La Farce de maître Trubert et d'Antrongnard  

From The Art and Popular Culture Encyclopedia

(Redirected from Trubert)
Jump to: navigation, search

Related e

Wikipedia
Wiktionary
Shop


Featured:

Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel
Enlarge
Kunstformen der Natur (1904) by Ernst Haeckel

La Farce de maître Trubert et d'Antrongnard (The Farce of Master Trubert and Antrongnart) is a play by Eustache Deschamps.

Full text[1]

Incipit Uns homs fut qui me demanda

Titre Comment un homme trova un autre en son jardin cuiellant une amende et comment il le fist mettre en prison et du jugement qui en fut fait

Emplacement dans le ms. de référence 372a-376c

Présence dans d'autres manuscrits ---

Éditions antérieures

N° de la pièce dans le ms. de référence MCCCLIX

Comment un homme trova un autre en son jardin cuiellant une amende et comment il le fist mettre en prison et du jugement qui en fut fait

1

Uns homs fut qui me demanda


2

Contre une autre, et tel demande a :


3

― Qui avoit cueilli une amende


4

En mon vergier, doit il amende,


5

Si je m'en plaing, et maugré mien


6

D'ainsi prandre et ravir le mien


7

Et de moy faire tel dommaige ?


8

― Es tu hom ? ― [Hé !] par Dieu d'omme ay ge


9

Le semblant, l'usaige et la fourme.


10

― Doncques selon raison te fourme,


11

Esperit as qui tousjours dure.


12

Ne seroit [ce] pas chose dure


13

De mettre un homme, pour mangier


14

Une amende, en si grant dangier


15

Com de le condempner par juge ?


16

Garde toy que Cilz qui tou juge


17

Pour si petit ne te condempne :


18

Qui autruy fait ort, il se dampne.


19

― L'amende n'est pas de grant pris,


20

Vous dictes voir, mais cellui pris


21

En mon jardin qui me fist force,


22

Et puis que mon vergier efforce,


23

Et qu'il y entre oultre mon gré


24

Par sus les murs, c'est un degré


25

De larrecin et de mesfait.


26

Et bien sçay que plus eust mesfait,


27

Considere sa violence,


28

Se ce n'eust esté une lance,

372b

29

Dont je lui donnay sur le chief.


30

Ja n'en fusse venu a chief,


31

Mesmement que d'un grant baston


32

Me frappa, disant a bas ton :


33

― Retourne, ou je t'assenerai !


34

Et lors en criant reviray :


35

Sur le chemin vi maintes gens.


36

La acourirent deux sergens


37

Qui demanderent : ― Qu'est cela ?


38

Lui et moy gaires ne cela,


39

Mais dist que je li ay queurs seure,


40

Et je me plains que par desseure


41

Les murs estoit contre raison


42

Entréz en clos de ma maison,


43

M'avoit villené et batu


44

Et un amendier abatu.


45

Lors me desmentit par la gueule,


46

En disant c'une amende seule,


47

Sanz avoir fait autre rompture,


48

Avoit pris en celle closture,


49

En passant par mu son chemin.


50

Lors escriprent en parchemin


51

La plainte de chascun par soy


52

Les sergns, et lors m'apperçoy


53

Qu'il disoit que batu l'avoie.


54

Lors leur dis : ― Regardéz la voie


55

Et le mur qu'il a desrompu,


56

Et si m'a le musel rompu


57

Pour prandre et ravir mon chastel


58

En ma maison, en mon chastel


59

Ou je devoie asseur estre,


60

Et si fait chascun en son estre.


61

Adonc fut menéz en prinson,


62

Onques mais ne fut mieulx prins hom.

372c

63

La est encores detenu.


64

Dictes moy, n'est il pas tenu


65

A moy qu'om doit pour ce mander


66

De la villenie amender,


67

Et mon dommaige restablir,


68

Mon mur refaire et establir


69

En l'estat qu'il estoit devant ?


70

Car s'il venoit un pou de vent,


71

Mes gardins ne seroit pas saulx,


72

Car il n'a qu'un fagot de saulx


73

Sur le trou ou li foulz passa,


74

Qui venir ne vouloit pas ça,


75

Qu'il ne fust pour ce emprinsonnéz,


76

Mais la est comme en prinson nez.


77

N'est ce a bon droit qu'om le justice


78

Et qu'il l'amende a la justice ?


79

Dont sanz moy de leenz n'ystra.


80

Son pain en plourant benistra


81

Jusques restituéz [en] soye :


82

J'en aray bien robe de soye


83

Pour donner mon consentement.


84

Se vous saviéz mon sentement


85

Et le malice que je pance


86

Itel comme il est en ma pance,


87

Et vous m'y vouléz bien aidier,


88

Veu que vous sçavéz bien plaidier,


89

Il lui cousteroit coq et poule.


90

Il ne vault rien qui ne triboule


91

Au jour d'ui ou qui ne mescompte.


92

On ne tient de prodomme compte :


93

Uns preudoms ne puet pain avoir,


94

Mais les hoqueteurs ont l'avoir,


95

Les benefices, les estas.


96

Ceulx ont a milliers et a tas

372d

97

Les vaisselles, l'argent, les ors,


98

Et si en a d'entr'eulx si ors,


99

Si malostrus, si pou saichans


100

Quant a honneur, mais fort sachans


101

Sont et tirans l'avoir mondain


102

Du peuple. Et pour ce ce monde aim.


103

Et vueil penser de mon affaire :


104

J'ay de vostre consei la faire,


105

A ma pension vous retien.


106

― Il me couvendroit dire : « Tien ! »


107

Et de fait baillier .iiii. frans,


108

Car s'autre m'estoit plus offrans,


109

Et je n'avoie de toy erres,


110

Sanz moy pouoir dire : « Tu erres »,


111

Je pourroye a sa cause aler.


Ms. +1 112

Faut faire le pousse baler


Ms. +1 113

Qui veult avoir les advocas,


114

Avant qu'om leur die son cas.


115

C'est un noble office du bec,


116

Ou il couvient paier tout sec.


117

Si je suy de ta retenue,


118

Ta cause sera soustenue


119

Si fort et de si bon endroit


120

Que je te feray de tort droit


121

Et du droit ta partie tort,


122

Car je sçay une loy qui tort


123

Arrebours le droit de chascun,


124

Et si rescçay bien pour aucun


125

Une science qui radresse


126

Le tort : no science est maistresse


127

Du gouvernement de ce monde :


128

Je feroye de sanemonde


129

[…]


130

Par ma parole estre un oingnon,


131

[Et] de pourcel estre sensue.

373a

132

Je feroie d'une massue


133

Un espieu trenchant et agu.


134

Je feroie par mon argu


135

Ce qui est noir devenir blanc.


136

Je feroie d'un po de sang


137

.iii. sectiers et un homme mort.


138

Je feroie d'un chien qui mort


139

Un aingnel simple et debonnaire,


140

Et d'un esprevier de bon aire


141

Feroie une chauve souris.


142

S'uns mesiaux estoit tous pourris,


143

Sain le feroie par parole,


144

Et toute foiz que je parole,


145

Par mon parler couvient et fault


146

Estre bon ce qui rien ne vault,


147

Et ce qui n'est bon ne estable


148

Faiz par ma langue profitable.


149

Je fais d'un prdomme larron,


150

Et si fais d'un mauvais garçon


151

Homme de bonne renommee.


152

Encor ay je bien la nommee


153

De faire d'un foul homme saige,


154

Et encor par contraire sçay je


155

D'un foul faire homme de science,


156

Et de mauvaise conscience


157

Faire un homme de charité.


158

Je di tousjours en verité


159

En plaidoyant devant ses juges


160

Mes raisons [et] mes suterfuges.


161

Je caiche menu et souvent


162

Le droit, et arrier et avant


163

Je sçay bien desdfendre mon pal,


164

Si qu'on ne puet au principal


165

Venir de la cause ou pretoire

373b

166

Qu'il n'y aut une dilatoire,


167

Un advis, un jour de conseil.


168

Je lo mainte fois et conseil


169

Que faiz nouveaulx doubteus se treuve,


170

Si que mes maistres ait la preuve,


171

Car qui scet garder pres et loings


172

A la fois treuve des tesmoings


173

Dont on puet prouver sa besongne.


174

Je sçay proposer une essongne


175

[Et] prandre default, s'il y chiet.


176

Comme l'eure de midi chiet


177

Et partie n'est pas presente,


178

Lors di : ― Mes maistres se presente !


179

Et faiz maulgré les mesdisans


180

Une cause durer dix ans


181

Par absences et par delais.


182

C'est merveille d'avocas lays,


183

Encor plus grant de ceuls d'Eglise,


184

Car ilz sont tous de terre glise,


185

Si perilleus et si glassans


186

Que tous ly mondes par leur sens


187

Est entortilliéz a leurs cours,


188

Et desliéz, car leur recours


189

Y ont clers qui n'ont que tonsure.


190

larrons, mourdreurs, sanz escripture


191

Savoir, ont requis et rendus,


192

Qui bien deussent estre pandus.


193

Mais pitéz pour argent s'acorde


194

Que pugnicion et la corde,


195

Et le pain d'eaue et de tristesce


196

Leur soit converti en leesce.


197

Dieux ne veult du pecheur la mort.


198

Mains de telz clers ont autrui mort


199

Et font encores chascun jour,

373c

200

Qui ne font gaires de sejour


201

En leurs prinsons, s'ilz ont argent,


202

Car ce sont piteable gent.


203

Mais un vray juge seculer


204

N'oseroit ce chemin aler.


205

Encor s'uns homs est mes afins,


206

Sçay je proposer tant de fins


207

Ou je vueil jugement avoir,


208

Qu'a paines puet juges sçavoir


209

Que j'ay dit ne qu'il doit jugier.


210

Je me faiz mainte fois huchier


211

Que j'oy bien et sçay qu'om m'appelle,


212

Pour acorder quelque querelle,


213

Mais je me soustendray toudis


214

En ma parole et en mes dis.


215

Je fais doubles conclusions,


216

Je treuve tant d'evasions,


217

D'escriptures en parchemin,


218

Que toudis fault estre en chemin


219

Pour paier clercs, pour commissaires.


220

Je faiz d'escriptures trois paires


221

Ou un autre n'en feroit que une.


222

J'ay chier le plait d'une commune,


223

De grosses villes, de citéz.


224

Aux chapitres suy exitéz,


225

A ces granz abbez, a ces moingnes,


226

A ces prieurs, a ces chanoines,


227

A ces ducs, contes, chevaliers :


228

Plaiz entr'eulx voy trop voulentiers,


229

Et suy belement leur afin


230

Que leur plaiz ne prandra ja fin


231

A mon pouoir, mais pour l'un d'eulx


232

En ara toudis .iiii. entr'eulx.


233

Est ce grant frait d'avocacie ?

373d

234

Se tu m'as, pas ne te soussie,


235

Car ton plaidoié sera bon.


236

― Sire, or me dictes vostre nom.


237

― Mais tu le tien, se Dieux te gart.


238

― Par foy, on m'appelle Entroingnart.


239

― Antroingnart ? De quel lieu ? ― D'Entroingne,


240

Une bonne ville en Sauloingne.


241

Et vous, comment ? ― Maistre Trubert


242

Suy appeléz, de Saint Hubert.


243

― Haro ! vous estes ardenoys :


244

Ailleurs avéz escaillé noys.


245

Vous sçavéz tout le sens du monde.


246

Toute science en vous habonde,


247

Par le sang Dieu, vous sçavéz tout.


248

Doulz maistre, adviséz par quel bout


249

Je pourray gaingnier ma querelle :


250

N'y laissiéz a tirer merelle.


251

Vez cy .iiii. frans. ― Doulz amis,


252

Sont ilz de pois ? ― Je les ay mis


253

Par .iiii. foys sur le buquet.


254

― Oil, par Dieu. ― Et au drinquet


255

Les ay gaingniéz. ― Et sont ilz d'or ?


256

― Pour moy n'avéz rien fait encor,


257

Et s'espeluchiéz si l'argent !


258

Ilz sont de bon or et de gent,


259

Du coing du Roy, et ont leur course.


260

― Je les mettray dedenz ma bourse.


261

Ha dya ! c'est bon or, puis qu'il ploye.


262

En avéz vous plus toutevoye ?


263

― Si ay, par Dieu, encores vint.


264

― Or me dictes dont ce vous vint.


265

― Du gaing du gieu de l'eschequier.


266

― Moustrer ça, je le vous requier.*


267

― Tenéz, regardéz, sont ilz grans ?

374a

268

― Par saint Fiacre, ce sont bons frans


269

A cheval arméz pour la guerre.


270

Regardéz qu'ilz sont plains de terre :


271

Quelque part furent enterréz.


272

― Mais tTrubert, trop fot erréz,


273

Quant vous ne penséz a mon plait.


274

Sa ! mes vint frans ! ― Aléz au plait.


275

― De quoy ? ― Je vous ay tant parlé :


276

Vostre homme sera ravalé


277

Si fort et par tele maniere


278

Qu'il nosera lever la chiere.


279

Tenéz sa cause pour perdue.


280

Sa terre vous sera vendue,


281

Quant ma cause sera gaingnee,


282

Antroingnart. Mais qu'a ame nee


283

Ne soit dit ce que vous diray !


284

Vez ci ce que je vous ferai :


285

Il me fault trop souvent debatre.


286

Si me vouldroie un pou esbatre


287

Avecques vous, s'il vous plaisoit,


288

A quelque gieu ou l'en congnoit,


Ms. +1 289

Au drinquet a deux ou trois dez


290

Ou a un autre. Demandéz.


291

― Je ne sçay rien qu'a la vachette.


292

― La couvenance sera fecte,


293

Entre vous et moy, Antroingnat,


294

Que chascun mettra a sa part,


295

.xx. frans de bon or et de fin,


296

Sanz laissier jusques a la fin


297

Que tout yert gaingnié ou perdu.


298

Mais nous tirerons au festu,


299

Et cilz qui le plus grant ara

374b

300

Le gieu pour jouer eslira.


301

Est ce bien dit, que t'en semble il ?


302

― Maistres, vous estes trop soutil


303

Et sçavéz trop de l'escremie.


304

Je [ne] m'y acorderay mie,


305

Se vous ne renoncéz avant


306

A tout plait, et m'aréz couvent


307

Que vous ne me trich[er]éz pas.


308

Si je pers, bien puis dire, helas !


309

De mauvese heure vous moustray


310

Ces .xx. frans, car plus d'agent n'ay :


311

Peschier m'en iray au pannier,


312

Plus n'aray maille ne denier,


313

Si seray chetis et meschans.


314

Mieulx me vaulsist f[o]uir mes champs


315

Et mon courtil [bien] courtillier.


316

Me vouléz vous entourtillier ?


317

De gieu ne sçai ne c'un cornart.


318

― Nenil, par ma foy, Entroingnart.


319

Neant plus n'en sçay que vous faictes.


320

― Il y faurroit avoir des guettes,


321

Pour jugier li droit et li tort


322

Ou nous ne serions ja d'acort.


323

― Avéz vous paour de tricherie ?


324

― Ouil, pour vostre advocacie,


325

Car je ne sçaroie plaidier.


326

― Contre vous ne m'en vueil aidier,


327

Antroingnart, je le vous affie.


328

― Se tesmoings n'y a ceste fye


329

Pour veoir et jugier des cops,


330

Des mains puissent voler mes os,


331

S'ainsis n'est fait com je recorde.


332

― Antroingnart, je le vous acorde :

374c

333

Or nomméz ceuls qui bons seront.


334

― Barat et Hasart jugeront,


335

Faintise qui l'eschequier garde


336

Et Happetout. ― C'est bien. Regarde.


337

A ce gieu deux festus prenons,


338

Et se li uns est li plus longs,


339

Cilz de nous deux qui [si] l'ara,


340

Le gieu pour jouer choisira.


341

― Je le vueil : faictes les festus.


342

― Ilz sont faiz, tiréz. ― C'est li plus


343

Grans de ces .ii. que j'ay tiré.


344

Maistre Trubet, je vous dira :


345

Tendre vous fault la main aux sains :


346

Tendéz ! ― Voulentiers, beau compains.


347

― Juréz le tres[saint] sacrement,


348

Vostre foy, vo baptisement,


349

Tous les sains [et] toutes les sainctes,


350

Sanz penser a paroles faintes


351

Ne a equivocacions,


352

A plaiz, a advocacions,


353

A delaiz, a tous subterfuges,


354

A officiaulx et a juges


355

Tant seculiers comme d'Eglise,


356

A quelconque plait et emprise,


357

Par la Passion Jhesu Crist


Ms. +1 358

En renonçant a Droit escript,


359

A tout Decret, aux.xii. Tables,


360

Que fermes serés et estables


361

Au gieu du drinquet que je nomme,


362

Et ne vous tenceréz a homme


363

Pour vostre gaing ne pour vo perte,


364

Et s'il y a chance couverte,


365

Vous paieréz, se vous le perdéz,


366

Soit a la vachette ou aux dez,

374d

367

Au drinquet ou a autre gieu,


368

Et ne vous partiréz du gieu


369

Tant que vous aiéz [un] denier,


370

Ne pour perdre ne pour gaingnier


371

Jusques a .xx. frans sur le mains.


372

Et si tendrez les diz certains


373

Et les jugemens sanz debat


Ms. -1 374

Et de Hasart et de Barat,


Ms. +2 375

De Faintise et des regardans,


376

Et ne serés ja si ardans


377

Que vous maugriéz ne juréz,


378

Se vous tenir vous en pouéz,


379

Pour perte que vous puisséz faire.


380

― Saincte sang Dieu ! Qu'est ce grant haire


381

D'un si grant service eschevir ?


382

Je le vueil bien. Va toy seir.


383

Mais tu jures semblablement ?


384

― Non faiz pas, mais tout autrement,


385

Car je ne suy point advocas.


386

― Sur dyables laisséz ces debas !


387

Il souffist qu'il tiengne no dit.


388

Seez vous, jouéz ! ― C'est tresbien dit :


389

Je serray cy. ― Et je deça.


390

Antroingnés premiers gettera.


391

Lesquels prans tu ? ― Les blans sanz faille.


392

― Et je les noirs, vaille que vaille.


393

Gettéz. ― Pour combein ? ― Pour .ii. frans.


394

― Je le vueil. Or voist. Il est blans !


395

Je l'ay gaingnié. Pour autres deux ?


396

― Il me plaist, puisque tu le veuls.


397

Va de par Dieu ! ― Ou blanc est droit !


398

― Certes non est : je di qu'il boit


399

Sur le noir. ― Barat, regardéz.


400

― Je ne sçay. ― [Mais] vous en diréz,

375a

401

Barat. ― Il me semble tout franc.


402

― Hasart, adviséz sur le blanc.


403

― Il tient du noir a un costé.


404

― Ce coup cy sera tout osté.


405

Regettéz encor ceste fois.


406

― On me fait ort, ce n'est pas drois,


407

Mais il fait bon taire sa bouche.


408

Antroingnart, .iiii. frans vous couche.


409

Le tenéz vous ? ― Ouil, par Dieu.


410

Or suy je ou blanc droit en milieu ?


411

― Ces.iiii. prandra Antroingnart.


412

― Or ça, Dieux en ait male part !


413

En ce biau brelan suy truans :


414

A.ii. coups ay perdu .vi. frans.


415

Pour autres .vi. vouléz vous bien ?


416

― Couche. Je ne refuse rien.


417

Or va, va ! ― Vous l'avéz perdu.


418

Il fist ou nour tout estendu.


419

Ces .vi. frans revendront arriere


420

Devers moy. ― Est ce la maniere ?


421

― Mettéz jus, tenéz vous en pés,


422

Car il ne fait riens es cornés.


423

― Est ce vray ? ― Oil, a ce gieu.


424

― Ha, sire, qu'en despit de Dieu,


425

Quant tel gieu fut onques trové,


426

Il a tost son cornet prouvé!


427

Jugiéz pour moy s'il y eschiet.


428

― Jettéz hault ! ― Voulentiers. ― Il chiet


429

En my lieu du blanc, ce m'est vis.


430

Je l'ay gaingnié. ― J'en ay du pis,


431

Qu'en despit de la Letanie,


432

Filz de putain est qui se fie


433

En drinquet ! ― Taiséz vous ! couchéz.


434

― Pour .iiii. franc, mais y gettéz !

375b

435

― Veéz la ! ― il est noir tout par my.


436

Perdu l'avéz. ― Ce poise my.


437

― Mais il me doit du coup peser,


438

Qui pour un seul franc recouvrer


439

En ay perdu .xii. du mains !


440

Je sçay trop bien faire telz mains !


441

― Jettéz pour demi franc, beau mestre !


442

― En despit de Dieu ce puist estre !


443

Couchez vous si petiz lopins ?


444

Je vous couche .iiii. flourins,


445

Et vous me couchéz demi franc !


446

― C'est trop pour moy. ― il est ou blanc !


447

Demi avéz ci. ― Pour ma part,


448

Je l'ay gaingnié. ― Sire Antroingnart,


449

Couchéz bon ocup, je vous en prie.


450

― Pour .xii. frans ? ― Et je l'ottrie.


451

Or voist a Dieu ! ― Il boit, ne vault.


452

― Je brise ce coup. ― Gettéz hault !


453

― Voulentiers. Est ce bien getté ?


454

― Vous avéz le tablier bouté.


455

Ce coup ci ne doit riens valoir.


456

― Par saint Fiacre, il n'est pas en noir,


457

Mais tout blanc, je le gaingneray.


458

― Par Dieu, ja ne le perderay.


459

Il tient du noir. Jugiéz, Hasart.


460

― Par ma leauté, Antroingnart


461

L'a gaingnié, et maistre Trubert


462

Par nicement getter le pert.


463

― Je ne vous en croiray de rien :


464

Barat, regardéz ou moen,


465

Et vous, Faintise, tous ensemble,


466

Et jugiéz ce qu'il vous en semble.


467

― Qu'en dictes vous ? ― Et vous, Barat ?


468

― Ce Trubert en vain se debat.


469

Il l'a perdu. ― C'est donques mien.

375c

470

― Trubers doy je estre appelléz bien :


471

On m'a fait un beau jugement !


472

Je voy que chascun jugeur ment


473

A ce gieu, dont pas ne suy aise.


474

― Vous y mentéz, par saint Nicaise,


475

Comme faulx lodier et parjure !


476

― Vous amenderéz ceste injure.


477

― Et ce que vous avéz juré ?


478

Et puis vous estes parjuré,


479

Quant vous repugnéz la sentence


480

Contre raison. ― Bien sçay qu'en pence.


481

― Vous n'estes pas en vo pretoire :


482

Jouéz. ― Oil, s'on me vuelt croire :


483

Car je n'ay plus d'argent content.


484

― Ne vous aléz plus debatant :


485

Sur vo mentel vous presteray.


486

Jouéz, car je vous aideray,


487

Dist Faintise. Vous gaingneréz


488

Et vostre perte rescourréz.


489

Vous gettéz plus bel qu'Entroingnart,


490

Ce n'est c'un villain, ne scet l'art.


491

Quanqu'il jeue n'est qu'aventure.


492

― Sa, prestéz moy sur ma sainture


493

Et mon mentel vint frans ou trente.


494

― Vez les ci, je les vousp resente :


495

Sa, le mentel et la courroye.


496

― Or faictes beau gieu, je vous proye.


497

Pour .xx. frans gettéz. ― [Je] le vueil.


498

― Va gaingnier, va. ― Veéz vous a l'eil


499

Qu'il est ou blanc sanz buverie ?


500

― Maugré en ait saincte Marie !


501

De ce gieu je pers tout le moen


502

A un chetif qui n'y scet rien,


503

Si comme il dit ! Le fiable ait part,


504

Quant vous vi onques, Entroingnart !


Ms. +1 505

Vous gaingnéz a chascune fois.


506

― Au remanant va ou tu dois !


507

― Je tien tout, descen : si fait il.


508

― Il n'y fault point d'omme soutil :


509

En my le blanc est trestout droit !


510

― Par le sang Dieu, qui me pendroit


511

Sanz grace et sanz misericorde,


512

Il ne perderoit que la corde,


513

Car j'ay ci par ma couvoitise


514

Tout perdu, argent et chemise,


Ms. +1 515

Pour .xx. frans que je vi si rouges !


516

Mettre les cuiday en mes bouges,


517

Mais le mien m'ont fait perdre tout.


518

Je vueil estre sur le debout :


519

Prestéz sur ma cotte et pourpoint.


520

Douze frans : mettéz vous a point ?


Ms. +1 521

― Vez les cy. Ça, pourpoint et cotte !


522

― Je suy bien pour porter la hotte.


523

Or donnéz. Gettéz, Antroignart.


524

Franchement vous couche ma part.


525

― Je le tieng. ― Or va gaingnier, va !


526

― Benoit soit qui ce coup rua !


527

On ne le puet mieulx mettre ou blanc.


528

― Ce poise moy, j'ay froit au flanc :


529

[…]


530

Et s'ay cotte et mentel perdu,


531

Courroye, chappel et pourpoint.


532

― Or est Trubert en petit point,


533

Car de ci ne s'en puet aler.


534

― Faictes mon pourpoint avaler,


535

Ma cotte pour couvrir ma pel,


536

Ou des juges faiz un appel.


537

― Du fornier ne seray pas lent.


538

― Laisséz lay : il est appelant

376a

539

En cel estat, sanz attempter,


540

Car s'il puet plouvoir ou venter,


541

Il sçara bien d'avocassie.


542

[Et] s'il n'a froit en la vessie,


543

Mieulx vaulsist appeler vestus,


544

S'il eust droit, qu'appeler tous nus.


545

― Mais de sentence [pas] n'y a.


546

Je ne sçay de quoy appella :


547

Il n'y a grief noppression


548

Venu que de sa mottion.


549

Il est du trinquet triquetéz,


550

Du tablier et du gieu des dez.


551

Ne voy pas relever appeaulx


552

Ou maint ont perdu leurs drappeaulx.


553

De partons nous de cy, Hasart.


554

― Je le vueil. Alons autre part.


555

― Barat, demouréz, je vous prie,


556

Car de moy appellé n'a mie,


557

Pour faire un traicté avec li.


558

Maistre Trubert, je vous affi


559

Que .iiii. franz qu'avéz euz


560

Me sont par vous a present deuz,


561

Car pa n'avéz plaidé pour my.


562

Or regardéz, mon doulz amy,


563

Comment vous ferés de mon plait.


564

― Taiséz vous, que maugré en ait


565

Dieu, et sa mere, et tous ses sains,


566

Quant je vous vi onques, villains,


567

Ne vo cause, ne vo parole !


568

Vous me tenéz bien en geole,


569

Qui avéz tout en vo commande !


570

J'eusse plus chier que vostre amende,


571

L'amendier et le jardinaige


572

Fussent de burre et de frommaige,

376b

573

Qu'onques fussiéz a moy venu,


574

Qui ainsis m'en renvoiéz nu,


575

Sanz argent, [sanz] cotte et pourpoint !


576

L'amende m'a mis en dur point.


577

Grant rigueur ne grant couvoitise


578

N'est pas bonne, qui bien l'advise,


579

Car elle fait homme perir,


580

Moquer, dampner et escharnir.


581

S'il est de ce fait aucun compte,


582

Tant y aray je plus grant honte,


583

Que je crains plus que le dommaige.


584

Certes nul ne puet estre saige,


585

Se il n'est prudens et loyaulx.


586

Nulz ne doit noier ses boyaulx


587

A Barat et a Tricherie


588

Pour avoir ne pour lecherie.


589

Et qui le fait, Barat ly paye.


590

Bien voy ceste chose estre vraye


591

Et advenir en pluseurs cas,


592

N'il n'est nul si grans advocas,


593

Puis que de desloyauté boive,


594

Que couvoitise ne deçoive :


595

Pour de chetiveté honnist,


596

Et Baras onque bien ne fist.


597

Il m'a payé, si fait il maint.


598

Or m'a desvestu et dessaint,


599

Et Antroingnart a entroingnié,


600

Tant que il a mal besongnié.


Ms. -1 601

Ainsis pers je par mon entroingne


602

Mon sens, mon los et ma besoingne.


603

Quitte moy, je te quitteray :


604

Pour amende ne plaideray


605

Jamais, pour noix ne pour noisette.


606

Je te pri, quitte moy ta debte,

376c

607

Et accorde avec ta partie :


608

Sens ne vault rien puis qu'il folie.


609

Je suy sanz raison, verité.


610

Oultrecuidance m'an tempté.


611

Ma folour congnois desormais :


612

Je ne me quier venter jamais,


613

Et suy comme desesperé.


614

Sanz cause et raison appellé


615

Ne soit nul qui saige se cuide,


616

Car li sens en cuider se vuide,


617

Et tel cuide on nice et coquart,


618

Qui scet asséz : par Entroingnart


619

Est bien ceste chose avoiree.


620

― Alons himer de la puree,


621

En chantant ! Barat et Hasart,


622

Et Faintise avec Antroingnart,


623

Ont maistre Trubert trumelé,


624

Qui a nicement appellé,


625

Et pour ceva pandent l'appel


626

Sanz cotte et pourpoint sur la pel,


627

En chemise dessus et nus :


628

Est d'antroingnart ainsi tenus.



Unless indicated otherwise, the text in this article is either based on Wikipedia article "La Farce de maître Trubert et d'Antrongnard" or another language Wikipedia page thereof used under the terms of the GNU Free Documentation License; or on original research by Jahsonic and friends. See Art and Popular Culture's copyright notice.

Personal tools