Francis Poictevin  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

There is a memorable passage in A Rebours, the transcription of which, by Mr. George Moore [in Confessions of a Young Man], may be helpful in understanding the work of that rare literary artist, Francis Poictevin. " The poem in prose," wrote Huysmans, "handled by an alchemist of genius, should contain the quintessence, the entire strength of the novel, the long analysis and the superfluous description of which it suppresses ... the adjective placed in such an ingenious and definite way that it could not be legally dispossessed of its place, that the reader would dream for whole weeks together over its meaning, at once precise and multiple; affirm the present, reconstruct the past, divine the future of the souls revealed by the light of the unique epithet. The novel thus understood, thus condensed into one or two pages, would be a communion of thought between a magical writer and an ideal reader, a spiritual collaboration by consent between ten superior persons scattered through the universe, a delectation ofifered to the most refined and accessible only to them." --James Huneker, Egoists: A Book of Supermen (1909)

Related e

Wikipedia
Wiktionary
Shop


Featured:

Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel
Enlarge
Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel

Francis Poictevin was a French writer born in Paris on 27 June 1854, died in Menton on 6 May 1904.

Biographie

Dandy, esthète, auteur de romans qui amplifient les procédés de l’écriture artiste ; disciple fanatique d’Edmond de Goncourt, ami et confident de Joris-Karl Huysmans, il dériva peu à peu vers le mysticisme et la folie. Tombé dans l'oubli, il suscita plus tard la vive admiration de Louis Aragon, Paul Eluard et André Breton.

Né dans un milieu aisé (son père, Paul Poictevin, est banquier), Francis Poictevin peut, après des études secondaires au lycée Louis-le-Grand et avoir fait son droit, se consacrer aux voyages (Allemagne, Angleterre, Italie) et à la littérature sans prendre d'état.

Il rencontre en 1882 Jules Barbey d'Aurevilly, c'est le début d'une amitié et d'une correspondance qui durera 5 ans. Riche et excentrique, il sert de modèle à Joris-Karl Huysmans pour le personnage de Des Esseintes (À rebours).

Dédié à Edmond de Goncourt, dont il fréquente régulièrement le salon, son deuxième roman, Ludine, paraît en 1883. Guy de Maupassant lui consacre dans Le Figaro un article très favorable.

En 1888, il collabore à la Revue indépendante de Félix Fénéon.

À partir de 1895, il fait des voyages de plus en plus fréquents sur la Côte d'Azur pour sa santé. Il cesse d'écrire. Il se marie en 1896 avec Alice Devaux, sa maîtresse depuis une quinzaine d'années.

Francis Poictevin s'éteint à Menton le 6 mai 1904. Son acte de décès indique : "profession de rentier".

Bibliographie

  • 1882 : La robe du moine
  • 1883 : Ludine, réédité en 1996 chez Séguier, collection "Bibliothèque décadente". Préface de Jean de Palacio.
  • 1884 : Songes
  • 1885 : Petitau
  • 1886 : Seuls
  • 1888 : Paysages
  • 1888 : Derniers songes, réédité en 1991 chez Safrat. Préface de Betrand Delcourt.
  • 1889 : Double, réédité en 1991 chez Safrat. Préface de Betrand Delcourt.
  • 1890 : Presque
  • 1892 : Heures
  • 1893 : Tout bas
  • 1894 : Ombres





Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Francis Poictevin" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools