Bicêtre Hospital  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

(Redirected from Bicêtre)
Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

The Bicêtre Hospital is a Parisian hospital. In its history, the building which dates to the 17th century, has been used successively and simultaneously as an orphanage, a prison, a lunatic asylum, an old men's home and a hospital. Its most notorious guest was the Marquis de Sade.

The Bicêtre is most famous as the Asylum de Bicêtre where Superintendent Philippe Pinel is credited as being the first to introduce humane methods into the treatment of the mentally ill, in 1793. Foucault, in Madness and Civilization classified Pinel's methods as more devious than humane.

The hospital was featured in Georges Simenon's Les Anneaux de Bicêtre.

Contents

Location

It is located in Le Kremlin-Bicêtre, which is a commune in the southern suburbs of Paris, France. It is located 4.5 km. (2.8 miles) from the center of Paris. It is one of the most densely populated municipalities in Europe.

History

The Bicêtre Hospital was originally planned as a military hospital, with construction begun in 1634. With the help of Vincent de Paul, it was finally opened as an orphanage in 1642. It was incorporated into the Hôpital Général in 1656. In 1823, it was called the Hospice de la Vieillesse Hommes. In 1885, it was renamed the Hospice de Bicêtre. In its history it has been used successively and simultaneously as an orphanage, a prison, a lunatic asylum (see Psychiatric hospital) and a hospital. Its most notorious guest was .

The Bicêtre is most famous as the Asylum de Bicêtre where Superintendent Philippe Pinel is credited as being the first to introduce humane methods into the treatment of the mentally ill, in 1793.

From March 14 until April 27, 1803, Sade is an inmate at Bicêtre.

See also

French text

Histoire

Bicêtre, dont la construction lancée par Louis XIII en 1633 sur les ruines d'une forteresse a été un hôpital, un asile d'aliénés et une prison parisienne. Le nom de Bicêtre vient du fait que la forteresse était construite sur des terrains appartenant à l'évêque de Winchester (francisé Vincestre, puis Bicestre…).

Ce fut d'abord un hospice pour soldats estropiés. vieux et caducs, augmenté en 1647, grâce à Saint-Vincent de Paul, de « l’œuvre nouvelle des Enfants-Trouvés ». Sous Louis XIV, à partir de 1656, l'établissement fait partie de l'hôpital général et est affecté à l'enfermement des mendiants et de tous les « indésirables ».

En 1735, l'arrivée dans l'établissement d'un clerc janséniste, Fuzier, qui demanda à se charger des enfants de choeur, marqua le début d'un conflit qui éclatera dix ans plus tard et qu'on appellera l'affaire de l' Hôpital général. Il semble que ce conflit, considéré comme religieux, masqua des abus sexuels commis contre les enfants de l'établissement.

L'endroit accueillait alors la lie de la société, mélangeant indifféremment les indigents, les malades et les criminels : aliénés (enchaînés jusqu'à l'arrivée de Philippe Pinel en 1793), escrocs, syphilitiques, assassins, vagabonds et délinquants de toute sorte. On y plaçait notamment les homosexuels pauvres pris en flagrant délit, depuis qu'on avait renoncé à les brûler en place publique. On y fustigeait les prisonniers pour leur faire expier leurs fautes.

Sous la Révolution française, à la suite d'un rapport de Mirabeau, on remet en liberté les prisonniers détenus sans jugement. En Septembre 1792, des "septembriseurs" en furie assassinent au gourdin près de deux cent détenus. Au nombre des victimes figurèrent beaucoup d'enfants ramassés dans les rues pour de petits vols, de la mendicité ou du vagabondage.

On y place ensuite les suspects de trafic de faux assignats, que leur crime relevât du droit commun ou de l’activisme politique contre-révolutionnaire. Ils furent pour la plupart inclus dans la prétendue conspiration des prisons en juin 1794 et envoyés à l’échafaud, sur la dénonciation de celui d’entre eux qui désirait le plus ardemment sauver sa peau.

C'est à Bicêtre que le tapissier Guilleret a inventé la camisole de force en 1770. C'est aussi là qu'a été effectué, le Template:Date, le premier essai de la guillotine, sur des moutons vivants, puis sur les cadavres de trois vagabonds. La prison est aussi utilisée comme zone de transit pour le bagne, de 1793 à 1836 (date à laquelle la prison cesse son activité).

Bicêtre reste célèbre pour son puits aux proportions gigantesques creusé en 1733 sous la houlette de l'architecte Boffrand (5m de diamètre pour 60m de profondeur). L'élévation de l'eau était alors assurée par des prisonniers et des aliénés avant d'être remplacée par une machine à vapeur en 1855.

Bicêtre - La plus mauvaise prison d'hommes. Elle renferme des condamnés à de longues peines, qui n'ont pu obtenir de rester à Sainte-Pélagie, et des condamnés aux travaux forcés en attendant qu'ils soient envoyés au bagne. Les uns et les autres sont presque tous dans un état de grand dénûment. Saint Lazare. C'est le bicêtre des femmes […]

La mortalité annuelle moyenne de 1815 à 1818 est d'un détenu sur 18,75.

Bicêtre a retrouvé sa vocation hospitalière sous le nom d'hôpital de Bicêtre ou, vu la présence d'une faculté de médecine, de CHU Kremlin-Bicêtre.

Bicêtre dans la littérature

  • Bicêtre est le décor du célèbre roman de Victor Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné. Véritable plaidoyer contre la peine de mort, on y trouve de nombreuses descriptions de Bicêtre et des conditions de détention alors en vigueur au Template:XIXe siècle. Dans ce texte nous pouvons dénoter la souffrance du personnage principal pendant toute l'histoire.
  • Bicêtre est cité très souvent dans La Comédie humaine d'Honoré de Balzac, en particulier dans Ferragus : « Alors, il leur fit en style administratif ses remercîments des indications qu'ils avaient eu la bonté de lui donner, en lui apprenant que ce Bourignard était un homme condamné à vingt ans de travaux forcés, mais miraculeusement échappé pendant le transport de la chaîne de Bicêtre à Toulon. ». Bicêtre est encore décrit dans la troisième partie de Splendeurs et misères des courtisanes, ainsi que dans Melmoth réconcilié. En tant qu'asile pour les pauvres, Bicêtre est également le dernier refuge de Hyacinthe Chabert dans Le Colonel Chabert

.

  • "Dans la nuit de Bicêtre", roman de Marie Didier, imagine ce à quoi a pu ressembler la vie de Jean-Baptiste Poussin (ou Jean-Baptiste Pussin) comme soignant à Bicêtre.
  • Dans quatre chapitres vers la fin du roman Les Mystères de Paris, Eugène Sue décrit les conditions des malades et le dernier jour de deux condamnées à Bicêtre.

Voir aussi

Géricault

Articles connexes





Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Bicêtre Hospital" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools