French description of The monomanies series by Géricault  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

This is a French Wikipedia text on Géricault's monomaniacs.

Selon le critique d’art Louis Viardot, le tableau de Lyon, dans la série des monomanes de Géricault, représenterait L’Envie, les quatre autres portraits représentant, quant à eux, le Vol d’enfants (Springfield Museum of Fine Arts), le Commandement militaire (musée Oskar Reinhart, Winterthur), Le Vol (musée des beaux-arts de Gand) et Le Jeu (musée du Louvre). Néanmoins, à part le lien évident entre ces cinq œuvres, rien n’est connu de leur origine. Contrairement à ce qu’a affirmé Viardot, on ne sait pas si elles ont été commandées par le docteur Étienne-Jean Georget, médecin chef à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris.

Les noms de ces peintures évoquent la classification des différents types de folie mise en place par les médecins au temps de Géricault. Les folies étaient désignées sous le terme de « manies » ou de « monomanies », elles étaient considérées comme des « fixation(s) psychique(s) et obsédante(s) d'un malade sur un objet unique ». Cette classification devint obsolète dès la seconde moitié du XIXe siècle et laissa place à d'autres dénominations comme « délire de persécution », « folie des grandeurs » ou « délire de jalousie ».

La folie, l’aliénation et l’irrationalité, en tout cas, n’ont pas manqué de constituer une source d’inspiration pour Géricault, qui comme d’autres artistes de la même époque (Goya fut le premier) se place à l’opposé du rationalisme des Lumières. La peinture dans ce tableau devient introspective : Géricault examine l’influence de l’état mental sur le visage, car c’est à travers celui-ci que transparaît la personnalité réelle d’un être. Le visage révèle la nature de la folie, ici l’envie. Au cours de sa vie, Géricault a ainsi réalisé de nombreuses études d’aliénés internés en se rendant dans les différents hôpitaux et institutions de Paris où ils étaient enfermés. Il s'est intéressé à tous les individus relégués au bas de l'échelle sociale et, outre les aliénés, il a consacré une partie de son travail aux criminels, notamment à l'étude des têtes des guillotinés (on connaît de lui plusieurs peintures représentant criminels et membres humains coupés).




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "French description of The monomanies series by Géricault" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools