derrière : « Main- tenant, dit-elle, reçois ton mari, mais n'oublie pas mes recommandations. » Elle me donne un nouveau baiser, puis : « Pourquoi cacher, en te courbant, tes deux petites pommes naissantes? sont-elles indignes (\vs regards et des baisers de Caviceo? » Elle se tourne vers lui et ajoute : <( Voici, le champ vous est ouvert. Allons, vaillant athlète. » Enfin elle se retire. Caviceo accourt, leste et joyeux, et, après in'avoir oté ma chemise, il m'ordonne


VOLUPTES IO7

de me rasseoir comme j'étais auparavant, et replace les chaises sous mes pieds. Puis il glisse sa main droite sous mon corps et me rapproche un peu plus de lui. « Tu me présentes maintenant, ma reine, dit-il, ce qui va me mener au terme du véritable bonheur. » Alors il m'ac- cole.

Tullia. — En avant, donc ! et toi, que fais-tu ?

Octavia. — Je ne me défendais pas, je ne me livrais pas non plus ; l'un eût été d'une sotte, l'autre d'une effrontée. Cavicco, ayant fait un premier effort, resta un moment immobile. « Ma chère Octavia, me dit-il, étreins- moi bien fort, enlace tes jambes autour de mes reins. — Je ne comprends pas ce que vous voulez, répondis-je ; que comptez-vous faire? Ayez pitié de moi. » Là-dessus, de sa propre main il place ma jambe autour de ses reins, comme il le voulait ; enfin il vise la cible de Vénus. D'abord il ne donne que de petites secousses, puis il va plus fort, et finalement d'une telle violence que je ne doutai point d'être menacée du plus grand péril. Il heurte avec tant de raideur la contrescarpe de mon fossé que je lui crie : « Vous me déchirez ! » 11 interrompit un instant sa besogne. — « Tais-toi, je t'en conjure, ma chérie, dit-il, du courag'e. » Il glissa de nouveau sa main, me rappro- cha de lui, car j'avais l'air de vouloir battre en retraite, et, sans plus tarder, me harcela de si fortes secousses que j'étais près de défaillir. Je poussai une telle clameur que ma mère accourut en toute hâte. — « Oh ! Caviceo, cria-t-elle, avez-vous oublié votre promesse ? La lutte que j'ai eu l'indulgence de vous permettre doit être un jeu et non un combat en règle. » Comme elle achevait ces paroles, Caviceo expirait de volupté.

Tlllia. — Pendant ce temps-là, toi tu ne t'émouvais de rien ?

Octavia. — Je l'avouerai, ma Tullia : pour la première


KtS L'ŒUVRE 1)1". NICOLAS CHORÏER

fois alors je compris ce qu'est Wnus. Et cependant je n'ai pas goûté complètement les délices de la volupté. Au moment où Caviceo se pâmait, j'éprouvai une sorte de démangeaison, mes yeux se noyèrent, mon souffle haleta. Le visage en feu, je sentis tout mon cœur se fondre.

Tullia. — Tu dépeins si bien la chose, sur le vif, que, fussé-je de pierre, tu serais capable de m'émouvoir. Donne-moi un baiser. Veux-tu de Lampridio? mais tu n'en veux pas. Tu me mets en rage ; ce que je veux, ce que je ne veux pas, je n'en sais rien.

Octavia. — Qu'avons-nous affaire, toi et moi, de Lam- pridio? Que veux-tu que je veuille ou ne veuille pas?

Tullia. — Je suis folle, ma petite caille, ma tourte- relle.... Ah ! prête-moi ta main.

Octavia. — Je ne te la prête pas, je le la donne. Qu'en feras-tu?

Tullia. — Mets-la, toute grande ouverte, sur le bas- tion de Vénus, envahis le champ de bataille des guerres intestines, et tiens-moi lieu de mari. Fort bien !

Octavia. — Oh! si je pouvais te faire ce que me fait Caviceo ! Mais qu'est-ce que l'ombre en comparaison du corps? Comme tu m'embrasses étroitement! Comme ta poitrine se colle à ma poitrine !

Tullia. — Lampridio !...

Octavia. — Que tu es libertine ! De tes lombes jaillit un ruisseau où pourrait presque nager l'enfantelet Amour.

Tullia. — Laisse-moi me remettre un peu de cet accès de rage. Enfin la bourrasque est apaisée, le calme renaît dans mes sens. Retourne à Caviceo, que tu as laissé au moment où il venait de fondre en sueur.

Octavia. — Je t'achèverai mon récit ; mais quelle idée avais-tu sur Lampridio? Que disais-tu, tourmentée d'une impuissante fureur? Que n'appelais-tu à la besogne, ou


VOLUPTÉS io9

du moins à quelque partie de la besogne, ton Callias, que tu aimes et qui meurt d'amour pour toi ?

Tullia. — Tu le sauras, je veux tout mettre en com- mun avec toi, mes plus secrètes pensées, mes amuse- ments, mes plaisirs, mes délices. Je te mettrai de moitié dans tous mes bonheurs, nous partagerons tout. Sou- viens-toi de ton rêve : tu dois le considérer comme le présage de ce que sera le cours de ta vie, durant ton mariage.

Octavia. — Partager et se donner en partage, ce sont des locutions que tu m'as dit avoir un sens bien équi- voque dans le commerce amoureux. Et tu veux que tout soit partagé entre nous ? Vénus en détourne l'augure !

Tullia. — Petite niaise ! tu partageras avec moi et je partagerai avec toi ; nous aurons un partageur honnête, et de la sorte nous partagerons entre nous tous nos bon- heurs, aussi équitablement que sous l'arbitrage de Vénus Herciscunda (i). Oh ! les jolis ébats, les rires, les fami- liarités lascives ! Ou as-tu à m'objecter, railleuse? Mais reprends le fd de ta narration.

Octavia. — Sornettes, sornettes que tout cela. Veux-tu me faire croire que tu parlais sérieusement? Tu es une si grave et si prude femme ! Par cette morale, tu me ramènes à un entretien bien digne de tes bonnes mœurs.

Tullia. — Et tu y trouves aussi ton plaisir. Mais allons ; fais ce que tu te dis prête à faire et que tu ne fais pas.

Octavia. — Quoique Caviceo eût consenti une trêve, il restait néanmoins redoutable et gardait un aspect mena- çant. Par intervalles, il appliquait des baisers à ma conque. Rendue plus libre et plus hardie : « Qu'exigez-vous encore de moi, mon cher seigneur ? lui dis-je. Je vous ai


(i) Qui préside aux partages.


no l'œuvre de nigolas ghorier

obéi, mais l'état où je vois que ma complaisance m'a mise m'importune. N'avez-vous plus rien à souhaiter? Souffrez que je me retire. » Je me dégageai de son étreinte, et, en lui échappant, je poussai une chaise du pied ; elle tomba sur le plancher et fit pas peu de tapage.

Tullia. — Ta mère accourut alors ; avertie, comme par une sonnerie de trompette, de la fin de la bataille, elle venait couronner ta victoire.

Octavia. — Tu l'as dit. « Notre mère ne se plaindra pas que nous ayons joué' à sec au jeu de Vénus, s'écria Caviceo. — Je sais, répliqua ma mère, que tu es un vail- lant athlète ; mais je crains bien que, suivant ma prédic- tion, tu n'aies perdu ta peine et ton huile. Es-tu un homme de bonne foi ? Me rends-tu vierge celle que je t'ai confiée vierge? » Je ne m'étais pas aperçue de son entrée, Caviceo non plus, resté tout nu.

Tullia. — Elle n'a point fui à cet aspect, ta mère, car

Elles y viennent tout droit, les matrones,

Et contemplent volontiers une grande mentule.

Octavia. — Non ; je pense même qu'avec sa curiosité féminine elle avait subodoré quelque chose de nos affaires, si toutefois elle n'avait tout vu de ses yeux, et dans les plus petits détails.

Tullia. — Nous sommes toutes curieuses de ces folies, les plus honnêtes, les plus chastes comme les autres. Ma mère, dans les premiers temps de mon mariage, pendant ma lune de miel (j'appelle ainsi le jour qui succéda à cette heureuse nuit), ne trouvait rien de plus doux, de plus amusant, que de me faire raconter comment s'étaient passées les choses ; ses bras enroulés autour île mon cou, pendant que je parlais, elle me collait sur la bouche des baisers sur lesquels l'emportent à peine ceux de Lam- pridio.

Octavia. — Je vais te montrer chez la mienne un éga-


VOLUPTES III

rement tout semblable. Caviceo s'étant sauvé dans une chambre voisine (je reviens à Caviceo), ma mère ferma sur lui la porte. « Et loi, ma fille, me demanda-t-elle, as- tu un peu joué aussi ? Comment as-tu supporté l'épreuve maritale ? » En disant ces paroles, elle m'embrassait étroitement, elle me couvrait de baisers. « Laisse de côté toute honte, mon enfant; suppose que tu te racontes à toi- même ce que tu vas me dire. Pour ces mystères de l'Hy- men, tu as dans ta mère une amie. Parle. »

Tullia. — Et, tout en jasant, ses yeux étincelaient, ses veines se gonflaient, par ma Vénus ! Je ne m'en étonne point car c'est à peine si elle a atteint sa vingt-neuvième année. Elle s'est mariée n'ayant pas à peine treize ans, et t'a heureusement mise au jour, mon Octavia, au commence- ment de sa quatorzième année. quelle brûlante déman- geaison devait la tourmenter!

Octavia. — D'abord, je ne répondais rien ; puis comme elle s'acharnait à m'interroger si curieusement : « Que me demandez-vous, ma mère ? lui dis-je ; je vous ai obéi, à vous et à Caviceo : à vous parce que c'était mon devoir ; à Caviceo parce que vous me l'ordonniez. — Pour que personne ne puisse soupçonner vos sottises, reprit-elle, je vais faire sortir Caviceo de la maison. — Dites-lui, répliquai-je, de descendre à l'étage au- dessous et non de quitter le logis ; cela sera plus hon- nête que de le renvoyer de chez nous comme un étranger : il est vôtre, puisque je suis votre fille et qu'il est mon mari. » Elle fut aussitôt le trouver: — « Assieds- toi pendant ce temps-là, dit-elle, je reviens. » Caviceo renvoyé à l'étage au-dessous, elle rentra. « Maintenant, parle en toute liberté, ma fille ; tu es une jeune femme, tu n'es plus une enfant ; tu dois déjà avoir la raison d'une mère de famille. Nous sommes femmes toutes les deux. Ce rôle d'épouse, auquel tu es dès maintenant appelée,


112 LŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

est pour nous la source la plus certaine d'une saine raison ; la province du devoir conjugal est comme qui dirait la région du jugement et de la raison; il serait donc honteux pour nous d'y manquer de raison et de juge- ment, quel que soil notre âge. En même temps que nos maris nous apprennent la volupté, par le même canal, excellents ouvriers, ils injectent la saine raison. »

Tullia. — Oui donc en douterait ? Tu es toi-même la meilleure preuve, toi qui, avant ces jours-ci, savais à peine l'exprimer et qui maintenant fais toutes choses et en parles si bien, si ingénieusement, si agréablement.

Octavia. — Chez nous, on pourrait le dire, en un même endroit résident notre virginité et notre raison, les deux plus précieuses choses de la vie. En prenant notre virginité, l'homme nous ouvre aussi la raison. Elle est en nous dès notre naissance, mais peut-être l'en chasse-t-il par ses secousses et, de cette demeure infime, la force-t-il à gagner les régions supérieures.

Tullia. — Bien dit, ali ! ah ! ah ! Si cette mentule qui a fait déguerpir ta virginité t'a donné de la raison, le nom de mentule lui sied parfaitement, puisqu'elle possède, de par la nature, le pouvoir de créer en nous les facultés mentales.

Octavia. — Rendue plus hardie par les exhortations de ma mère : « Je ne suis pas autre, lui dis-je, que je n'étais avant cette heure, sauf que Caviceo m'a misérable- ment souillée. » — « De ta blessure, ma fdle, il aurait pu provenir un héritier plus robuste qu'Hercule. » Que te dirai-je ? Je remis ma robe, et ma mère sut réparer avec tant d'adresse et d'attention le désordre de mes cheveux et de mes vêtements, qu'on n'aurait pu rien y ajouter de plus pour la parure et la décence.

Tullia. — Serra-t-elle la chemise que tu avais quittée ? Ne la dévora-t-elle pas des yeux ?


VOLUPTÉS I 1 3

Octavia. — Elle la déploya avec une curiosité extraor- dinaire ; j'en rougissais. « Mais, ma fille, disait-elle, nulle part on ne voit les larmes d'une virginité blessée. Qu'avais-tu donc à crier si fort? Quand la virginité est frappée à mort, elle laisse échapper des gouttes de sang, qui sont comme les larmes de son agonie. Je com- prends : elle a reçu un simple choc, et non une blessure. Cette nuit, les choses auront un meilleur succès. Mais je te vois très bien préparée à remporter le prix de la constance féminine; tu as déjà commencé à le gagner. » Enfin elle serra la chemise dans l'armoire.

Tullia. — Du repas de noces, auquel j'ai assisté, tu n'as rien à dire que je ne sache ; conte-moi les jeux et les ébats de cette nuit heureuse qui suivit.

Octavia. — Jusqu'à la nuit, par Castor! nous n'eûmes, Caviceo et moi, aucune possibilité de nous trouver ensemble, tant il y eut de parentes et de jeunes filles de mes amies toujours attachées à mes flancs. Une seule fois il me prit à la dérobée un baiser, et qu'il fut doux, dieux bons! Tout espoir ou moyen d'arriver à la félicité complète nous était retiré.

Tullia. — Les règles de l'amour défendent qu'il soit permis aux jeunes gens de faire le jour ce qu'ils désirent faire la nuit. Ce sont des présents de la nuit; il déplaît au soleil de les voir.

Octavia. — Quand le jour mourut, nous commen- çâmes à vivre. La foule importune des hommes et des femmes une fois éloignée, nous restions seuls, dépéris- sant du désir que nous avions l'un de l'autre. Vous étiez là, Pomponia et toi. Enfin ma mère nous prit tous deux par les mains et nous conduisit à la chambre nuptiale : « Vous avez eu aujourd'hui assez de fatigues et de tour- ments, nous dit-elle; livrez votre esprit au repos et votre corps au sommeil. »


Il4 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

Tl I.I.IA.

ci Allez ferme, jeunes époux; suez jusqu'en vos moelles pareille- ment Ions deux; que les colombes ne surpassent vos murmures, le lierre vus étreintes, les valves vos baisers! Ébattez-vous, mais n'éteignez pas les vigilants flambeaux. La nuit, les lampes voient tout : le matin, de rien elles ne se souviennent (i). »

Octavia. — Un peu auparavant, ma mère m'avait emmenée dans colle chambre où ma virginité venait d'être quelque peu ébréchée et entamée. Lin parfum on ne peut plus suave, enfermé dans une boîte d'or, nous chatouilla les narines et remplit l'air. — « Ma fille, me dit-elle, ouvre ta robe. » J'obéis. Me voyant nue, elle se prit à sourire : « Tu es vraiment belle, ma fdle, ajoutâ- t-elle, et digne de Caviceo. Mais à l'aide de cette pommade parfumée, fais en sorte qu'avec moins de peine pour lui et presque sans souffrance pour toi vous arriviez à vous unir. Lorsque je me mariai, j'étais beaucoup plus jeune que tu ne l'es actuellement, et si par ce moyen ma grand'tante ne m'avait rendue plus apte à Vénus que mon âge ne le permettait, à peine si j'aurais pu suppor- ter le devoir conjugal. » Chose étonnante, chère cousine, aussitôt je fus saisie d'un ardent désir de Vénus, et j'eus difficilement assez d'empire sur moi pour m'empêcher d'aller trouver mon mari.

Tullia. — On en use ainsi fréquemment sous ce cli- mat, lorsque les jeunes vierges trop tendres encore sont livrées au mari.

Octavia. — Que te dirai-je de plus? Tu me mis au lit toi-même, et, suivant tes propres expressions, tu donnas le dernier adieu à ma virginité expirante. Lorsque Ga-


(i) Fragment d'un épithalame composé par l'empereur Gallien pour le mariaç-e de ses neveux. Montesquieu a pris dans ces vers l'épigraphe de son Temple de G/iide.


VOLUPTÉS II.7

viceo se vit seul, il ferma soigneusement les portes de la chambre, et regarda dans tous les coins, de peur que quelqu'un s'y fût caché.

Tullia. — Ce jeu n'aime pas avoir de témoins : cepen- dant, sans témoins il ne peut se jouer :

Devant de gros témoins se fera la chose.

Octavia. — Et réellement elle s'est faite... Caviceo, lorsque ma mère me demandait si j'avais une bien véhé- mente appréhension, m'avait entendu lui répondre qu'une telle crainte serait injurieuse pour mon mari, et, comme elle ajoutait que, si je voulais, elle irait deman- der à Caviceo de me traiter plus doucement, je lui avais répondu que ma douleur serait pour moi une volupté, si lui-même y trouvait sa jouissance. Il accourt vers moi et, se penchant, les bras jetés autour de mon cou : « Que de grâces j'ai à te rendre, ma souveraine, dit-il, pour une telle faveur! Tu entends m'ètre livrée sans condi- tion; ta confiance ne sera pas trompée. Je te promets de ne rien faire sans que tu y consentes ; mais, si je te con- nais bien, tu consentiras à mon bonheur. — Sans doute, répliquai-je, comment pourrais-je résister à ta vigueur et à mon amour? » Il m'enlace étroitement de ses bras et prélude, en me couvrant de baisers, au prochain combat.

Tullia. — Au secours, déesse Virginensis, dieu Subi- gus, déesse Prema, déesse Pertunda, divinités amies des nouveaux époux !

Octavia. — Caviceo lui seul tint lieu d'eux tous.

Tullia. — Ces dieux indigètes accouraient sur l'ordre d'Hymen, autour du lit nuptial. Dès que les paranymphes s'étaient éloignées, ils préparaient, par leur assistance, la nouvelle mariée à montrer une solide et invincible patience. Virginensis aidait l'époux à dénouer la ceinture


Il6 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

de l'épouse, fortement serrée du nœud d'Hercule; Subi- gus survenait quand, la ceinture dénouée, l'époux des- cendait, pour combattre, dans l'arène ouverte; quand il pressait l'épouse de tout son poids, Prema empêchait celle-ci de se dérober, et Pertunda faisait qu'elle se lais- sai perforer, percer d'outre en outre par le javelot, qu'elle n'arrachât pas l'épieu, lorsqu'elle se sentirait déchirer son corps si tendre.

Octavia. — Il eût facilement triomphé de tous mes efforts, robuste et vigoureux comme il est; ses vingt- quatre ans le rendaient, pour ce combat, un nouvel Her- cule.

Tullia. — En effet,

« C'est ce qui allume le courage de pouvoir le premier briser l'étroite barrière des portes de la nature. »

Octavia. — Je ne pus me retenir plus long-temps de crier; mais Gaviceo m'appliqua un baiser : « Je ne me laisserai pas fléchir, dit-il, ma chère âme ; il ne nous reste, à toi comme à moi, que peu de chose pour être époux. »

Tullia. — Les bougies brûlaient-elles encore dans votre chambre?

Octavia. — Tout était éclairé, comme en plein jour. « ma déesse, dit Caviceo, tu m'as comblé du suprême bonheur. Maintenant, reposons-nous un peu, dans les bras l'un de l'autre. »

Tullia. — Et toi, cousine, tu n'avais eu aucune sensa- tion de plaisir?

Octavia. — Écoute. (< Ma chère àme, dit mon mari, je jouis doublement de ce que tu as partagé mes jouis- sances. Parle franchement. — C'est vrai, répondis-je; tout le mal que tu me faisais, tu l'as compensé large- ment par le plaisir que tu m'as donné. » 11 me dit alors


VOLUPTES 117

qu'il m'apprendrait peu à peu tous les détails charmants de l'amour conjugal.

Tullia. — Chaque mari est le législateur de sa femme ; à chacun ses habitudes et ses caprices. Celle-là se crée une existence heureuse qui met son plus grand soin à adopter pour elle-même les habitudes de son mari. L'honnête femme enfin est celle qui cherche son plaisir dans le plaisir de son mari.

Octavia. — Ainsi fis-je. Durant le reste de la nuit, étendu de tout son long - , sa poitrine contre la mienne, il me serrait amoureusement. Je l'entourais de la chaîne de neige de mes bras comme on dit, et il me couvrait <'e baisers, lorsque nous entendons ouvrir la petite porte qui donnait près de notre lit; au même instant, ma mère se montra au chevet. Toi, tu étais partie, petite cousine. — « Hem ! dit-elle ; je craignais que vous ne fussiez morts en plein embrassement. » Caviceo se coucha le long- de moi et, couverte de rougeur : — « Pardonnez- moi, ma mère, m'écriai-je. Hélas ! à quel cruel et turbu- lent mari vous m'avez donnée ! — Courage, ma fille, reprit-elle. C'était ton rôle et ton devoir de souffrir ce que tu as eu à supporter ; par ces petites douleurs te sont rendues accessibles les voluptés du mariage. » Puis, se tournant vers Caviceo : — « Avez-vous maintenant, mon fils, une vierge ou une femme complètement femme? — Je suis vraiment votre gendre, répondit-il, j'ai vraiment une épouse ; » et il m'appliqua un baiser. — « C'est bien, continua ma mère, en prenant aussi un baiser à Caviceo. Je reconnais maintenant pour mon fils l'homme qui a si virilement agï avec ma fille. » Elle nous présenta ensuite un breuvage destiné à réparer nos forces et peu de temps après s'en alla, non sans éteindre les bougies qui brû- laient encore près de l'alcôve. Elle partie, Caviceo m'en- toura de nouveau de ses bras et après m'avoir tenu quel-


Il8 ii:i VRE DE NICOLAS CHORIER

ques propos pour m'avertir de ce qu'il désirait me voir éviter ou pratiquer, nous tombâmes tous deux dans un long sommeil.

Le jour brillait déjà lorsque, m'étant réveillée, je me mis à scruter d'un regard curieux le corps de Caviceo, ■qui dormait encore. Je te l'avouerai, cousine : la Nature, mère de toutes choses, n'a rien fait, parmi les hommes, de mieux proportionné ni de plus beau. Il était couché sur le dos : une poitrine blanche, pleine ; des bras longs, arrondis ; un ventre légèrement proéminent ; des cuisses grosses, robustes ; des mollets qui n'étaient ni trop grêles ni trop bien nourris ; une peau blanche, saine, sans une ride, sans une tache. Tu aurais cru voir une statue de marbre.

Tlllia. — Et tout le reste de son corps échappa-t-il à ton active curiosité ?

Octavia. — Même au repos, il était redoutable, et en pleine paix menaçant, quoique assoupi. Pendant que je l'admirais, je crus vraiment que de nouvelles forces avaient passé de mes yeux en lui et le ressuscitaient ; comme s'il se savait regardé par sa souveraine, il se prit à remuer, à lever la tète, et il fut arraché au sommeil. Je feignis de dormir profondément ; Caviceo, se tournant vers moi : — « Dors-tu, chérie? me demanda-t-il. — Pourquoi me tirer, lui dis-je, du paisible sommeil où j'étais? — En voyant le jour, je pensais, répondit-il, que tu étais (veillée, toi qui es mon soleil. » Il me donne un

baiser, me caresse les seins, le ventre Et bientôt

j'avais pris une nouvelle leçon d'amour. Enfin, après un court babillage, nous fûmes saisis d'un agréable sommeil qui nous tint jusqu'à une heure avancée du jour. Que me servirait de te rapporter le reste? tu le sais, tu le connais, tu y as pris toi-même grande part.

Tullia. — Vraiment, tu as un coureur bien paresseux,


VOLUPTÉS IlO

puisque, durant toute la nuit, il n'est arrivé qu'au troi- sième mille ! Mais ceux-là sont toujours mous et dolents que la nature a gratifiés, aux aines, d'un poids qui dépasse la mesure commune aux autres hommes. Le mariage n'en est pas moins, pour notre sexe, le souve- rain bien, car tout amour est funeste et honteux si l'hymen ne le sanctifie, et en dehors de l'amour il n'est point de vie heureuse. Mais nous sommes toutes, nous les femmes mariées, les ouvrières de notre bonheur.

Octavia. — Puisque Vénus est une si douce chose, je m'étonne de ce que les hommes ne brûlent pas sans cesse de son feu : nous sommes bien plus promptes qu'eux à jouir de ces délices de la vie.

Tullia. — Certainement, ton ardeur sensuelle et la froideur de Caviceo te causent un préjudice, tu aimes sen- tir le passereau de Catulle pépier dans ton nid. Etant du sang- de ta mère, rien d'étonnant à ce que tu sois incen- diée des chaleurs maternelles.

Octavia. — Je n'ai jamais rien appris qui ternisse la réputation de ma mère.

Tullia. — De quelques années plus avancée en âg'e, elle nous avait si bien corrompues, Lucrezia, Victoria et moi, de ses lubricités, qu'il n'y avait pas plus de polis- sonnes que nous. Nous avions toutes neuf ou dix ans; ta mère, Sempronia, atteignait déjà sa quatorzième année. A l'égard de Victoria, pour laquelle elle dépéris- sait, elle feignait d'être un garçon et voulait que j'en fusse un vis-à-vis d'elle-même ; elle parlait à Lucrezia et à Victoria comme un amant à sa maîtresse, usant des mêmes appellations erotiques, et les excitait à l'amour. Elle se plaignait de brûler, nous suppliait de lui soula- ger sa passion par des embrassements et des baisers. Nous autres, qui n'éprouvions aucune sensation amou- reuse, nous éclations de rire, mais nous la baisions,


120 LŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

nous la pronions dans nos bras. Née d'une telle mère, tu dois être aussi ardente que Vénus. Eh ! eh ! eh ! j'ai bon souvenir, écoute.

Octavia. — Je croirai volontiers ce que lu me racontes, mais à condition que tu me dises comment il se fait qu'une femme si adonnée au libertinage se soit pourtant conservée pure de tout déshonneur.

Tullia. — Je vais te le dire, mais écoute à quoi la poussait cette dépravation précoce. Trois ou quatre mois avant qu'elle épousât ton père, il nous arriva d'aller la voir, une après-midi. Son père et sa mère étaient absents et, de tous les domestiques, sa nourrice restait seule avec elle pour la garder, mais elle était occupée à quel- ques soins intérieurs dans une autre partie de la maison. Aux pieds de Sempronia se trouvait un gentil, un aimable Cupidon, un gamin de quatorze ans à peu près, plus ou moins. Elle admit l'enfant à partager nos jeux innocents, et après avoir longtemps couru, sauté, nous être livrés ensemble à toutes sortes d'amusements, elle se mit, par des brocards et des agaceries, à exciter Gio- condo : c'était le nom du jeune gars. « jolie fille ! disait-elle, nous sommes des garçons, nous autres, mais toi tu es une gamine. Voyez, mes chères amies, comme elle a l'air sage. Que je meure ! ce n'est pas un garçon, c'est une pucelle ; son vêtement masculin cache une fille; elle méprise sans doute le sexe et l'habit féminins. » Lui, comme font les enfants, rougit d'abord, puis voulut se sauver : nous volons toutes à la poursuite du fugitif. Lorsque nous sommes parvenues à le ramener : « Voyons maintenant de quel sexe il est, » dit Sempronia.

Octavia. — Et Giocondo ne se défendait point? Ah! ah ! ah !

Tullia. — « Finissez, disait-il ; pour sur que je ne suis pas une fille, et je saurai bientôt si vous êtes des pucelles,


VOLl'PTKS 121

vous autres. » La main de Sempronia cherchait toujours. « Oh! qu'est-ce que c'est? » fit-elle en se tournant vers moi. Victoria et moi nous approchons nos main inha- biles encore à ces polissonneries. « Dis-moi, Giocondo, reprend Sempronia, connais-tu l'usage d'un pareil usten- sile? — Je ne l'ai pas encore expérimenté, répond- il, je suis trop jeune, mais je sais bien à quoi cela sert. — Apprends-nous-le, réplique Victoria. — Je vous le montrerai à toutes, fait-il, mais l'une après l'autre, ici même. »

Et il le fit comme il l'avait dit. En se levant, Sempronia se jeta dans mes bras. « Oh ! le merveilleux amusement ! s'écria-t-elle. Au diable nos stupides plaisirs enfantins! Il n'y a que Giocondo pour savoir jouer à un jeu si doux et si amusant. » Giocondo lui appliqua un baiser ; il nous en donna un aussi à Victoria et à moi, qui attendions de lui de semblables délices.

Octavia. — Je suis toute hors de moi ; tu me plonges dans un élonnement que je ne saurais dire. ma mère ! Quels souvenirs me laisseras-tu, ô ma mère!

Tullia. — « Victoria est plus jeune et moins formée que moi, Giocondo, lui dis-je, mais elle a bien plus que moi d'esprit et de beauté. — Vous êtes toutes deux char- mantes et d'une beauté rare, reprit Giocondo; je mettrai à votre service toutes mes ressources. Il avait mis la main dans le corsage de Victoria, puis dans le mien, et rencontré quelques traces de rondeurs qui commen* çaient à se soulever, non les globes formés des seins. Victoria est sa seconde victime : elle supporte hardiment le sacrifice.

Octavia. — J'ai pitié de toi qui, au milieu de ces délices, dont ma mère et Victoria s'étaient rassasiées, restais si longtemps dans l'abstinence.

Tullia. — L'enfant, tendre et délicat, défaillait de las-


\:il L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIEB

situde autant que de plaisir. Je lui dis : — « Te voilà épuisé, abattu, Giocondo; retrouveras-tu assez de forces pour venir dans mes bras? M'en retournerai-je veuve de la noce'/ » Seinpronia se mit à rire : — « Non, tu ne t'en retourneras pas veuve, dit-elle; je suis ta caution, Gio- condo. Mais tu as besoin de te restaurer, toi qui nous a si largement dispensé tes ricbesses. Va trouver ma nourrice, demande-lui de nous apporter à goûter, pour moi et nies compagnes. » L'enfant obéit et peu après rapporte un ('-norme gâteau bien assaisonné de sucre, avec une bouteille d'excellent vin. Je donne d'abord à l'enfant une part non médiocre du gâteau; il ne la mangea pas, il la dévora; je lui donne ensuite à boire un verre de vin. — « C'est pour toi que mange, pour toi que boit Giocondo, me dit Seinpronia. Prends bien soin de son corps, qui bientôt te procurera des délices im- menses. » Seinpronia, Victoria même prenaient tout autant soin de Giocondo. Restauré par l'effet de la nour- riture et de la boisson, il dit que les forces qu'il avait perdues étaient tout à fait revenues et vola aussitôt au- devant de mes embrassements, pendant que je faisais semblant de me défendre et que Sempronia riait. Quoi de plus ? 11 eut de moi la suprême volupté.

Octavia. — Trouva-t-il donc chez toi l'accès facile?

Tullia. — Ne sais-tu pas que la plupart de nous autres Italiennes nous sommes presque femmes dans la tendre jeunesse?

Octavia. — Tu lais sans doute exception pour toi et pour moi.

Tullia. — Des bêtises! Nous avons été toutes deux données en mariage à de monstrueuses mentules. Après que Priape eût été mis au rang des dieux, si Lampsaque avaient possédé deux hommes tels que sont Callias et Gaviceo, les jeunes femmes atteintes de démangeaisons


VOLUPTÉS 123

n'eussent pas regretté Priape défunt, lui qui tenait ce magnifique propos :

Notre mentule a cet énorme privilège Ou'aucune femme pour moi ne peut être larg-e.

Lorsque Sempronia et Victoria furent données à leurs maris, quoique ceux-ci fussent de beaux mâles et d'un àg"e plus avancé que Giocondo, dès le premier assaut elles donnèrent ample satisfaction à leurs époux. C'est comme cela, cousine : le guichet de devant de Vénus bâille, bâille de la plus énorme façon chez les Italiennes et les Espagnoles; on croirait qu'elles sont faites non pour des hommes seulement, mais aussi pour des mulets. Mais Giocondo, chez nous, avait par avance enfr'ouvrrt à nos maris le chemin du bonheur.

Octavia. — J'y songeais; vous aviez préparé la route, de peur qu'elle ne fût trop difficile à ceux qui y entre- raient.

Tullia. — Tu te trompes. A l'âg"e qu'avait l'enfant, il ne pouvait faire de grands ravages. Or nous avons toutes épousé des maris remarquablement vigoureux; cependant ceux de Victoria et de Sempronia, si bien fournis qu'ils soient, il faut l'avouer, ne peuvent être comparés ni à Callias, ni à Caviceo. Les médecins pré- tendent que ceux qui, en pleine action, dépassent sept ou huit pouces sont monstrueux. C'est la commune mesure, en longueur s'entend; pour la grosseur, elle doit être en proportion. Ils disent que la capacité du sexe féminin peut se dilater jusqu'à sept ou huit pouces; au delà, la femme éprouve quelque incommodité, de la souffrance même, et plus de répulsion qu'elle ne pro- mettait d'amour; mais toutefois, plus nous sommes jeunes, plus nous sommes aptes à recevoir le bacage viril, quel qu'il soit.


i^'t l'œuvre ni: Nicolas chorier

Octavia. — Et moi qui croyais qu'aucune femme, jamais, nulle part, n'avait vécu plus chaste que ma mère ! Com- ment s'y est-elle donc prise, cousine, pour que mon père, quoique si perspicace, pour que la Renommée, qui espionne et divulgue tout dans les villes, n'aient jamais rien remarqué en elle qu'ils n'eussent à approuver, à louer ?Mon père meurt toujours misérablement d'amour pour elle, et tout le monde l'accable d'éloges comme la plus pudique et la plus honnête des femmes.

Tullia. — Les femmes qui perdent la vie ou l'honneur, plus précieux encore que la vie, c'est par leur faute, pour la plupart, que cette calamité leur arrive. On l'a dit avec raison : ce n'est pas en la chose elle-même que consiste l'honneur ou le déshonneur, c'est dans l'usage qu'on en fait. Un esprit subtil, astucieux, est réputé prudent, et il est de la prudence de savoir s'assigner certaines limites. Hors de celles-ci, nulle ivresse de l'amour, nul transport de la haine, qui souvent nous aveugle, ne doit entraîner l'esprit d'une femme adroite et douée de jugement. Veux-tu vivre agréablement et heureusement, Octavia? Pense que tout te soit a la fois permis et défendu. Que ce soit là ton souverain pré- cepte, dans la condition d'existence que t'a adjugée la loi de mariage.

Octavia. — A peine, et pas même à peine, puis-je comprendre ce que cela signifie. Comment penserais-je que tout me soit permis et en même temps défendu?

Tullia. — Ce que tu pourras faire commodément, sans avoir rien à craindre de ton mari, sois persuadée que cela t'est permis; ce que tu ne pourras faire sans courir de danger certain, n'hésite pas à croire que cela t'est défendu. Pour le moment, j'ai à t'inculquer les pré- ceptes de la véritable et saine sagesse; grâce à eux, tu régleras dorénavant le cours de toute ta vie. Je leur suis


VOLl'PTES 120

redevable de tous mes bonheurs, de l'intacte conserva- tion de ma bonne renommée, tandis que je m'amuse, que je jouis librement des avantages de la jeunesse; tu leur devras également ta félicité. Toutes, tant que nous sommes, nous aspirons, d'un même désir, à la volupté; nous y sommes toutes poussées par la même force, bonnes et mauvaises. Mais les mauvaises n'ont aucun souci de leur honneur; les bonnes préfèrent l'estime publique et l'honneur à la volupté, à la vie même. Cependant les bonnes ne prennent pas toutes le même chemin pour aller au plaisir. Imprudentes et ignorantes, pour la plupart, au milieu de leur course les arrêtent ou une mort ignominieuse ou les épaisses ténèbres de l'infa- mie. Au contraire, celles qui s'efforcent de se laisser guider par les préceptes de la sagesse, l'estime les accompagne jusque dans les lieux de débauche, les lupanars, et elles ont pour elles les applaudissements répétés de la multitude abusée. Donc, ce n'est pas le but qu'il faut changer, cela écarterait du droit chemin : ce sont les voies et moyens à prendre pour arriver au but.

Octavia. — Quel est ce but ? Quel moyen doit-on chercher '? Je l'apprendrai avec plaisir ; c'est non seule- ment chose très agréable, mais fort utile à savoir.

Tullia. — Je te le dirai en peu de mots. Un mois à peine s'était passé depuis mon mariage avec Callias que, connaissant déjà bien à fond tant les mœurs de Callias que les miennes, je me suis fait certaines lois et les ai ponctuellement suivies jusqu'à ce jour. J'en ai retiré de bons fruits et tu en retireras autant si tu les observes. D'abord, je réfléchis bien à ce qui est au-dessus de moi, hors de moi et en moi. Au-dessus de moi est la religion, qui tient la première place en politique, mais qui, dans l'arrangement de la nature, n'en tient aucune. Je considérai ce que je devais à la religion dans laquelle


I>li L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

je suis née, aux cendres des morts et à moi-même. En premier lieu, il est tout à fait convenable qu'une femme mariée ait de la dévotion et paraisse en avoir, car celle qui est dévote et ne semble pas l'être ne l'emporte en aucune façon sur celle qui paraît l'être et ne l'est point. Tout le bonheur d'une femme mariée dépend du juge- ment de son mari ; celle-là est heureuse, quoiqu'elle puisse ne rien valoir, dont son mari fait le plus grand cas; par conséquent, malheureuse est la destinée de celle que méprise son mari, fùt-elle comblée des dons de la nature et des mérites de la vertu. Mais lorsqu'ils ont attiédi dans nos embrassements les bouillonnements de ce fervent amour, nos maris mesurent l'opinion qu'ils conçoivent de nous au nombre des vertus qu'ils voient briller en nous. Ils ne jugent pas dignes de leur amour celles qu'ils ne croient pas vertueuses. Avant d'avoir joui de nous, ils nous aiment pour notre beauté, nos agréments, notre jeunesse; plus tard, après que parla vue, le toucher, la libre possession de notre corps, ils ont assouvi leur passion, ils ne nous aiment que s'ils nous estiment, s'ils nous croient honnêtes, s'ils nous voient parées de toutes les vertus. Plie-toi donc à ces mœurs, Octavia, ou feius de t'y plier. Aucun oubli n'effacera, aucun acte n'affaiblira l'opinion que dans ces premiers jours de vos noces aura conçue de toi Caviceo. Sur cette scène de la vie, le rôle que tu auras pris, il faut le soutenir jusqu'au bout.

Octavia. — Yeux-tu donc que je ne marche que mas- quée ? Mais il est plus facile de déposer ce masque de l'âme que de le prendre.

Tullia. — Le second chapitre de la prudence conju- gale se forme de la manière suivante : ne pas faire fi des bienséances ordinaires, des communs usages. En public, vis pour tout le inonde; en secret et en ton particulier.


VOLl'PTKS 127

vis [tour toi, couvre ta vie du voile de la décence. Celui qui décore ses méfaits d'une apparence de probité est beaucoup plus utile à la chose publique que celui dont les bonnes actions se cachent sous ombre de turpitude. Revêts-toi d'honnêteté, mais de celle dont tu puisses te dépouiller facilement dès qu'il en sera besoin. Que ceux qui te verront tout entière et sans cesse attachée à tes devoirs jurent qu'il n'y a rien de plus gracieux que tes manières, de plus libre que ton commerce. Rivalise avec Sempronia, ta mère.

Octavia. — Ce que tu m'enseignes est d'une grande clarté ; ce que tu me dis de ma mère est obscur et incertain.

Tullia. — Elle m'est aussi connue que toi-même ; j'ai subi ses fureurs libertines, comme toi les miennes. Sache bien que ces chapitres de l'institution conjugale, je les déduis de ses mœurs et de ses conseils. « Entre tous les mortels, que ton époux soit mis par toi au rang 1 des immortels, me dit-elle lorsque je me mariai. Toute femme dont le cœur est bien placé doit tenir pour cer- tain qu'elle a été créée pour les plaisirs de son mari et que les autres hommes ont été créés pour les siens. Tu dois quelque chose à ton mari, tu te dois aussi quelque chose à toi-même. Tout ce que ton mari exigera de ta complaisance, fais-le; que rien de ce qui lui semble doux à lui ne te paraisse honteux à toi. Change-toi, comme Protée, en toutes sortes de figures, s'il l'ordonne. Lors- qu'il aura le caprice de s'amuser un peu plus librement avec toi, que tout te semble honnête à toi qu'il conviera au jeu. Satisfais volontiers et de bon cœur sa passion; d'autres satisferont la tienne. » Ainsi ai-je agi vis-à-vis de Callias, vis-à-vis de Lampridio.

Octavia. — Fort bien. Je comprends maintenant quel est ton commerce avec Lampridio.


128 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Tullia. — Je suis bien aise que tu saches les plus secrètes douceurs de mes amours. J'abandonne gaîment jnon corps à Callias pour qu'il en fasse tel usage qui lui plaît, mais je n'y goûte aucun plaisir; de Lampridio, j 'exige ce qui m'est le plus commode et le plus agréable. L'un me commande, c'est moi qui commande l'autre; je suis l'esclave du premier, le second est le mien; l'un possède mon corps, c'est moi qui possède le corps de l'autre. L'or ne diffère pas plus du plomb que la maî- tresse ne diffère de l'épouse; il y a moins loin de la terre au ciel qu'il n'y a de distance entre la félicité d'une libre concubine et la condition d'une femme mariée. Tu seras donc heureuse, et bien heureuse, si tu sais faire un mélange de l'une et de l'autre.

Octavia. — Serais-je assez insensée pour choisir un amant? Le pousserais-je à venir dans mes bras, l'intro- duirais-je dans mon lit ? Que Vénus éloigne de ma pensée une pareille imprudence ! Puis n'aurais-je rien à craindre de la colère de mon mari si je tombais, infor- tunée, dans un tel opprobre? Je le connais à fond : s'il me soupçonnait seulement d'une faute de ce genre, ni les dieux ni les hommes ne me tireraient vivante de ses mains.

Tullia. — Je ne veux pas tourmenter ta pudeur; je partagerai avec toi les baisers, les passions, les reins de mon Hercule. Je te placerai moi-même dans ses bras; de mes mains je te ferai monter sur son cheval.

Octavia. — Tu veux rire, ah ! ah ! ah ! Aurait-il les reins assez solides, crois-tu?

Tullia. — friponne, putain fieffée dès le seuil du lupanar! Celui qui fait la paire avec moi trouvera à t'apparier, s'il n'est pas bien proportionné à ta Vénus.

Octavia. — J'ai dit en riant ce que tu prends au sérieux. Mais raconte-moi, ma chère entremetteuse, par


VOLUPTÉS 129

quels moyens tu t'es acquis un hôte si fidèle et si remar- quable. T'a-t-il été donné en et ieau ? Te serais-tu mise de ton plein gré en son pouvoir et à sa discrétion ? Par quelles incantations as-tu aveuglé Callias? Quelles sont les ruses grâces auxquelles tu goûtes tant de plaisirs et échappes, saine et sauve, à tant de périls, qui de toutes parts menacent nos caprices?

Tullia. — Pourquoi ne te le dirais-je pas, ô franche et pure petite putain? Je m'en vais bien t'étonner. Peu de jours après que ma chère Sampronia, ta mère, se fût mariée, on devait la conduire en grande cérémonie à la maison de Victorio. Elle demanda' tout d'abord instam- ment à sa mère qu'on lui donnât Giocondo pour lui servir de valet de pied, ou plutôt de valet de mentule. Victorio ne se laissa pas supplier longtemps.

Octavia. — Six mois après, Giocondo prit femme ; mais il ne sortit pas pour cela de chez nous. Et mainte- nant, quand je me remémore curieusement tout ce que j'ai vu, tout ce que j'ai entendu dans ce temps-là, alors qu'ils étaient seuls et ne tenaient nul compte de mon âge, tout cela m'amème à être de ton avis. C'est bien cela : ma mère exploitait les domaines de Giocondo.

Tullia. — Parle ; que crains-tu ?

Octavia. — Comme elle abusait hardiment de la bonne opinion que l'on avait d'elle ! Dehors trompeurs de la vertu ! Je les ai vus souvent en train de causer, de se •luthier, quand mon père était absent de la maison. Gio- condo caressait ma mère; déjà il n'était plus valet de pied, mais remplissait les fonctions d'intendant. Toute- fois, il n'allait pas jusqu'à lui palper les seins, je l'aurais vu. Un jour, il entre dans la chambre où nous étions toutes les deux, ma mère et moi. Ma mère faisait de la tapisserie; moi, comme font les enfants,, je jouais avec une petite chienne que j'avais prise par l'oreille et tenais

9


l3û L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

suspendue en l'air. Il aborde ma mère d'un visage riant, lui tend la main pour qu'elle se lève de son siège et l'entraîne, moitié de gré, moitié de force, loin de mes regards. Je les croyais sortis de la chambre et je me (('■jouissais d'être laissée seule, quand aussitôt j'entends le lit gémir et ma mère élever la voix, comme si elle -endurait quelque souffrance. Je dresse les oreilles, frappée de crainte, puis bientôt je me lève et vole vers elle. Ma mère m'entend et, avant que je me sois appro- chée, elle accourt ; elle me prend entre ses bras, me •couvre de baisers ; Giocondo s'était évanoui dans l'espace. — « Qu'est-ce qui te faisait donc mal, maman? lui demandai-je; je t'ai entendue lâcher des soupirs. — Rien du tout, me répondit-elle; en rentrant dans la chambre, j'ai heurté le pied du lit et me suis presque démis le talon. »

Tullia. — En vérité! Et tu n'as rien soupçonné de leur commerce ?

Octavia. — Si; mais ce que l'on ne fait que conjec- turer ne peut pas tenir lieu de preuves. L'un et l'autre ils fuyaient mes regards avec tant de soin que jamais je ne pus acquérir la certitude. Ce que je compris unique- ment, c'est que ma mère mettait tout son souci à ce que j'eusse d'elle la meilleure opinion et que je fusse persua- dée qu'elle était la plus honnête des femmes de la ville.

Tullia. — Je le sais ; maintes fois et avec les plus pressantes instances elle m'a suppliée de la vanter à toi- même comme la plus honnête et la plus chaste. Ce que je te dévoile aujourd'hui de ses mystères n'en restera pas moins enseveli pour tout le monde dans un profond secret.

Octavia. — Je serais une parricide si je n'épargnais la réputation de ma mère, dont j'ai été jusqu'à ce jour si tendrement aimée : la réputation a plus de prix que


VOLUPTÉS l3l

l'existence. Mais vois de quelle ruse elle a voulu me jouer. Trois jours avant que je ne fusse donnée à Gaviceo, elle m'adressa ces parole : « Dans peu de jours, ma fille, tu épouses Caviceo ; ce court intervalle seule- ment te sépare, toi qui es chaste et sainte, puisque tu es vierge, des ordures et des impuretés du mariage. Quand tu auras quitté ta virginité, un grand nombre de vertus te fuiront, souillée comme tu le seras, et par aucun moyen, violent ou habile, tu n'empêcheras de se sauver celles à qui ne plaît que la gravité sévère. Rien de plus céleste qu'une jeune fdle vierge, rien de plus vil qu'une jeune fdle souillée. — Que voulez-vous que je fasse, mère? demandai-je. Laissez-moi conserver intacte ma virginité le reste de ma vie. Mettez-moi chez les Vestales. — Non pas, répliqua-t-elle ; notre fortune, l'amour que j'ai pour toi s'opposent à ce que je souffre que tu sois ensevelie vivante. Mais suis mes conseils. Fais vœu d'avoir en haine et en horreur toute pensée, toute velléité de libertinage. Eloigne ton esprit, comme j'ai éloigné le mien, de ces malpropretés ; rachète par un sacrifice la virginité que tu vas perdre, pleure-la par un sacrifice quand tu l'auras perdue. — Je veux bien, répondis-je, mais à quel sacrifice m'exhortez-vous, ma mère? — Je veux et je t'en supplie, mon Octavia, dit-elle, et en me parlant elle me donna un baiser, je veux que toi-même tu te décides à ce sacrifice, qu'il soit consommé de ta main et de la mienne. Mais il te faudra un courage ferme et à toute épreuve. — Le courage ne me manquera pas, dis-je. » Alors elle me contraignit à promettre par ii h serment d'endurer tout ce qu'elle me conseillerait. — « Demain matin, ajouta-t-elle, puisque tu es aussi pure, aussi bonne, aussi chaste, ma fille, que tu es jolie, spirituelle, brillante, après que tu auras renouvelé dans le temple, devant la Divinité, la promesse que tu


l32 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

viens de me faire, nous mettrons la chose à exécution : ce sera pour toi on ne peut plus glorieux, honnête et profitable. »

Tullia. — Tu ne m'apprends rien de nouveau : elle m'a raconte l'affaire telle qu'elle avait eu lieu, en se moquant de ta crédulité, mais faisant très fortement l'éloge de ton courage.

Octavia. — Je m'abstiens donc de t'en dire plus lony : ce que tu sais, tu ne pourrais pas le savoir davantage.

Tullia. — Au contraire, je veux que tu continues, si tu m'aimes. Sempronia ne m'a dit la chose que som- mairement et non, comme toi, expliqué tout curieuse- ment et dans les détails.

Octavia. — De bon matin elle me commande de sortir du lit, et, revêtue d'habillements somptueux qu'elle avait préparés d'avance, me conduit à Theodoro, homme de cette secte dont les adhérents, grâce à leur visage et à leur barbe hérissée, leur chevelure en désordre, sem- blent aux yeux du vulgaire faire montre d'une grande sainteté de vie. Dès que nous fûmes dans le sanctuaire, il s'approcha de moi : — « Vous avez, ma fille, me dit-il, une mère qui souhaite pour vous tout ce qu'il y a de bon et de raisonnable. Avant trois jours vous serez mariée ; il faut vous laver l'âme de toute souillure pour vous rendre digne de ce don céleste et apte à le recevoir. Vous donnerez, en effet, le jour à des enfants ; si vous êtes bonne, ils obtiendront au ciel une de ces places dont sont chassés les esprits infernaux; si vous êtes dépravée, ils augmenteront le nombre de ceux-ci. Quel choix faites-vous? » Je me taisais, couverte de rougeur. « Parlez, parlez, reprit-il. — Je veux être bonne et qu'ils soient bons également, répondis-je. — Approchez donc. » Que te dirai-je de plus? Prosternée à ses genoux, je me confessai de tout, même des moindres choses qui


VOLUPTÉS l33

me semblaient de la contagion du vice. Lorsqu'il m'en- tendit avouer que j'avais été déjà souillée par une ten- tative libertine, peu s'en fallut qu'il ne s'emportât; mais, après m'avoir avertie de m'abstenir de pareilles choses, il m'ordonna d'avoir pleine confiance et d'obéir en tout à ma mère, quoi qu'elle exigeât de ma résigna- tion. Il appelle alors ma mère et, sortant de la manche droite de son vêtement un paquet de cordes, qu'il ne déroula pas, le lui tendit. — « N'épargnez pas la peau de votre fille, lui dit-il, n'épargnez pas non plus la vôtre pour donner l'exemple. Si vous enfreignez mes ordres, vous serez punie. » Sur ces mots, nous sortons toutes deux.

Tïjllia. — Ces hommes se jouent de la sorte de notre faiblesse; c'est comme cela qu'ils dominent.

Octavia. — Tu pourrais dire plus justement : « C'est de la sorte que nous nous jouons de la crédulité des hommes, c'est ainsi que nous régnons. » Aussitôt que nous fûmes rentrées dans cet appartement intérieur de notre logis d'où, tu le sais, on a vue sur les jardins, ma mère ferma les portes et me donna en riant le paquet à défaire. Je le défais et je vois que c'est une espèce de fouet composé de cinq cordes que marquaient des nœuds très petits et très nombreux. — « Il le faut, maintenant, ma fille, me dit-elle, t'embellir et te purifier à l'aide de cet instrument de piété; mais je veux d'abord te montrer l'exemple. Nous avons reçu l'ordre de nous déchirer de toutes nos forces à coups de fouet. J'obéirai; tu obéiras toi-même, si je te connais bien. — J'obéirai, lui dis-je. — Tu n'es pas assez résolue, reprit-elle, pour t'infliger à toi-même des coups comme ceux que tu verras me don- ner. Je t'aiderai. Pendant que je chanterai un cantique d'une voix basse et plaintive, ne doute pas qu'en dedans de moi mon âme ne soit inondée d'une joie intense. »


l34 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Tullia. — Ton corps si tendre ne frissonnait-il pas de crainte?

Octavia. — J'étais bien loin de me croire si coura- geuse, si disposée à subir la pénitence que je le montrais à ma mère et à moi-même. C'est avec raison que l'on prétend que nul plus que la femme n'a de constance et de fermeté pour endurer la douleur, si elle le veut obsti- nément. — « Pourquoi perdre le temps, ma fdle? reprit ma mère en me donnant un baiser. Enlève-moi vite ma robe, que le tronc de cet infâme corps soit mis à nu. » Elle retroussa sa chemise en dedans, jusqu'au-dessus des reins, puis se mit à genoux et, prenant en mains le paquet de lanières : « Regarde bien, ma fdle, ajoutâ- t-elle, et par mon exemple apprends comment on supporte la douleur. » En ce moment, la porte retentit d'un coup frappé discrètement du doigt. « Je sais qui c'est, dit ma mère, c'est Theodoro, le digne prêtre; il m'avait, en effet, promis de venir, s'il en avait la possibilité. » Il frappa de nouveau à la porte. « C'est bien lui, dit ma mère; c'est Theodoro; ouvre, ma fille. — Quoi, ma mère, lui dis-je, voulez-vous donc qu'il vous voit nue? — Ne sais- tu pas, répondit-elle, qu'il est pour moi une vieille con- naissance? Je lui suis redevable de tout ce qui chez moi n'est point criminelle beauté. » Elle laissa néanmoins retomber sa chemise pendant que j'allais ouvrir. A peine entré, d'un visage souriant, il nous félicita l'une et l'autre et exhorta principalement ma mère à me donner l'exemple d'une façon digne de moi et d'elle- même. Il ajouta beaucoup d'autres paroles, lesquelles m'enflammèrent d'une telle ferveur que j'aurais demandé à être flagellée de ses sacro-saintes mains. Par un long sermon très étudié, il nous prouva que la pudeur en dehors du péché était un péché, que celles-là seules avaient raison de rougir qui se montraient nues aux


VOLUPTÉS l35

yeux des hommes, dans un but de volupté et de lubri- cité, mais non celles qui le faisaient dans un but de piété et de pénitence. L'un est honteux, l'autre honnête; l'un fait plaisir aux mortels, l'autre aux immortels, et les pénitences de ce genre sont de la plus grande utilité. Par leur moyen, comme par un bain miraculeux, se trou- vent purifiées les souillures que les femmes ont con- tractées ou acceptées si, autant elles ont tiré de leur corps, les impudiques, de criminelles jouissances, autant elles infligent à leurs sens de durs supplices. Ces châtiments secrets effacent enfin la plupart des péchés qu'une misérable honte empêche de confesser et de découvrir aux prêtres.

Tullia. — Oh ! les commodes enseignements pour qui est à la fois libertine et pudibonde! Mais moi je n'ai que faire de tes préceptes, Theodoro. Continue.

Octavia. — Après toutes ces exhortations, il prit le fouet lui-même; ma mère se mit à ses genoux, j'en fis autant. Il ordonne à ma mère de s'éloig'ner un peu et à moi de fixer les yeux sur elle, de suivre ponctuellement les coups à mesure qu'ils tomberont. Il se tenait au côté de ma mère et pendant qu'il lui disait de la favoriser de cette bonne œuvre, qu'elle commençait à entonner une sorte de cantique, une grêle de coups se mirent à pleuvoir avec une grande force sur ses fesses décou- vertes. Elle me sembla frissonner sous ces coups; de plus légers leur succédèrent, mais à ceux-ci de plus violents. Enfin, il déchira de telle sorte la malheureuse que ses fesses, labourées de meurtrissures, si blanches qu'elles étaient auparavant, semblaient sortir de la boucherie.

Tullia. — Elle ne se plaignait pas ?

Octavia. — Elle n'osait ra}me pas ouvrir la bouche; une seule fois elle laissa échapper un Gémissement :


l3G L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

« Ah ! mon père! » fit-elle. Mais il s'emporte à ce mot. — «Vous ne sortirez pas impunie de mes mains, » s'écrie-t-il. Il lui ordonne de se courber jusqu'à terre, la tête et la poitrine baissées. Elle obéit; de cette façon, les fesses se présentaient au devant du fouet et pendant un quart d'heure entier, sans relâche, il les flagella. «Maintenant, votre âme a suffisamment reçu de soulagement; levez- vous, » dit Theodoro. Elle se leva, laissa retomber sa chemise et, après avoir mis sa robe, me prit, en riant, dans ses bras. — A ton tour maintenant, ma fille. Penses-tu avoir assez de courage pour ce jeu-là? dit- elle. Car c'est un jeu et non une souffrance. — Que mon corps ait autant de force que j'aurai de courage, répon- dis-je. Que faut-il que je fasse? — Apprêtez votre fdle pour cette œuvre pie, dit Theodoro. J'espère que vous serez plus brave que votre mère. » Pendant ce temps je fixais à terre mes yeux égarés. « Vous ne tromperez pas mon espérance? reprit-il; parlez. — Je ferai tous mes efforts, dis-je, pour répondre à l'opinion que vous avez de moi. » Ma robe était tombée sur mes pieds et ma mère relevait ma chemise au-dessus des reins. Dès que je me sentis toute nue, la plus grande honte couvrit de rougeur mon visage. — « Tu n'auras pas besoin de te mettre à genoux, dit ma mère; reste debout comme tu es, et immobile; » puis elle me mena vers Theodoro. — « Voulez-vous être comblée de bonheur? me dit-il; vou- lez-vous parvenir, à travers les ronces, aux voluptés célestes ? — Le courage ne me manque pas, » répondis-je. Aussitôt il commença, par de très légers coups, à irriter mes sensations, sans me faire de mal. — « Pourrez-vous, ma fille, en supporter de plus forts? me demanda-t-il. — Certainement, répondit ma mère. — Je le pourrai », dis- je à mon tour. Alors, depuis les reins jusqu'au bas des mollets, de cruels coups de cordes se mettent à me par-


VOLUPTÉS 137

courir toute. « Assez ! assez ! disais-je, ayez pitié de moi, ma mère. — Courage, s'écria-t-elle ; veux-tu achever toi- même ce qui reste à faire, car la besogne en est à peu près à la moitié? — C'est cela, dit Theodoro ; voyons comme elle se caressera toute seule. Prenez le fouet, ma fdle, et flagellez vous-même cette partie intime, destinée au plaisir, que vous avez là. » Ma mère, approchant sa main de la mienne, me montre comment il faut corriger de tous côtés, et vigoureusement, l'endroit offert et exposé à l'outrage conjugal. Je m'inflige un premier coup, puis un autre, de toutes mes forces; en cet instant ma main commence à faiblir. — « Je ne puis, ma mère, me supplicier moi-même, m'écriai-je, mais de vous je supporterai tout. » Par cette petite lâcheté, j'avais du moins obtenu quelque répit de Theodoro. Je passe le fouet à ma mère; elle reprend son lugubre cantique, qu'elle accompagne de coups cadencés. Je me mets à fondre en larmes, à pousser des gémissements; à chaque cinglon, je fais un mouvement des fesses, puis je me sauve et parcours tout l'espace de la chambre. — « Qu'est- ce? dit Theodoro. Oh ! la lâche, la sans-cœur ! » Ma mère, en effet, avait jeté le fouet sur le lit. — « Voulez-vous mon- trer, ma fille, plus de courage qu'une si courageuse mère? — Je le veux, répondis-je, mais empêchez-moi de me sauver. Je parviendrai sans doute à réprimer mes cris et mes gémissements. — Obéis donc, ma fille, reprit ma mère. — J'obéirai à tout ce que vous voudrez », répondis-je. D'un ruban de soie, elle m'attacha les mains autour du poignet, car je me défendais des mains, puis me fit appuyer la tête sur le lit. — Tâche de ne pas bou- ger, dit-elle, pendant qu'on te flagellera. Si tu bouges, je te tiens pour une impure et une infâme entre les plus impures et les plus ignominieuses jeunes filles. — Je ne bougerai pas, répondis-je. Déchirez, comme vous le vou-


l38 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

drez, nia misérable chair. — Approchez, Theodoro, dit ma mère en s'adressant à lui; honorez ma fille de celle faveur. » Tandis que ma mère m'attache, qu'elle me presse les mains entre les siennes et me couvre de bai- sers, Theodoro m'accable et me déchire de coups. « Cou- rage, courage, courage, disait ma mère, je te verrai d'autant plus comblée de volupté que tu te soumettras à un châtiment plus cruel. » Aussitôt Theodoro s'écria : — «C'est bien; le sang virginal coule abondamment; la libération et le sacrifice à la pudicité sont consommés. » Il me cingla encore de quelques coups, puis remit à ma mère le fouet souillé d'une rosée de sang.

Tullia. — Teint, veux-tu dire.

Octavia. — Qu'il en soit du fouet comme on voudra, ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il avait mis ma peau en triste état. — ma fille, s'écria ma mère, de quelles félicita- tions te ferai-je monter jusqu'au ciel des Héros, toi qui as si courageusement supporté de telles attaques ! » Bref, après qu'ils m'eurent fort louanirée l'un et l'autre et arraché la promesse, avec serment, de me soumettre à de nouvelles flagellations après la perte de ma virginité, Theodoro sortit de la maison. Dès qu'il se fut éloigné, ma mère me serra étroitement dans ses bras : « Je veux maintenant que tu ailles te coucher, ma fille, me dit-elle. Prétexte d'avoir mal à la tète. Cela te sera favorable, pour reposer tes membres délicats et remettre eu état ton corps, si durement traité par ce supplice que tu as supporté avec une constance héroïque. » Elle me coucha elle-même dans le lit et restaura mes forces, grâce à des mets exquis. — Moi, disait-elle, j'y suis habituée; il ne m'en résulte aucune espèce d'inconvénient. » Elle fric- tionna de pommade à la rose mes fesses écorchées et déchirées jusqu'au vif en deux endroits. « Dors mainte- maui ; je reviendrai dans deux heures. »


VOLUPTÉS l3Sf

Tullia. — Sais-tu où elle alla, ce qu'elle fit pendant que tu dormais?

Octavia. — Non, par Vénus! Et cependant je ne vis pas venir le sommeil avant une bonne heure; mes fesses enflammées me brûlaient, comme je ne sais quel cha- touillement adoucissait la douleur.

Tullia. — Oh! si Caviceo était survenu alors, quelle heureuse chance pour toi ! Ta mère envoya bien vite chercher Giocondo, qu'elle tenait au célibat depuis quelques nuits, et elle n'eut pas longtemps à l'attendre. Aussitôt, lui qui se savait mandé pour venir dans les bras de sa maîtresse, il accourt. Il la trouve dans le cabinet noir continu à la chambre où tu dormais. Elle était aussi couchée sur un lit : à l'instant, par ses baisers, ses chatouillements, elle excite au combat le jeune homme, qui ne se fait guère prier.

Octavia. — Qu'en sais-tu? Qui t'a donné de connaître ces secrets des jouissances d'autrui?

Tullia. — Elle-même vint me voir le lendemain de ce jour-là et me raconta toute l'affaire. Trois fois en une heure Giocondo triompha. Quant à elle, elle éprouva sept fois les délices suprêmes. Elle craignit même que sa voix ne fût entendue de toi, lorsque, si souvent, elle criait, dans le spasme amoureux.

Octavia. — C'est bien vrai. Il me sembla, en effet, entendre je ne sais quels murmures tout proches; mais il ne me vint pas à l'esprit de me demander ce que ce pouvait être. En outre, six mois plus tard, Giocondo épousa une belle enfant, toute jeune, délurée, âgée de seize ans, fille naturelle, que mon çrand'père avait eue d'une maîtresse.

Tullia. — Dis plutôt qu'elle était honnête, timide, ser- viable et que la tâche maternelle avait éteint chez elle toute hardiesse à prendre du plaisir.

Octavia. — J'ai souvent entendu ma mère lui repro-


l40 L'ŒUVRE DE NICOLAS GHORIER

cher sa naissance. « Une fille née d'un sang impur, disait- elle, suil facilement les traces de sa mère. » Elle répon- dait par des larmes et des gémissements d'une muette éloquence.

Tullia. — L'infortunée Giulia était placée chez nos Vestales, dont la supérieure est Theresia, ton amie, lors- que Giocondo, qui depuis l'âge de quinze ans, exploitait de sa bêche le terrain de Sempronia, se prit à lui deman- der le salaire de ses labeurs, entremêlant ses prières de récriminations. « Je suis tout à toi, sans doute, tels furent les propos qu'il tint, mais jusqu'à ce jour, maîtresse, quelle récompense ai-je jamais reçue de toi, qui me per- mette de me dire honnêtement à toi et d'être cru tel? Quel soin as-tu pris de me faire un sort? Pauvre, chétif, j'ai le droit de me plaindre de ma riche maîtresse. Si le destin t'enlevait à moi (mais que d'abord la terre s'en- tr'ouvre sous mes pieds!), qu'adviendrait-il de moi, mal- heureux, que tu dis aimer éperdument? — Éloigne ces ineptes pensées, chasse de ton esprit ces craintes sans fondement, lui répondit Sempronia. J'ai décidément résolu de te donner en mariage une belle jeune fille et de te constituer de mon argent une dot considérable. J'ai chez moi, à l'insu de mon mari, six mille pièces d'or; elles sont dès ce moment à toi, argent comptant, si tu veux. — Fais-moi mettre en croix, dit Giocondo, si je suis jamais oublieux de tes bontés. Toute condition que tu voudras m'imposer, je l'accepte de bon cœur. — Tu connais cette Giulia que Theresia a prise pour l'élever, ajouta Sempro- nia; c'est elle que je te donne pour femme. Tu ne trouve- ras nulle part une jeune fille plus pure ni plus jolie. — Ah ! maîtresse ! reprit Giocondo, quelles grâces ne te ren- drais-je pas pour un si céleste présent! » Quoi de plus? Les conditions furent posées, et Giulia fut donnée en mariage à Giocondo.


VOLUPTÉS l4l

Octavia. — Déjà, depuis plusieurs années, Giocondo, devenu Gonsalvio, remplissait à la maison les fonctions d'intendant. Il avait la gérance suprême de tous nos biens, tant ceux de la ville que ceux de la campagne ; ma mère s'était toujours louée de son attentive et scrupu- leuse fidélité. Je ne suis pas étonnée qu'on ait donné Giulia, pour prix de ses services passés et futurs, à un homme à qui notre famille était si redevable. Mais quelles furent les conditions imposées?

Tullia. — Les six mille pièces d'or devaient être payées dans quatre ans, et jusque-là rester en dépôt chez un marchand, Guelisio ; elles seraient alors comptées à Gonsalvio, s'il remplissait les promesses stipulées dans un acte écrit de sa main ; durant ce temps, il en toucherait les intérêts. Les conditions stipulées étaient celles-ci, en gros : d'abord, il n'en agirait toujours vis-à-vis de Giu- lia, sa femme, que suivant le bon vouloir de Sempronia; il n'userait aucunement de ses droits maritaux, si elle le lui défendait ; ce qu'elle lui ordonnerait, soit de vive voix, soit par écrit, il l'exécuterait aussitôt et sans mau- vaise humeur; il administrerait les affaires de son maître et de sa maîtresse au mieux de leurs intérêts; enfin, il habiterait sous le même toit, dans un vaste appartement de la maison qui lui serait désigné comme logis.

Octavia. — Giulia était donc épousée sans être épouse, et Giocondo mari sans l'être?

Tullia. — C'est vrai. Les noces faites, la première nuit qu'ils couchèrent ensemble, Sempronia ne voulut pas que Giocondo usât plus de deux fois avec Giulia du droit conjugal, et elle le lui fit jurer par serment, pour lui ôter toute possibilité démentir. Auparavant, à force de bonnes paroles, de flatteries, de magnifiques promesses, elle enflamma Giocondo d'une telle ardeur que vigoureuse- ment il la posséda trois fois de suite sansdiscontinuer. C'est


l42 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

alors qu'elle le renvoya, complètement exsangue, à Giu- lia, après lui avoir une seconde fois arraché le serment de ne pas courir plus de deux courses dans son stade, et ■certes, cette nuit-là, tout au plus put-elle être dépucelée. Le lendemain, elle demanda curieusement à la nouvelle épousée comment s'étaient passées les choses, si vraiment elle était mariée maintenant et si elle était sortie vierge des embrassements de son mari. Celle-ci se mit à rougir : ses yeux baissés attestaient sa honte et elle se taisait; enfin elle avoua qu'elle avait deux fois subi son mari. La nuit suivante, Sempronia voulut qu'elle fût possédée deux fois encore, puis, au lever du jour, on lui mit autour des reins une ceinture de chasteté ; par un gril- lage adapté à cette ceinture, le guichet de Vénus se trouva fermé et ce ne fut que huit jours après qu'elle eut la permission de se donnera son mari. Chose étonnante ! de cette nuit-là jusqu'à ce jour, c'est tout au plus si une quinzaine de fois elle a connu son époux et s'est aperçue qu'elle était mariée.

Octavia. — J'ai entendu, à propos de cette ceinture de chasteté, je ne sais quelles conversations qui se tenaient ces jours derniers entre Giulia et ma mère. Mais je ne vois pas bien quelle est la raison d'être de cette ceinture qui rend les femmes chastes.

Tullia. — Tu l'apprendras. Le lendemain,, comme Giulia se levait, Giocondo s'approche d'elle ; tous témoins étaient éloignés ; il déplie cette ceinture. Elle se met à rire : — « Qu'est-ce que cet objet que tu tiens et où je vois reluire de l'or? demanda-t-elle. — « Il te faut mettre cette ceinture, lui répondit-il, pour te prémunir contre la souillure maternelle. Cela s'appelle une cein- ture de chasteté ; Sempronia, ma maîtresse, a porté celle-ci avant toi, pendant plusieurs années; tu la por- teras à ton tour. C'est de cette façon qu'elle a acquis sa


VOLUPTÉS l43

bonne renommée et j'espère que tu en acquerras une aussi bonne. » Le grillage d'or pend à quatre chaînettes d'acier, recouvertes de velours de soie et réunies avec le même art à une ceinture de même métal. Deux de ces chaînettes d'un côté, deux de l'autre, soudées à la grille, la soutiennent par derrière et par devant. Par derrière, au-dessus des reins, la ceinture est fermée au moyen d'une serrure faite pour une toute petite clef. La grille, haute de six pouces environ et large de trois, va ainsi du périnée à la partie supérieure des lèvres externes ; elle couvre tout l'espace qui s'étend entre les deux cuisses et le bas-ventre. Comme elle est formée de trois rangs de mailles écartées, elle permet le passage de l'urine, mais ne laisserait pas pénétrer seulement le bout du doigt. Ainsi, comme d'une cuirasse, se trouve défendue contre les mentules étrangères cette partie dont celui qui, de par la loi de l'hymen, en est le propriétaire, sait se rendre, quand il le veut, l'accès facile (1).


(i)La ceinture de chasteté semble bien originaire de l'Italie. Elle apparaît pour la première fois à la cour de Francesco II da Carrara, le dernier souverain de Padoue au seizième siècle. L'abbé Misson raconte, dans son Voyage d'Italie, qu'on a trouvé au palais ducal de Venise « des cadenas et divers ferrements dont cet horrible monstre bouclait ses concubines ». Et quand le président de Brosses visita le petit arsenal du palais des doges, il consigna cette observation humo- ristique : « C'est aussi là qu'est un cadenas célèbre, dont jadis certain tyran de Padoue se servait pour mettre en sûreté l'honneur de sa femme. Il fallait que cette femme eût bien de l'honneur, car la serrure est diablement large ! » (De Brosses, lettre XVI.) En France, la ceinture de chasteté eut quelque peine à s'acclimater, Sous Henri II, au dire de Brantôme, « un certain quincaillier apporta, à la foire de Saint-Germain, une douzaine de certains engins pour brider le cas des femmes. On dit qu'il y eut cinq ou six maris jaloux fâcheux qui en achetèrent et en bridèrent leurs femmes de telle façon qu'elles purent bien dire : « Adieu, bon temps. » Mais quelques honnêtes gentilshommes de la cour menacèrent le quin- caillier des pires traitements <c s'il se mêlait jamais de porter de


l44 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Octavia. — Que dut se dire en elle-même la nouvelle mariée?

Tri. lia. — Ce que tu te diras en toi-même avant quelques jours, car on fabrique aussi pour toi un ins- trument de ce genre.

Octavia. — J'ignorais ce que machinait Caviceo, lors- qu'il me disait, de la ceinture de chasteté, que c'était la meilleure protectrice de la vertu des honnêtes femmes, qu'il me demandait si je voudrais en revêtir une et que ma mère m'en donnait le conseil.

Tullia. — « Que faut-il que je fasse"? demanda Giulia, pendant que son mari soulevait les couvertures du lit. — Mets l'un de tes pieds, lui dit-il, entre ces deux chaî- neltes-là et l'autre entre celles-ci. » Les deux pieds


telles ravauderies ». Et depuis onc n'en fut parlé. Et cependant des documents indiscutables nous démontrent que des appareils indis- crets et tyranniques de ce genre furent imaginés, fabriqués et employés. Le musée de Cluny possède deux ceintures de chasteté : l'une serait, d'après une tradition, celle dont Henri II revêtait Cathe- rine de Médicis. Légende bien improbable, car la ceinture est de dimensions trop exiguës pour avoir pu s'adapter au riche embon- point de la reine. La deuxième qui défie, postérieurement comme antérieurement, les tentatives les plus audacieuses, décèle, par le fait même, son origine italienne. Elle fut, en effet, rapportée d'Italie par Mérimée. — D'autre part, nous possédons le Plaidoyer de Frey- dier, avocat à Nîmes, contre l'introduction des cadenas ou cein- tures de chasteté (A Montpellier, 1750) : ce plaidoyer fut prononcé en faveur de la malheureuse demoiselle Lajon, que son amant, le sieur Berlhe, forçait à se laisser cadenasser. — ' Et un policier du dix- huitième siècle constatait que « dans l'attirail d'un cabinet de toi- lette modèle d'une petite maison, à côté de philtres et d'élixirs, de masques et de pastilles, on trouve des ceintures de chasteté, des masques propres à tromper la surveillance des jaloux ». (Peuchet, Mémoires tirés des archives de la police de Paris, t. II, p. 3io.) Enfin, cette invention nous a valu un joli conte en vers, Le Cadenas, adressé par Voltaire, âgé de vingt ans, à une dame contre laquelle son mari avait pris cette étrange précaution. Ce poème fut imprimé pour la première fois en 172/1.


VOLUPTÉS l45

placés, il relève la ceinture par en haut, ajuste la grille devant la fente, entoure de la ceinture la partie infé- rieure du torse, au-dessus des reins, et ferme la serrure à clef. « Maintenant ta pudicité est à l'abri, dit-il; tout va bien. » Il lui demanda de se lever nue, de sortir du lit, de marcher; elle se lève comme il le lui ordonne, sort du lit et fait quelques pas; elle ne marche pas, dit- elle, aussi facilement qu'auparavant, forcée qu'elle est d'écarter les jambes à cause de la grandeur de la grille. « Tu t'y habitueras, dit Giocondo ; cette gêne n'a rien de bien surprenant, étant nouvelle pour toi. » Il lui ordonne alors de se coucher par terre, à plat ventre, et regarde avec admiration son dos, ses fesses, pendant qu'elle est ainsi allongée, car on dit que la Nature l'a façonnée et polie à l'équerre. Il essaie si l'on peut introduire le doigt ou quoi que ce soit par l'ouverture, y fourre le sien lui-même et sent que c'est impossible. « Tout est en sûreté, » dit-il. Aussitôt il va trouver Sempronia. «Main- tenant, maîtresse, dit-il, j'ai deux clefs à t'offrir. » — « Je les accepte très volontiers », répond Sempronia; et les chevaux lancés, ils arrivent tous deux en grande vitesse au comble du bonheur. La chose achevée : « Je te rends, dit Sempronia, cette clef qui va si bien à ma serrure; donne-moi l'autre. — La voici, dit Giocondo; prends-la. — Maintenant, ajoute Sempronia, écoute quelle est ma volonté. Je veux que tu n'aies affaire à Giulia qu'unique- ment en vue d'avoir des enfants et que ce soit avec moi que tu prennes tous tes plaisirs. Je veux que vis-à-vis d'elle tu sois un mari, vis-à-vis de moi un amant, un amoureux. Je ne te rendrai donc cette clef que tous les quinze jours, et encore après que tu t'en seras servi une fois ou deux. Je ne veux pas, en effet, que Giulia sache ce que tu peux faire en ce genre d'escrime, quelle est la solidité de tes reins, la vigueur de tes muscles. J'entends

10


l46 L'ŒUVRE DE NICOLAS GHORIER

de plus qu'elle soit dans la persuasion que tous les

maris en agissent de même avec leurs femmes. Je prierai

Teresia, mon amie, de lui parler et d'assoupir ou

d'éteindre ses feux par de bonnes remontrances. Si,

comme tu l'as fail jusqu'à présent, tu continues à m'ai-

n mer, à m'obéir, tu auras en moi une madresse zeleepour

toi au delà de tes désirs; sinon une ennemie acharnée. Tu sais que les femmes adorent ou haïssent, qu'il n'y a pas de milieu. — J'accepte ces conditions, répond Gio- condo; quel homme peut être plus heureux que moi, comblé que je suis de voluptés par la plus belle comme par la plus noble des femmes, en même temps que ma charmante épouse me produira des enfants? Je te la donne, je la mets à ta discrétion ; si tu l'exiges, je ne coucherai pas avec elle, de peur qu'à mon contact, ardente et vive comme elle est, dans toute la vigueur de la jeunesse, elle ne vienne à s'enflammer de désirs. -— Loin de moi l'idée de faire cet outrage à votre lit conju- gal ! s'écrie Sempronia. Quand tu la verras se consumer, fais que je le sache; grâce à Térésia, qui est toute à ma disposition, l'incendie s'éteindra. Que ta femme te serve seulement à t'enflammer pour moi, comme tout à l'heure. » C'est ainsi qu'elle refuse l'époux à l'épouse et qu'elle veut avoir Giocondo pour soi toute seule, quoique solidement attaché ailleurs par les liens du mariage.

Octavia. — Elle te le refuse aussi à toi, je pense?

Tullia. — Oui, et pour que je n'eusse pas à me plaindre d'avoir été jouée par elle, à Giocondo elle a substitué Lampridio. Lampridio était un de ces anacho- rètes qui fuient même l'aspect des hommes; mais, comme il ne se trouvait encore enchaîné par aucun lien, il demanda un congé et regagna en transfuge sa patrie et ses foyers. Il est possesseur d'une immense fortune; toutefois, parmi ses concitoyens, il a une mauvaise


VOLUPTÉS l/J7

renommée, par suite de son changement de condition. Aussi, quoique honnête homme, noble, riche et jeune, il a vainement essayé de se marier avec Lucidia d'abord, puis avec Livia, deux nobles jeunes fdles. Outré de cet affront, qui lui a été jusqu'au cœur, il a rejeté toute espérance et toute idée de mariage. Ton père, qui à cette époque rentrait de l'exil, lui donna l'hospitalité chez lui, à litre d'ami et de parent. Moi, qui vais si fréquemment chez vous, j'eus maintes fois l'occasion de lui parler : insensiblement, il fut amené à me complimenter de mon esprit; il disait que Callias était un homme heureux et que, pour lui, si les destins favorables lui donnaient une maîtresse telle que moi, il n'aurait rien à envier à la félicité des dieux. Sempronia m'exhortait à le faire accoucher de son amour naissant en usant de bonne grâce, de tendres propos et de càlineries. — « Si tu parviens, me disait-elle, à incendier Lampridio de ton amour, rien ne pourra plus l'arracher de toi ; la mort seule sera capable de te l'enlever. Tu sais quelle est sa constance, son opiniâtreté; il poursuit de son ressenti- ment tous ses parents, tous ses proches; pour sûr il détournera la plus grande partie de sa fortune en faveur de ta famille. » Que te dirais-je encore? La femme qui se sait adorée aura toujours grand'peine à ne pas aimer qui l'aime. J'aime Lampridio, et, peu de temps après, nous arrêtâmes ces conditions, avec l'aide de Sempronia qui trama tout fort industrieusement : Lampridio ferait, par un acte public, donation à Callias d'une partie de ses biens, et il était en outre convenu que s'il mourait sans testament, Callias serait son héritier; moi, par un con- trat signé de sa propre main, je lui donnerais sur moi plein pouvoir, sans être pourtant tenue à rien avant que la convention avec Callias ne fût conclue. A quelques jours de là, du consentement des intéressés et au Grand


l48 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

plaisir tle Sempronia, tout fut couché par écrit. Le même jour, avant que Lampridio ne dît adieu à votre foyer, j'allai voir Sempronia, dans une toilette qui ajoutait à mes charmes des beautés nouvelles. Lampridio survint et, se prosternant aussitôt à mes genoux : « Je vous adore, déesse, me dit-il, et certes vous serez toujours une déesse pour moi. Souffrez qu'un mortel jouisse de votre divine beauté. J'ai tenu mes promesses, à vous de tenir les vôtres. — Elle les tiendra, répartit Sempronia, soyez heureux tous deux; vous pouvez suffire l'un l'autre à votre mutuelle félicité, si vous savez où est votre bon- heur. Sur ce, faites ce que vous avez à faire. » Elle sor- tit, ces paroles dites, et ferma la porte.

Octavia. — Que fit Lampridio ?

Tullia. — Il se lève aussitôt, me donne un baiser, me caresse les seins et, malgré ma résistance de femme qui voulait se laisser vaincre, me jette sur le lit. « Laissez- moi, laissez-moi, finissez, finissez! m'écriai-je; vous me perdez. Oserai-je après lever les yeux, regarder le ciel? Voulez-vous me déshonorer? » De ses baisers il me ferme la bouche... Jamais la bienfaisante Vénus n'avait fait pleuvoir dans mon jardin une plus copieuse rosée. Je meurs encore de plaisir, mon Octavia, lorsque je nie souviens de cette heure dont les jouissances ont surpassé celles de tous les jours de ma vie. Lampridio n'en tomba pas pour si peu en défaillance.

Octavia. — Assurément, tu possèdes un Hercule, comme tu dis; pas un des autres hommes ne lui res- semble.

Tullia. — 11 recommence encore. Sans doute, me l'avouai-je ingénument, cet homme-là va d'assaut en assaut. Une seule fois, comme je te l'ai conté, Callias avait couru chez moi deux milles d'une haleine. Celui-ci en courait (rois, ce à quoi, je pense, bien peu parvien-


voluptés r4g

nent, parmi les plus chers à Vénus. J'étais en feu. Il m'applique un baiser. « Maintenant, je me sens aimé de toi, ma souveraine, dit-il ; va donc. — Que ferais-je ? répondis-je; je suis folle. » Au même instant mes yeux égarés se ferment, mon âme défaille et je me sens mourir. Nous tombons pâmés dans les bras l'un de l'autre.

Octavi.v. — Ton récit rendrait Vesta plus lascive que ne le sont les passereaux consacrés à Vénus.

Tullia. — En se retirant, Lampridio m'embrasse, me promettant pour bientôt un nouveau combat. « Quel jugement, dit-il, porteriez-vous de moi si, rencontrant en vous un si vigoureux émule, je me montrais athlète sans courage ? » Mais lorsque je voulus me lever, je m'aperças que je défaillais de lassitude. Il me fallut son aide pour me mettre sur pied et, quels que fussent mes efforts, je ne pus m'empècher de retomber sur le bord du lit. — « Hélas ! m'écriai-je, vous avez épuisé toutes mes forces avec vos folles extravagances, Lampridio. Com- ment faire"? Je ne pourrai jamais rentrer chez moi. — Prenez quelque repos, ma déesse, répondit-il, et faites un petit somme, si vous pouvez. Pour moi, je suis tou- jours dispos et joyeux. Pourquoi non, moi qui viens de satisfaire ma passion avec vous, femme d'une beauté céleste et plus charmante que Vénus? Je m'éloigne; repo- sez. » Comme il achevait ces paroles, Sempronia arrive en riant et en fredonnant je ne sais quels couplets libres et gras. — « Comment avez-vous scellé le pacte entre vous? dit-elle. Combien vous êtes-vous ingurgité l'un l'autre de bonheur? Comment cela va-t-il? — Pour moi, j'en suis morte, répondis-je, en essuyant quelques larmes qui coulaient malgré moi. — Vous pleurez, madame? demanda Lampridio; je vous appartiens ; vengez-vous comme vous le voudrez de l'insolent qui s'est plongé


l50 L'ŒUVRE DE .NICOLAS CHORIER

dans vos délices. — Cessez, dit Sempronia; l'avez-vous trouvée aimable? vous a-l-elle bien rassasié de plaisir? — Jamais homme n'a élé plus heureux que moi, répon- dit-il; toutes les voluptés que j'aie jamais pu rêver, celles même que je puis à peine concevoir, je les ai trou- vées avec elle. — Mais toi, Tullia, parle donc, dit Sempro- nia en se tournant vers moi ; tes sens y ont-ils aussi trouvé leur compte? Lampridio a-t-il été de ton goût ? — Oui, certes, répondis-je, au point que désormais je ne puisse rien désirer de meilleur et de plus doux. Mais, malheureuse que je suis, il a rompu mes membres de fatigue ; à peine pourrais-je faire trois pas, tant j'ai les reins brisés. — Que tu es malheureuse ! ah ! ah ! dit Sempronia. Mais allez-vous-en, Lampridio. — Je ne m'en vais, répondit-il, que si Tullia me pardonne, si elle jure, en votre présence, de m'aimer. — Je vous pardonne, répliquai-je, et je vous aime éperdument, vous qui, de cette haute réputation d'honnêteté dont je m'enorgueillis- sais m'avez fait déchoir en cet opprobre qui me couvre maintenant de confusion. » Après m'avoir donné un bai- ser, il s'éloigna; Sempronia le suivit. — « Un mot, s'il vous plaît, reprit-elle ; arrêtez un moment. Ce que nous pourrons nous dire l'un et l'autre ne parviendra pas aux oreilles de Tullia. Parlez franchement. Avez-vous trouvé chez elle les jouissances que vous espériez ? — J'en ai trouvé, répondit-il, de bien plus grandes que je ne croyais. Divine est la beauté de Tullia, divine sa conver- sation ; ses trésors sont divins. Quelles grâces ai-je à vous rendre pour m'avoir fait ce présent, qui me transporte jusqu'au ciel ! Mais, je vous en prie, obtenez qu'avant que le jour ne finisse elle me permette de me rassasier de ses embrassemenls. — Il ne faut pas vous rassasier, répartit Sempronia; ce n'est ni votre affaire ni la sienne que vous preniez jamais l'un de l'autre aucune satiété. —


VOLUPTES 101

Je me suis exprimé sottement, répondit-il ; mais vous comprenez bien ce que je voulais dire. — Je vous la gar- derai dans ce cabinet jusqu'au crépuscule, dit Sempro- nia; son mari doit souper ce soir avec nous. Demain, quand vous aurez transporté chez eux vos pénates, vous aurez accès plus librement près d'elle, ce qui vous sera commode et agréable autant à l'un qu'à l'autre. Prenez soin de votre santé. — J'en aurai soin, » répondit-il, et il partit. De retour près de moi, Sempronia me rapporte la conversation qu'elle vient d'avoir avec Lampridio; elle me demande aussi comment cela s'était passé pour moi : je le lui raconte ; je me plains d'éprouver une accablante fatigue. — « Je vais tout de suite, me dit-elle, réparer tes forces épuisées par un tel labeur ; un copieux goûter cl quelque peu de repos vont te les restaurer. Laisse-toi aller au sommeil, pendant que je vais trouver Callias, qui t'appelle probablement, je le présume, pour te don- ner un assaut. Je dirai que tu as la migraine. »

Octavia. — Elle disait Callias, mais c'était Giocondo.

Tullia. — Giocondo, ce jour-là, se trouvait à la cam- pagne ; on l'avait envoyé à la ferme. A peine avais-je vu le sommeil que j'entends je ne sais quels grincements de la porte ; elle se referme et je vois qu'on m'apporte un goû- ter des plus délicieux. — « Lève-toi, me dit Sempronia : ce petit repas va faire disparaître ton mal de tête. Allons. » Je mange, je bois gaiment, et voilà mes forces aussitôt revenues. Je me jette à bas du lit, j'embrasse ma chère Sempronia; je me félicite de mon heureux sort. Après une absence de deux heures, Lampridio revient et nous fait le plus courtois salut : quelques domestiques se trouvaient là. Dès qu'ils se furent retirés, il se répandit en éloges et en actions de grâces à mon égard, mais Sempronia lui coupa la parole : — « Il nous faut songer, dit-elle, aux voies et moyens à prendre pour vivre heu-


102 L Œl'VRK DE NICOLAS CHORIER

reux et en sécurité. Prenez garde d'offusquer les yeux de Callias. Quelle calamité menacerait votre tète, à l'un comme à l'autre, s'il venait à subodorer quelque chose de vos affaires ! — Je ne crains rien de lui, répondit Lampri- dio, ni pour moi ni pour ma reine, quand il serait le plus perspicace des hommes, si elle veut se conduire d'après mes prescriptions. — Je veux entièrement, répartis-je, me gouverner d'après votre volonté; dès aujourd'hui vous avez en votre pouvoir l'àme de Tullia. — D'abord, con- tinua-t-il, je connais le caractère de Callias. Il n'est ni bon ni méchant; mais il peut facilement devenir l'un ou l'autre. Avant peu île jours, je vous le promets, madame, il sera on ne peut plus ami et familier avec moi. Je sau- rai tirer de lui jusqu'à ses plus secrètes pensées. Repo- sez-vous, pour le reste, sur mon savoir-faire. Ce qui vous resarde principalement, c'est qu'il ne lise ni dans vos yeux, ni sur votre bouche, ni dans un geste, quoi que ce soit qui décèle et indique notre mutuel amour. J'aurai à vous donner des conseils de divers genres, parfois de très pénibles, quand je verrai qu'il s'agira de votre inté- rêt et du mien, de votre salut, de sauvegarder nos amours. Du rôle que vous remplirez dans cette comédie dépendent et notre existence et notre félicité. — N'ayez rien à craindre de moi, répondis-je. — Serez-vous tou- jours pleine de prudence et de soumission ? demanda- t-il. Je vais le savoir à l'instant : je vous demande un baiser. — Voici, répondis-je. — Un baiser sur la bouche et non un simple baiser. — Voilà, fis-je. — Je vous demande de me prendre dans vos bras. — Je vous le permets. — Je vous demande la suprême jouissance. » Je me tus alors. « Vous vous taisez, reprit-il, chère maî- tresse ? Vous me refusez ce bonheur ? — Usez donc de votre droit, nigaud ! répartit Sempronia ; voulez-vous que de ses mains elle vous mette en selle ? Je vais rester


VOLUPTÉS l53

là près de la porte; car les domestiques, sachant que vous êtes ici, méchants et hargneux comme ils sont tous, s'étonneraient que je vous laisse seul avec Tullia. » Cependant il me pressait et, dès qu'il nous vit un peu loin des regards de Sempronia : « Que craignez-vous? me dit-il ; Sempronia monte la garde. » Il me pousse de force sur le lit et m'entreprend. « Maintenant, vous allez montrer si vous m'aimez, dit-il. — En doutez-vous? lui demandai-je ; doutez-vous que je vous aime, maintenant que me voici livrée toute à votre passion ? — Acquittez- vous donc de votre partie dignement et vaillamment, dit-il. — Je saurai m'en acquitter, » répondis-je. Alors il commence à chevaucher habilement, mais il mettait tous ses efforts, toute son activité opiniâtre à favoriser chez moi la sensation naissante, et bientôt je sentis s'entr'ouvrir dans mes reins la fontaine de Vénus. « Vite, vite ! s'écrie Sempronia; voici que j'entends Callias venir par ici. » Je désarçonne en hâte mon cavalier. Un moment après, — « Ce n'est rien, dit Sempronia. Je ne sais quelle voix avait abusé mes oreilles. » Plus vite que la parole, Lampridio recommence la lutte. — « Tu m'as- sassines, disais-je : attends un peu. Mon àme s'échappe; je vais appeler Sempronia. » Imperturbable, il provo- quait chez moi de nouvelles ardeurs; et si Sempronia, en s'avançant vers nous, n'avait abrégé la bataille, son inépuisable lubricité se fût encore donné carrière. « Assez joué, dit-elle, je crains, non les embûches des hommes, mais celles de la Fortune. » Sempronia mit tous ses soins à ce que rien, dans mes vêtements chiffon- nés, mes cheveux emmêlés et tout le reste de ma toilette, ne me reprochât à moi-même mon licencieux délit. « Je vous souhaite, Lampridio, continua-t-elle, d'avoir un cheval aussi rapide que vous êtes vous-même un bon, un excellent coureur. — Non pas un coureur, répondit-il,


[04 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mais un esclave, esclave du fond du cœur; et celle qui m'a porté au comble de la volupté est pour moi une maî- tresse, non un cheval. » Nos premières noces furent donc ainsi célébrées chez Sempronia, sous ses yeux ; elle réchauffa, pour ainsi dire, dans son sein, nos amours naissantes. Je lui dois mon Lampridio, qui sera le lien aussi; il est jeune, généreux, plein d'urbanité, de vigueur, de courage ; Hercule, en ce genre de combat, ne serait pas plus fort de reins et de muscles ; Énée le lui céderait pour la largeur de la poitrine et des épaules, car il a une poitrine ample et solide, de robustes épaules, lionnes à ce genre de travaux dont nous sommes le prix et la récompense.

Octavia. — Continue, je t'en prie, ma Tullia, de me raconter vos histoires; ton récit me charme merveilleu- sement. Conte-m'en du moins les principaux chapitres ; dis-moi quel il fut avec toi durant les premiers jours.

Tullia. — Tu plaisantes, mauvaise. Avec lui, point de différence entre les premiers jours et le dernier; il est toujours aussi chaud, aussi ardent, il m'aime avec la même fureur. Ce premier jour, nous soupàmes tous deux avec tes parents, chez vous; Callias aussi soupa. Les conversations qu'ils eurent ensemble, il n'importe que je te les dise. Nous rentrons à la maison. Callias ne fit que de me parler de Lampridio : il lui reconnaissait la plus grande politesse; il se sentait rapidement porté vers lui d'une sincère amitié : c'était un jeune homme honnête et mesuré, rempli d'esprit. Bacchus est suivi de près par Vénus. Lorsqu'il me voit quitter ma robe, qu'il aperçoit les rondeurs de mes seins se nonfler hors du corsage (la nuit (Hait avancée et nous invitait au sommeil), avant que je me mette au lit, il me prend par la main et me mène dans ce voluptueux cabinet qui est près de notre alcôve. « Cet endroit sera, dit-il, le sanctuaire de Vénus


VOLUPTES I.))

et des Muses. » La chose achevée : « Je veux maintenant, dit Callias, que tu conviennes gaîment avec moi de nos projets d'avenir, ma chère maîtresse, car tu seras tou- jours ma maîtresse. — Je veux tout ce que tu voudras, répondis-je ; ce que tu m'ordonneras de ne pas vouloir, je n'en veux aucunement. Que ce soit pour moi un crime et un opprobre d'avoir d'autres sentiments que les tiens durant tout le cours de ma vie! Que désires-tu, mon cher maître, obtenir de ton esclave? — Certes, dit-il, je suis bien persuadé que tu es on ne peut plus honnête et chaste, quoique l'on dise ordinairement que les femmes lettrées ne sont jamais bien chastes; néanmoins j'ai peur pour ta vertu, si toi et moi nous ne lui venons en aide. — Qu'ai-je donc fait, quelle faute ai-je commise pour qu'il te vienne à l'idée un soupçon pareil, mon cœur? demandai-je ; quelle opinion as-tu de moi? Je n'entends pourtant pas m'opposer à ce que tu as pu résoudre. — Je veux, reprit-il, te mettre une ceinture de chasteté; si tu es vertueuse, tu ne t'en fâcheras pas ; dans le cas con- traire, tu conviendras que c'est avec raison que je suis porté* à agir de la sorte. — Je mettrai tout ce que tu vou- dras, répliquai-je ; quoi que ce soit, je serai heureuse de le porter. Je n'existe que pour toi, je ne serai femme que pour toi, bien volontiers, isolée de tout le reste du monde, que je méprise ou que je déteste. Je ne parlerai pas à Lampridio ; je ne le regarderai même pas. — Ne fais pas cela, s'écria-t-il ; au contraire, je veux que tu en uses avec lui familièrement, quoique honnêtement, et que ni lui ni moi nous n'ayons sujet de nous plaindre de toi; lui, si tu le traitais trop rudement; moi, si tu lui faisais trop bonne mine. La ceinture de chasteté te per- mettra de vivre en pleine liberté avec lui et me donnera vis-à-vis de Lampridio sécurité entière. » A l'aide d'un ruban de soie dont il m'entoura le corps au-dessus des


IÔG L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

reins, il prit alors la mesure, à la grosseur de mon corps, des dimensions que devait avoir la ceinture, puis, d'un autre ruban de soie, mesura l'intervalle de mes aines à mes reins. Cela fait : « J'aurai soin, ajouta-t-il, de te montrer ostensiblement combien je t'estime. Les chaî- nettes, qui doivent être recouvertes de velours de soie, seront en or ; l'ouverture sera en or, et le grillage, en or aussi, sera intérieurement constellé de pierres pré- cieuses. L'n orfèvre, le plus renommé de notre ville, à qui j'ai souvent rendu des services, va s'appliquer à en faire le chef-d'œuvre de son art. Je te ferai donc honneur, tout en semblant te faire injure. » Je demande dans com- bien de temps cette ceinture peut être terminée. « Ce sera fait dans une quinzaine », me répond-il; dans l'inter- valle, il me demande de ne pas chercher à captiver Lam- pridio par de trop fréquentes conversations ; après, j'en agirai avec lui comme bon me semblera. Nous allâmes nous coucher, et cette nuit-là nous fûmes trois fois heu- reux.

Octavia. — Tu es chère à Vénus, toi dont en si peu de temps Vénus a favorisé tant de jouissances. Et tu as pu, dans de pareilles courses, ne pas fléchir sous le cava- lier?

Tullia. — Certainement, je l'ai pu. Sempronia vint me voir le jour suivant : je rapportai toute l'affaire à Lam- pridio qui peu de temps après s'établit chez nous.

Octavia. — Il n'eut pas affaire avec toi ce jour-là?

Tullia. — Ni ce jour-là, ni le reste de la quinzaine. Durant ce temps, je n'eus avec lui aucune conversation familière, lorsque nous voyions fixés sur nous les yeux de Callias ou ceux des valets qui nous observaient par son ordre (... D'un vaurien de valet, la langue est la pire chose...) Tu sais quelle est la méchanceté et la per- versité de ces gens-là. Mais donne-moi un baiser; je


VOLUPTES I07

crois voir dans ton visage je ne sais quoi des traits d'un noble Français qui, à Rome, l'an passé, me fit honneur de sa catapulte, sous les auspices et par l'entremise de Lampiïdio ; ses trois compagnons, qui l'aidèrent à la besogne et qui suèrent avec moi, tous solides et robustes qu'ils étaient, ne furent pas à sa hauteur.

Octavia. — Quelle monstruosité entends-je ! Tu as mis quatre hommes sur les dents, toi si délicate, si jolie, sans avoir toi-même les reins brisés V

Tullia. — Tu le sauras plus tard. Mais veux-tu que je finisse le récit que j'avais commencé?

Octavia. — Non seulement je le veux, mais je t'en prie.

Tullia. — Le lendemain, lorsque Lampridio vint s'installer chez nous, Callias dit qu'il avait besoin d'al- ler à notre domaine, près d'Ancône. Tu connais les charmes, la magnificence de notre villa. Gomme il en parlait à dîner, Lampridio dit qu'il l'accompagnerait volontiers, si cela lui faisait plaisir ; car c'était pour lui, disait-il, un grand bonheur que de respirer librement l'air pur de la campagne. « Rien ne pour- rait m'être plus agréable, ajouta-t-il, que d'en jouir avec vous. » Ils y passèrent sept jours de suite et Callias s'habitua si bien à la société de Lampridia qu'aussitôt il le prit pour confident de tous les mouvements de son àme et de ses plus secrètes pensées. Callias vantait mon esprit, mes manières, ma politesse ; il disait que ce en quoi je brillais surtout entre toutes les femmes, c'était ma vertu. — « Mais, dit Lampridio, n'est-il pas aisé, quand même elle ne voudrait pas vivre honnêtement, ce que je suis loin de souhaiter, de faire qu'elle ne puisse pas même en être tentée? Sans doute, en ce qui touche la chasteté, on peut se fier à sa femme, aux servantes;


I.">8 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mais une bonne serrure est plus sûre. Une femme peut vous tromper, les domestiques se laissent séduire; une serrure ne trompe ni ne se laisse corrompre. — Je suis tout à fait de votre avis, dit Callias, et Stefano, l'orfèvre, me fabrique un grillage qui doit servir de défenses avancées de la forteresse de ma Tullia. — Vous avez fait sagement, répondit Lampridio, de charger cet orfèvre du soin de \os affaires. A vous dire vrai, je veux et souhaite rester uni avec vous d'un lien d'amitié indisso- luble ; mais nous sommes tous portés au soupçon, et je craignais, si je venais à en user librement avec votre femme, de faire naître en vous quelque défiance i pour- rait-il en être autrement? qui vous chagrinerait et me serait odieuse, à moi. Lorsque vous l'aurez mise sous clef, nous n'aurez absolument plus rien à craindre, à soupçonner. Maintenant, permettez-moi de rentrer de- main à la ville; je reviendrai après-demain. Mon notaire doit me donner demain des lettres de Venise, pour une affaire de la plus haute importance, du plus grand inté- rêt ; en m'occupant de mes affaires, je fais les vôtres. » Lampridio revint donc le dixième jour, chargé par Cal- lias de presser Stefano, à qui il avait une lettre à remettre ainsi qu'à moi. — « Pour que vous sachiez bien, lui dit Cal- lias, à quel point je suis persuadé d'avoir en vous un autre moi-même, je vous confie ce que j'ai de plus secret : ma femme ne veut pas qu'aucun homme puisse se douter que je me défie de sa vertu; je dois, en effet, en être assez assuré. » A son entrée dans ma chambre. Lam- pridio me voit entourée dans un cercle d'amies : parmi elles. Sempronia resplendissait de beauté et d'élégance. Il les salue toutes respectueusement, me remet la lettre de Callias et me dit que les chaînettes d'or et le reste de l'appareil seraient prêts dans trois ou quatre jours. Lorsqu'il revint, Lampridio nie trouva seule avec Sem-


VOLUPTÉS l59

pronia. — « Tout va bien, madame, dit-il; sous peu de jours voire ceinturé sera confectionnée; cette porte d'or, enrichie de pierreries, dont votre pudicité elle-même s'enorgueillit d'être défendue, reluira, éblouira de splen- deurs, au devant de votre jardin. » Il nous mit ensuite l'objet sous les yeux par une description pittoresque. « Mais, ajouta-t-il sa clef n'était pas elle-même mise sous clef, et en causant de choses et d'autres, pour rire, avec l'orfèvre, j'en ai pris l'empreinte sur ce morceau de cire. Maintenant, comme vous le souhaitez, Sempronia, nous coulerons donc des jours heureux. » Il nous ra- conte alors par quelle adresse, quelle industrie, il s'est insinué dans l'étroite amitié de Gallias, au point qu'il ne pourrait exister, en fait d'idées, de conjonction plus parfaite. — « Heureux homme que vous êtes ! dit Sem- pronia, grâce à cette double conjonction en dehors de laquelle il n'y a pas de bonheur dans la vie : conjonction d'idées avec Gallias et conjonction corporelle avec Tullia. Heureux ami, heureux amant ! Vous voilà nanti de part et d'autre de la pleine possession, et vous pouvez en jouir sans trouble. Mais, de ces deux conjonctions, quelle est celle qui vous semble la plus douce? — Vous en doutez? dit-il; demandez à Tullia. — Je serais une vaniteuse et une sotte, répondis-je, si je prétendais avoir vraiment quelque charme et si je disais que Lampridio peut rencontrer chez moi la douceur de la volupté. — Je l'ai rencontrée, répliqua-t-il ; que mon àme devienne une pierre et mon cœur d'airain si, hors de vos embras- sements, je crois pouvoir recueillir de Vénus de plus savoureux fruits de la volupté ! — Faisons trêve, dit Sempronia, aux finesses de votre galanterie ; le souper nous attend. Je coucherai ce soir avec toi, ma chère Tullia, car mon mari est absent. — Et qu'est-ce que vous voulez faire de moi? dit Lampridio. — Je ne veux certes


l6o L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

pas contrarier vos désirs, répondit Sempronia; tout ira bien. »

Octavia. — Et Sempronia coucha dans ton lit, Lampri- dio entre vous deux? Aurait-il par hasard chevauché des deux côtés?

Tullia. — Pas du tout. Lorsque, après le souper, la nuit avancée nous conseilla d'aller dormir, Lampridio fut conduit à sa chambre. Sempronia s'était d'elle-même revêtue de sa ceinture de chasteté, et Victorio en avait emporté la clef à son départ pour Vérone, où il allait pour un procès, s'étant adjoint Giocondo comme com- pagnon de voyage. Dès la première veille, ainsi qu'il avait été convenu entre nous, Lampridio vint nous trouver et se glissa dans le lit par la ruelle ; c'était le côté où je me trouvais. — « Que voulez-vous, qui êtes- vous? m'écriai-je. — Je suis votre serviteur, madame, » répondit-il, en m'appliquant un baiser. « Maintenant, enfin, continua-t-il, je vais pouvoir jouir de toute ta beauté. » Enfin, pour te résumer en un seul mot tous les plaisirs de cette nuit, il fit faire une course de douze milles à mon bidet, presque d'une seule traite.

Octavia. — ■ Vénus ! qu'entends-je? A peine Caviceo, en toute une nuit, peut faire trois courses.

Tullia. — Une fois ou deux Callias avait été jusqu'au septième mille, achevai sur mon bidet; Giocondo avait pu aller à huit ou neuf avec Sempronia. Mais il ne faut pas trop t'émerveiller de Lampridio : il a dans ses reins une inépuisable force. Tu te l'avoueras toi-même, la nuit prochaine.

Octavia. — Ma mère dormait-elle? Participa-elle à vos ébats et à vos jeux?

Tullia. — La nuit d'avant, elle avait été supérieure- ment ramonée. Victorio, cette nuit-là, l'avait secouée six fois, avec une impétuosité superbe, et déjà trois fois


VOLUPTÉS iGl

dans l'après-midi Giocondo l'avait comblée de ses biens.

Octavia. — Et pendant ce temps, qne devenait l'infor- tunée Giulia ?

Tri. ma. — Je te le dirai quand tn m'auras appris ce qu'il advint de la fortunée Octavia, après qu'elle eut perdu son pucelage. J'ai bien peur pour toi de Théodore

Octavia. — Tu as raison de me le rappeler. Ah ! ah ! ah !

Tullia. — Tu ris? Tes promesses se sont évanouies,. sans doute. A ta virginité perdue ne fut rendu aucun honneur, pour parler comme toi.

Octavia. — Non, mes promesses ne furent pas empor- tées par le vent ; mais la douleur devint un stimulant de poignante luxure et un supplément d'indicible volupté, dont je n'ai point regret.

Tullia. — De même que la volupté confine à la dou- leur, ainsi la douleur confine à la volupté.

Octavia. — Trois jours après que Caviceo avait couché avec moi, ma mère me fit ressouvenir de la résolution et de l'engagement pris par moi entre les mains de Théodore. « Tu dois des obsèques à ta virginité, me dit- elle, tu lui dois des funérailles, puisqu'elle a été jusqu'à ce jour de ta vie ta digne et irréprochable compagne. — Je m'en souviens, ma mère, répondis-je, et cette obligation* que vous m'avez fait contracter, je l'acquitterai quand vous voudrez. » Quoi de plus ? Nous allons trouver Theodoro, qui nous ordonne de revenir dans l'après- midi, quand le soleil commencera à s'incliner vers le couchant. Nous sommes exactes. Il m'emmène dans une chapelle intérieure de l'église et, les portes fermées, le verrou poussé : « Vous n'avez, dit-il, rien à craindre ici r ma fille, des regards importuns ; je suis le supérieur de

1!


lC)2 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

ce couvent. Nous ferons tout en pleine sécurité. » Il entame alors un long discours, destiné à me raffermir et à m'endurcir le courage. La tète basse, pendant qu'il parlait, et les yeux fixés sur le sol, je me préparai si bien, durant sa harangue, à subir les plus cruelles tor- tures que s'il m'avait ordonné de mourir, j'aurais marcbé gaîment au trépas. Vois, ma chère Tullia, avec quelle habileté il avait su fasciner ma raison. Aussitôt qu'il me voit tout à fait prête à ce qu'il voulait : « Votre mère elle-même, ajoute-t-il, va vous donner l'exemple, dans cet austère exercice de piété. — Il n'en est aucune- ment besoin, répliquai-je. C'est moi qui de mon plein gré consentis au meurtre de ma virginité, cette chose si précieuse ; c'est contre moi seule qu'il faut tourner votre courroux, homme vénérable. — Je ne souffrirai pas, s'écria ma mère, que tu supportes seule cette punition ; iuoi aussi j'ai été consentante à ce meurtre. »

Tullia. — Le beau combat, en vérité !

Octavia. — C'est bien, dit Théodore Qui de vous deux a le plus ferme courage, je le saurai bientôt. Apprêtez- vous, Sempronia. — Prête-moi ton assistance, ma fille, nie dit ma mère, pour que je m'acquitte au plus vite de ce pieux devoir. » Je lui détache son jupon, sa tunique, sa robe; elle se retrousse elle-même la chemise au-dessus des reins, et se mettant à genoux devant l'autel : — « N'épargnez pas mon impudique chair, saint homme, dit-elle ; purifiez par des coups le champ de ma lubri- cité. — Passez-moi donc l'instrument de piété, dit Theodoro. — Contre ma coutume, répond-elle, je l'ai oublié dans la poche de ma jupe. » Pendant qu'elle cherche à l'en retirer, qu'elle allonge le corps et se tourne vers la gauche, je puis parcourir la forme élé- gante du bas de son corps, j'aperçois des fesses d'une extrême blancheur, rondes, relevées, faites pour Vénus;


VOLUPTÉS i63

(les jambes grosses, bien lisses. La Nature n'a rien modelé de plus parfait, de plus beau.

Tullia. — Tu ne dis rien du bon endroit.

Octavia. — Je me tenais en arrière, de sorte que j'eus à peine la possibilité de le voir ; je le vis pourtant. Theo- doro prend en main le fouet et lui dit d'avoir bon cou- rage. Alors, murmurant je ne sais quelles paroles consa- crées, comme s'il chantait un chant funèbre, il lui accable de coups les reins, les fesses et les mollets. Pen- dant une petite trêve qu'il lui accorde : « Fléchissez le corps, lui dit-il, courbez-vous le plus bas que vous pour- rez, afin de recevoir aussi, en cet endroit que la loi con- jugale vous force de laisser polluer, le châtiment que vous méritez. » A ce moment une grêle de cinglons s'abat- tit. — « Holà ! holà ! holà ! je défaille ! s'écrie-t-elle ; arrêtez un peu. Vous frappez plus fort que je ne puis l'endurer. — Vous êtes folle, Sempronia, » répartit Theodoro, et il recommence l'impitoyable flagellation ; elle fond en larmes, en gémissements, mais cependant reste immobile. « Tournez-moi le devant maintenant, » dit Theodoro ; elle obéit et, relevant sa chemise au- dessus du nombril, découvre son ventre, ses cuisses, toute la partie antérieure du corps. Je regardais, remplie d'étonnement, lorsque, changeant de place, le bienheu- reux bourreau passe à la droite de la malheureuse.

Tullia. — Le bourreau bon à mettre en pièces, veux- tu dire. Que voulait-il de plus, pour aiguiser encore davantage sa sauvage cruauté?

Octavia. — Écoute. Il regardait aussi le bon endroit, d'un œil oblique ; lorsqu'il le voit découvert et tout prêt, vite il commence à fouetter rudement et les premiers coups tombent à trois ou quatre pouces au-dessous du nombril. — « Frappez plus haut, a dit ma mère, en poussant un gémissement. Il dirige alors la grêle de


l64 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

coups sur le bas-ventre, vers les cuisses, de sorle qu'à ce supplice de grosses larmes jaillissant des yeux témoi- gnent ce que souffre la patiente. Après cette tempête, il y eut une éclaircie; la grêle de coups cessa. Ma mère baise la terre et, s'étant habillée, se tourne vers moi : — « Maintenant, ma fille, me dit-elle, voici ton tour ; passe en ce camp de la constance, que je viens de consacrer. » Elle défait ma robe et, lorsque celle-ci est tombée à mes pieds, relève ma chemise le plus haut qu'elle peut et me la replie tout autour de moi ; de cette façon, j'offrais aux regards et aux coups de Theodoro les parties antérieures et postérieures de mon corps. « Montreras-tu du cou- rage, ma fille? me demanda-t-elle. Les jouissances qui succèdent à ces souffrances momentanées, tu les goû- teras toi-même ; je ne pourrais te les dire. Allons, mets- toi à genoux. — Que je voudrais, lui dis-je, vous voir vous acquitter vous-même de cette tâche, ma mère, et. pour me purifier, m'infliger vous-même les coups ! Je les supporterais certes, comme vous, avec constance et fer- meté. — Cela ne se peut pas, me répondit-elle ; tu es au pouvoir de Theodoro, comme j'y suis moi-même. Mais veux-tu que je t'attache les mains ? — Volontiers. » répondis-je. Elles me furent attachées comme je le dési- rais, de façon que je ne pusse me servir de leur secours, quand même je m'y efforcerais.

Tlllia. — Pendant ce temps, les yeux de Theodoro dévoraient la fleur de ta beauté*.'

Octavia. — Ah! bien oui! Approchant sa bouche de mon oreille, il me susurra de me conduire et de souffrir courageusement, d'être d'un cœur intrépide.

Tullia. — « Il est d'un Romain, dit Tite-Live, d'en faire et d'en souffrir de dures. »

Octavia. — « Je veux éprouver si vous dépassez en fermeté votre mère, me dit Theodoro. Si vous ne laisse/


VOLUPTÉS lG5

pas échapper une plainte, vous remporterez la palme. » De sa paume, largement étalée, il me caresse chaque fesse, l'une après l'autre, puis enfonçant les ongles de deux de ses doigts me pince la peau, comme d'une tenaille, et m'en arrache violemment un lambeau. Je me tais cependant, retenant mon souffle et renforçant un gémissement dans ma poitrine. Ensuite, après avoir cou- vert de sa main enflammée et brûlante tout le pubis jus- qu'au périnée, il me saisit également du bout des ongles trois ou quatre poils de ma toison et, au même instant, les arrache : je ne témoignai pourtant pas sentir la moindre douleur.

Tullia. — Tu es courageuse, Octavia. Qu'est-ce que Caton auprès de loi? Mais ta mère eut-elle aussi à subir le même genre de supplice?

Octavia. — « Relevez vos vêtements, Sempronia, lui dit Theodoro; étalez votre ignominie. » Plus vite que la parole, elle lui présente, en s'approchant, les fesses nues; il y enfonce ses ongles; elle frémit et, vaincue par la douleur, lève une jambe en l'air; cependant, elle ne dit pas un mot.

Tullia. — Tout cela, c'était la première pièce; j'en attends une seconde de ce Cincinnatus à longue barbe.

Octavia. — Ma mère retrousse sa robe et sa chemise, du côté où se cache le bon endroit; elle montre à Theo- doro son ventre charmant, poli, blanc comme neige; elle découvre entièrement le champ de Vénus ombragé, comme je te l'ai dit, d'une toison touffue. Il sépare quel- ques poils, les saisit tous ensemble et, d'un coup sec, les arrache.

Tullia. — Oh ! la risible chose ! C'était une prépara- tion à un jeu plus divertissant.

Octavia. — Elle grinça des dents de douleur; elle ne lâcha pourtant pas un mot, pas une plainte.


iGG L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Tullia. — Achève-moi enfin ce récit.

Octavia. — Je fus flagellée, déchirée à coups de fouet, et il ne me sortit pas de la bouche un seul mot, de la poitrine un seul gémissement qui trahît ma lâcheté. Nous regagnâmes notre logis. Ah ! ah ! ah ! Nous attei- gnions déjà le seuil de la porte lorsque ma mère me dit : « Gomment te trouves-tu, ma fille? — Je souffre beaucoup, ma mère, répondis-je. — Dans un moment, je m'arran- gerai de façon qu'un torrent.de voluptés fasse disparaître la douleur. Moi aussi, je me sens les fesses et les cuisses comme dévorées par des fourmis; n'éprouves-tu pas éga- lement comme une brûlante démangeaison de dartre? — Tout à fait, répondis-je; sous la peau, j'ai d'innombrables élancements; c'est plutôt comme le prurit de quelque maladie obtuse, que des piqûres de pointes d'aiguilles; et je me sens en feu. — Quelles qu'elles soient, toutes ces incommodités, reprend-elle, vont se changer en une source de volupté inépuisable. » Elle me conduit dans ma chambre. — « Jette-toi sur ton lit, feins d'éprouver un malaise que tu n'as pas; bientôt je t'enverrai ton Gaviceo, mais je veux qu'ensuite tu me rendes compte des ébats que vous prendrez ensemble. » Peu de temps après qu'elle s'est retirée, Gaviceo vint me voir. « J'ap- prends, dit-il, que tu es indisposée. — Et très malade, répliquai-je, car on m'a dit que tu étais irrité contre moi. De quelle faute ou de quel crime me suis-je rendue cou- pable? — Tu es pure envers moi de toute espèce de crime, mon cher cœur, reprend-il; tu m'as jusqu'à pré- sent comblé de voluptés et j'ai trouvé dans tes em- brassements le suprême bonheur. Que je sois tenu en mépris si je me plains de toi, en qui ma mentule pos- sède toutes les délices et toutes les jouissances des amours! » Gela dit, il saute sur le lit. Que je meure, ma Tullia, si jamais chose fut plus agréable à mes


VOLUPTÉS 167

sens! Pour te dire tout en un mot, je fis trois libations à Vénus.

Tullia. — Tu racontes merveilleusement la chose; ton récit cependant ne m'a rien appris de nouveau. Sous l'in- fluence des coups de fouet se trouvent provoqués, de toutes les parties du corps qui aboutissent à notre Vénus, une infinité d'esprits subtils, turbulents, plus enflammés que des g-erbes d'étincelles; ils accourent d'eux-mêmes dans nos organes g'énitaux, dans la vulve, dans les canaux spermatiques : de là le prurit et la lubricité de notre Vénus incendiée. Écoute ce que tu pourrais prendre pour un miracle. Notre amie la duchesse Leonora, si illustre par sa haute naissance, si remarquable par toutes les qualités du corps et de l'esprit, doit à des coups de fouet sa fécondité. Le duc, son mari, dépérissait d'amour pour elle, si jeune; et cependant il ne pouvait avoir d'elle aucune postérité, ce dont il était fort chagrin. Art, industrie, tout est mis en usage; aucune partie du corps n'est refusée aux expériences; l'art et l'industrie sont déjoués, rien ne sert. Enfin, sur le conseil d'un Arabe, Leonora fut fouettée de verges, comme toi, delà main de sa mère. Jusqu'alors elle n'avait éprouvé aucun plaisir en faisant l'amour; en ce moment, dès que son mari l'ac- cola, elle fut très vivement émue. A une seconde reprise, quelques jours après, ses reins furent stimulés de coups de fouet, ses fesses et ses cuisses incendiées pour l'amour. Alors, peu s'en fallut qu'elle ne tombât en défail- lance. Enfin, au bout de très peu de temps, en conti- nuant à se faire exciter de la même manière, elle reçut son mari avec une grande volupté; elle devint grosse, elle porta dans son ventre. Parmi les hommes de notre connaissance, j'ai aussi entendu parler du marquis Alphonse, que les verges excitent au combat amoureux ; sans cela il serait inerte et impuissant. Il se fait flageller


iG8 l'œuvre m. nicolas ciiorier

les fesses à coups de verges; on les lui administre vigou- reusement; cependant sa femme est là, couchée sur le lit, pendant qu'on le fouette; il est heureux, et plus les coups sont violents, plus la tension est véhémente. Lorsqu'il voit ses armes bien préparées, il prend avec sa femme les jouissances de Vénus (i).

Octavia. — Mais véritablement, si lu en essayais toi- même, quel ne serait pas ton élonnement, je pense !

Tullia. — Je n'en ai jamais essayé, mais je veux en •essayer, et dès la nuit prochaine. Pour toi, j'entends que tu goûtes les embrassements de mon Lampridio, qui, retenu depuis huit jours à la campagne avec Callias, vit dans l'abstinence de Vénus. 11 m'a envoyé une lettre par laquelle il me prévient qu'il arrivera demain, que Callias veut que j'aille le retrouver, pour je ne sais quelles affaires qu'ils ont là et dont il n'a pu encore se débarrasser.

Octavia. — Nous verrons cela. Mais tu as oublié de me dire ce que ma mère t'a conté des noces de (iiulia, après qu'elle eût été dépucelée.

Tullia. — Le voici. Tu sais que les noces furent à peu près clandestines; ton père était absent; aucun des parents n'avait été invité. L'acte se passa derrière la scène, comme cela se lit dans les pièces des anciens, hors de la vue des spectateurs. Avant que Sempronia ne conduisît la nouvelle mariée au lit conjugal pour y subir le tau-


(i)Forbcrg, après avoir cité ce passage de Chorier, le fait suivre .d'une courte note :

« Encore aujourd'hui, dit-il, dans les lupanars de Londres, il ne manque pas d'individus chargés d'appliquer les verges A ceux qui le désirent, si nous en croyons le témoignage d'un ouvrage alle- mand, la Gynéologie, tome III, p. 392. 1 [Dejlguris Veneris, chap. n.)


VOLUPTÉS T "^


reau, elle avait rempli de pernicieux conseils son esprit ingénu. Ce qu'elle put lui dire, ce qu'elle lui enjoignit de dire et de faire, ce qu'en conscience dit et fit l'inno- cente, tu vas en juger. Giocondo était monté à la chambre de Giulia : c'est là que devait avoir lieu la chose. Épuisé par Sempronia, il interrogeait ses armes viriles et se demandait s'il aurait assez de vigueur pour la bataille. Sempronia survient et livre Giulia à ses embrassements. « Certes, dit-elle, je veux déshabiller Giulia pour vous, Giocondo. » Elle déshabille la jeune fille et lui laisse seu- lement sa chemise, qui dérobait à peine sa pudeur aux regards de Giocondo. Bientôt Sempronia s'éloigne : «Je vous laisse, dit-elle, faites vos affaires. » Elle se retire dans une chambre voisine d'où elle pouvait tout voir, car l'huis était entrebâillé, comme celui de Giulia. Aus- sitôt Giulia tombe aux nenoux de Giocondo ; sans doute on le lui avait appris. — « Je vous serai docile, s'écrie- t-elle, et tant que je vivrai j'aurai de la complaisance pour tous 'vos plaisirs. Si j'en agis autrement, châtiez la cou- pable. » Giocondo donne un baiser et la relève. Puis il la dépouille lui-même, rougissante et tremblante, la couche à la renverse sur le bord du lit, pétrit de ses mains les seins petits, fermes, arrondis, blancs, gonflés, et les couvre de baisers ; il parcourt ensuite des yeux tout son corps, et fixe enfin sa dernière pensée, son dernier regard sur le jardin de Vénus. Lorsque l'innocente jeune fille s'aperçoit qu'il la pétrit des doigts, elle s'écrie : — « Eh ! eh ! eh ! » et mêle à ses clameurs des gémissements et des soupirs. — Maintenant, dit Giocondo, soyons

heureux.

Octavia. — Giocondo trouva-t-il intacte chez la jeune vierge la fleur de chasteté? S'aperçut-il qu'elle n'avait encore été souillée d'aucun embrassement?

Tullia. — Il la trouva intacte, comme c'est l'ordinaire


170 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

des hommes qui dans les premiers assauts ont, en ce qui touche la virginité, pleine confiance en une vierge.

Octavia. — A la façon dont elle s'était elle-même accommodée pour l'opération, je craignais qu'il ne décou- vrît quelque fraude.

Tullia. — Giocondo comprit facilement que ces manières d'agir lui avaient été suggérées par Sempro- nia, et après nue dans ce premier conflit il eût fait vrai- ment sa femme de Giulia : « Qui donc, ma Giulia, lui demanda-t-il, t'avait rendue si savante? Assurément, tu m'as plongé dans la plus grande admiration de ton esprit lorsque tu as toi-même dirigé mes armes contre toi et par elles infligé la mort à ta pudicité, quand tu m'as entouré de tes bras, quand tu t'es agitée d'un mou- vement si rapide, quand tu as poussé des soupirs et de bridantes exclamations. » Elle se taisait. « Allons, allons, ajoute-t-il, découvre-moi ce que tu me caches sous ton silence. — Je n'ose pas, répond Giulia, mais j'ai entendu dire qu'ainsi font et doivent faire les plus chastes filles, comme je le suis. — Oui donc t'a dit, demanda Gio- condo. qu'il fallait s'y prendre comme cela? — Ne me force pas à te l'avouer, répond Giulia. — Je veux que tu me le dises, réplique-t-il, sinon, je ne te croirai pas aussi chaste que tu prétends l'être. — Je t'en prie, dit alors Giulia, ne rapporte à personne ce que tu me forces de te confesser. Sempronia m'a avertie que, par devoir, je devais m'en acquitter envers toi si complaisamment, et elle m'a fait promettre avec serment d'y consentir. — C'est bien, dit Giocondo; mais prends garde de laisser soupçonner que tu m'as révélé ce secret. » Or Sempronia entendait et voyait tout, ce à quoi ni l'un ni l'autre ne songeaient.

Octavia. — Dans quelle espérance abusait-elle de la simplicité de cette enfant par de si pernicieux conseils?


VOLUPTES 171

Tullia. — Sans doute elle espérait que les mœurs de Giulia, par une si grande facilité, deviendraient sus- pectes à Giocondo. Mais jusqu'à présent elle n'en a encore soufflé mot à aucun d'eux.

Octavia. — Tu ne m'as pas fini le récit que tu m'avais commencé.

Tullia. — Quand Giulia sentit le poids de Giocondo : « Tu me tortures, gémit Giulia, épargne-moi; pitié! pitié! » Mais, inflexible, Giocondo alla jusqu'au bout,, bientôt secondé par sa femme.

( icT.vviv. — Ah ! ah! ah !

Tullia. — C'est que Sempronia lui en avait donné le conseil. « Aussitôt que tu te sentiras, Giulia, chatouillée de quelque démangeaison où tu sais, fais semblant d'éprouver une sensation encore plus vive que celle que tu éprouveras. Excite ton mari de tes paroles, de tes bai- sers, de tes soupirs, de tes trémoussements ; sans quoi il croirait que tu es de pierre, insensible, ce dont te pré- serve l'amour que je te porte ! » Voilà pourquoi, dès la pre- mière titillation, la chaste jeune tille sut aider Giocondo à courir le stade de la volupté. « Hé ! hé ! hé ! cria-t-elle ; qu'est-ce que je sens? je me pâme. » Ces paroles profé- rées, elle se tait, gémissante et tremblante, l'esprit comme égaré; elle ne bougeait plus, Giocondo s'arrête : « Que veut dire cet engourdissement, Giulia? lui demande-t-il, en fatiguant de baisers ses lèvres de roses. — Je suis morte, répond-elle, tu m'as causé tant de plaisir que je ne pense pas qu'il soit possible d'ajouter quoi que ce soit au comble de mon bonheur. Je ne suis plus moi-même, je suis transportée au ciel. »

Octavia. — Les membres de la délicate enfant ne furent pas brisés par une si longue lutte? L'amour et sa compagne, la volupté, suppléaient à ses forces.

Tullia. — 11 ne fut donné à Giulia de jouir que d'un


I72 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

assaut jusqu'au jour, mais ce premier pouvait tenir lieu de deux ou trois. Le second, elle l'avoua elle-même, ne lui causa plus qu'une faible sensation de volupté.

Octavia. — La nuit suivante, comme tu me l'as dit, Giocondo courut deux milles?

Tullia. — Oui, mais après avoir payé le tribut à ta bienheureuse mère, à son grand déplaisir; de sorte qu'elle ne put jouir de la vigueur intacte de son mari que deux fois en tout, le second mois.

Octavia. — En effet, tout le suc se trouvant épuisé par les préalables embrassements de ma mère, ce qui restait en paraît être la lie et la boue.

Tullia. — Le second mois qui suivit les noces, un jour que Giocondo badinait avec Sempronia : « Veux-tu que je devienne père, maîtresse? lui demanda-t-il. — Oui, répondit-elle. — Comment pourrais-je le devenir, reprit-il, si tu ne me laisses pas remplir le champ de Giulia d'une brûlante et féconde semence? Permets-moi d'aller trois fois avec elle et de lancer dans toute leur intégrité les flots de ma passion dans le fond de sa matrice. La malheureuse a supporté, je l'ai appris, d'assez durs traitements; je sais combien ton amie Teresia l'a mal accueillie, quoique innocente, parce que tu la crois plus dévergondée qu'elle ne l'est. — Je te le permets, répondit Sempronia, mais à la condition qu'elle devienne enceinte. La semence qui va s'accumuler dans tes reins d'ici à huit jours, je veux que tu lui en fasses part en une seule nuit et en trois assauts, que lu te sou- lages dans les embiasseincnts de la Dioné. » La huitième nuit qui suivit ce jour, la ceinture de chasteté dénouée, la grille enlevée au guichet de la jeune femme, Giocondo arrosa librement son jardin d'une pluie féconde. Depuis ce temps, Sempronia pense que Giulia est enceinte; elle a remarqué des signes de grossesse sur le visage de la


VOLUPTÉS 17.»

jeune femme et les maux de cœur commencent à appa- raître.

Octavia. — Que je meure si je ne déteste vigoureuse- ment Teresia pour les indignes traitements qu'elle a fait subir à celte bonne et naïve enfant!

Tullia. — Que je meure également si je ne rends ta mère responsable de cette cruauté ! Elle ne se fut pas plus lût imaginé que Giulia brûlait de désirs et d'appétits amoureux qu'elle alla trouver Teresia. Elle lui dit qu'elle craignait fort pour sa vertu, qu'elle la croyait devenue moins pudique, qu'il lui fallait quelque sévère médecine pour la contenir désormais dans les devoirs d'une bonne mère de famille; qu'on devait se prémunir contre les chaleurs et les embûches de sa jeunesse. Teresia demande qu'elle lui soit envoyée; on la lui envoie, mais débarrassée préalablement de la ceinture de chasteté, qui est laissée en garde à Sempronia. Teresia reçoit son ancienne élève d'un visage souriant; elle donne une lettre à Giocondo et demande que Giulia lui soit laissée trois jours : elle veut se rassasier de voir la jeune fille qu'elle a nourrie, qu'elle a élevée et dont elle est privée depuis longtemps. Après bon nombre de propos, elle demande à Giulia si elle consent à lui donner la preuve qu'elle est vertueuse et véritablement vertueuse. Giulia répond qu'elle veut bien. — « Alors, dit Teresia, durant ces trois jours tu te macéreras le corps par le jeûne et tu te laisseras donner le fouet de mes propres mains. — Je ferai tout ce que vous désirerez, répond Giulia; tout ce que vous m'ordonnerez, je le con- sidérerai comme un devoir. » Le premier jour, elle fut fouettée, mais assez doucement; le second jour, très cruellement; le troisième, un peu moins fort. Ainsi corrigée, on la renvoya à la maison au coucher du soleil. Sempronia était absente, mais Giocondo était là et, sitôt


17-4 L'ŒUVRÉ DR NICOLAS CHORIER

qu'il vit arriver sa charmante femme, il vola dans ses bras. — « Je reviens, dit-elle en souriant, comme il con- vient à une chaste femme, on ne peut plus désireuse de te voir. » Après une courte conversation, il la conduit dans sa chambre ; elle lui raconte ce qui lui est advenu el se met à pleurer. Giocondo console de son mauvais destin la malheureuse; il lui promet de veiller à l'avenir avec le plus yrand soin à ce qu'elle n'ait plus à subir d'ennuis ni de corrections; puis il la baise sur la bouche et il se réjouit de ce que sa chasteté n'est pas mise par la ceinture à l'abri de ses désirs. Et bientôt il lui enlève de l'esprit tout souvenir de ces trois jours et de la douleur qu'elle a éprouvée.

Octavia. — Ma mère l'ignora-t-elle? Ne s'emporta- t-elle pas contre Giocondo?

Tullia. — Elle ne sut rien et n'eut pas même l'ombre d'un soupçon. Un peu avant qu'elle ne fut de retour, Giocondo s'était sauvé dans la maison ; quand il revint quelque temps après, il salua sa femme comme s'il ne l'avait pas vue depuis trois jours.

Octavia. — Mais il ne laissa sans doute pas ma mère sans la saluer?

Tullia. — Elle dit à Giulia que Giocondo avait quelque chose à lui communiquer touchant l'affaire dont elle venait de le charger. Ils sortent tous deux et s'en vont dans la chambre de Victoria. Giulia avait reçu l'ordre d'attendre son mari jusqu'à ce qu'il revint. — « Crois-tu, lui dit Giocondo, que je veuille préférer les embrasse- ments de Giulia aux tiens? Je veux dépenser avec toi tout ce qu'il y a en moi d'amour. » Que te diiais-je de plus? Ils achèvent la chose, puis Giocondo revient avec Sempronia près de Giulia, que Giocondo aborde par ces paroles : « Je veux, Giulia, que notre maîtresse te con- naisse telle que tu es, qu'elle sache combien tu es chaste


VOLUPTKS 175

et pudique. Je veux que de ses mains tu revêtes cette ceinture de chasteté, tu auras, fort à propos pour toi et pour moi, un lion témoin de ta pudicité. » Sempronia félicita Giulia de sa vertu et de la bonne srâce avec laquelle elle se prêtait à cela; le bon endroit de Giulia fut alors mis sous clef. Quant au tien, Octavia, je saurai, la nuit prochaine, si tu as autant d'adresse à tous les jeux que connaît Vénus que tu as de ressemblance avec Vénus par ta beauté et tes charmes.

Octavia. — Je ferai en sorte, je l'espère, que tu n'en doutes pas plus longtemps, et, à son très grand plaisir, Lampridio s'apercevra que je suis une source d'indicibles voluptés.


SIXIEME DIALOGUE

FAÇONS ET FIGURES


OCTAVIA, TULLIA, LAMPRIO, RANGONI (i)

Octavia. — Combien doivent être délicieuses les voluptés de cette nuit, tu m'en as persuadée jusqu'au fond des moelles par tes propres excitants.

Tullia. — Tu en éprouveras deux fois plus que je n'ai pu en promettre à tes désirs libertins, quoi que j'aie promis.

Octavia. — Sans doute, avec Rangoni arrivera Lam- pridio, et tous deux en» axeront avec nous la bataille?

Tullia. — Ils engageront tous deux la bataille avec toi seule.

Octavia. — Veux-tu te taire? En quelques heures deux postillons si terribles auraient fourbu mon bidet.

Tullia. — Silence toi-même, petite sotte. Tu suffiras


(i) Chorier a dû emprunter ce nom aux sonnets de l'Arétin. Voir L'œuvre du Divin Arètin, tome I, sonnet xn et note, par G. Apolli. taire, pp. 2i5 et suiv. (Bibliothèque des Curieux, 1909.)


I78 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

très bien à Ions deux, et quand lu en auras làté, tu con- viendras que les héroïnes de chevalerie ne sont rien auprès de loi.

0< i.wiA. — Je n'en ferai rien, cousine, je n'en ferai rien. Me crois-tu si libertine? Toute une nuit je serais inondée de voluptés, je m'ingurgiterais les mets réservés aux déesses, et loi tu ne goûterais pas à ce régal? Tais- toi, je n'en ferai rien.

Tullia. — De quelque façon qu'ait lieu la chose, tu dois la subir; tu le feras, tu le feras. Regarde. Il te faut triompher de tous les hasards de Vénus. Vois!

Octavia. — Oh! oh! Tu as obstrué ta porte de cette vilaine ceinture de chasteté? Que penses-tu qu'il puisse advenir de moi s? tu ne partages pas nies fatigues? Tu me veux trop de bien et je t'en saurai mauvais gré.

Tullia. — Reprends courage. J'en ai éreinté quatre, et tu en crains deux !

Octavia. — Mais ces deux-là sont d'une force extraor- dinaire et surpassent tous les autres parleur inépuisable torrent de jouissance. Tu prétends que Lampridio court d'ordinaire une dizaine de milles dans Ion stade, et tu racontes de Rangoni des choses qui touchent au pro- dige. Cotytto ne suffirait pas seule à eux deux.

Tullia. — Lampridio m'a raconté de Rangoni des prouesses qui dépassent toutes croyances de connais- seurs. Tu sais qu'ils sont très liés.

Octavia. — Que t'a-t-il raconté? Rangoni n'en est-il pas venu aux prises avec toi?

Tullia. — Avant-hier, lorsqu'il fut de retour en cette ville, Lampridio l'amena chez nous en qualité d'hôte, avec l'approbation de Galbas. Vois quelle est sa cour- toisie : aussitôt il l'enflamme d'amour pour moi, et, quand il le voit en proie aux plus furieux désirs, il le


FAÇONS ET FIGURES 1 79

console en lui promettant ses bons offices. Il l'assure qu'il fera tous ses efforts pour le faire jouir, comme il dit, du bonheur suprême, et lui enjoint d'avoir bon espoir. Sans me consulter, il trafique avec lui de mon amour.

Octavia. — Et tu ne te mis pas en colère?

Tullia. — Juges-en par toi-même. Je fus fort irritée et je le montrai rudement. Pour apaiser mon courroux :

— « Pardonnez-moi, me dit-il, ma dame, ma reine, ma déesse, si j'ai été trop facile. J'en suis sur, il ne tiendra pas à toi que je ne sois dégagé de ma promesse. Rangoni t';i vue et meurt misérablement d'amour pour toi. J'avais vu, moi aussi, sa cousine à Naples et je dépérissais pour elle; il feignit d'être brûlé d'amour afin de favoriser le mien, obtint d'elle un rendez-vous et m'introduisit dans la chambre de la jeune fille. La nuit je me rassasiai de la jouissance que je convoitais, pendant que Laura (c'est ainsi qu'elle se nomme") croyait se livrer aux embrasse- ments de Rangoni. Ne devais-je pas me montrer recon- naissant d'un tel service? Pardonne-moi, ma reine; en croyant m'acquitter envers lui, je t'ai offensée sans le vouloir. »

Octavia. — Que répondis-tu?

Tullia. — La voix de mon amant attendrit mon cœur.

— « Que veux-tu que je fasse? lui demandai-je. N'as-tu pas honte de me traiter si ignoblement, moi qui suis toute à toi ? — Ne succombe qu'à cette seule et unique faute, reprend-il ; laisse-toi fléchir par l'amour de Ran- goni et les prières de ton Lampridio. Ne crains rien de moi par la suite ; je ne te demanderai rien qui ne te soit agréable, qui ne soit honnête. » Je finis par consentir. — Lampridio, lui dis-je, connais-tu Octavia ? »

Octavia. — Voilà de quoi me fâcher contre toi, comme toi-même contre Lampridio.


iSo L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Tullia. — Tais-toi, petite solle. Je lui fis part de mon idée, qui consistait à le mettre dans tes bras. « Que je te rendrais heureux ! poursuivis-je. — Mais en attendant,

Rangoni et moi, dit-il, nous n'en pouvons plus; nous allons l'un et l'autre nous corrompre à l'aspect de ta beauté qui nous brûle. Accorde-nous à chacun une jouis- sance. — Quel honneur attacheras-tu à ton nom, lui dis-je, si tu me forces à nie souiller des baisers d'un autre? loi, si tu veux, use de ion droit. » Enfin je me laissai fléchir, à la condition de n'ouvrir qu'une seule fois à Lampridio mon stade et ma lice amoureuse; rien de plus. Je voulais que l'un et l'autre ils vinssent intacts ■et, sans être épuisés, labourer ton sillon.

Octavia. — Comment pourraient-ils sortir intacts de tes embrassemenls?

Tullia. — La chose se passait dans nos jardins, sur lesquels on n'a vue de nulle part, sauf de ma chambre ; tout était fermé et en pleine sécurité. En attendant ce à quoi aboutirait son ami, Rangoni se promenait à peu de dislance et me dévorait fréquemment de ses yeux ar- dents. Lampridio fut le retrouver : « Rends, lui dit-il, des grâces immortelles à Tullia pour le don céleste qu'elle te fait et viens goûter le bonheur suprême. » La nature m'a faite de telle sorte que je suis on ne peut plus éloignée de l'effronterie. Dès qu'il s'approcha de moi, je me mis à rougir; il me donna un baiser. 11 s'accusa lui-même de son audace et m'en demanda pardon. Tout en parlant, nous étions entrés dans celle grotte cons- truite à l'angle du jardin pour prendre le frais. Lam- pridio entra avec nous. — « Il est une chose que je veux que lu saches, ma reine, dit-il en s'adressant à moi, et qu'il est de ton intérêt que l'on sache, Rangoni. — Qu'est-ce donc? demanda Kangoni. — Tullia te le fera bientôt savoir, répondit Lampridio, par ses soupirs, ses


Façons et figures 181

baisers et la rage de son excitation. — Que Vénus t'anéantisse, m'écriai-je, spirituel faiseur de plaisan- teries! » Il me prend par la main et m'entraîne hors de la grotte. — « Excuse-moi, Rang'oni, dit-il, je vais le la rendre à Pinstan! aussi pure qu'elle l'est à cette heure. Je ne veux pas que tu la perdes des yeux, elle qui est la lumière de tes yeux et des miens. En deux mot» j'aurai fini. » Puis, s'adressant à moi : « Tu ne sais pas, me dit-il, quel postillon tu vas avoir. Les femmes de Rome et de Venise qui ont eu affaire à lui prétendent qu'il n'y a pas un homme qui ait jamais arrosé les sil- lons féminins d'une pluie plus copieuse que RangonL Geromino Mercuriali, après avoir contrôlé avec soin tout ce que l'on disait de lui, a déclaré que c'était non seulement stupéfiant, mais tout à fait miraculeux. »

Octavia. — Pendant ce temps-là, qu'advenait-il de Rangoni, de ses ardeurs, de ses fureurs et de sa men- tule? Ah! ah! j'entends je ne sais quel bruit. Les voici- Que j'ai peur, que j'ai honte !

Tuelia. — « Hymen ! Hyménée ! Viens Hymen ! O Hyménée ! » Voici Lampridio. Pourquoi es-tu seul, Lam- pridio? Qu'est devenu ton compagnon ?

Lampridio. — Nous avons soupe chez Mendoza, le préfet de la ville, un bon et charmant homme. Il retient Rang'oni, qu'il est en train de questionner sur ses affaires, ses parents, ses alliés, tout en mêlant, avec son exquise urbanité, les choses plaisantes aux chose3 graves. Je me suis esquivé, aiguillonné par l'amour qui 1 chez moi, pendant que je pensais à vous, s'est tourné en fureur; Octavia m'en guérira, si elle me veut bien por- tant et tout à elle. Vous vous taisez, Octavia ?

Octavia. — Ma chère Tullia, mon âme, tout envahie de honte, ne me laisse aucun courage; je ne trouve pas. un mot.


182 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Lampridio. — Vous me refusez même un baiser? Malheureux que je suis !

1Yi.ua. — Allons, Octavia, pourquoi te recules-tu? A peine si ce lit pourra nous recevoir tous les quatre, en nous serrant, lorsque viendra Rangoni : il ne restera pas la plus petite place, même pour la pudeur. Cesse tes folies, petite niaise.

Octavia. — Niaise toi-même ! Quoi ! tu rejettes les couvertures et tu me montres nue aux yeux de Lam- pridio ?

Lampridio. — Qu'elle est jolie ! quelles formes déli- cates !

Tullia. — Je veux, Octavia, que tu sois un autre moi- même. Lampridio n'en peut plus ; n'as-tu pas pitié du pauvre diable ?

Lampridio. — Plaide pour moi, Tullia ; fais en sorte qu'Octavia se laisse aimer, me laisse cueillir la fleur de sa beauté et de sa jeunesse. Oh! le corps fait pour l'amour !

Octavia. — Cessez, cessez ; je me mets à crier si vous poussez plus loin.

Tullia. — Quelles frénésies te prennent? Es-tu dans ton bon sens? Par la déesse Pertunda ! si tu ne veux pas de Lampridio pour ami, tu m'auras pour ennemie.

Octavia. — Et voilà que ton Lampridio ne se fait pas faute de parcourir mes seins, ma poitrine de ses attouche- ments libertins... 11 me possède toute. Que ferai-je, effrontée, après un tel outrage?

Tullia. — Que murmures-tu dans tes balbutiements? Est-ce que l'ancre de Lampridio a louché le fond de ta rivière ?

Octavia. — J'ai cru qu'il l'avait touché. Mais voici que Lampridio défaille également; il s'en va, il lève l'ancre. Laisse-moi pourtant, Lampridio, l'appliquer un baiser,


FAÇONS ET FIGURES l8-'j

te manger de baisers avant que tu ne descendes de mon cheval.

Tullia. — Veux-tu donc, libertine, exciter à de nou- velles prouesses un homme dont la vigueur est épuisée? Il n'en sera rien. Toi, Lampridio, va retrouver Rangoni, de peur qu'il ne nous soupçonne, toi autant que nous, de n'être pas restés bien sages.

Lampridio. — Puisque tu me le conseilles, je vais retrouver mon ami. Je dirai que j'ai passé ces quelques instants avec Frederico, le cousin du préfet.

Tullia. — Mais comment trouves-tu Octavia? Quel plaisir as-tu éprouvé avec elle?

Lampridio. — Je n'ai rien trouvé chez elle que tu n'aies aussi, ma Tullia, et qui ne donne une idée de la vraie et pleine volupté. Mais nous en reparlerons plus tard. Adieu.

Octavia. — Que de grâces j'ai à te rendre, Tullia! Maintenant je sais ce que c'est que Vénus, tant il m'a causé de plaisir ! J'ai vraiment goûté toutes les jouis- sances de Vénus.

Tullia. — Je suis heureuse de voir que tu as trouvé véritable tout ce que je disais de Lampridio.

Octavia. — ■ As-tu remarqué comme il est sorti joyeux, comme il m'a donné un baiser? Que tu es heureuse de pouvoir L'ébattre dans ses bras toutes les fois que cela te plaît ! Mais Rangoni ne t'a t-il pas aussi comblée d'une incroyable volupté?

Tullia. — Je reviens donc au récit que j'avais com- mencé; tu me semblés en avoir envie et cela me fait aussi plaisir, à moi.

Octavia. — Tu me donneras ainsi la meilleure part de tes jouissances.

Tullia. — De tous les animaux, c'est l'homme dont la rosée est la plus abondante; mais de tous les hommes,


l84 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

c'est Rangoni. « Je l'avertis, me disait Lampridio, d'avoir à n'en rien perdre. Mon suprême bonheur, c'est de t'inonder. » Là-dessus, il s'éloigna.

Octavia. — Que se passa-t-il ensuite?

Tullia. — Rangoni s'élança au-devant de moi. — « Rien maintenant, s'écria-t-il, ne t'arrachera à mes désirs. » Il me prend par la main et, moitié de gré, moitié de force, m'entraîne vers le lit, qui se trouve, comme tu le sais, dans un des coins. Il glisse une main sous mon corsage, l'autre sous ma ceinture.

Octavia. — Il te montra sans doute un trident énorme, digne du héros et de toi-même?

Tullia. — A peu près comme celui de Lampridio; autant que je pus le voir, il n'y a pas entre eux une grande différence : la longueur est de onze ou douze pouces. « Favorisez mon amour du vôtre, madame, s'écria- t-il. » Insensiblement, je m'étais laissé pousser jusque sur le lit ; il me jeta à la renverse, me fit mille caresses sous les aines, puis dans cet intervalle que je t'ai dit être appelé le périnée, où brûlent les plus ardentes torches de Vénus. — « Allons, allons, disais-je, finissez ! vous vous moquez de moi. Pourquoi m'incendier, moi qui déjà suis enflammée de votre amour? — Acceptez donc, dit-il, tout ce qu'il va d'amour en moi. » Aussitôt il me pénétra. Dès que je le sentis : « Vous me faites mal, vous me faites mal, méchant! » lui criai-je. Lampridio m'entendit; il accourut : — « Prends garde, Tullia, dit-il, que l'on ne perçoive ta voix de la rue voisine, derrière le mur. Quel est l'honnête homme qui ne la connaît pas? Retiens ton souffle. »

Octavia. — Il vous aperçut en train de lutter à cette palestre, et il put s'empêcher de rire, se retenir de cette rage que provoque Vénus dans sa nudité?

Tullia. — 11 nous vit et, s'apercevanl que mon pied


FAÇONS M FIGURES [85

gauche portait à terre : « Je veux à tous deux, ajoula-l-il, prêter le ministère d'une assistance affectueuse; » et il plaça dessous un escabeau.

Octavia. - Ah! ah! le risible spectacle! Vous étiez bien risibles tous les deux, toi et Rangoûi.

Tullia. — Un moment, celui-ci resta immobile. «Étreins- moi, ma reine, » s'écria-t-il ; en effet, ses membres défail- lants allaient lui manquer. « Depuis trois mois, ajouta- t-il, aucune femme n'a soulagé mon ardeur amoureuse. Mais, tu le sais, tu aurais de la peine à en trouver un qui lut aussi vigoureux que moi.

Octavia. — L'éperon enfoncé, pouvait-il et pouvais-tu soutenir la course '!

Tullia. — Je me sentis bientôt inondée de volupté; je ne pus m'empècher de faire des mouvements désordon- nés.

Octavia. — De peur, sans doute, que toi, que Lampri- dio appelle marmoréenne à cause de ta blancheur, tu ne parusses être de pierre à Rangoni, si tu restais immo- bile, froide et insensible.

Tullia. — « Je vois les cieux, m'écriai-je en délire, je vois les cieux ouverts ; » et aussitôt, débondant les écluses, je m'abîmai dans le délire de la volupté.

Octavia. — Te rassasia-t-il? Si un nouvel athlète s'était présenté, aurais-tu refusé le combat?

Tullia. — Certainement un nouveau combat m'aurait causé plus de fatigue que de plaisir.

Octavia. — On prétend (pie tout animal est triste après l'amour.

Tullia. — Bien au contraire; par l'animation de son visage, la gaîté de ses propos, Rangoni manifestait toute sa joie d'avoir pu librement jouir de mes trésors. Il appelle Lampridio, mais je me débarrasse d'abord de ses étreintes, de peur d'être obligée, de gré ou de force, de faire


iSO L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

l'amour pour les beaux yeux de Lampridio. D'une course rapide, j'étais rentrée à la maison avant qu'ils ne se fussent aperçus de ma fuite. Or, Octavia, je n'ai rien perdu de loute la liqueur vénérienne. Ce que cela signi- fie, je n'en sais rien; mais si je me savais enceinte de cette fois-là, comme j'adore (Rallias, j'en serais désolée.

Octavia. — En comparaison de ton quartumvirat, qu'était-ce que cette bagatelle?

Tullia. — Je comprends; tu veux que je te raconte ma campagne de Rome.

< ><: I AYIA. — Oui.

Tullia. — Callias avait été frappé d'une maladie que tout d'abord les médecins jugèrent devoir être longue et peut-rire mortelle; il était alors à Rome, pour un procès très difficile à terminer avec mon cousin Ottoboni. Cette même raison m'appela à Rome, et si Callias a enfin recouvré la santé, il le doit à mes soins empressés, aimants; il ne le nie pas, du reste. Dès qu'il commença à entrer en convalescence et que toute crainte de danger fut écartée, l'envie me prit de m'amuser un peu, après ces trois louas mois où j'avais été plongée et abîmée dans le chagrin. Il venait souvent à la maison une de nos plus proches voisines, d'un âge pas encore très avancé et appartenant à la famille Orsini. Un lien très étroit s'était établi entre nous; souvent elle couchait avec moi, elle était l'unique consolation de mes soucis. Une nuit, après que nous nous fûmes livrées à divers propos, tantôt gais, tantôt sérieux, mes pensées se tournèrent vers l'interruption que j'éprouvais en fait d'ébats amou- reux. Comme elle m'interrogeait là-dessus : — « Si je me mets, lui répondis-je, à sentir ces feux se rallumer dans mes veines, nulle vertu, nulle fermeté, nulle pudeur ne réussira à les éteindre. » Aussitôt cette dame, d'un com- merce délicat et distingué plus que nulle autre, me dit :


FAÇONS ET FIGURES 187

— a Je veux que demain même vous jouissiez des dons de Vénus, après en avoir été si longtemps privée; que vous en jouissiez jusqu'au dégoût, et, si vous n'êtes pas une sotte, vous le voudrez aussi. Vous n'aurez d'ailleurs rien à craindre pour votre honneur et votre réputation ; j'exige seulement que vous vous mettiez entièrement à ma discrétion. — Je le veux bien, répondis-je ; que pourrais-je craindre, vous ayant comme caution? Je vous prends pour guide, prête à marcher sous vos auspices. » Le matin venu, elle me recommande de me sustenter le corps, mais d'un léger repas seule- ment, sans me gorger de nourriture. De ses propres mains elle me lave la poitrine, les seins, le ventre, avec de l'eau parfumée, et le calice de Vénus avec de l'huile de myrte, puis m'habille d'une légère robe blanche en tissu de soie : je me crus plutôt voilée d'un nuage trans- parent que vêtue d'une robe. Nous nous rendons alors en voiture à une villa suburbaine entourée de délicieux jar- dins. Là, Flora et Vénus, épanouies et joyeuses, s'ébattent et folâtrent dans toutes les saisons de l'année; en toute saison fleurit un printemps éternel. Nous pénétrons dans un splendide édifice, et elle me conduit à un appartement intérieur, où une lumière cachée, entretenant un demi- jour perpétuel, favorisait à la fois la pudeur et l'impu- deur.

Octavia. — Séjour fait exprès pour des ébats de luxure.

Ti llia. — Une vieille femme, d'un visage et d'une mise modeste, vint au-devant de nous. — « Je ferai en sorte, dit-elle en se tournant vers Donna Orsini, que cette jeune femme amenée par vous et qui avant peu de temps sera ivre de volupté, vous en rende des grâces éter- nelles. » En disant ces mots, elle me prend par la main; Donna Orsini s'en va, et, la porte refermée, la vieille m'entraîne, toute hésitante, dans l'intérieur de la mai-


i88 l'œuvre de nicolas chorier

son. « D'abord, mon enfant, me dit-elle, acceptez de bon cœur tout ce qui vous arrivera, tout ce qu'on voudra vous faire. Vous ne vous appartenez plus; vous apparte- nez à quatre vigoureux athlètes que je tiens là tout prêts à entrer en lice avec vous. L'un est Français, l'autre Alle- mand, les deux autres sont nés à Florence. Ma maîtresse aime les Florentins. Tous sonor de son Jupiter. Remplis, Tullia, remplis!...

Tullia. — Le rôle qui m'est dévolu, je le remplis.

Octavia. — Tu as été deux fois heureux, Rangoni... et moi trois. Ah ! ah ! ah !

Tullia. — C'est-à-dire que trois fois, de ton argent, tu as de bon cœur, et comme tu le devais, payé le tribut à Vénus.

Rangoni. — Cette ville ne renferme pas de plus spiri- tuelles et de plus polissonnes jeunes femmes que vous ne Têtes toutes deux. Il ne saurait exister de plus gra- cieuse conjonction que ne l'a été celle-ci, quand même ce serait avec les Grâces toutes nues. Que je meure si Vénus elle-même, habile à chercher, à inventer des jouissances, a jamais trouvé procédés plus ingénieux !

Octavia. — Mais peu à peu m'envahit les membres je ne sais quelle lassitude qui m'enveloppe d'une lourde torpeur.

Rangoni. — Tu te reposeras, ma Vénus, après m'avoir rassasié du fruit de tes délices. Prends donc du bon côté, s'il te plaît, l'hommage que je vais te rendre.

Tullia. — Et toi, va te faire mettre à la potence si jamais tu songes à rendre ton hommage autrement que du bon côté.


l98 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Rangoni. — Par Subigus ! tous les côtés d'une fille, jolie comme l'est Octavia, sont bons; on dit, en effet, que tout le corps d'une belle femme est bon pour l'amour. Mais laissons là ces plaisanteries et passons aux choses sérieuses.

Tullia. — Gomment veux-tu la posséder? Tiens, voici qui sera bien. Sois leste, Rangoni, monte en selle.

Octavia. — Aussitôt dit, aussitôt fait. Comme tu pos- sèdes, Tullia, un athlète docile en ce genre de palestre! Mais tu m'agites, ma Tullia, plus violemment que je ne puis le supporter. Tu vas, je le crains, me luxer l'emboî- tement de la cuisse, si tu n'y prends garde.

Rangoxi. — Tu joues là, vraiment, ma Tullia, un jeu bien remarquable. Inutile à toi, Octavia, de faire le moindre mouvement; à elle seule, Tullia suffit.

Octavia. — Je n'ai presque pas d'autre rôle que de me prêter complaisamment à tes désirs; le reste, tu le dois à Tullia.

Tullia. — Tes yeux égarés se ferment, Octavia; tu vas goûter les suprême» délices.

Octavia. — Oui, oui! Ah! ah! arrête un peu, Ran- goni !

Rangoni. — Vénus n'a jamais vu d'aussi délicieuse amoureuse que toi. Tu m'as dévoré toute ma vigueur.

Tullia. — Viens, Lampridio, viens venger ton ami, à qui a été fait cet outrage; je t'ai vu boire une coupe de vin aromatisé. Les forces te sont revenues, sans doute.

Lampridio. — J'ai bu, en effet, et j'ai puisé dans le vin • le nouvelles flammes; ton Octavia va bientôt s'en aper- cevoir.

Octavia. — Avec vos fantaisies, vos appétits désor- donnés, vous allez me tuer, je crois.

Tullia. — Répudie cette crainte; c'est par ce moyen qu'est donnée la vie à toutes les espèces des êtres, crois-


FAÇONS ET FIGURES I()C|

le bien, Octavia. Allons, Rangoni, charg-e-moi, courbée sur tes épaules, cette victorieuse héroïne.

Rangoni. — Quand je l'aurai prise ainsi, qu'en sera- t-il?

Tullia. — Prends-la d'abord. Toi, Octavia, descends, du lit.

Octavia. — Mes reins fléchissent. Vous me prenez pour un éléphant et non pour une femme.

Tullia. — Tu es délicate et tu te traites douillettement, Octavia. Obéis-moi, Rang-oni; empoigne-moi cette petite sotte. C'est pour toi, Lampridio, que tout ceci se prépare.

Octavia. — Attends un peu, Rang-oni; je vais de moi- même me placer sur tes épaules.

Tullia. — Il faut le faire et non le dire. Vois comme Lampridio est plein d'ardeur.

Lampridio. — Tu es, Octavia, montée on ne peut plus légèrement à cheval.

Tullia. — Maintenant, Rangoni, enlace fortement tes bras aux bras de la jeune enfant. Et toi, Octavia, sois docile.

Lampridio. — Ouvre, ma déesse, ma maîtresse adorée, ouvre-moi les douceurs de ton jardin d'amour.

Tullia. — Ouvre toi-même; mets la clef dans la ser- rure.

Octavia. — Je craig-nais je ne sais quoi de honteux.

Rangoni. — Nous ne voulons favoriser de nos entre- prises et de nos amours que le bon endroit, l'endroit permis. Mais dépêche, Lampridio; sois à ce que tu fais.

Lampridio. — Quand je me serai mis dans la position: convenable, toi, Tullia, tu favoriseras ma chevauchée.

Tullia. — Aussitôt ordonné, aussitôt exécuté.

Octavia. — Par ma foi ! cela ne peut pas se faire sans une grande g-ène pour moi ; et voici que Lampridio m'at- taque avec une rudesse...


200 L ŒUVRE DE NICOLAS CIIORIER

Lampridio. — Le jeu n'en sera que plus doux, et pour toi et pour moi.

Octavia. — Bien ! bien !

Tullia. — Je vais venir en aide à Lampridio, qui sue. Mais, Lampridio, lu es capable de faire tomber en avant cheval et cavalier. Va plus doucement.

Octavia. — Pourquoi le retarder, puisqu'il se hâte? Que... Ah!... Pourquoi l'arrêter quand il court? Ah! ah !... Que le diable l'emporte!

Tullia. — Quoi ! si tôt rassasiée? Que Vénus te chérit ! Et toi, Lampridio, es-tu ensorcelé?

Octavia. — Tu te trompes, tu te trompes ! Tu plai- santes. Oh ! oh ! il pleut !...

Lampridio. — Accepte, ô ma déesse, ce don de moi- même qui me fait défaillir et pâmer.

Tullia. — Va, va, donne-toi tout entier à Octavia.

Lampridio. — La chose est faite. Cet exercice m'a mer- veilleusement restauré; il m'a rempli de bonheur sans épuiser mes forces.

Tullia. — Maintenant, Rangoni, dépose ton précieux fardeau. Permettez qu'après tant de combats, les mem- bres fatigués de votre maîtresse, si jolie, prennent quel- que repos. Voyez : c'est à peine si elle peut se tenir sur ses pieds. Méchants que vous êtes, vous avez brisé les nerfs de cette délicate enfant.

Octavia. — Je t'en prie, Rangoni, jette-moi sur le matelas du lit; je ne pourrais y monter seule.

Tullia. — Tu ne gagneras rien du tout à simuler une si extrême lassitude. Il a été décidé que chacun de ces deux athlètes t'aimerait dix fois. Tu ne t'échapperas pas auparavant de leurs bras; on ne t'accordera que des sus- pensions d'armes.

Octavia. — Agissez plus humainement avec moi, mes héros. Si vous voulez aller jusqu'au bout de votre ga-


FAÇONS ET FIGURES 201

geure, j'en mourrai. Agissez plus humainement, mes Hercules.

Tullia. — Cette nuit, que tu le veuilles ou non, il en sera fait comme nous avons décidé.

Octavia. — Quelle horreur! Ce serait un prodige.

Tullia. — Jusqu'à ce moment, sept batailles ont été livrées; il t'en manque trois pour arriver à dix. Nous nous retirerons alors, toi et moi, dans la chambre voi- sine, où je prendrai à tâche de réparer tes forces. Cette trêve sera le prélude d'un nouveau combat.

Octavia. — Approche-moi ton oreille, Tullia.

Tullia. — Parle, parle, mais non à voix basse.

Octavia. — Je serais une effrontée si je le faisais. Approche l'oreille. Je suis en feu, je ne puis plus le sup- porter.

Tullia. — Votre vigueur brutale, Lampridio et Ran- goni, a blessé Octavia; elle se plaint.

Octavia. — Tais-toi, je vais te frapper du poing, tais- toi.

Rangoni. — Elle se plaint?... Je t'en prie, ma Tullia, de quoi se plaint-elle?

Tullia. — D'être en feu.

Octavia. — Que chuchotes-tu? Que chuchotes-tu?

Tullia. — Elle n'en peut plus.

Octavia. — Tu es la plus bavarde des bavardes. Peu s'en faudrait que je ne te détestasse.

Rangoni. — Te souviens-tu de Laura, Lampridio?

Lampridio. — Je m'en souviens et je me souviens aussi des services que tu m'as rendus, car c'est grâce à toi que mon taureau a labouré son champ.

Tullia. — C'est sans doute cette femme, Rangoni, dort tu as procuré la jouissance à Lampridio? Tu as joué un tour à l'ardente et crédule jeune fille. C'était un gage d'amitié d'un srenre nouveau.


202 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Octavia. — Si je l'ai causé quelque plaisir, Rangoni, si tu m'aimes, Lampridio, racontez-moi comment la chose s'est passée.

Rangoni. — C'est à Lampridio à parler, je n'ai en tout cela servi que de guide, je n'ai pas eu dans la pièce d'autre rôle.

Lampridio. — Je me trouvais à Rome, vers la fin de l'automne, chez Rang-oni. Laura me charma de ses yeux fripons, toute chaste et vierge qu'elle était. Je me dessé- chais d'amour ; elle, elle adorait Rangoni. Celui-ci s'aper- çut qu'elle l'aimait et que j'aimais Laura. Il persuada à la nourrice de la jeune fille de l'introduire, à l'entrée de la nuit, dans la chambre de Laura. La vieille femme n'ignorait pas les ardeurs de la jeune fille, et elle lui avait promis de lui faire goûter toutes les délices de l'amour, pourvu qu'elle lui obéit. Elle lui obéit ; mais Ran- goni me substitua à lui-même. A l'heure convenue, je me présente à la porte de la chambre et la vieille me conduit par la main près de la jeune enfant couchée au lit. Tout se trouvait plongé dans l'obscurité. Près de là, dans la chambre contiguë, couchait la mère de Rangoni ; Laura était la fille de sa sœur. La vieille nous avertit que ce n'était pas le lieu de nous abandonner à de longs discours, que tout au plus nous pourrions nous parler à voix basse, de peur d'éveiller les soupçons de sa méfiante maîtresse. Elle ajoute, en approchant sa bouche de mon oreille, qu'avec une vierge il ne faut pas en user brutale- ment, mais silencieusement, de peur que les craquements du lit fatigué ne réveillent la patronne endormie.

Tullia. — Quelle savante et judicieuse attaque dut recevoir Laura, cette nuit-là! Tu as sans doute remporté le prix sur Caton lorsqu'il faisait l'amour.

Lampridio. — Tu veux rire. Je trouve la jeune vierge dévêtue, et je m'approche d'elle. — « Tu te souviens, lui


FAÇONS ET FIGl'RES 203

dit la vieille, de ce que je t'ai recommandé. Tu vas goûter l'amour de ton cher Rangoni, mais ce ne sera pas sans quelque sensation douloureuse, car cet amour se mani- feste brutalement. Ne pousse pas un cri cependant, si tu ne veux que nous périssions tous. Laura, entoure Rangoni de tes bras. » Je monte à cheval, la vieille approche la catapulte, elle pénètre de trois épaisseurs de doigt dans la porte brisée.

Octavia. — Qu'advenait-il de Laura vis-à-vis de toi et vis-à-vis de toi-même ?

Lampridio. — Elle m'enchaîne de ses bras, me couvre de baisers et, devenue femme, laisse échapper de doux et tendres gémissements comme une tourterelle veuve. Nous apaisâmes bellement l'un et l'autre notre amoureuse fureur. Mais voici, tout à coup, que survient la mère de Rangoni.

Tullia. — J'ai peur, j'ai grand'peur pour vous. Les bruyants éclats de votre rage impuissante auront éveillé la mère de Rangoni.

Rangoni. — C'est cela même. Quel esprit ouvert à la malice !

Lampridio. — « Qu'est-ce donc, Laura, que ce bruit que j'entends? s'écrie la vénérable matrone. Es-tu seule? — Nous sommes seules, répondit la vieille. — Un fantôme m'est apparu en rêve, ajouta Laura, et j'ai failli tomber du lit en voulant, effrayée, prendre la fuite. — Si jeune, tu délires déjà? reprend Margarita (c'était le nom de la matrone), tranquillise-toi. Ces épouvantails de rêves sont des sottises. — Je me suis jetée à bas de mon lit, s'écrie la vieille, dès que j'ai entendu mon enfant se plaindre; » et, tout en parlant, elle courait de côté et d'autre, faisant beaucoup de bruit. Laura, tremblante, me pressait contre son sein, d'une timide étreinte. — « Je suis morte, disait- elle, cher cousin; et toi aussi tu es mort, c'est terrible,


204 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

mais je mourrai avec toi, ce n'est rien. » La mère de Raimoni sort, et la vieille enfin m'entraîne bon gré mal nrc hors de la chambre, les noces joyeusement ache- vées.

Rangoni. — Laura, comme toi, Octavia, possède un corps plein de suc, de jolis seins rondelets, mais ils ne sont pas, comme chez toi, aussi écartés l'un de l'autre. On dirait qu'ils s'adorent et qu'ils se touchent pour se baiser.

Tullia. — Ce rapprochement des seins est excellent pour faire arriver au comble de la volupté, mais il n'est point partie intégrante dans la beauté.

Octavia. — Pour faire arriver au comble de la volupté?

Tullia. — Oui, tu comprendras cela plus tard. Main- tenant, comprends ceci : il te manque encore trois assauts.

Rangoni. — Vois comme déjà Priape manifeste sa joie! Mais je veux aller au bonheur par une nouvelle route.

Tullia. — Par une nouvelle route? Non, j'en atteste mon amour, tu n'iras point par une route nouvelle.

Rangoni. — Ma langue a fourché : je voulais dire d'une autre manière.

Tullia. — Et laquelle? L'idée m'en vient à l'instant; on l'appelle le cheval d'Hector. Mais qu'est-ce que tu as à te pavaner, à étaler ainsi tes lascivetés?

Octavia. — Tu me la payeras, méchante, tu me la payeras. Que veux-tu que je fasse, Tullia?

Tullia. — Lève-toi et mets-toi à cheval sur Rangoni en lui tournant le dos. Tu t'es admirablement placée. Tout va bien. soupirs que voudrait pousser Vénus ! Quoi ! vous défaillez si tôt tous les deux? C'est aller trop vite, Octavia. Voici encore une torche d'amour qui brûle pour toi, Octavia, et il te faut l'éteindre si tu veux être enivrée de la douceur suprême.

Lampridio. — Où vas-tu te cacher, fugitive? Te joues-tu


FAÇONS ET FIGURES 20J

de moi? Ne veux-tu pas que j'achève ma randonnée? Mieux eût valu me le refuser tout à fait.

Octavia. — Je parle du fond du cœur : les forces me manquent. Je n'en puis plus.

Tullia. — Sornettes ! C'a été une escarmouche et non un combat. Tu semblais disposée à manier la massue d'Hercule, et en un rien de temps tu feins d'être accablée de fatigue ! Sornettes !

Octavia. — Toutes mes sensations sont engourdies et comme ensevelies en elles-mêmes. Suis-je vivante ? Prends garde, Lampridio, veux-tu te souiller en ayant commerce avec un cadavre ?

Lampridio. — Je vais te rappeler à la vie avec cette véritable verge de Mercure, ce spectre enflammé de Vénus, ce rameau d'or. Vois, tâte. Je te gratifierai de l'immortalité ; par cette apothéose digne de Vénus, je te transporterai au milieu des déesses.

Octavia. — Mais !... mais !... écoute, Lampridio. Quel- qu'un frappe violemment à la porte. Qu'est-ce que cela veut dire? Les dieux et les déesses qui favorisent les amours et qui y président anéantissent l'imposteur, quel qu'il soit, qui vient troubler un si remarquable tournoi !

Lampridio. — Le bruit redouble; je vais aller voir. On a ouvert les portes ; celui qui vient vers nous d'un pas rapide est déjà proche.

Tullia. — Retirez-vous, retirez-vous. Gagnez la cham- bre qui vous a été préparée, de peur de donner quelque prétexte aux soupçons.

Rangoni. — Et vous, fermez votre gynécée.

Octavia. — Adieu, mon Rangoni, adieu, Lampridio ; vous êtes l'un et l'autre la lumière de mes yeux. Gomme vous m'avez tuée amicalement ! Comme vous m'avez assassinée voluptueusement ! Il n'y a pas de vie douée de plus de vie que cette mort.


206 L'ŒUVRE Dr. NICOLAS CHORIER

Tullia. — Nous n'avons rien à craindre. Nos maris sont absents et j'ai pris soigneusement mes précautions pour que les valets, ces animaux pleins de méfiance, ne soupçonnent rien de nos plaisirs. Tout est sûr. Mais tu connais le caractère de notre préfet : c'est un homme affable, courtois, ami des voluptés jusqu'à se moquer du qu'en dira-t-on. Il a coutume de passer les nuits blanches dans les délices de la table ou les folies du jeu, au milieu de jeunes gens qu'il estime ou dont il veut se faire estimer. Il fait participer à ses conversations spirituelles, ses amusements, ses bouffonneries, ceux qu'il aime ou qu'il prise. C'est de la sorte, par celte douce facilité de mœurs, qu'il s'est concilié la faveur de toutes les classes de la société, sans se perdre de réputation, pourtant. Par Vénus ! l'homme n'est digne de vivre que s'il sait vivre. Se priver de Vénus, de Bacchus, des amusements, ce n'est pas vivre ; c'est même en être loin. Mais il faut savoir éviter l'humeur maligne de ces hommes qui croient être les seuls sages au monde, qui ne louent rien hormis eux-mêmes et leurs sottes et insipides mœurs : « Juges iniques envers les autres, intègres envers eux-mêmes. » Fuyons les regards de ces gens, Octavia ; fuyons les harpies, ces féroces, obscènes et rapaces oiseaux à face humaine. Sous le masque d'une gravité censoriale, ils salissent tout ce qu'il a de beau et poursuivent de leurs malédictions tout ce qu'il y a d'honnête. Cependant, il faut toujours avoir l'apparence de l'honnêteté.

Octavia. — Ou'appelles-tu tenir une conduite honnête? Les avis, là-dessus, ne s'accordent guère

Tullia. — Ce qui est honnête, c'est ce qui semble l'être. Les hommes ne recherchent rien au delà de ce qui tombe immédiatement sous les sens. Prends le masque de l'honnêteté; celui qui a soin de s'en couvrir est, pour le vulgaire, un honnête homme. Livre-toi aux plaisirs,


FAÇONS ET FIGURES 207

mais sous les dehors de la vertu, et tu n'en passeras pas moins pour une honnête femme. Si lu laisses écarter le rideau, ne serait-ce que la largeur d'un ongle, tu te verras tomber sous le coup des censures des sots, qui veulent qu'on les croie les seuls sages, et ils te déchire- ront de leurs médisances ; ils parleront de toi comme d'une femme perdue, et, par une perfide simulation, se mettront à déplorer ton sort, les malveillants impi- toyables qu'ils sont. Eux-mêmes ils se cachent, ils ne marchent que masqués, et c'est à se cacher qu'ils mettent leur plus grand soin. Cachons-nous donc, nous aussi. Le monde entier joue la comédie. Au spectacle, nous louons, nous condamnons, tant que se joue la pièce, ce que les acteurs font devant nous, ce qu'ils disent au jour de la rampe; mais de ce qui se fait ou de ce qui se dit derrière la scène, le rideau baissé, nous ne soufflons mot. Dans le commerce de la vie ordinaire, on expose de même à la critique ce qui se fait sous les yeux de tout le inonde, mais non ce qui se trame et se pratique sous le voile. Oh ! si nous voyions à l'œil nu, alors qu'ils sont livrés à eux-mêmes et aux passions dont les a doués la nature, ces grands de la terre et ces je ne sais quels orgueilleux qui simulent l'abattement et, par une feinte sévérité de mœurs, veulent se frayer le chemin du ciel ! Oh ! si nous les voyions ! Mais voici Lampridio.

Lampridio. — Le préfet a, parait-il, quelque commu- nication à nous faire : c'est ce que viennent de nous dire de jeunes garçons à longs cheveux qu'il nous envoie de l'école des pages. Il nous prie de nous rendre chez lui, si cela ne nous gène pas.

Rangoni. — Que faut-il faire, ma ïullia?Quel conseil, Octavia, nous donnes-tu?

Tullia. — Ce que l'honnêteté veut.

Rangoni. — Oui est-ce qui jugera honnête de se séparer


2<)8 [/(El VRE DE NICOLAS CHORIER

de ses amours, quand ils sont si gracieux, si charmants, si enjoués ?

Octavia. — J'en ai bien <le la peine.

Tullia. — Mais il faut obéir. Les hauts personnages, lorsqu'ils sont placés au faite des honneurs, n'ont qu'à souhaiter pour commander; leurs désirs sont désordres. Allez-vous-en ; donne un baiser, Lampridio.

Octavia. — Avec vous s'en vont toutes mes délices. Donne un baiser, Rangoni. moitié de mon âme!

Lampridio. — Ce doux baiser que j'emporte me tiendra lieu de ta présence. Mais donne-toi toute à moi, Octavia.

Octavia. — Non.

Rangoni. — A moi non plus ?

Tullia. — Ni à l'un ni à l'autre. Cédez à la nécessité et non pas à l'amour, habiles ouvriers en fait d'amusements et de libertinages.

Lampridio. — Que Junon, protectrice de l'hymen, me voie d'un mauvais œil si je n'aimerais mieux quitter la vie que m'arracher de vos bras !

Rangoni. — J'aimerais mieux passer la nuit avec vous, mes Vénus, que tous les jours de ma vie avec Jupiter, défenseur des princes.

Tullia. — Les voilà partis. La malheureuse Octavia attendait vingt preuves d'amour, à peine en a-t-elle reçu huit. Allez, maintenant, et fiez-vous aux choses hu- maines !

Octavia. — Mes reins auraient été au-dessous d'un tel travail ; toi, tu en as d'infatigables. Peut-être aurais-je pu aller, saine et sauve, jusqu'à dix; mais au delà, non. Ce qui fatigue la volupté n'est plus volupté.

Tullia. — En attendant, tu as brisé les efforts de Lam- pridio et de Rangoni montant à l'assaut de ta vigueur; tu as épuisé leurs forces, toi qui es si tendre, dont les reins sont si faibles, si délicats !


FAÇONS ET FIGURES 20<)

Octavia. — Ces agitations ont complètement éloigné de moi le sommeil; quand même je le voudrais absolu- ment, il me serait impossible de dormir. Causons.

Tullia. — Tu veux que Vénus continue à te sourire jusqu'au jour, sous la forme d'un entretien libre et libi- dineux. Mais j'aperçois un billet par terre; il est tombé de la poche de Lampridio ou de Rangoni. Voyons ce qu'il y a d'écrit dedans.

Octavia. — Voyons; donne-le-moi à lire.

Tullia. — Prends, lis.

Octavia. — C'est une lettre écrite sans art, sans ordre; elle décèle, à première vue, la main d'une jeune fille.

LAURA A RANGONI, SON AMOUR

« Je n'ose le dire : Salut, puisque je n'attends de toi aucun salut et que tu ne désires aucunement me sauver. Qu'est-il donc arrivé, par l'acharnement d'un destin con- traire, pour que tu ne sois pas venu me voir à l'heure où tu l'avais promis à ma passion insensée? En attendant, je ne vis plus et je ne puis pas mourir. Je vis pour toi, mon soleil, et je mourrai pour toi, car je t'appartiens. L'une de ces alternatives sourit agréablement à mon àme malade; la pensée de l'autre me détourne de me pendre, moi qui te désire tant. Entre la vie et le trépas, je me tiens sur les frontières de l'un et de l'autre. Si tu viens, je retourne à la vie; si tu refuses, je cours à la mort : le chemin ne sera pas long - . Toute gaîté est absente de moi et moi aussi je m'absente de moi- même quand tu es loin de moi. Des ardeurs sans trêve, de cuisantes inquiétudes, de violents soucis m'en- tourent, malheureuse ! comme d'une ligne de circon- vallation et, me donnant l'assaut, font irruption chez moi. De quel côté que je me tourne, devant moi ne se dressent que des tourments, si tu ne viens à mon secours

u


210 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

et ne m'arraches à tant de calamités, à mes propres fureurs. Si je me vois méprisée de toi, je me traiterai en condamnée à mort et je me tuerai, moi qui, du jour que je me suis mise à brûler d'amour pour toi, ai commencé', folle que j'étais, à mourir de fièvre. Accours, si tu veux que je recouvre ma raison. Adieu. »

Tullia. — Vraiment, cette Laura, qui écrit si bien, ne manque ni de finesse, ni de vigueur d'esprit. Dans son commerce amoureux, je crois qu'on pourrait rencontrer tous les bonheurs, tant elle est spirituelle.

Octavia. — A-t-elle donc aussi reçu Rangoni dans ses bras ? Je croyais qu'elle n'avait connu que Lampridio.

Tullia. — L'incendie s'était glissé dans les moelles de la tendre jeune fille; déjà elle sentait quelque flamme en cet endroit que Vénus, ignorée d'elle jusqu'alors, avait voué à ses feux. Toute la nuit, de-ci de-là, dans la rage impuissante de l'amour, elle roulait sur son lit ses membres délicats; elle prétendait brûler. Sa nourrice la croyait dans le délire. « J'apporterai remède à ta maladie, ma fille, lui dit-elle; mais cesse de t'agiter si follement. Aie bon espoir; celui qui t'a mise dans une telle rage t'en guérira. Ne désespère de rien, je t'en prie. Fais trêve à ces emportements, qui te sont funestes et qui me tuent. » Le matin venu, la vieille va tout droit trouver Rangoni, lui conte ce qui se passe, le supplie de consoler son amante, de sauver sa beauté, digne des baisers de Jupiter. La mère de Rangoni venait, dès le point du jour, de partir pour la villa, distante de deux milles de la ville. Que pouvait faire le jeune homme? 11 se laisse loucher; il suit la vieille où elle veut le conduire. Il trouva la jeune enfant assise sur son lit, les cheveux en désordre comme une Ménade, brisant de sanglots sa poi- trine délicate, obscurcissant d'une grosse pluie de larmes les rayons de ses yeux, qui auraient obscurci le soleil.


FAÇONS ET FIGURES 211

Dès qu'elle le voit entrer, elle se jette à bas du lit, demi- nue, comme elle était : — Tu es venu vers moi ! s'écrie- t-elle en se suspendant à son cou; tu es venu vers moi, enchanteur, pour m'ôter la raison, à moi qui jusqu'alors n'avais contracté aucune souillure ! Rends-moi ma pureté. Tu ne le peux pas? Donne-toi donc entièrement et cons- tamment à moi ; cela tu le peux. » En proférant ces pa- roles, des torrents de larmes tombent de ses yeux. « Je ne le cédais, ajoute-t-elle, à aucune des jeunes filles nobles qui jouissent d'une bonne renommée. Je resplen- dissais des louanges de la vertu; rien que pour te com- plaire, j'ai cessé de les mériter. Je suis tombée du haut de toute ma gloire au moment même que, folle, je m'en- flammai d'amour pour toi. Aie pitié de moi. Fais, si tu le peux, que je redevienne moi-même; mais telle que je me connais, tu ne le pourrais pas; fais donc alors en sorte d'être à moi, du fond du cœur : cela tu le pourras. Mais tel que je te connais, tu ne le voudras pas : tu réserves pour une Vénus tes embrassements dignes de Vénus. » Que te dirai- je de plus? Rangoni ne souffrit pas plus long-temps d'être accablé de reproches ; la paix se conclut entre eux. Sous les auspices de la déesse des amours, à leur grande et réciproque volupté, ils accomplirent les rites chers à Vénus.

Octavia. — Et les fureurs lascives de la libertine Laura furent apaisées comme les tiennes propres à la villa Orsinia, dans l'honnête lupanar?

Tullia. — Tu détournes malignement la signification d'un vocable déshonnête. C'est parler en folle. Écoute bien. On donne le nom de louves et de courtisanes à ces femmes qui, sans goûter aucun plaisir, se livrent pour de l'argent ou passent dans le public pour le faire: ce sont des puantes, sorties de la populace misérable et affamée. N'importe où elles aillent, les infâmes, elles


212 L ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

traînent avec elles l'ordure du lupanar; elles sont à elles-mêmes leurs ignominieux opprobre. Mais à celles qui, comme nous, sont de condition relevée, cette hon- teuse appellation ne convient nullement; chacune de nous doit être estimée d'après son rang 1 , sa dignité dans le monde, si tu veux porter un jugement équitable. Les mots de louve et de lupanar s'appliquent à l'intimité des conditions, non à l'action elle-même.

Octavia. — Le beau raisonnement ! Mais si je ne me trompe, tu avais déjà reçu une douzaine de javelots dans ton bouclier lorsque Rangoni est venu troubler tes folies pour favoriser les miennes. Il a coupé le fil de ta narration ; j'entends que tu me l'achèves.

Tullia. — Je l'entends bien, moi aussi.

Octavia. — Que Vénus en veuille à mort à cet Aloisio et à ce Fabrizio, ces affreux vauriens, en rébellion contre les voluptés honnêtes et naturelles !

Tullia. — Pourtant des gens d'esprit assurent qu'il n'y a rien du tout de blâmable en cela; que l'entrée de derrière, chez une femme, est une partie de son corps fout comme sont les mains, et qu'il n'y pas plus de crime à s'en servir que, pour un mari, à se faire caresser par sa femme. Quoi qu'il en soit, mon Octavia, la chose de toute façon me semble ridicule, sinon infâme.

Octavia. — Pour moi, elle est tout à la fois ridicule et dégoûtante. Quel plaisir peut-on avoir à se tromper volontairement de sexe, dans d'obscènes fureurs? Qui n'aurait en abomination cette infamie, pour peu que l'on rende à toute créature humaine le respect qui lui est dû? L'homme qui abuse si affreusement d'une jeune fille profane véritablement la noblesse d'un beau corps. Je ne sais comment une pareille fureur a pu s'emparer de nos compatriotes.


FAÇONS ET FIGURKS 21 3

Tullia. — Les astrologues, interprètes du Ciel, disent que cela provient de la maligne influence d'une constel- lation, laquelle ne souffle pas cette peste aussi violem- ment chez ceux qui naissent de l'autre côté des Alpes. Les Italiens et les Espagnols sont les peuples qui se délectent le plus de ce plaisir, tant avec les jeunes garçons qu'avec les jeunes fdles. Lorsqu'ils nous le demandent à nous, ils appellent cela le corollaire; lorsque c'est à de jeunes garçons, cela prend le nom de complaisance. Chez les Osques, c'était un amusement qui n'avait rien de déshonnête. Tu sais combien les Grecs furent gens éminemment intelligents? Eh bien, ils adoraient la Vénus Callipyge, c'est-à-dire aux belles fesses, et ils décernèrent le prix de la grâce aux deux sœurs Callipyges; ce qu'ils honorèrent en elles, ce ne fut ni l'éclat de leurs yeux, ni le charme de leurs visages, mais leurs belles fesses. Certes qui ne hait pas les cuisses doit nécessairement ne pas haïr les fesses. Nieras-tu qu'elles soient la racine et, par droit origi- naire, la meilleure partie des cuisses?

Octavia. — Oui, gracieuses à voir, admirables à palper, elles sont les délices des yeux et des mains; mais qui- conque y cherche une jouissance au delà de celle-ci, je le considère comme un horrible scélérat, qui empoisonne l'air et l'espace.

Tullia. — Bon ! bon ! bon ! Je ne vois pas ce que l'on peut reprocher d'ignominieux à celui qui expérimente, sur le simulacre d'un ennemi, ce qu'il peut faire en lan- çant le javelot que bientôt il tournera contre l'ennemi véritable.

Octavia. — Tu appelles un amusement l'outrage que tu as été forcée de subir?

Tullia. — Nieras-tu que Caviceo t'en ai fait autant? La rondeur dont tu es toute couverte t'accuse. Tu n'es-


yi4 L'ŒUVRE DR NICOLAS CHORIER

pas médiocrement impudente ! Qa'as-lu à me reprocher, petite farceuse?

Octavia. — Une fois ou deux, je l'avoue, Caviceo essaya s'il pourrait, mais il ne put pas; depuis, il s'en est constamment abstenu.

Tullia. — C'est exactement ce qui m'est arrivé à propos de cela avec Gallias, si ce n'est que pour lui faire paraître le chemin encore plus difficile, j'en accrus la difficulté par mes paroles. « C'est comme femme que tu m'as épou- sée, lui dis-je; c'est d'une femme que tu désirais les embrassements. Tu espérais avoir de moi des enfants et du plaisir; mais par où je suis femme je te donnerai à la fois et du plaisir et des enfants, sans que tu blesses mon honnêteté, que tu tourmentes ma pudeur. Si tu veux des enfants, procrée-les, adroit ouvrier, dans cette officine du genre humain; si tu veux de la jouissance, là jaillit la source de toutes les jouissances que la sémil- lante Vénus assaisonne de ses lascivetés et de ses lubri- cités. Approche de cette source. La route n'est ni trop en pente ni rocailleuse; elle n'est pas plus large qu'il ne faut pour celui qui va au bonheur. Tu la prendras plutôt pour un sentier que pour une route. Pousses-y ton che- val; il y marchera, par Vénus ! d'une allure agréable et ne se fatiguera pas, comme il le fait maintenant à un travail inutile. 11 cherche à décharger quelque part son fardeau; il trouverait bien mieux son chemin tout seul, s'il était seul à chercher, si tu lui lâchais la bride. » Cal- lias se mit à rire. — « Eh bien! dit-il, je la lui lâche; qu'il aille à sa volonté, car la mentule est entre tous un animal volontaire. » A l'instant, celle-ci entra dans l'écu- rie qu'elle vit ouverte devant elle et peu après, au grand plaisir de l'un et de l'autre, déchargea son fardeau. Depuis, celte impétuosité d'une furieuse et aveugle pas- sion une fois calmée, jamais Callias ne tenta quoi que ce


FAÇONS ET FIGURES 2l5

fût qui pût m'être désagréable ou nous sembler honteux à l'un comme à l'autre.

Octavia. — Puisque nous en sommes sur le chapitre de ces vilenies, je t'en conjure, ma Tullia, dis-moi ce que tu en penses au fond du cœur; conte-moi toute l'histoire de cette fantaisie, comment elle est née, comment elle a été accueillie par des libertins, comment elle devint à la mode; par quelle raison il se fait qu'elle ait envahi cer- tains peuples et qu'au contraire elle n'ait pas pénétré chez beaucoup d'autres. Je pense qu'il a été vomi par les cavernes du Styx, ce feu de soufre, qui n'est bon qu'à souiller, par son contact pestilentiel, les étincelles de l'amour chaste.

Tullia. — Tu juges sainement. Voici comment la chose est arrivée. Il n'y a pas de doute à cela, les hommes, « n'importe où cheminent la Lune et le Soleil », sont tous agités des mêmes passions, formés de la même matière, construits de la même façon ; ils sont tous égale- ment portés au plaisir, et ce qu'ils appellent le plaisir par excellence, c'est cette acre et violente envie qu'ils ont, non tant de procurer la suprême jouissance au corps et aux sens d'un autre, que de tirer du corps d'un autre leur propre jouissance. Ils aiment jusqu'à la fureur effré- née ces parties du corps d'un autre au moyen desquelles ils s'ouvrent chez eux-mêmes des torrents de délices qui font jaillir de leurs moelles cette humeur lubrique qu'ils nomment semence, laquelle, si elle coule dans notre champ, engendre un homme. Dans cette émission, tu le sais bien, Octavia, ils trouvent tout le bonheur qu'ils cherchent chez nous. La veine de Vénus une fois tarie, tu sais comme ils sont dégoûtés de nos charmes, comme ils prisent peu les baisers, les embrassements et tous les autres dons de Vénus : ou bien ils se retirent, mis en fuite, ou bien ils se taisent comme hébétés ou changés en


2lO L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

pierre. Ainsi, ceux qui se sont indigérés de vin et de nourriture ne font plus aucun cas de la nourriture ni du vin. A la vérité, les hommes naissent avec une pro- pension marquée pour l'amour de notre sexe; ils sont portés davantage à user de ces parties de notre corps par où nous sommes femmes, sans doute sous l'impulsion de la Nature, mère de toutes choses. (Test, en effet, ainsi qu'elle promet aux êtres l'immortalité, par l'union des sexes entre eux. Mais toute cette quantité de semence qui s'élabore dans les reins des hommes et des femmes n'est pas nécessairement réservée à la génération ; tel est du moins, dit-on, l'avis des sa^es. La Nature a voulu que l'on fit de cette semence absolument le même cas que de celle des plantes et des arbres. Or, par exemple, pour ce qui est du blé, une partie sert d'aliment aux animaux et est consommée par eux; une partie est réservée pour les semailles. Lorsqu'on eut abandonné l'usage du gland, Cérès apprit aux mortels l'art de faire du pain avec le blé, et ce nom fut donné au pain parce qu'on tra- çait dessus la figure de Pan. Cette portion est la part du ventre et de la gourmandise : qui prétendra pourtant que la Nature s'en offense? Des autres graines des plantes, que nul besoin, nulle sensualité ne pousse l'homme à recueillir, la Nature en fait tomber une certaine quantité par terre et il en naît de nouvelles plantes ; elle laisse le reste périr bien tranquillement. Il en est de même, sou- tiennent Socrateet Platon, de la semence apte à la repro- duction de l'homme, et il serait stupide de croire que, dans l'intention de la Nature, la totalité doive en être employée à la procréation humaine. Nos corps, Octavia, possèdent un conduit par lequel nous pouvons lâcher de la semence hors de notre vulve, lorsque nous sommes enceintes : ce conduit n'existerait pas si, d'après le vœu de la souveraine Nature, la totalité de la semence devait


FAÇONS ET FIGURES 217

être utilisée. De leur côté, les hommes peuvent en lâcher quand il leur plaît et comme il leur plaît : ils n'auraient, sans aucun doute, la faculté d'émettre de la semence que dans cette partie de notre corps qui sert à la génération, si cette substance était uniquement destinée à procréer l'homme. Enfin, lorsque nos matrices, remplies d'une semence féconde, se gonflent; que la grossesse est arrivée au sixième, au huitième, au neuvième mois; bien mieux, lorsque l'heure de l'accouchement nous talonne, languis- santes, nos maris ne laissent pas d'avoir encore affaire à nous, et certainement ils eu ont bien le droit. Il est donc faux que la semence doive être uniquement employée à la procréation, qu'elle n'ait pas d'autre usage. Car, à ce moment dont je parle, reste-t-il quelque espoir de procu- rer à la femme une nouvelle grossesse? Ce serait de l'impudence de le soutenir. Les conséquences qu'il faut tirer de tout ceci, tu les aperçois, Octavia?

Octavia. — Parfaitement.

Tullia. — C'est pour cette raison que les médecins, par l'emploi des pessaires, comme ils disent, provoquent à la volupté les jeunes fdles d'un tempérament froid; ils forcent à sortir de cavités profondes les flots trop pares- seux de la semence qui y croupit, ce qui est cause d'un grand nombre d'infirmités pour les femmes non mariées. Personne pourtant ne condamne la médecine, ne taxe le secours qu'elle apporte de criminelle complaisance. Nous voyons de la même façon des agonisants renaître à la gaîté, des mourants être rappelés à la vie.

Octavia. — ■ On s'y est pris de la sorte pour rendre la santé à Livia, ta cousine, si pâle sept mois avant son mariage, le teint comme chargé de suie, blême, vivant simulacre de la mort.

Tullia. — C'est pour de telles raisons, qui brillent par une apparence, quoique fausse, de vérité, que ce qui


-;il8 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

n'était d'abord que le fait de l'in tempérance chez certains ■délicats devint en quelques pays le lot de tous. Ils prirent des femmes, mais ne cultivèrent leur champ qu'en vue d'avoir des enfants et aucunement par amour. Dès qu'elles étaient enceintes, ils les traitaient comme des réprouvées, s'abstenaient de tout commerce avec elles, les reléguaient dans les endroits les plus reculés de la maison et ne les jugeaient plus dignes ni de leurs baisers, ni de leurs embrassements. Être mère, c'était, pour ces malheureuses, un motif d'injure et •de réprobation. Chez les rois d'Asie, notre sexe était presque un objet de dégoût. Bag~oas fit les délices de Darius : il incendia même Alexander. Les peuples se modèlent sur l'exemple des princes qui les gou- vernent. L'infamie dont nous parlons s'était emparée de tous, dans tous les g-enres d'état et de condi- tions. Tous brûlaient de la même fureur, la plèbe, les grands, les rois. Cette dépravation causa la mort de Philippe, roi de Macédoine; il mourut de la main de Pausanias, qu'il avait violenté. Cette passion soumit au roi Nicodème Jules-César, femme de tous les hommes comme il était l'homme de toutes les femmes. Auguste n'évita pas ce déshonneur; Tibère et Néron s'en faisaient gloire; Néron épousa Tigellin, Sporus épousa Néron. Trajan, le meilleur des Princes, se faisait accompagner d'un paedagogium, alors qu'il parcourait l'Orient de vic- toire en victoire : ce qu'il appelait son paedagogium, c'était une troupe de jolis g"areons bien découplés, que jour et nuit il appelait à venir entre ses bras. Antinous servait de maîtresse à Adrien; rival de Plotine, il fut plus heureux qu'elle. L'empereur le pleura mort, et celui qui avait cessé d'être au nombre des vivants, il le plaea parmi les dieux, lui consacra des autels et des temples. Antonin Ilélio^abale, neveu de Sévère, avait coutume,


FAÇONS ET FIGURES 2I<)

ainsi que parle un vieil auteur, de se faire administrer du plaisir « par tous les creux du corps; » ses contempo- rains le regardèrent comme un monstre. Devant cette Vénus dansa la gravité de l'austère philosophie, mêlée au chœur des p'édérastes. Alcibiade et Phédon dormaient avec Socrate lorsqu'ils voulaient rendre leur précepteur de bonne humeur. C'est du genre d'amours de cet homme sacré que tire son origine la locution usitée en matière erotique : aimer d'un amour socratique. Toutes les actions, toutes les paroles de Socrate furent considérées comme sacrées par toutes les sectes de philosophes; on lui bâtit un temple, on lui érigea un autel ; ses actions eurent force de loi ; ses paroles l'autorité d'un oracle, Les philosophes ne s'écartèrent pas de l'exemple de leur héros (car Socrate fut mis au rang des héros; et de celle nouvelle divinité nationale. Lycurgue, législateur des Laconiens quelques siècles avant Socrate, refusait la qualité de bon et utile citoyen à qui n'avait pas un ami pour lui servir de concubine. Il voulait que les vierges s'exerçassent nues sur le théâtre, pour que l'aspect de leurs charmes, vus en toute liberté, émoussât chez les hommes cette vivacité sensuelle qui, la nature aidant, les attire vers nous, et qu'ils gardassent toutes leurs ardeurs pour leurs amis et compagnons; en effet, ce que l'on voit tous les jours frappe moins. Que te dirai-je des poètes ? Anacréon brûlait pour Bathylle; presque toutes les plai- santeries de Plaute portent sur ce sujet. Elles sont de ce genre : « Je ferai comme les garçons; je me courberai, la tète sur un panier », ou bien : « Le poignard du soldat allait-il bien à ton fourreau ? » Ce maître suprême en l'art poétique, Virgilius Maro, qui dut le surnom de Par- thenius (la Vierge) à son ingénuité, à sa pudeur innée, Maro chérissait certain Alexandre, dont Pollion lui avait fait présent, et il l'a chanté sous le nom d'Alexis. Ovide


2>o LŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

fut atteint de la même maladie; pourtant, il préféra les jeunes fdles aux garçons, paire que dans ces amusements il voulait une volupté réciproque et non une jouissance égoïste. Il aimait, disait-il, le plaisir « qui de part et d'autre éjacule », et c'est pourquoi il était moins touché de l'amour des garçons. Les jeunes fdles et les femmes se voyant négligées, les unes par ceux qu'elles aimaient, les autres par ceux qui les avaient admises comme épouses à leurs foyers, si elles ne servaient que comme femmes, en arrivèrent à se prêter au rôle de garçons. La dépravation fut portée à ce point que l'on extorqua des nouvelles épousées cette complaisance, comme aupara- vant des femmes mariées; de la sorte, le mari allait par le garçon à la jeune fille, et les deux sexes se trouvaient réunis en un seul et même corps. Dans les poésies badines des anciens, Priape menace tout voleur de légumes qui s'approchera de son épieu de le forcer à lui accorder « ce que la première nuit on accorde à l'ar- dent époux alors que, sotte, il craint qu'il ne la blesse autre part ». Usant du droit d'imaginer, commun aux peintres et aux poètes. Valerius Martial feint d'entendre sa femme murmurer qu'elle aussi elle a des fesses, pour le détourner de l'amour insensé des garçons. « Junon, lui dit-elle, par ce côté aussi plaît à Jupiter. » Le poète ne se laisse point convaincre; il lui répond qu'autre est le rôle du garçon, autre celui de la femme, et qu'elle ait à se contenter du sien. Sous l'écriteau et sous la lampe, dans les lupanars se tenaient assis des garçons et des filles, ceux-là ornés sous la stola d'ajustements féminins, celles-ci habillées en hommes sous la tunique, et la chevelure arrangée à la mode des garçons. Sous l'appa- rence d'un sexe on trouvait l'autre. « Toute chair avait corrompu sa voie. » Considère combien fut fréquent cet usage des garçons et des filles de mentir à leur sexe !


FAÇONS ET FIGURES 221

Ganymède et Junon présentent à tour de rôle l'un et l'autre leurs fesses à Jupiter, se prévalant l'un et l'autre des attraits qu'ils ont dans le trésor de leur derrière. Nulle crainte pour les imposteurs qui commentent ces infamies ou qui en font des contes d'être accusés de vio- ler la religion; nulle crainte d'être accusés d'impiété pour ceux qui croient à ces fables, par sottise ou par libertinage. Jusqu'où ne peuvent aller les misérables humains dans la voie où des dieux les précèdent, Jupiter faisant ses délices de Ganymède, Apollon d'Hyacinthe, Hercule d'Hylas : « Oui n'a pas son Hylas ?... » puisque Jupiter est le dieu de la majesté, Apollon celui des sciences, Hercule celui du courage ? L'Asie fut le premier foyer de cette peste, l'Afrique n'en resta pas indemne, et, par contagion, le fléau se répandit bientôt en Grèce et dans les contrées de l'Europe qui lui sont limitrophes. En Thrace, Orphée fut l'importateur et le souteneur de ce malpropre plaisir; les Siconiennes, se voyant mépri- sées « durant les fêtes des dieux et les orgies du nocturne Bacchus, dispersèrent par les vastes champs les membres du jeune homme mis en pièces ». On dit que dans ces temps anciens les Celtes tournaient en dérision ceux d'entre eux qui se préservaient soigneusement de cette maladie : ils ne pouvaient prétendre ni aux emplois ni aux honneurs. Ceux qui conservaient la pureté de leurs mœurs étaient tenus à l'écart comme impurs. Dans la démence publique de toute une ville, il n'est pas bon d'être seul sage et, par la raison que cela n'est pas bon, cela non plus n'est pas convenable (r).


(i) Après avoir constaté que les Grecs et les Romains furent d'en- ragés pédérastes, F.-K. Forberg cite en entier le développement de Chorier, avouant qu'il ne saurait mieux ni plus élégamment dire. Il s'est borné à ajouter quelques notes à titre d'éclaircissements. Il ren-


222 LŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

Octavia. — De tous les hommes les plus éloquents, qui te surpasserait par l'éloquence ? Comme tu exposes avec ingénuité, avec ingéniosité tout ce que tu dis !

Tullia. — Sous le nom de Celtes, on comprenait non seulement les peuples qui habitaient la Gaule au delà des Alpes, mais toutes les nations de l'Occident, au nombre desquelles sont les Italiens et les Espagnols. Maintenant, entre tous les hommes, les Français font profession de détester les plaisirs contre nature ; ceux qui en sont souillés, ils les purifient dans les flammes vengeresses, ne pensant pas que le tranchant du fer soit suffisant pour venger la chasteté outragée. Les Italiens et les Espagnols s'en étonnent ; il est inutile de parler des peuples qui sont courbés sous le joug de Mahomet. Chez eux, les Français et tous les peuples du Nord pas- sent pour avoir les sens obtus, impropres aux plaisirs ; ils disent qu'ils n'ont pas, comme eux, le sentiment de la véritable volupté. Mais, en somme, c'est nous autres, femmes, qui aiguisons de la sorte les caprices des


voie d'ailleurs aux sources, c'est-à-dire aux historiens Justin, Tacite, Suétone, Athénée, Spartianus, Lampridius, Corn. Népos, Elien, Valère Maxime, Saint Jérôme, aux poètes Horace, Martial, Juvénal, Plaute, Ovide, Catulle. Pour les déhauches des empereurs romains, il renvoie le lecteur au fameux ouvrage de d'Hancarville, Monu- ments de la vie privée des douce Césars (à Caprée, chez Sabellus, 1780), dont les planches gravées sont le plus curieux et le plus élégant commentaire des tableaux des historiens et des poètes anciens. Enfin Forberg reproche à Chorier d'avoir oublié, sur sa liste des pédérastes, Horace qui écrit, Epode xi :

« Maintenant je suis épris de Lyciscus, dont ne pourraient me détacher ni les avis sincères, ni les dédains sévères de mes amis. », et encore Satires, I, 11, 11 6-1 19 :

« Lorsque l'engin vous brûle, si vous avez à votre portée une servante, ou quelque jeune esclave, prêt à supporter à l'instant votre choc, préférez-vous que l'érection vous crève î Moi non. »

(Yoiv Forberg, De Jujuris Ve/ieris, eh. 11.)


FAÇONS ET FIGURES 223-

hommes, qui les forçons à chercher ailleurs une jouis- sance qu'à peine ils peuvent trouver chez nous pleine et entière.

Octavia. — Je ne comprends pas.

Tullia. — Tu vas comprendre tout comme moi. Chez nous autres, Italiennes et Espagnoles, le guichet de Vénus, qui osera le nier ? est bien plus large que chez les autres femmes. Avec nous, à moins d'être fourni et outillé outre mesure, l'homme, au lieu de faire l'amour, croi- rait plutôt s'exercer au javelot sous de vastes portiques. La conque, lorsqu'elle admet trop facilement le visiteur, diminue beaucoup son plaisir; la mentule aime à être comprimée, sucée ; si elle se promène trop à l'aise, elle est mécontente. Or, en usant de la Vénus postérieure, la chose se pratique mieux. L'entrée est difficile pour la mentule qui y cherche son chemin ; lorsqu'elle y pé- nètre, non seulement elle remplit tout le logement, mais elle le fait craquer. Le stade ne se trouve donc pas avoir plus d'ampleur que le coureur n'en désire; l'auberge s'accommode à l'hôte qu'elle reçoit, les muscles pouvant se resserrer ou se relâcher à volonté. Au contraire, la vulve, dès qu'une fois elle a été ouverte et changée en un horrible gouffre, nulle industrie, nulle posture de la femme, nul mouvement ne fera jamais qu'elle ne soit large, qu'elle ne s'ouvre comme un horrible gouffre pour la misérable mentule, à la honte de l'union des sexes. C'est pour cela que les amateurs du plaisir dé- pravé sont si nombreux chez nous et qu'ils sont, au contraire, en petit nombre parmi les Français et les Allemands. Au Nord, les femmes ne sont pas aussi larges; tous les membres sont comme rétrécis et resser- rés par le froid. Les hommes, trouvant avec leurs femmes, dans le légitime commerce, tout le plaisir désirable r que pourraient-ils demander de plus que ce qu'ils ont


224 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

sous la main, dans le garde-manger? De même, chez nous, ceux qui sont avantageusement fournis, ample- ment outillés, ne recherchent, ni comme agents ni comme patients, le plaisir contre nature. Voilà, mon Octavia, ce que tu désirais savoir.

Octavia. — Tu as oublié de me dire si tu approuves ou si tu détestes ce plaisir autant que je l'abomine moi- même, certes !

Tullia. — Si je l'approuvais, je serais folle. La voix tonnante du ciel, si la terre faisait silence, condamne cette infamie. Lucien a disputé subtilement de l'une et l'autre Vénus ; il n'en condamne aucune ; tu ne pourrais savoir celle qu'il juge préférable à l'autre. Achille Tatius, dans Clitoplion, a de la même façon caché son sentiment sous un langage ambigu (i). Tous les deux étaient Grecs. Parmi les auteurs latins, pas un n'en pro- nonce soit la condamnation, soit l'apologie. Ce qui a lieu de surprendre, aucun législateur n'a défendu le plaisir contre nature (2); sans doute ne faisaient-ils pas un crime des voluptés qui n'entraînent pas la mort. Mais je le répondrai avec une entière bonne foi, sans dissimu- lation socratique. La Vénus postérieure est digne de tous les supplices, de toutes les réprobations. Les désirs d'un sexe sont naturellement portés vers l'autre sexe; l'homme qui cherche son plaisir avec uu garçon fait violence à la


(1) Voir Dissertations amoureuses de Lucien (Bibliothèque des Curieux, 1909) : Les deux amours, pp. 53 et suiv. — Voir le plai- doyer du philopède Ménélas 3 extrait de Leucippe cl Clitoplion, d'Achille Tatius, dans le même ouvrage, p. i56.

(2) Cependant la loi Scantinia, qui datait, croit-on, de l'an 52G de Rome, prononçait de sévères peines pécuniaires contre les pédé- rastes et leurs complices; mais c'est en vain, dit Suétone, que Donatien tenta d'appliquer celle loi : la passion pédérastique était invétérée.


FAÇONS ET FIGURES 22, r J

propension naturelle. Cupidon inspire l'amour ; qui jamais a voulu abuser de Cupidon? Il ne voudrait ni le mettre ni se le laisser mettre. Dès que l'ardeur amou- reuse commence à bouillonner dans les veines, les ado- lescents pressentent aussitôt, tout irréfléchis qu'ils sont, que dans les embrassements d'une femme ils trouvent le remède prêt à calmer cette tempête de feu. Une jeune fille enflamme ce garçon, au sortir de la puberté; un garçon enflamme cette jeune fille; ils sont en proie à de mutuels désirs : c'est le cours ordinaire de l'amour. Les flèches qu'il décoche dans un jeune cœur, l'amour les trempe dans la partie adverse. Pour qu'il les tourne d'un autre côté, il faut de la réflexion et un long usage de la vie. Ce n'est pas la nature, c'est la corruption des mœurs qui souffle ces fureurs aux âmes corrompues. Si le mauvais côté était destiné à l'usage qu'on en fait, il serait transformé pour cela; le nerf lascif pourrait y péné- trer sans grand effort, sans aucun danger pour ceux qui pratiqueraient la chose. Des filles peuvent être dépuce- lées avant leur puberté, avant d'être aptes à recevoir l'homme, et sans doute les premiers assauts leur causent une vive douleur; mais en quelques heures cette douleur s'évanouit et bientôt elle est suivie d'une volupté suprême. Les choses se passeront bien plus incommodé- ment si la jeune fille ou le jeune garçon subit une violence contre nature. D'abord d'intolérables souf- frances sont infligées au patient; puis, la plupart du temps, s'il est défoncé par un trop gros épieu, de cet excès naissent d'affreuses infirmités que tout l'art d'Escu- lape est impuissant à guérir. Les attaches des muscles étant rompues, il arrive que les excréments s'échappent sans qu'on puisse les retenir. Quoi de plus dégoûtant"? J'ai connu de nobles dames ainsi affligées de si cruelles maladies, par l'éruption et la pullulation d'ulcères, qu'à

15


226 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

grand'peine, au bout de deux ou trois ans, ont-elles recouvré la santé. Moi-même, je ne suis pas sortie saine et sauve des embrassements maudits d'Aloisio et de Fabrizio. D'abord, lorsqu'ils m'enfoncèrent leurs dards, j'endurai un atroce supplice; bientôt, l'apparence d'un léger chatouillement me consola, toute blessée que j'étais, de ma souffrance. Mais lorsque je fus de retour à la maison, une douleur ardente me saisit de nouveau à l'endroit qu'ils avaient déchiré; je me sentais brûlée d'une démangeaison qui m'embrasait et, malgré les bons soins de Donna Orsini, ce feu sacré eut grand'peine à s'éteindre. J'étais destinée à mourir misérablement si mes blessures eussent été négligées. Pour toi, Octavia, dans les premiers jours de la puberté, tendre et délicate comme tu l'es, tu n'aurais pas pu être de cette façon sitôt livrée aux plaisirs. Parvenue à l'époque de la pleine puberté, tu as brisé les efforts des lances les plus dures et les plus grosses, presque sans dégâts. Mais qu'en eût-il été de toi, je frémis de le dire, si une aussi énorme catapulte avait déchargé ses fureurs dans une autre partie de ton corps ? Je ne suis nullement touchée des arguments que, pour plaider leur cause, ces ennemis du genre humain, les pédérastes, les vieux débauchés, tirent de la nature des choses, des mœurs, de l'excel- lence ou de l'illustration de certains hommes. Personne de sensé ne se persuadera que la perte volontaire de la semence humaine soit exempte de toute tache d'infamie, et qu'anéantir un homme, cela ne doive être imputé à déshonneur. Celui qui jette sa semence ailleurs que dans le sillon de la femme veut anéantir un homme et, en effet, il anéantit celui qui aurait pu être procréé; il est homicide et adultère. C'est ôter la vie que la refuser. Quand la nature, dans ses secrètes officines, travaille à produire la semence, c'est en vue de la génération, non


FAÇONS ET FIGURES 227

de la débauche. Elle a voulu forcer à venir dans les bras l'un de l'autre l'homme et la femme que, pour celle- ci, les difficultés de l'accouchement, pour celui-là, le souci d'élever les enfants, pourraient en dissuader. Elle les pousse à la génération, qu'ils éviteraient pour elle- même et pour elle seule, par le doux attrait des douces jouissances. « Mais, disent-ils, qui niera que la semence lâchée dans le sillon d'une femme enceinte ne soit per- due? » Mensonges! Les médecins affirment qu'une femme enceinte peut concevoir un nouvel embryon si on a commerce avec elle. Le fait a eu lieu, rapportent-ils, toutes les fois qu'une femme qui venait de mettre au monde un enfant, quelques jours après est de nouveau rendue mère par un second accouchement; c'est ce qu'ils appellent superfétation. Oui ne laissera à la nature, cette ous r rière toute-puissante, le soin d'utiliser la matière, dont elle saura former ce qu'elle fait habituelle- ment? Qui ne se fiera à la nature? Pour ce qui est du froment et des choses similaires, ce ne sont pas des semences, comme le prétendent ces mauvais plaisants; ce sont des fruits parfaits, contenant en eux leur semence, qui a le pouvoir et la faculté de les reproduire. Le bœuf, le bélier, le coq sont pareillement des animaux d'une perfection absolue, chacun dans leur genre. Qui prétendra que nous devons avoir horreur de les manger, parce qu'en vue de la perpétuité de chaque espèce ils renferment aussi leur semence vitale? Ce n'est point faire outrage à la nature; par la même raison, aucune secte de philosophie, si clairvoyante fût-elle, n'a vu d'outrage dans la consommation du froment et des fruits. Octavia. — C'est très bien, mais tu as contre toi que ce sont des mœurs approuvées par un long usage, et que des hommes illustres, dans tous les temps, les ont pratiquées.


228 L'ŒUVRE DE NICOLAS GHORIER

Tullia. — Aucune longueur de temps ne peut fahv que les mauvaises mœurs acquièrent l'autorité qui n'est due qu'aux bonnes. Depuis la naissance du monde, il s'est accompli toutes espèces de crimes, de meurtres, de brigandages, d'empoisonnements. Qui néanmoins osera les louer ou s'en vanter? Des cités et des villes ont été dévastées par des pestes et par des contagions d'hor- ribles maladies; des familles entières ont été détruites: qui donc pourtant niera que les pestes et les maladies soient un mal, sous le prétexte que, depuis la plus ancienne origine des choses jusqu'à nos jours, ces fléaux ont toujours existé? Il faut juger des choses par ce qu'elles sont en elles-mêmes, non par leurs circon- stances. Par conséquent, de même qu'aucune longueur de temps ne diminue l'infamie, de même la gloire des hommes les plus illustres ne peut glorifier l'opprobre. Resplendissants de lumière sur les sommets, ils se sont laissé obscurcir par ces nuages; par ces excès, ils se sont précipités du haut degré de gloire où ils étaient. Mais, en vérité, cette souillure n'a pas atteint tous ceux qui ont joui de l'illustration et de la renommée. Le plus grand nombre s'est préservé sain et sauf de cette con- tagion; n'en doute pas. En certaines contrées sévit cette secrète dépravation; mais le plus grand nombre, si tu considères les nobles, le peuple, tous les rangs de la société, en est exempt; il conserve sa vertu inaccessible à ce fléau et pure de tout forfait. Enfin, si tu veux juger équitablement et sagement, il faut juger des choses par ce qu'elles sont en elles-mêmes, non par leurs cir- constances.

Octavia. — Je ne m'étonne plus si le visage de ce La Tour, qui s'est montré vis-à-vis de toi hostile à cette lasciveté, a trouvé grâce devant tes yeux, toi qui es une si sainte et chaste femme.


FAÇONS ET FIGURES 220

Tullia. — La chaleur de la conversation m'a fait interrompre mon récit; je le reprends, mauvaise, car tu m'en avertis. La Tour/vint immédiatement après Aloisio et Fabrizio. — « De quelle indulgence vous avez fait preuve, ma déesse, en laissant souiller un corps si char- mant, abuser d'une céleste beauté! Voulez-vous que j'aille venger, dit-il, l'honneur dû à votre beauté, à votre noblesse, et qu'ils ont profané? Voulez- vous, ma déesse, car pour moi vous serez toujours une déesse, que de ma main vengeresse je les immole tous les deux sur votre autel? — Je ne le veux pas, répliquai-je; je savais à quelle loi je me soumettais lorsque je descendis en cette arène. Ils ont usé de leur droit. Mais je loue votre généreuse réserve; je vous aime d'autant plus ardemment que je les hais avec plus de violence. » En disant ces mots, je lui appliquai sur la bouche, mon Octavia, un baiser que Vénus elle-même, aurait-on pu croire, avait imprégné de ses plus lascives séductions. Sans plus tarder, de chaque main il s'empare d'un de mes seins. « Voyez, dit-il, madame, comme s'élance vers vous ce trait au moyen duquel je vous procurerai, non pas la mort, mais toutes les douceurs possibles. Servez, je vous en prie, de guide à l'aveugle mentule dans cet obscur sentier, de peur qu'elle ne s'écarte du but; je ne veux pas retirer mes mains d'où elles sont et les priver du bonheur dont elles jouissent. » Je fais comme il vou- lait... Vraiment, la volupté est plus intense dans les bras d'un homme qui vous plaît que dans ceux de tous les autres hommes, si séduisants et si lascifs qu'ils soient. Aussitôt, je me sentis défaillir, et peu s'en fallut que les jarrets ne vinssent à me manquer. « Arrêtez, lui criai-je, arrêtez mon âme qui s'enfuit ! — Je sais par où, répondit-il en souriant. Elle va sans doute vous échapper par cette issue inférieure que


230 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

j'occupe; mais je la tiens très soigneusement bou- chée. » Tout en parlant, il s'efforçait, en retenant sou souffle, de me garder en lui. « Je vais refouler en arrière votre âme fugitive », ajoutait-il. Ne pouvant répandre eu moi tout son corps, du moins il épanchait dans le mien toutes ses passions, tous ses désirs, toutes ses lascivetés, toutes ses pensées, toute son âme en délire, par ses voluptueuses étreintes. Pour moi, j'enlaçais ses membres ardents des plus étroites chaînes de mes bras, de sorte qne je me trouvais suspendue à son cou, lancée au-dessus du sol; je pendais ainsi, comme fixée par un clou. Le travail traînant en longueur, je n'eus pas la patience d'attendre, et je me pâmai de plaisir. Je ne pus m'empê- cher de crier : « Je sens toutes les... je sens toutes les délices de Junon aimée par Jupiter! Je suis enlevée au ciel ! — Ne nous quittez pas, nous autres mortels, s'écrie aussitôt Conrad, avant d'avoir rassasié votre Conrad des dons de vos charmes; admettez-le au partage de votre immortalité et de votre félicité. » A ce moment, La Tour, que Vénus et l'amour excitaient à la volupté, défaillit. Le lierre ne s'enroule pas autour du noyer plus étroitement que je ne serrais La Tour. A peine avait-il achevé que voici Conrad. « Eh quoi ! dit-il, voulez-vous que je reste là tout seul à m'ennuyer? Ces polissons de Florentins sont en effet partis. Je ne sais où leur mauvais démon les aura conduits tous les deux. »

• iciavia. — Je voudrais qu'ils eussent été conduits au supplice, eux qui t'avaient suppliciée avec leur furieuse passion.

Tullia. — Pvepus et fatigués, ils étaient allés se pro- mener dans un bois voisin, où verdoyaient des tilleuls et des chênes, afin de raviver au grand air leurs forces épuisées et languissantes. Conrad, me trouvant assise sur le lit, m'aborda par ces paroles : « Je suis Allemand et je


FAÇONS ET FIGURES 23 1

déteste le mauvais tour que vous ont joué ces scélérats. Vous allez voir que je ne brûle pas moins ardemment que La Tour. Mais dites-moi, s'il vous plaît, ce que vous voulez que je vous fasse. Vous vous taisez? » Je me tai- sais en effet, et La Tour venait de s'éloigner. « Moi, conti- nua-t-il, je vais vous découvrir loyalement toute ma pensée. » Là-dessus, il vint à moi.

Octavia. — C'est ainsi qu'il t'ouvrit le fond de sa pensée. Pas de repos, donc, pas de trêve ! Héroïne d'un courage herculéen, il t'ordonne d'entreprendre un qua- torzième travail.

Tullia. — Conrad ne me déplaisait pas, sans me plaire énormément; je n'accordai ni ne refusai. Il me fit ce qu'il voulait, comme à une femme qui dort, car je ne répondis pas un seul mot à ses avances. Je te l'avouerai, ma chère Octavia, je me trouvais engourdie, comme si mes forces épuisées reprochaient à ce florissant jeune homme l'inertie, voisine de la tombe, de la vieillesse. Pour lui, il imagina une variation, et pas trop bête. Inutile de t'en dire plus long...

Octavia. — Puis, rappelés à la tâche et au tribut qu'ils te devaient encore, Aloisio et Fabrizio parvinrent-ils à te satisfaire, selon ton avis?

Tullia. — Je n'en finirais jamais si je voulais tout te raconter par le menu. Conrad m'aima six fois; Aloisio et Fabrizio, le premier cinq fois, l'autre sept; La Tour aussi, sept. Je soutins donc vingt-cinq assauts à moi seule, et je restai victorieuse : tous furent d'avis que j'avais bien gagné de me voir le front ceint par Vénus de la couronne de laurier, pour avoir si heureusement milité et combattu. Pourtant n'en doute point, Octavia, après tant de labeurs accomplis, les forces me man- quaient presque. A peine pouvais-je me tenir sur mes pieds ; néanmoins je remportai la victoire.


232 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

Octavia. — Lasse des hommes, sans doute, mais non pas rassasiée?

Tullia. — Rassasiée autant que lasse. La Tour, qui avait le premier engagé la bataille, fut aussi celui qui y mit fin. Il reçut le prix du tournoi, sur ma demande; il obtint même de moi, ce noble jeune homme, ce vaillant champion, que je lui fisse connaître mon nom, ma demeure, que je lui permisse de venir me voir. Il y vint fréquemment par la suite. Mais un tel dégoût m'avait prise, qu'à peine si durant trois longs mois je l'admis une ou deux fois dans mes bras, lui si plein de désirs et d'ardeur, fléchie enfin par ses larmes, ses prières, ses protestations d'amour.

Octavia. — D'où provenait ce dégoût?

Tullia. — Eux tous, ils avaient fait de moi un instru- ment aphone. Enfin, je laissai mon amant, qui était dans le brillant et la fleur de la jeunesse, prendre avec moi le suprême bonheur. Je ne le lui accordai point, et même je ne ressentis point grand'chose. Par la suite, ce dégoût du plaisir s'étant évanoui, nous nous servîmes l'un à l'autre de véhicule pour rappeler à nous et répéter souvent des ébats qui tout d'abord semblaient être bien loin de nous. Je te dirai à l'occasion, Octavia, ce qu'il nous arriva pendant une année entière. Tu entendras de jolies choses, dont tu seras jalouse; tu entendras aussi de tristes choses, qui exciteront ta pitié et ta douleur. La Tour m'a été enlevé, par la perfidie d'Aloisio. Hélas ! hélas ! cette perfidie fut cause de sa mort ; pourquoi m'a- t-elle, infortunée, laissée en vie?

Octavia. — Calme-toi, et de ce triste souvenir passe à des souvenirs plus gais. Dis-moi, Tullia, existe-t-il, en dehors de ceux que tu as expérimentés, d'autres moyens de s'aimer? Bonne Vénus! en combien de figures t'cs-tu changée pour plaire!


FAÇONS Eï FIGURES 233

Tullia. — Autant d'inflexions et de conversions du corps, autant de postures propres à Vénus. On n'en peut établir le nombre, ni indiquer celle qui est la meilleure pour le plaisir. Chacun prend là-dessus conseil de son caprice, du lieu, du temps, et choisit celle qui lui plaît. L'amour n'est pas le même pour tous. Eléphantis, jeune fille grecque, avait retracé sur des panneaux de bois peints celles qu'elle savait être pratiquées par les libertins « pour qu'on s'amusât à besogner d'après les peintures ». Une autre composa douze manières propres à procurer le plus de volupté au jouteur; on appela ce recueil le Dodekamekanon. De nos jours, un homme d'un génie divin, Pietro Aretino, en a figuré un grand nombre dans ses Dialogues, avec un enjouement plaisant (i). Le Ti- tien (2) et Le Garracchio (3), artistes souverains, les ont


(i) Forberg s'exprime ainsi à propos de quelques-uns de ses pré- décesseurs :

« Astyanassa, au témoignage de Suidas, fut la première à traiter des postures vénériennes; Pliilénis de Samos, ou plutôt, pour laisser à chacun la réputation qu'il mérite, Polycrate, sophiste athénien, a écrit, sous le nom de cette honnête matrone, un ouvrage sur les diverses formes du baiser (Priapée 03 ; Lucien, Apophras, chap. 24). Les œuvres libertines de la jeune Grecque Eléphantis ornaient, dit- on, la chambre à coucher de l'empereur Tibère (Suétone, Tibère, eh. 43); Paxamos a composé un Dôdekateknon, traité sur les attitudes du baiser. La courtisane Cyrène fut surnommée Dodekamekanon parce que, dans le baiser, elle savait pratiquer douze postures (Sui- das). » Il cite encore Sotadès de Maronée, surnommé Cinédologue, grâce auquel les ouvrages impudiques ont gardé l'épithète de Sota- diques (Athénée, XIV, 4) et Sabellus, dont les vers, au dire de Martial, traitent trop éloquemment des voluptés charnelles (Martial, XII, 43) ; et surtout « Pierre Arétin, d'un génie merveilleux ». (Voir L'œuvre du Divin Arétin, Bibliothèque des Curieux, 1909.)

(2) La Bibliographie du C tc dT" (Paris, 18G4) cite Les Amours des Dieux, d'après Le Titien, Ann. Carrache et Jules Romain, gravés à l'eau-forte sur acier par Réveil ; notices par Duchesne aine, Paris i833, in-8, avec 18 planches.

(31 Aug-ustin Carrache. Les Amours des dieux payens, orné de


2.')4 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

reproduites par la peinture. Mais il y en a beaucoup qu'on ne peut mettre à exécution, quand même les arti- culations et les reins des partenaires seraient flexibles au delà de ce qu'on ne saurait supposer. A force de méditer et de réfléchir, beaucoup d'idées tombent dans l'esprit, qu'il est impossible de réaliser. De même qu'il n'y a rien d'inaccessible aux désirs d'une volonté impétueuse, de même il n'y a rien de difficile pour une imagination intempérante et déréglée. Elle se glisse où elle veut, par tout chemin qu'elle tente : elle trouverait une plaine où il y a des précipices. Mais il n'est pas aussi facile au corps de se plier à tout ce que la pensée, bonne ou mau- vaise, conçoit.

Octavia. — Il n'est qu'une seule posture propre à Vénus, s'il n'est qu'une seule Vénus. Toutes les autres que les hommes et les femmes ont imaginées, dans la rage et le feu des passions, sont dépravées et criminelles.

Tullia. — Quelques-uns prétendent que la façon de faire l'amour indiquée par la Nature est celle où, pour l'accouplement, la femme se présente à la mode des qua- drupèdes, inclinée et les reins projetés en arrière; le soc viril pénètre ainsi plus commodément dans le sillon féminin et le flot de semence dans le champ génital : « Dans la pose des quadrupèdes généralement sont ré- putées les femmes concevoir mieux, parce qu'ainsi les organes peuvent absorber la semence, le torse étant fléchi, les reins soulevés. Les mouvements lascifs ne conviennent pas aux épouses, car la femme s'empêche de concevoir et s'y dérobe si, joyeuse, elle active des fesses la volupté de l'homme et, en se désarticulant tout le


vingt ligures (d'Annibal Carrache). A Lampsaque, chez tous les marchands de nouveautés, 1802, 2 dunes en 1 vol. in-iO (lîibl. Nat. Enfer, 307.)


FAÇONS ET FIGURES 235

corps, provoque des flots. Par là, en effet, elle chasse hors du sillon et du droit chemin le soc, et détourne du but le jet de semence. Les putains usent, dans leur intérêt, de tels trémoussements, crainte d'être souvent pleines et de languir en gésine, afin qu'aussi la volupté ait pour l'homme plus d'attrait : à nos épouses il ne semble en être aucunement besoin (i). » D'autres recommandent le commun usage et la posture ordinaire ; ils veulent que l'homme s'allonge sur la femme couchée à la renverse, sein contre sein, ventre contre ventre, pubis contre pubis, écartant de son rieide épieu la fente délicate. Ceux-ci ordonnent à la femme d'exécuter des mouvements vio- lents et répétés pendant qu'elle fait l'amour; ceux-là les lui défendent. Chaque opinion a ses bons motifs. Mais les médecins proscrivent cette posture où la femme se met à cheval sur l'homme : elle est, disent-ils, contraire à la conformation des parties destinées à la génération . Pour moi, ma chère Octavia, j'approuve par-dessus tout l'usage commun.

Octavia. — En peut-il être autrement ? car, je t'en prie, quoi de plus doux que de se représenter à l'esprit la femme couchée sur le dos, supportant le poids gracieux d'un corps adoré et l'excitant aux tendres transports d'une incessante mais voluptueuse lasciveté? Quoi de plus agréable que de se repaître du visage de son amant, de ses baisers, de ses soupirs, des flammes de ses yeux égarés ? Quoi de meilleur que de réchauffer ses amours dans ses bras, de partager des sensations que ni l'âge ni aucune incommodité n'émoussent? Quoi de plus favorable aux plaisirs, aux voluptés de l'un et de l'autre que ces lascifs mouvements imprimés et rendus? Quoi de plus


(i) Lucrèce, De la nature des choses, IV, v. 1253 et suiv.


236 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

opportun, au moment où l'on expire de volupté, que de revivre sous le baume vivifiant des baisers enflammés? Celui qui chôme Vénus à l'envers ne satisfait qu'un de ses sens; celui qui la chôme à l'endroit les satisfait tous.

Tullia. — Mais en cela, Octavia, nous voyons arriver ce qui la plupart du temps, par suite d'un long- usage, arrive aux plus heureux. Gomme s'ils étaient dégoûtés des bonnes choses dont ils sont comblés en abondance, tu en verras qui, méprisant des épouses d'une beauté parfaite, s'éprennent de filles à quatre sous et se plongent avec délices dans les plus sales amours. D'autres, c'est le dégoût et la satiété des mets recherchés, des festins somptueux qui les prend; dédaigneux du falerne, des choses exquises, ils s'ingurgitent du vin gâté et du pain moisi, comme s'ils mouraient de faim. Ce qui ne nous est pas habituel nous charme, et nous nous ruons sur ce qui nous est défendu.

Mais pendant que tu te divertissais et que je discourais, voici que nous avons passé une nuit blanche. Avant peu d'heures il nous faudra nous lever. Un bon somme nous fera grand bien et tu as besoin de repos. Sommeille donc, Octavia, avec autant de plaisir que tu as veillé; Vénus t'en fasse la grâce !


SEPTIEME DIALOGUE

Le septième dialogue fut ajouté, sous le titre de Fescennini, dans la deuxième édition, celle de 1678. Ainsi que nous l'avons expliqué dans l'introduction, la scène se déplace, les personnages sont devenus Espa- gnols, ils évoluent en Espagne, non plus en Italie.

D'autre part, le dialogue se trouve coupé par instants : des lacunes nombreuses en rendent la lecture plus diffi- cile. Toutefois la facture est la même, l'esprit en est aussi libertin, la philosophie non moins curieuse.

Nous avons détaché de ce beau hors-d'œuvre quelques pages remarquables qui nous ont semblé exprimer avec le plus de relief les idées de l'auteur de la Satyre sota- dique.


La vraie Beauté de la Femme


Octavia. — Autre chose est la beauté, autre chose la grâce. La Nature, de sa main, façonne les belles, celles qui sont gracieuses doivent de l'être à leur art, à leurs soins. Les unes régnent par leur propre droit, celui des autres est précaire. Les femmes vraiment belles incen- dient d'amour les cœurs même les plus durs. — « Pour ce qui est de la beauté, les avis diffèrent, dit Alfonso. Cependant, un point sur lequel les connaisseurs sont d'accord, c'est que celle-là semble à chacun la plus belle qui lui convient le mieux. En effet, de même que tel mets ne plaît pas à tout le monde, ainsi le même genre de beauté ne convient pas à tous les hommes. Autant de têtes, autant d'opinions, autant d'yeux, autant de charmes. Mais celle qui de l'avis du plus grand nombre reçoit le nom de belle convient assurément au plus grand nombre, soit en vue de la volupté, soit en vue de la procréation. Voulez-vous que je vous résume la chose en un mot ? Les gens aveugles donnent l'épithète d'aveugles aux mentules, qui sont on ne peut plus perspi- caces. C'est à elles seules qu'il faut se fier pour un bon choix. Dès qu'apparaît la jeune fille qui doit plaire aux possesseurs des mentules, celles-ci l'aperçoivent, sans avoir besoin d'être averties; d'elles-mêmes elles s'émeu- vent ; or la véritablement jolie femme, c'est celle pour laquelle elles s'émeuvent le plus. Frederico, votre cou- sin, aimait Lucia, une fille chassieuse, camarde, brèche- dent; il l'aimait éperdument. Le père du jeune homme


2^0 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIEK

lui remonlrait sa bêtise. — mon père, mon père, répon- dait le jouvenceau, sers-toi de mes yeux et non des tiens, pour regarder Lucia, et tu changeras d'avis, ô mon père. Tu diras qu'elle est digne de mon amour et de celui de tous les hommes. — Sans doute ses sens s'émouvaient pour Lucia, et pas aussi bien pour toutes les autres, réputées belles entre les plus belles et les plus charmantes. En effet, les uns attachent du prix à un corps solide et plein de suc ; les autres appellent une virago celle qui est d'une santé un peu trop florissante. Autrefois, plurent universellement aux Grecs les femmes trapues, a rosses, d'une carrure puissante et robuste. Telle était Hélène, qui passa entre les Grecques pour un modèle de la parfaite beauté. Les Phrygiens leur préfé- raient les femmes fluettes ; ils privaient de nourriture les jeunes filles, les réduisaient, à force de soins, à être minces comme des joncs. Telle's les aimaient les Fran- çais, mais non les Italiens et les Espagnols. Un corps bien fait doit être entre les deux; ni fluet, ni obèse. Une femme sèche et décharnée, ô bonne Vénus ! il n'est rien de plus étranger à tes mystères, aux humides baisers, aux voluptueux entre-frottements, à ta brûlante mixtion. Une jolie femme, mais sèche et maigre (si toutefois peut être jolie une femme sèche et maigre), est le vivant simulacre d'une Vénus morte. Qui voudrait besogner une Vénus morte, si ce n'est quelque farceur de croque- mort ? Qui voudrait du simulacre d'une morte? Périandre, tyran de Corinthe, qui avec Bias et Thaïes joua son petit rôle dans le chœur des Sept Sages, Périandre enfonça le soc dans le sillon de son épouse déjà refroidie, et, prêtre des funérailles, fit à Vénus un dernier sacrifice. »

Tullia. — 11 savait que chez la femme le sexe vit le premier et meurt le dernier, de même que chez l'homme, c'est le cœur ; il présumait qu'elle pouvait


LA VRAIE BEAUTÉ DE LA FEMME 2^1

vivre encore par là pendant que tout le reste était mort.

Octavia. — Les grands corps sont très estimés. Sa haute et superbe stature recommandait Alcmène, mère d'Hercule. Mais si j'avais le choix, disait Alfonso, j'ai- merais mieux chez une femme la petite que la grande taille, je préférerais au pin le laurier, quoique pourtant, ajoutait-il, la courte, la longue conviennent à mes désirs. Mais celles qui ont une si haute stature ne sont longues que de la longueur de leurs jambes ; la disposi- tion des parties supérieures ne correspond point au bas, ce qui, à mon avis, est, par Castor ! aussi défectueux que ridicule. On croirait (cela va te faire rire, Tullia), que le sexe est fiché au bout de longues perches. Chez qui ne provoquerait pas le rire cette idée qui surgit toutes les fois que Magdalena vous vient à l'esprit? Si vous la voyez nue (je l'ai vue moi-même) du haut du corps jus- qu'au ventre, vous la croyez d'une taille beaucoup plus courte qu'elle ne l'est ; mais si vous voyez ses cuisses et ses jambes, vous la croyez grande ; elle est, en effet, très grande. Mais les femmes de courte stature ont une mau- vaise réputation ; chez les petites femmes, on prétend que je ne sais quoi n'est pas du tout petit. Gertrudis, même chez les Pygmées, passerait pour une naine ; chez elle, tous les membres sont admirablement proportion- nés entre eux, sauf le mitan. »

Tullia. — Je le sais, Octavia; elle a, en dessous, non un nid de passereau jaseur, mais une profonde et large caverne. A l'âge de treize ans, restée jusqu'alors inacces- sible à toute volupté, elle fut mariée à Alfonso Guzman. Dans les premiers embrassements, Alfonso la trouva plus ouverte que Vénus après avoir été sondée par Mars. Dans sa pétulance amoureuse, il avait promis à ses compagnons qu'ils entendraient la vierge hurler pendant

ig


•l!\1 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

le sanglant et mémorable massacre de son pucelage ; la vierge ne poussa pas seulement un soupir; quant aux larmes de sang d'une virginité immolée, pas une.

Octavia. — Les trop grandes femmes, disait Alfonso, n'ont que peu ou point de vigueur. En un instant, les membres comme brisés, elles fléchissent à mi-course. Les autres, vous par exemple, ajoutait-il, sont bien plus vigoureuses, bien plus ardentes. — Moi, répondit Luisa en éclatant de rire, je fatiguerais Mars, aussi sûr que Mars fatiguait Vénus, s'il venait lutter avec moi ; qu'il y vienne, qu'il y vienne.

Tullia. — Toi non plus, Octavia, tu n'es pas sans vigueur ; tu as les cheveux noirs, les yeux noirs et bril- lants, la peau brune au visage et par tout le corps. Je n'ai rien de plus à dire.

Octavia. — Oh ! méchante ! C'est toi-même qui m'as faite telle que je suis. Que me reproches-tu, perverse, qui ne soit ton ouvrage? Je te ressemble autant que tu ressembles toi-même à la blonde Vénus. Je n'ai rien de plus à te dire. On prétend que celles-là sont plus liber- tines dont la tête est ornée de cheveux d'un beau noir ; s'il en est ainsi, libertines aussi vous êtes, vous dont une toison noire cache le sexe. Bêtises tout cela, pures bêtises ! Toi-même, est-ce que tu as des cheveux blonds?

Tullia. — Je ne veux pas te voir en colère, toi qui es le couillon gauche de Vénus. Il en est ainsi ; de la cou- leur on ne peut tirer aucun indice certain de mérite. Chacun a là-dessus ses préférences, les uns aiment mieux le blond, les autres le brun, d'autres le châtain. Des cheveux blonds recommandaient Aspasie et les jeunes filles de l'Attique. Thésée ayant perdu deux des vierges qu'il menait en Crète au Minotaure, les remplaça par deux jeunes garçons dont on fit teindre en blond la chevelure pour qu'ils ressemblassent davantage à des


LA VRAIE BEAUTÉ DE LA FEMME 243

jeunes filles. Vénus, reine de Chypre, inventa, dit-on, l'art de teindre les cheveux, art encore aujourd'hui en faveur auprès des Italiennes. Cette nuance plaît seule à ces folles; elles osent exposer pour cela leur tète nue aux rayons brûlants du soleil. Vois quelle est leur démence : elles cherchent à donner cette teinte à leurs cheveux en les incendiant. Pourtant Pindare et Anacréon étaient d'un autre avis : le premier dit que les Muses ont les cheveux noirs, le second en dit autant de sa maî- tresse; l'un était de Thèbes, l'autre de Téos : vraisem- blablement cette couleur était estimée des Thébains et des Téïens; Téos est une ville de l'Ionie moyenne. Le cygne de Thèbes jug-ea sans doute digne des Muses la couleur préférée de ses concitoyens ; le chantre de Téos en fit de même l'ornement de sa maîtresse, qu'il veut, dans cette chanson, représenter comme d'une grande beauté. Le châtain tient le milieu entre le blond et le noir, participant de l'un et de l'autre, mais plus près du noir que du blond. Ovide console une jeune fille dont les cheveux, à force d'en prendre trop de soin, étaient prématurément tombés. Fut-il jamais rien, dit-il, de plus charmant?

« Leur couleur n'était pas noire, elle n'était pas dorée non plus, mais neutre en quelque sorte, mélangée de l'une et de l'autre. »

Ces cheveux ressemblaient, poursuit-il, à ceux

« que souvent Dioné nue est représentée soulever de sa main humide ».

Octavia. — A propos des yeux, Alfonso développa éloquemment une foule de considérations très fines. Mais tu es une érudite, Tullia ; en comparaison de toi, qui sais plaisanter avec tant d'érudition, il n'a rien dit.

Tullia. — De perfides, mais délicieuses embûches d'amour se cachent dans les yeux. Briséis, objet de la courte fureur d'Achille, avait les yeux noirs, et Catulle,


244 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

les délices des lettres latines, se moque de je ne sais quelle femme en disant d'elle qu'elle n'a

« ni un joli pied, ni 1rs yeux noirs ».

Cependant, les yeux bleus de Minerve sont en honneur près des poètes, qui ont toujours eu la plus grande liberté de prêter aux dieux les beautés qu'ils savaient être estimées et aimées du vulgaire. Mais ils prisent par- dessus tout les grands yeux, largement ouverts : ils les appellent des astres. Les Grecs appellent ces yeux-là des yeux de bœuf; tels sont dépeints les yeux de Junon, de Vénus et d'Harmonia, épouse d'Amphiaraûs. Toutefois, les petits yeux ne manquent pas non plus d'amateurs.

Octavia. — De même qu'à la guerre, pour frapper plus sûrement, les archers clignent l'œil à demi clos, de même l'Amour, blotti dans de petits yeux, non largement ouverts, darde plus sûrement sa flèche, frappe plus sûrement. La reine Isabelle avait des œillets, non des yeux, mais il en jaillissait d'innombrables éclairs, et quels cœurs, parmi ceux qui la regardaient, pouvaient se croire à l'abri '/Personne, Tullia, ne t'a jamais vue sans t'aimer. Si tes yeux sont petits, ils n'en sont que plus vifs, plus dangereux pour les imprudents qu'ils incen- dient. Quant à la couleur du visage et de tout le reste du corps, les avis diffèrent. Les uns donnent la palme aux blanches, les autres aux brunes. On estime sans doute beaucoup cette blancheur de lait qu'avait Cydippes,

« Quand son blanc visage se teint de nuances rosées ».

Dans la couleur blanche réside la plus grande beauté ; on dirait qu'elle est de la lumière, ou plutôt une émana- tion plus lumineuse que la lumière elle-même; mais les brunes sont plus ardentes et d'une peau plus douce au toucher. Les blanches ne supportent pas aussi bien le poids des ans et les fatigues prolongées de l'amour.


LA VRAIE BLATTE DE LA FEMME 245

Elles s'affaissent aussitôt, comme si elles avaient les reins brisés : elles deviennent vite flasques et molles : pour elles, la jeunesse est voisine de la vieillesse, bien mieux, elle y participe.

Tullia. — Antonina, la sœur d'Isabelle, surpasse par son admirable blancheur la blancheur du lait et du lys ; Isabelle est brune.

Octavia. — Je te conlerai, veux-tu, ce qui leur est arrivé à chacune d'elles la première nuit de leurs noces. L'assaut vénérien a été pénible à celle-là, agréable et facile à celle-ci.

Tullia. — Achevons d'abord notre peinture de la jolie femme. Pour ce qui est de la bouche, des lèvres, des dents, nous sommes à peu près d'accord. Une petite bouche est, dit-on, l'admirable sièg-e de l'Amour rendant ses oracles; puis, c'est l'opinion de tous les hommes, une jeune fille qui a la bouche petite a, par la même occa- sion, la conque assez peu largement ouverte; le sanc- tuaire deVénus n'offre chez elle qu'un tout petit g-uichet.

Octavia. — Cette opinion est néanmoins fausse : Fer- nando Guzman s'est plaint d'y avoir été trompé. Il épousa Fulvia, d'une petitesse de bouche remarquable, et trouva chez elle, non un étroit g-uichet par lequel il pénétrerait, en haletant, dans le domaine de Vénus, mais une immense caverne dont la déclivité précipita sa mentule dans un marais semblable à celui du Styx. — « Oh! la jolie bouche! s'écria Fernando en lui appliquant un baiser; mais aussi menteuse que jolie. Fais en sorte que chez toi, ma Fulvia, le reste ne trompe pas de la même façon ton crédule amant. — Je sais fort bien que je ne vous ai en rien menti, répliqua-t-elle; mais peut- être avez-vous introduit chez moi un mobilier par trop mesquin; vous me reprochez ce qui est de votre faute. » Fernando se mit à rire, et il acheva.


246 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHOMER

Tullia. — Très bien. Des lèvres roses et mollement protubérantes, comme les tiennes, Octavia, tu dirais que c'est, dans cette supérieure région des cieux de Vénus, un arc qui se gonfle et vibre de baisers. Des dents blanches, pures, brillantes, bien rangées autour de la langue, comme des pierres précieuses, sont à la fois un avantage et un ornement. Qui ne s'émerveillera, en effet, de ce que la langue, par sa flexibilité, la volubilité de l'élocution, suffise seule à l'innombrable variété de pen- sées qui s'agitent dans notre esprit, et qu'elle les exprime mieux, avec plus d'art qu'elles n'ont été conçues? Mais c'est principalement dans les baisers, tu le sais bien, Octavia, et les amants qui ne sont point des sots ne l'ignorent pas, qu'une langue frétillante fait naître les délices plus douces que le miel. Quoi qu'il en soit, la vérité dernière, c'est que ce qui semble beau à chacun l'est véritablement. Ta bouche, Octavia, n'est point petite, et tu plais pourtant. Beaucoup d'autres jeunes femmes ont des lèvres plates, des dents mal rangées, sans être d'ivoire, une langue mal pendue, balbutiant je ne sais quoi de désagréable, et pourtant elles plaisent. Il en est qui aiment les borgnesses; Priape est borgne, en effet, et la mentule, créatrice et volupté des hommes, est borgne aussi.

Octavia. — Combien est délectable l'assaut d'une langue brûlante, quand d'elle-même, en dehors de l'en- ceinte des dents, elle s'élance impétueusement au-devant du baiser qu'elle désire ! Certes, lorsque nous nous entre-baisons, Caviceo et moi, nous n'expirons jamais si bien de plaisir qu'en nous sentant deux langues, lui et moi. Les âmes et les haleines s'entremêlent, au bord des lèvres, avec une incroyable volupté, semblable à celle qui résulte plus bas, pour le corps tout entier, de l'accouplement des sexes. Éléonora, reine des Sarmates,


LA VRAIE BEAUTÉ DE LA FEMME 247

disait que le baiser est la nourriture de l'Amour; que cet enfantelet devait s'adresser à la bouche, pour se repaître véritablement; sinon, que sa faim était misérablement trompée, comme on le raconte de Tantale. Ainsi trompe l'espoir de l'amoureuse jeune fille celui qui du bord des lèvres de la vulve approche la mentule, nourriture de la vulve, et ne l'y introduit pas, couché avec elle. Que la bienveillante Vénus m'épargne une telle folie ! Car c'est assurément un fléau pour l'amour, une maladie mortelle, que d'être seulement humectée et non inondée de la salive voluptueuse, ardemment souhaitée.

Tullia. — L'amant, n'eùt-il plus de sang- dans les veines, ressuscite à l'aspect des seins. Dès qu'il les aper- çoit, il revient à la vie, joyeux et plein de force, s'ils sont fermes, blancs, petits. Chez les Phrygiennes, les plus estimés étaient les plus gros, ceux qui, suivant l'expression d'Ovide, occupaient toute la poitrine; les plus beaux sont ceux qui restent durs, solides, ceux que l'on tient tout entiers, comme dit un autre, en fermant la main. Enfin, les connaisseurs ont dressé un tableau de ce que doit être la beauté parfaite, et ils déclarent heu- reuse en tout point celle à qui la Nature, sage ordonna- trice des choses, a accordé pour chaque partie du corps certaines qualités, qu'ils réputent exquises. Savoir : que la peau, les dents, les ongles soient blancs; les cheveux, les yeux, les sourcils noirs; les lèvres, les joues, le des- sous des ongles teints de rose; les cheveux longs, les mains longues, le corps élancé; que trois choses soient courtes : les dents, les oreilles, le ventre; qu'au con- traire, le front soit ample et vaste, les épaules larges, que les sourcils soient entre eux séparés par un assez grand intervalle; enfin, que le corps soit fluet, la bouche petite, la conque entre-bâillée seulement pour recevoir la rosée qu'elle désire; les lèvres, les fesses, les mollets


248 L'ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

doivent être charnus; les doigts minces et fluets, le nez aussi, les cheveux également, luttant de finesse avec les fds de l'araignée; la tète, les seins, les pieds doivent être petits. On aime les cheveux qui ondulent naturellement, un front qui n'est pas trop vaste, rejetant en arrière la racine des cheveux, les narines légèrement relevées. A chacun, Octavia, son goût sert de règle; mais le goût est à lui-même sa propre règle, et aucun homme sensé n'ira en chercher une autre.

Octavia. — Tu sais que l'on met au nombre des plus séduisantes beautés deLucrezia ses fesses marmoréennes et proéminentes; elles servent de charmant oreiller à Gupidon, lorsqu'il couche avec elle, et en même temps d'enclume pour la procréation, lorsqu'il lui plaît de forger.

Tullia. — Horace appelle dépyge la femme dont les fesses ne présentent aucune rondeur :

« Elle est dépyge, camarde : buste court et pied long-. »

Chez les Grecs furent illustres ces jeunes filles que l'on surnomma les Callipyges, à cause de leurs belles fesses. Nées de gens de peu, elles eurent de riches et nobles maris, rien qu'à cause de cela. Leurs fesses leur tinrent lieu de dot; elles plurent suffisamment, grâce à cette dot naturelle.

Octavia. — Si les seins se trouvent séparés l'un de l'autre par un intervalle convenable, je sais qu'on les prise davantage; chez moi, comme tu peux le voir, ils sont rapprochés au point de se toucher : Gaviceo ne les en estime pas moins. Comme ils sont l'un et l'autre d'une beauté qui n'est pas commune, et blancs et fermes, au milieu de nos jeux et de nos ébats lascifs il dit que cela n'a rien de surprenant, si mes seins amoureux l'un de l'autre sYntre-donnent mutuellement de continuels baisers.


LA VRAIE BEAUTÉ DE LA FEMME 249

Tullia. — Rien de plus ?

Octavia. — Oue je meure si je ne t'aime plus que mes propres yeux !

Tullia. — Et moi également, si je ne t'aime plus que mes yeux, plus que les yeux mêmes de la Nature, à savoir le Soleil et la Lune !


La Pudeur du Nu dans l'Art


Tullia. — Les peintres et les sculpteurs d'à présent sont des gens ignorants, dans les sciences comme dans les arts, et, à l'exception d'un ou deux, des farceurs, des ivrognes, n'ayant aucun talent dans leur art. La peinture a dégénéré de la peinture, l'art de l'art. Mais il y a péril, dit-on, si l'on représente des hommes nus et des femmes nues, qu'il n'en résulte quelque artificieuse excitation à la débauche. Sornettes ! Ceux d'entre nos compatriotes qui passent leur vie dans l'Inde ou en Amérique, où les parties des femmes s'étalent librement, n'en sont pas plus portés aux désirs libertins. Ils s'accoutument à les voir, et l'habitude émousse le désir. Crois-moi, Octavia, nous nous gardons avec des soins jaloux; nous dérobons soigneusement nos trésors aux regards, et les cœurs des hommes n'en sont que plus enflammés. Ils conçoivent l'opinion de bien plus belles choses que, plus tard, ils n'en voient. Lorsque nous leur avons fait largesse de nos corps, ils brûlent bien moins. Ces charmes que l'autre jour ils adoraient, sans les avoir vus se sont évanouis en un moment. La loi défend-elle une chose, elle ne fait qu'ajouter à l'attrait de cette chose. La plupart des hommes seraient plus chastes s'ils étaient plus libres. Que le vin coule, comme l'eau d'un fleuve entre ses rives, à peine trouvera-t-on un ou deux ivrognes. Que les femmes se promènent toutes nues, et l'amour ne s'en- flammera plus, comme il le fait, de désirs impudiques. Ceux qui possèdent des tableaux où sont peintes des


252 I. ŒUVRE DE NICOLAS CHORIER

filles nues n'éprouvent pas d'émotion à les regarder; la continuelle habitude de les voir les a faits de marbre. Les sages en question présument donc à ce sujet sotte- ment, d'après leur propre conscience. Penchées vers la terre, leurs intelligences se sentent enclines à la débauche, et l'étude des belles-lettres, qu'ils ne pratiquent aucunement, ne corrige ni ne tempère chez eux la malignité de leur caractère.


TflBliE DES JVTflTIÈÇES


Introduction i

Notes bibliographiques 27

Avis au Lecteur 33

Poésie à la louante de Luisa 37

Horoscope de Tubéro 40

Premier Dialogue : L'Escarmouche 4^

Deuxième Dialogue : Tribadicon 55

Troisième Dialogue : Anatomie 67

Quatrième Dialogue : Le Duel 79

Cinquième Dialogue : Voluptés 09

Sixième Dialogue : Façons et Figures 177

Septième Dialogue 237

La vraie Beauté de la Femme 239

La Pudeur du Nu dans l'Art 25 1


ORLÉANS. — 1MP. ORLÉANA.ISE. RUE ROYALE, 08


BIBLIOTHÈQUE DES CURIEUX

4, Rue de Furstenberg. — PARIS

LES 1WAITRES DE L'AIÏOUR

Anthologie des Œuvres les plus remarquables (prose et vers) des littératures anciennes et modernes traitant des choses de iAmour.

PREMIÈRE SÉRIE

Dissertations amoureuses de Lucien

Introductiou et Noies par B. de Villeneuve 5 francs.

L'œuvre du Divin Ârétin (l)

Introduction et Notes par Guillaume Apollinaire 7 fr. 50

L'œuvre du Marquis de Sade

Introduction, Essai bibliographique et Notes par Guillaume

Apollinaire 7 fr. 50

L'œuvre du Comte de Mirabeau

Introduction, Essai bibliographique et Notes par Guillaume

Apollinaire 7 IV. 50

L'œuvre du Chevalier Andréa de Nerciat

Introduction, Essai bibliographique et Noies par Guillaume

Apollinaire 7 fr. 50

L'œuvre du Praticien de Venise Giorgio Baffo

Introduction, Essai bibliographique et Notes par Guillaume

Apollinaire 7 fr. 50

DEUXIÈME SÉRIE

L'œuvre de Nicolas Chorier

Introduction et Notes par B. de Villeneuve 7 fr. 50

L'œuvre libertine des Poètes du XIX e siècle

Iutroductiou et Notes par Guillaume Apollinaire 7 fr. 50

Le Théâtre d'Amour au XVIII e siècle

Introduction et Notes par B. de Villeneuve 7 IV. 50

L'œuvre du Divin Arétin

Introduction, Essai bibliographique et Notes par Guillaume

Apollinaire 7 fr. 50

Le Livre d'Amour de l'Orient

Introduction et Noies par P. de Villeneuve 7 fr. 50

L'œuvre des Conteurs libertins de l'Italie ao XVIII sièele

Introduction et Notes par Guillaume Apollinaire 7 IV. 50

PROSPECTUS DÉTAILLÉ SUR DEMANDE






Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Aloisiae Sigaeae, Toletanae, Satyra sotadica de arcanis amoris et Veneris/Source/French" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools