La séduction de l'étrange  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

Jump to: navigation, search

Related e

Google
Wikipedia
Wiktionary
Wiki Commons
Wikiquote
Wikisource
YouTube
Shop


Featured:
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.
Enlarge
Train wreck at Montparnasse (October 22, 1895) by Studio Lévy and Sons.

La séduction de l'étrange. Étude sur la littérature fantastique (Presses Universitaires de France, 1964) is a book by French philosopher Louis Vax. Its title translates as 'the seduction of the strange, study of fantastic literature.'

First page of the introduction:

On rit des histoires de bègues, d'Écossais, de snobs ou de fous. On a peur des histoires de vampires, de loups-garous, de sorcières ou de revenants. Si les histoires amusantes sont vraies — ou données pour telles — elles n'en sont que plus piquantes. Mais la question de leur authenticité — de leur « vérité de fait », de leur tatsächlichkeit — est secondaire. Elle ne touche pas à la nature du comique. Nous n'avons pas besoin de croire aux histoires amusantes. Mais nous éprouvons le besoin de croire, jusqu'à uncertain point, aux histoires à faire peur. Sinon nous ne serions pas envoûtés. La raison en est simple : l'homme qui rit ne sympathise pas avec l'homme ridicule, mais l'homme qui lit une histoire à faire peur participe de la peur du personnage menacé (1). Petit fait gros de conséquences : puisque la question de l'authenticité des histoires à faire rire ne touche pas à la nature du comique, les philosophes ont étudié le comique pour lui-même. Les livres sur le rire abondent. Mais puisque la question de l'authenticité des histoires étranges paraît essentielle, les philosophes se sont demandé surtout si les histoires de vampires, d'apparitions, de télépathie, etc., étaient vraies ou non. Qu'on lise Montaigne, et Malebranche, et Spinoza, et Bayle, et Kant ! Ils ont quelque peu négligé d'étudier le sentiment de l'étrange pour lui-même. Ils ont laissé ce soin aux psychologues. Nous devons à Janet de fines remarques, à Freud une magistrale étude. Un champ de recherche reste ouvert à la réflexion philosophique Les sujets des histoires étranges et la manière de les traiteront varié avec les âges. Le Moyen Age (2), qui croyait au diable, nous a laissé des
(1) Remarques sommaires qui seront nuancées plus loin.
(2) Ne médisons pas du Moyen Age : les XVIe et XVIIe siècles l'égalèrenten nalveté (voir bibliogr., I" partie).




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "La séduction de l'étrange" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools