Journal des Goncourt  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

(Redirected from The Goncourt Journals)
Jump to: navigation, search

"Yes, there is no doubt about it, this is an age which has a liking for unsavoury conduct. Who, after all, are the idols of the youth of today? They are Baudelaire, Villiers de L'Isle-Adam, Verlaine: three men of talent admittedly, but a sadistic Bohemian, an alcoholic, and a murderous homosexual."[1] Edmond de Goncourt, The Goncourt Journal, January 27, 1895

Related e

Wikipedia
Wiktionary
Shop


Featured:

Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel
Enlarge
Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel

The Goncourt brothers wrote a long journal Journal des Goncourt from 1851, which gives an interesting view of the literary and social life of their time. They are often not only caustic, but even spiteful.

The journals were read by lovers of art and culture. Frank Harris, in his preface to My Life and Loves writes: "'Women and Love' , Edmond de Goncourt writes in his journal, "always constitute the subject of conversation wherever there is a meeting of intellectual people socially brought together by eating and drinking. Our talk at dinner was at first smutty (polisonne) and Tourgueneff listened to us with the open-mouthed wonder (l'etonnement un peu meduse) of a barbarian who only makes love (fait l'amour) very naturally (tres naturellement)".

Le Journal

Alors que l'œuvre de fiction des Goncourt est relativement peu lue aujourd'hui, le Journal reste un témoignage intéressant sur la fin du XIXTemplate:E siècle.

Jusqu'à sa mort en 1870, Jules fut le principal auteur du Journal, qui fut ensuite poursuivi par Edmond, resté seul. Sous-titré Mémoires de la vie littéraire, il se compose d'un ensemble de notes, généralement brèves, prises au jour le jour. On y trouve, en désordre, au fil des dates

  • des observations sur la santé des deux auteurs, et de leurs amis : en particulier, pendant l'année 1870, la maladie de Jules, qui doit aboutir à sa mort, est décrite avec soin par Edmond, mais cette minutie dans la description de la déchéance de son frère n'exclut pas une profonde douleur ;
  • le récit des démêlés des auteurs avec les commissions de censure, aussi virulentes et bornées sous la IIIe République que sous le Second Empire ;
  • les rapports des auteurs avec la critique, souvent sévère, voire insultante : les romans des deux frères, comme ceux d'Émile Zola, ont souvent choqué leurs contemporains et les critiques pudibonds ;
  • le récit du succès ou des échecs des livres, et surtout des pièces de théâtre (la plupart des romans des auteurs ayant été adaptés pour la scène, comme il était d'usage à cette époque) : difficile de savoir à l'avance si une pièce allait faire un triomphe ou être sifflée ;
  • des « on dit » plus ou moins médisants entendus à droite et à gauche ;
  • des observations politiques, où les auteurs se révèlent antirépublicains et laissent libre cours à leur antisémitisme (Édouard Drumont était ami d'Edmond) : ceci est en particulier visible sous la plume d'Edmond, sous la IIITemplate:E République ;
  • des propos, entendus dans les dîners mondains et les salons, sur des célébrités (écrivains, artistes, scientifiques, philosophes, hommes politiques) sous un jour souvent inattendu : la publication de ces propos a souvent amené des brouilles entre les Goncourt et leurs connaissances, qui leur reprochaient leur indiscrétion ; Edmond affirme toutefois n'avoir jamais rien inventé ni déformé dans les propos qu'il prête à ses connaissances.

Les Goncourt ont créé l'écriture artiste : ils préfèrent les tableaux à la nature.

See also




Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "Journal des Goncourt" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools